Formation Hypnose

l'hypnose reconnue par l'état.

  • Initiateur de la discussion bysty
  • Date de début
B

bysty

Membre
messages
26
Points
1 190
Bonjour,

j'ai un ami qui m'a indiqué que depuis le 1er Janvier 2011, l'hypnose était reconnue par l'état.

Une très bonne chose !

Par contre qu'un hypnotherapeute, devait avoir une formation dilomante reconnue par l'état, apres un cursus scolaire du type licence en psychologie.

Et qu'il y allait y avoir une "chasse aux sorcieres", des cabinets ouvert un peu partout par des personnes exercant le métier sans avoir les diplomes requis.

:shock:


Est ce vrai ?

En avez vous entendu parlé ?

Car moi je voulais suivre une formation a l'IFHE ou l'arche prochainement, afin de devenir auto entrepreneur et ouvrir un cabinet après quelques années de pratique.

Est ce que tous les praticiens ont une licence en psycho ?
 
M

Métaphore

Invité
A ce jour, le titre d'hypnothérapeute n'est pas reconnu par l'état, car le diplôme n'est pas un diplôme d'état, mais une attestation de l'école qui vous forme au titre de praticien ou maître praticien... Mais on peut exercer librement en libéral en ayant le titre d'hypnothérapeute et non de psychothérapeute.

Donc je ne sais pas où votre ami a lu ou entendu que l'hypnose était reconnue par l'état.

Et aucune obligation dans le milieu médical ou paramédical est indispensable pour suivre une école d'hypnose de son choix, qui sont toutes très différentes a priori, que ce soit sur le plan financier ou les méthodes, de même qu'aucund licence en psychologie n'est obligatoire... Seule la motivation et l'aspect financier entrent en jeux.
 
B

bysty

Membre
messages
26
Points
1 190
moui j'ai cherché partout, je pense qu'il a fumé quelque chose de trop fort qu'il avait récupéré sur une perquisition surement (il est commissaire de police).

j'attends de ses nouvelles pour vous en dire +
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
l'activité de psychothérapeute est actuellement controlée par l' état

Il est prévu que le terme de thérapeute le soit également

8)


mais l' hypnose reste une nébuleuse qui semble peu controlable en pratique...

:roll:
 
dide70

dide70

Membre
messages
3 140
Points
6 160
Localisation
Belfort
n'importe qui peut mettre sa plaque, seul l'appellation thérapeute peut faire l'objet de poursuites si la personne n'est pas diplômée dans ce sens me semble t il...
Il y a des foireux comme de très bon et sérieux sans pour autant être diplômé comme il se doit, l'inverse est tout aussi valable... donc faire la part des choses et surtout se fier au résultat et avis quand c'est possible...
 
dide70

dide70

Membre
messages
3 140
Points
6 160
Localisation
Belfort
La psychologie peut être un plus, mais là aussi ce milieu n'est pas parfais malheureusement...
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
2 646
Points
7 260
Localisation
France
Il existe un comité scientifique qui réfléchit et tente d’établir une charte ,mais c’est long comme tout en France.Déjà il existe un premier travail au niveau des hôpitaux,mais l’information ne circule pas.

file:///C:/Users/LO84BB~1/AppData/Local/Temp/Livre%20Blanc%20de%20l'Hypnose%20de%20la%20CFHTB.pdf
 
Dernière édition:
dide70

dide70

Membre
messages
3 140
Points
6 160
Localisation
Belfort
perso, je suis pour que ces disciplines soient plus cadrées. Les procédures en France sont lourdes et interminables pour quoi de plus en final, si ce n'est du temps de perdu ???? Peut-être que l'efficacité est dans la complexité et la durée ???
 
FELIX

FELIX

Membre
messages
38
Points
2 610
Age
65
Localisation
LABRY (54)
Comme l'écrit très bien dide 70, c'est le mot thérapeute qui pose problème. Pour ma part et sur le conseil de l'IEHI, je suis hypnopraticien. C'est à dire que je pratique l'hypnose.
 
