1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

L'"hynothérapeute", un bourgeois ?

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Lemaléduqué, 10 Mars 2007.

  1. Lemaléduqué

    Lemaléduqué Membre

    Inscrit:
    1 Septembre 2006
    Messages:
    540
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1950
    Localité:
    Où la Souffrance me défie !

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Certaines, certains trouveront le terme « bourgeois » mal approprié. Je fais confiance à leur créativité éducative pour trouver un synonyme suffisamment parlant pour rassasier et leurs deux oreilles et leurs croyances. Cette petite introduction faite, je me pose soudainement la question parce que je n’ai pas encore rencontré un « hypnothérapeute » qui œuvrait au cœur de la Misère. Partant de ce constat, plusieurs hypothèses très naïves… L’ « hypnothérapeute » préfère la chaleur douillette et familière de son cabinet à la présumée austérité et inhospitalité de la rue. L’« hypnothérapeute » sélectionne délibérément ou instinctivement sa clientèle pour protéger son fidèle « Milton model », ensemble de schémas de langage plus impopulaire que populaire. L’inconscient d’un infortuné est bien moins réceptif aux subtilités thérapeutiques de la langue… c’est bien connu. L’« hypnothérapeute » rechigne à s’adapter aux possibilités financières de son client. Il surestime le coût de son intervention sous prétexte que tout travail mérite son juste salaire. Mais qu’en est-il alors de l’ouvrier d’usine qui prostitue sa force de travail pour des clopinettes ? Un effort humaniste est toujours possible, monsieur l’« hypnothérapeute ». Je m’arrête là pour le moment et espère qu’un débat dans la bonne humeur naîtra de cette petite provocation.
     
  2. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    là, LMEDQ, je ne suis pas certain de t'avoir bien compris

    eh bien, c'est là-même que j'œuvre dans un nombre de cas très significatif, et quotidiennement... (mais je ne vois pas pourquoi je ne parlerais que de moi !) mes collègues (ceux qui ont les mêmes diplômes que moi et occupent des postes comparables) lorsqu'ils usent des thérapies brèves et de l'HE, ont aussi les mains plongées dans la glaise de la glèbe...

    là, oui, mais beaucoup de mes patients m'arrivent en direct du pavé froid et humide sur lequel ils ont glissé...
    Ce n'est en tout cas pas moi qui les choisis !

    provocation en effet ! :wink:
    eh bien je contredis (pour te faire plaisir sans doute ?!)
    en renvoyant à ce que j'écrivais récemment sur les sujets psychotiques.

    A mon tour de provoquer... (pour voir ce que ça ramène...)
    ce qui me permet d'être à l'écoute de plus de malheureux que de fortunés (dans tous les sens de ces deux termes) c'est justement le statut que m'a conféré le (tant décrié par certains :wink: ) diplôme (non, je n'y mettrai pas de majuscule !) auquel je dois mon poste.

    ceci dit (un instant je contrôle mes chevilles) je ne la jouerai pas "grand débat" en affirmant que certains détiendraient, plus que d'autres, le monopole du coeur...
    mais mes camarades ou amis d'hypnose (infirmier d'un service de soins palliatifs, infirmière des urgences et du SAMU, psychologue d'un service du traitement de la douleur, psychiatres du secteur public, donc tous diplômés officiels de quelque chose avant d'être hypnothérapeutes) n'ont pas souvent d'autre clientèle que les démunis et blessés de la vie auquel tu pensais.
     
  3. hypno36

    hypno36 Membre

    Inscrit:
    12 Septembre 2005
    Messages:
    80
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1690
    Localité:
    chateauroux
    Regarde mieux autour de toi... ou change de fréquentations...

    Ou garde cette idée que tu es le seul... l'unique ... (je plaisante )

    Jean-Paul Dumas...Hypnothérapeute ...bourgeois ? :wink:
     
  4. Lemaléduqué

    Lemaléduqué Membre

    Inscrit:
    1 Septembre 2006
    Messages:
    540
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1950
    Localité:
    Où la Souffrance me défie !
    Et moi non plus en me relisant :lol: . Je précise et complète donc mon post alambiqué écrit à la (trop) va-vite. En posant la question « l’"hypnothérapeute", un bourgeois ? », je cherchais derrière la provocation brute à titiller le répandu (hypno)thérapeute embourgeoisé… qui se satisfait pleinement de sa clientèle débarbouillée d’une crasse embarrassante, voire envahissante. Tu l’auras, vous l’aurez compris, je n’ai aucune compassion pour ce sale individu qui se sert de son prestigieux statut de « psychothérapeute » pour rassasier avidement notamment son intolérance à la Vie.

    Etre un véritable (hypno)thérapeute, c’est, pour moi en tout cas, être une femme ou un homme de terrain qui n’a pas peur de se salir et… qui n’hésite pas à tendre la main à un malheureux enlisé dans le purin. Œuvrer au cœur de la Misère ne consiste pas à s’occuper simplement des souffrances « propres » qui viennent frapper à la porte d’un cabinet aux allures de palace. Œuvrer au cœur de la Misère, c’est accepter de rencontrer la souffrance ordinaire décrite admirablement par un Charles Bukowski, par exemple. Œuvrer au cœur de la Misère, c’est aussi s’obliger, de temps à autre, à aller à l’encontre de la souffrance qui n’a plus la force de s’offrir. Œuvrer au cœur de la Misère, c’est encore user de son statut social privilégié pour bousculer franchement et l’intelligentia thérapeutique qui se gargarise de théories souvent inutilisables -parce qu'innaplicables sur le terrain-, et les politicards qui ont des avis desséchés sur la Misère. Oui, je crois que le véritable thérapeute est (et doit être) non seulement un thérapeute populaire mais aussi un militant de tous les instants critiques.

    J’essaye d’être ce surhomme… avec mes difficultés, mes doutes, mes insuffisances. J’essaye d’être cet activiste extra-ordinaire. Je suis loin d’être Unique. Seulement les Uniques sont fâcheusement exceptionnels… dans tous les sens du terme. A ce propos, je tire mon chapeau aux combattants populaires du secteur psychiatrique français, aux véritables guerriers des CMP, des CATTP et autres structures d’accueil thérapeutiques. Je salue bien bas aussi les rares (hypno)thérapeutes qui ne se contentent pas de leur petite et minable existence de « professionnel de l’esprit et/ou du corps ». Ils sont aux abords du cœur de la Misère. Encore quelques pas et…

    Certain(e)s diront que thérapie et Politique (au sens noble du terme) ne font pas bon ménage. A celles et ceux-là, je dis : « Parce que personne n’a pris le temps d’écouter ce couple accablé. » Je fais de l’action thérapeutique prophylaxique et j'en suis très fier. J’espère que vous aussi…
     
  5. Guillaume

    Guillaume Membre

    Inscrit:
    21 Janvier 2006
    Messages:
    22
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1260
    Je me vois mal "marchander" le prix d'une consultation auprès d'un hypno-thérapeute. Je n'imagine pas non plus un professionnel proposer spontanément une réduction de tarifs à moins que le patient ne se présente à lui en haillons. Le coût d'une séance est à la tête du client ?

    Le thérapeute a une obligation de moyens mais pas de résultat ? Ça lui autorise pas mal de choses, même d'être incompétent ?

    Avec du recul j'ai plutôt l'impression que plusieurs thérapeutes ont "profité" de moi. Je me souviens notamment d'un thérapeute qui me disait me permettre d'améliorer ma situation en 6 ou 7 séances. Au bout de 8 je lui ai fait remarquer que je me sentais encore plus mal qu'avant de le rencontrer et il a reconnu qu'il tatonnait avec moi. Quand j'y repense, je me dis qu'il n'y avait pas de cohérence dans son approche puisqu'il a "essayé" plusieurs techniques comme l'hypnose, l'EMDR, la PNL...

    Je travaille depuis des années pour améliorer ma confiance en moi sans obtenir le résultat escompté. On pourra me dire que ma situation s'est améliorée mais au prix de combien de séances ?

    Je croyais que l'hypnose était une thérapie "brève". Ça veut dire quoi ?
     
  6. Totopsy

    Totopsy Membre

    Inscrit:
    28 Février 2006
    Messages:
    34
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1260
    Localité:
    Paris
    Je prend un peu la conversation au passage mais j'aimerai répondre simplement a Guillaume.
    Les resultats d'une psychothérapie (meme pas l'hypnose), ne depende que très peu du thérapeute mais bien plus du patient lui meme.
    La "guerison" depend surtout de l'effet de la thérapie sur le patient, et donc, l'implication du sujet (toi) dans la thérapie.
    Je ne suis pas en train de dire que tu ne voulais pas aller mieu mais les thérapeutes que tu a été voir n'ont peut etre pas "profité" de toi, ils ont simplement essayer.
    Mais ton probleme est profond et il y certainement de grande resistance derriere (le symptome protege souvent un mal bien plus important), pour cette raison je te recommanderai plutot des thérapies peut etre un peu plus "longue" comme l'analyse.
    Mais la encore, tu ne pourra exigé du thérapeute que son accompagnement dans un travail personnel.
     
  7. Guillaume

    Guillaume Membre

    Inscrit:
    21 Janvier 2006
    Messages:
    22
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1260
    Je veux bien croire Totopsy que je puisse avoir faire une certaine résistance à l'hypnose et que je me complais parfois dans ma situation à cause de la peur du changement mais merci de ne pas faire trop culpabiliser les patients. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas trop dévier du sujet mais j'ai rencontré des thérapeutes incompétents, voire des charlatans.
     
  8. Lemaléduqué

    Lemaléduqué Membre

    Inscrit:
    1 Septembre 2006
    Messages:
    540
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1950
    Localité:
    Où la Souffrance me défie !
    Et pourquoi pas ? :lol: Après tout, nous vivons dans une socièté où tout est négociable, non ? Beaucoup n'hésitent pas à marchander quand ils ont affaire à des vendeurs africains, alors... Si les pauvres "appauvris" acceptent de composer, il devrait en être de même pour les normalement plus aisés, non ?

    Personnellment, je suis plus gourmand avec certain(e)s que d'autres. J'applique ce que j'appelle -faute de mieux- des tarifs démocratiques.

    Il ne faut pas interpréter les choses de la sorte. Aucun rapport de cause à effet.

    Il se peut aussi que ce soit vous qui n'ayez pas su profiter du bienfait des séances, non ?

    Il m'est aussi arrivé prédire des "miracles"... sans pourtant honorer ma "divination". J'ai mis cela sur le compte de mon inexpérience d'alors. Il faut bien se trouver des bonne excuses :lol:. Cela dit, je trouve qu'un thérapeute ne devrait pas parler en terme de séance mais plutôt en terme de durée. Une nuance d'importance ! Cela éviterait ainsi de mettre à mal des espérances .

    Pas de cohérence dans sa démarche therapeutique, peut-être. Par contre, le fait d'utiliser des outils différents peut se révéler être un atout indéniable. Ici encore aucun rapport de cause à effet.

    Vous dites que votre situation s'est améliorée. Il y a donc eu évolution... Pour une révolution, il faut être très patient. Combien de militants révolutionnaires sont morts sans voir "leur" révolution ? :cry: :lol: Qu'est-ce que la brièveté ? De la brusquerie ? De l'imprécision ? Certainement pas ! Je suis complètement d'accord avec Nicholas A. Cummings quand il disait que la patient devait recevoir le nombre de séances dont il avait besoin... ni plus, ni moins. j'ajouterai en plus qu'il ya des personnes qui ont plus besoin d'une analyse que d'une thérapie brève. Et puis, il est important de rappeler qu'une thérapie ou une analyse se fait à deux. Si l'un des deux protagonistes peine, l'autre peinera aussi. A méditer.
     
  9. Totopsy

    Totopsy Membre

    Inscrit:
    28 Février 2006
    Messages:
    34
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1260
    Localité:
    Paris
    Je ne cherchait pas a te faire culpabiliser, d'ailleurs je pense qu'un bon psychothérapeute doit avoir conscience des limites de sa pratique et, a ce niveau la, peut etre que tu es mal tombé (malheureusement tout les thérapeutes ne sont pas forcement "therapeutique").
    Je te souhaite de trouver quelqu'un avec qui tu aura envie de travailler (ce qui est essentiel avant de débuter toute forme de thérapie) et qui t'aidera efficassement a obtenir les résultats escomptés.
     
  10. Lemaléduqué

    Lemaléduqué Membre

    Inscrit:
    1 Septembre 2006
    Messages:
    540
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1950
    Localité:
    Où la Souffrance me défie !
    Oui, il y en a !... comme il y a des participants enfin des patients farceurs, voire roublards :wink: .