Addiction à l'alcool

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Berna, 27 Septembre 2017.

  1. Berna

    Berna

    Inscrit:
    13 Février 2017
    Bonsoir. J'ai une demande d'aide d'une femme qui a une addiction à l'alcool depuis plusieurs années, suite au décès de sa soeur. Je n'ai pas d'autres éléments pour l'instant. Par rapport à cette problématique, avez vous des retours d'expériences ? des résultats obtenus grâce à l'hypnose ? Comment avez vous procédé ?
    Autant je suis habituée à aider pour l'arrêt du tabac (avec d'excellents résultats) autant je suis novice pour le sevrage alcoolique. Vos conseils sont les bienvenus. Merci beaucoup
     
  2. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Comprendre comment elle procède est ce en rentrant du boulot? Seule chez elle, ou entres amis
    Lui demander pourquoi est veut arrêter, quelles sont ses valeurs et s y appuyer pour lui proposer une autre béquille pour continuer à vivre
    Ou lui faire derouler la flèche du pire jusqu'à ce qu elle se voit au bout du bout est ce que c'est ça qu elle veut
    Et en ressortant les moments d exception lui demander de les noter, puis voir ce qui se passe
     
  3. Bulle de savon

    Bulle de savon

    Inscrit:
    17 Septembre 2016
    Hello Berna, cette femme a un problème avec l'alcool depuis le décès de sa soeur, il convient probablement de travailler d'abord sur cette problèmatique de décès avant même de travailler la problèmatique d'alcool...C'est en tout cas de cette façon que je procéderais
     
  4. Berna

    Berna

    Inscrit:
    13 Février 2017
    Merci Moune et Bulle de savon. Vous avez raison toutes les deux. En général, vos remarques sont toujours pertinentes C'est bien ainsi que j'avais prévu de travailler en "première partie". L'entretien permettra de mettre en lumière les raisons qui ont conduit à l'addiction. Et probablement à travailler sur le deuil. Le contact téléphonique m'avait déjà apporté les réponses aux questions suggérées par Moune. Elle sait pourquoi elle veut arrêter et se sent effectivement au bout du bout du rouleau (c'est ainsi qu'elle l'a dit). Je vous précise que cette personne est thérapeute. Nous avons été collègues. M'appeler pour me demander de lui venir en aide n'a pas dû être facile, c'est déjà un grand pas ! Avouer (pour la première fois) son problème montre son envie d'en sortir. C'est déjà positif.
    Mais en fait, c'est la partie plus spécifique "sevrage alcoolique" qui m'interroge. Pour ceux qui ont déjà traité ces problématiques, connaissez vous des métaphores spécifiques qui seraient puissantes ? Toutes les idées sont les bienvenues.
     
  5. Sophr'O'limousin

    Sophr'O'limousin

    Inscrit:
    22 Février 2017
    Bonjour, je ne sais pas si mon intervention est justifiée car je ne sais pas quelle est la conso de cette personne. Mais un sevrage alcoolique se fait avec une aide médicale. Si arrêter le tabac est sans danger vital pour une personne. Arrêter l alcool peut générer un choc mortel.
    Bien sûr cela dépend de la personne et surtout de son degré alcoolisation.
    Une aide psy, avec hypnose si besoin ,sera effectivement une manière de changer ce qui génère cette dépendance . Chercher ce que cherche à combler cette personne avec l alcool pour le combler d'une manière plus écologique.
    Perso je n'ai pas eu cette situation encore mais mon formateur nous avait expliqué que cette problématique était beaucoup complexe que l'arrêt du tabac.
    Cela ne T'aide pas trop j en ai peur . Je suis curieuse de connaître la suite de ton accompagnement.
     
  6. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Elle t a choisi et te fait confiance, c'est très important
    Oui un sevrage alcoolique se fait dans une structure médicale avec un accompagnement
    En général, on propose un contrat avec le patient, qui doit s engager à réduire sa consommation
    La métaphore tu l inventes en fonction de qui elle est . Puisque elle est thérapeute, elle a déjà les clés pour se soigner
    Peut être utiliser l image de la chrysalide qui doit lutter pour sortir de son cocon , et devenir un merveilleux papillon. ?..Eviter de dire que les cordonniers sont les plus mal chaussés
     
  7. Berna

    Berna

    Inscrit:
    13 Février 2017
    Oui , ce qui m'inquiète c'est bien les dangers d'arrêter l'alcool sans aide médicale. Elle m'a juste fait sa demande d'aide par téléphone. J'ai compris qu'elle n'avait et ne voulait parler à personne de son addiction donc pas question pour elle (jusqu'à présent) d'avoir un suivi médical à ce sujet. Je sais par ailleurs qu'elle est suivi par un psy pour un burn out. (C'est pour cela qu'elle a quitté le boulot.) Apparemment elle ne lui a pas fait part de son problème avec l'alcool.
    C'est curieux, je disais deux jours plus tôt que je n'avais jamais été confronté à cette problématique mais que ça devait être difficile !
    Maintenant on va fixer le premier rendez vous. Elle attend que je la rappelle pour lui donner une date.
    En tout cas merci, c'est un plaisir d'échanger avec vous.
     
  8. Jmardab

    Jmardab

    Inscrit:
    4 Avril 2017
    Une question importante concerne son degré d'addiction : lorsqu'il y a modification chimique du cerveau, qui se manifeste par de vraies crises de manque et des signes cliniques déjà connus, il vaut mieux je pense réorienter dans un premier temps la personne sur un addictologue, et proposer l'hypnose comme outil d'accompagnement.
     
  9. Berna

    Berna

    Inscrit:
    13 Février 2017
    Merci pour ce conseil. Je le garde en mémoire. ;)
    Pour l'instant je ne connais pas le degré d'addiction.
     
Chargement...