Toltek

Toltek

Membre
messages
18
Points
520
C est en tant que hypnopraticien et bientot psychopraticien que je pratique
On peut encore se nommer hypnotherapeute mais a quoi bon si dans quelque temps il faille refaire sa plaque lol
Le titre importe peu seul la qualite et le serieux de l accompagnement le sont
 
G

georges prosper

Membre
Pro
messages
6
Points
310
Age
54
Localisation
SAINT-HERBLAIN 44800
Perso je ne suis pas contre une forme d'encadrement dans la profession. Ce qui me dérange un peu, c'est cette mainmise que le monde médical semble vouloir mettre sur la pratique de l'hypnose. Travailler ensemble avec chacun ses spécificités me semble souhaitable, maintenant que notre profession soit pilotée par des médecins me semble illusoire. J'ai été infirmier pendant 20 ans avant de m'intéresser à l'hypnose. Le mode de fonctionnement des deux disciplines est opposé, voire antinomique (surtout avec l'hypnose éricksonienne), la médecine repose sur l'analyse et le traitement des données recueillies lors de cette analyse, alors que l'hypnose fonctionne avec le minimum de données pour ne pas polluer le travail de l'inconscient. Quand je vois la difficulté que j'ai personnellement eu à lutter contre cette propension à systématiquement analyser les infos données par le client, ainsi que cette tendance à conseiller ( on ne va pas faire le travail de l'inconscient à sa place, il est bien mieux armé que nous pour ça...), je me dis qu'à un niveau plus global, cette différence majeure dans le fonctionnement de nos disciplines fait que nous devrions nous appuyer les uns sur les autres tout en gardant intact nos spécificités respectives, plutôt qu'une de nos disciplines passent sous le contrôle de l'autre et y perde une partie de son âme.
Je comprends bien que la question du charlatanisme soit importante, mais passé l'engouement actuel pour notre discipline, le marché, comme tous les marchés, se régulera tout seul: survivront ceux qui ont des résultats, les autres disparaitront. Il ne faut pas que cette question soit un prétexte pour plier la discipline au bon vouloir des médecins : quand je vois ce qu'il s'est passé avec l'anneau gastrique virtuel, qui est une technique à laquelle je suis formé, qui donne de bons résultats, je suis sceptique quant aux raisons invoquées par le corps médical pour lui faire la chasse, il me semble que plus qu'éthiques, les raisons en soient surtout financières. Une bonne façon d'éliminer une concurrence dangereuse sur une niche qui rapporte énormément d'argent en dépassements d'honoraires aux gastros qui la pratique, chirurgicalement, eux, avec tous les effets secondaires que l'on connait, et qui sont très atténués avec l'hypnose. Alors oui, personnellement, je crains qu'un encadrement piloté par le corps médical nous fasse perdre une grande partie de ce qui nous est propre.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Lorsqu’on voit la dérive des thérapies énergétiques et celles dites quantiques, on se rend compte de la surenchère de l’outil hypnotique par certains.

Sans parler des vrais faux diplômes des formations virtuelles...

Çà coûte cher et c’est que du vent mais du vent très précieux qui fait aussi tourner le tiroir caisse...

excusez ma métaphore à la Don Quichiotte mais j’avais besoin de me soulager.

🎡
 
G

georges prosper

Membre
Pro
messages
6
Points
310
Age
54
Localisation
SAINT-HERBLAIN 44800
Je suis complêtement d'accord avec ça, mais est-ce que c'est une raison suffisante pour se laisser diriger par le corps médical ? On peut viser à une meilleure qualité sans passer par des disciplines dont la grande majorité des représentants ne comprennent pas, au mieux, l'essence de l'hypnose et dont une minorité hypercartésienne nous prend, disons les mots, pour des bouffons. Alors je comprends bien qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Mais là, je sens l'angoisse monter dans nos rangs. Je discutais avec un collègue, l'autre jour, qui m'a surpris en me disant:" Tu vois, ça fait 10 ans que j'exerce. Toi, grâce à ton diplôme d'infirmier, tu pourras certainement continuer à exercer, mais moi, qui n'ai aucune formation médicale, je serais un des premiers à ne plus pouvoir travailler". Jusqu'à ce moment, je n'avais pas eu conscience de cette angoisse chez certains de mes confrères. Et puis en parlant de cet échange avec d'autres, je me suis rendu compte qu'elle était pas mal partagée, à des degrés d'intensité divers, alors même que la plupart ont conscience qu'il est nécessaire de faire le ménage dans nos rangs.
Faire le ménage, oui, mais par des gens qui connaissent et aiment nos disciplines, et ne sont pas animé par une volonté de contrôle absolu. Mais l'Ordre des Médecins ne peut que se sentir puissant et légitime pour faire ça,, puisqu'il a le soutien inconditionnel d'un État qui lui témoigne tous les jours, en ces temps de pandémie, son soutien béat et inconditionnel.
 
K

kéwa

Membre
Pro
messages
42
Points
1 310
georges prosper à dit:
mais moi, qui n'ai aucune formation médicale, je serais un des premiers à ne plus pouvoir travailler
Quand il y a eu une législation sur les psychothérapeutes, ceux déjà implantés depuis plusieurs années ont pu continuer à exercer. Je ne pense pas que ça soit totalement différent quand ça arrivera sur l'hypnothérapie.

Pour le corps médical qui veut mettre la main sur la pratique, j'attends le raisonnement et la preuve que l'hypnose est une thérapie ou un acte médical.

Sinon, j'aimerai bien pour la pratique, qu'il y ait comme la psychologie, des études supérieurs associées. Que ça soit une vraie discipline. Avec ses branches et spécialisations.

Actuellement le seul truc un peu sérieux qu'il y a eu, c'est une question au sénat en 2019 sur une jurisprudence hasardeuse. Lien http://paternet.fr/wp-content/uploads/pdf/2019/02/20190221-question-ecrite-8846.pdf

Je vais me cité moi même
n° 09-81.778 de la chambre criminelle du 9 mars 2010
Je suis aller en lire une bonne partie (c'est pour ça que j'ai tout de suite arrêter le droit, c'est imbitable cette langue). L'hypnose, et l'hypnothérapie reviennent à plusieurs reprise, mais toujours dans l'association de la palette thérapeutique de la personne jugée, et/ou dans une fonction curative et de soin.

Tous les pros que j'entends qui sont hors de la "médecine" mettent bien en avant qu'ils ne soignent pas, ni ne font de diagnostic.

Après ils sont aussi de plus en plus frileux avec les titres employés. Surtout que ça pousse pas mal côté médicale pour encadrer tout ça... Et de mon point de vue extérieur, ils font ça n'importe comment. (Ça doit faire deux ou trois ans que le cfhtb* force le trait dans les articles qui leurs sont accordés)


*vérifier cette info

http://paternet.fr/wp-content/uploads/pdf/2019/02/20190221-question-ecrite-8846.pdf
Le lien vers le JO du sénat
l’exercice notamment de l’hypnose dans un cadre autre que médical s’apparente à l’exercice illégal de la médecine
En tant qu'hypno, je veux bien qu'on m'explique en quoi l'hypnose est médicale/etc, c'est bancal comme approche.

ça tient autant la route que "l'exercice notamment du scalpel dans le cadre autre que médicale s'apparente à l'exercice illégale de la médecine".
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
pour moi l’hypnose est thérapeutique pour ceux qui l’utilisent avec une âme de thérapeute et rien n’empêche personne de l’utiliser spontanément dans son environnement social, familial et professionnel.

l’hypnose et les techniques para hypnotiques sont des outils formidables de manipulation mentale pour le meilleur et pour le pire.

Je pense qu’être hypnotherapeute exclusif sans une formation de base de science sociale ou de santé rend plus difficile une intervision co-thérapeutique adaptative élargie.

il n’y a pas de diplôme ni d’encadrement officiel pour cela. Il faut avoir roulé sa bosse avec des vrais malades pour comprendre les malades fonctionnels

Les bons praticiens comme les bons médecins, sont ceux qui ont roulé leur bosse et appris à voir large en dehors des sentiers balisés mais avec curiosité et rigueur, en respectent l’écologie de l’environnement

si vous pouvez justifier de vos baroudages thérapeutiques, vous n’aurez aucun problème devant vos pairs et la justice.

lorsque j’ai demandé mon équivalence de psychothérapeute, j’ai colligé, à la fin du listing de mon cursus et stages, d’une série de témoignages de thérapies provocatrices (hypnotiques) d’une vingtaine de personnes en exemple.

c’était atypique, provocatif mais bien argumenté et validant...

‘peut-être que bientôt on me demandera de faire partie du jury d’hypnotherapie en tant que médiateur expert😜

je resterai dans une pratique du même type...
je n’ai pas de véritable « diplôme » officiel d’hypnose...
Mais mon extrait de casier judiciaire officiel joint était bien vierge.

😇
 

Vous aimerez:

Nouveaux messages
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut