Formation Hypnose

Comment sortir de la double contrainte ?

Comment sortir de la double contrainte, une fois qu'elle est repérée ?

- que peut faire la "victime" ?

- comment peut on faire changer le sujet qui en est le créateur ?
 

valikor

Membre
pour la victime : en n'acceptant pas le choix illusoire proposé et en choisissant un autre choix qu'elle se construit, elle cesse d'être victime.
pour le sujet : "tu as le choix de :
-soit de parler en respectant les autres;
-soit de continuer ta façon de t'exprimer jusqu'à ce que que cela indispose tellement quelqu'un qu'il te cassera la figure; les autres eux continueront de te fuir ou de t'éviter...
 
là où réside ma difficulté:
- j'ai remarqué dans deux situations différentes être enfermée dans la position de quelqu'un à qui on demande des choses contradictoires

- évidemment je ne peux pratiquer de séance d'hypnose sur ces deux personnes (le sujet doit être consentant)

La solution que j'ai trouvé c'est de les fuir....

J'ai essayé le dialogue, que tout autre personne étrangère à la situation comprend parfaitement, mais pas les créateurs....

Alors ils se sentent délaissés et ne comprennent pas, et on passe pour le vilain petit canard....

mais on ne peut les satisfaire.....

Comment puis je faire évoluer la situation simplement avec du conversationnel à ma disposition ?

Ou n'y a t'il rien à faire ?

Peut être qu'une attitude agressive va les faire se remettre en question ? (très agressive ? je n'en suis pas certaine aussi....)
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) à dit:
là où réside ma difficulté:
- j'ai remarqué dans deux situations différentes être enfermée dans la position de quelqu'un à qui on demande des choses contradictoires

- évidemment je ne peux pratiquer de séance d'hypnose sur ces deux personnes (le sujet doit être consentant)

La solution que j'ai trouvé c'est de les fuir....

J'ai essayé le dialogue, que tout autre personne étrangère à la situation comprend parfaitement, mais pas les créateurs....

Alors ils se sentent délaissés et ne comprennent pas, et on passe pour le vilain petit canard....

mais on ne peut les satisfaire.....

Comment puis je faire évoluer la situation simplement avec du conversationnel à ma disposition ?

Ou n'y a t'il rien à faire ?

Peut être qu'une attitude agressive va les faire se remettre en question ? (très agressive ? je n'en suis pas certaine aussi....)
tu ne peux pas faire évoluer quelqu'un qui n'en a pas envie sauf à le stresser suffisamment pour qu'il en ait envie...

exemple : tu les fuis et tu leur dit pourquoi...et disant bien qu'ils font leur propre malheur...
 
C'est ce que j'ai fait....

La personne a eu un coup de blues pendant toute une semaine...., et a dit "je ne comprends pas pourquoi je suis punie ainsi, et que je doive m'inquiéter tout le temps au point de ne pas dormir, car je fais bien, il n'y a rien de mal dans ce que je fais.... "

Pas envie, voilà c'est dit!

Et c'est une valeur référence, base, souche....

Ce n'était pas suffisant encore pour changer!
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) à dit:
C'est ce que j'ai fait....

La personne a eu un coup de blues pendant toute une semaine...., et a dit "je ne comprends pas pourquoi je suis punie ainsi, et que je doive m'inquiéter tout le temps au point de ne pas dormir, car je fais bien, il n'y a rien de mal dans ce que je fais.... "

Pas envie, voilà c'est dit!

Et c'est une valeur référence, base, souche....

Ce n'était pas suffisant encore pour changer!
ben oui pas encore suffisamment stressée par la situation pour avoir réellement envie de changer... pas assez de remise en cause.
trop de "c'est pas moi qui ai un problème mais les autres"...
 
Cela m'amène une autre reflexion:

Comment être objectif/ve dans les responsabilités que l'on se donne ?

Qu'est ce qui me permet de dire, c'est moi qui déconne ou c'est l'autre ?

Comment faire une mise à plat dans un regard honnête face à soi ?
 
M

Métaphore

Invité
Je comprends tout à fait votre questionnement Katia, et on ne peut parfois satisfaire qqu'un qui n'a pas envie d'évoluer ou du moins à sa façon, ne veut pas se remettre en cause ou seulement à sa façon...(cf Valikor =>tu les fuis et tu leur dit pourquoi...et disant bien qu'ils font leur propre malheur...)

Et bien comment faire ?, comment être objective ?, bonne question, mais au final, on voit rapidement ce qui est possible de faire et ce qu'il sera impossible d'obtenir avec telle ou telle personne pour x raisons... Mais là il faut un certain recul sur soi même pour :

1) ne pas se sentir le vilain petit canard
2) être objective sur nos capacités et l'investissement personnel de l'autre
 
C'est une relation de double influence, parce que l'autre me dit "c'est toi qui déconne".... avec ses arguments... et moi " je réponds, ah, non, c'est toi" avec mes arguments aussi....

Dans deux attitudes qui s'affrontent....

La tendance est de vouloir trouver un arbitre...

Par exemple, dans cette situation, le sujet va demander à un de ses proches, qui va aller dans son sens à lui... alors bref c'est foutu!
(qui va le motiver à pas changer... )
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) à dit:
C'est une relation de double influence, parce que l'autre me dit "c'est toi qui déconne".... avec ses arguments... et moi " je réponds, ah, non, c'est toi" avec mes arguments aussi....

Dans deux attitudes qui s'affrontent....

La tendance est de vouloir trouver un arbitre...

Par exemple, dans cette situation, le sujet va demander à un de ses proches, qui va aller dans son sens à lui... alors bref c'est foutu!
(qui va le motiver à pas changer... )
le but c'est d'être heureux et de se détacher d'une personne/situation toxique... pas d'avoir raison... car comme elle ne se remet pas en cause, pour elle, par définition, c'est elle qui a raison et tout ce qu'on pourra lui soit la confortera soit sera rejeté...
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) à dit:
Cela m'amène une autre reflexion:

Comment être objectif/ve dans les responsabilités que l'on se donne ?

Qu'est ce qui me permet de dire, c'est moi qui déconne ou c'est l'autre ?

Comment faire une mise à plat dans un regard honnête face à soi ?
le nombre de personnes qui vous remettent en cause peut etre.

si c'est peu qui trouvent que tu déconne et qu'ils font des attaques perso, cela veut dire que tu es ok et que c'est eux le pb;
si c'est beaucoup qui trouvent que tu déconne et qu'ils le disent et qu'ils sont différents, alors faut creuser...
 
M

Métaphore

Invité
Pour Katia, oui mais là, on dirait que vous ne savez pas où vous vous situez, c'est un peu ambigue comme situation... :shock: , vous parlez d'une relation patient/thérapeute ? si c'est le cas c'est que vous doutez de la thérapie mise en place...ou doutez de vous ?... :roll:

Je suis d'accord avec ce que vient de dire Valikor, néanmoins c'est une lecture à double sens... :roll:
 

xorguina

Membre
Leo Lavoie à dit:
Euh... c'est quoi la double contrainte? :shock:
C'est quand une personne malintentionné te mets en position de quoi que tu fasse ou dises rein est bon et qu'il n'y a que elle qui a la solution,meilleure que toi :(

Plutôt manipulateur comme attitude,voir de la part d'une thérapeute malsain et castrateur pour sa victime.....dangereux dans les mains d'une tarée :wink: .....
 

xorguina

Membre
katia (zoulouk) à dit:
relation entre deux personnes, pas patient/thérapeute....
ça dépends katia !! ça peut être une relation que tu sait thérapeute et là c plutôt voir très très très malsan de sa part d'en jouer......surtout quand l'autre ne l'est pas et qu'elle le sait :evil: .......

Léo regarde les liens qu'a déposé surderien a "quand c t'on qu'on a fini sa thérapie !"
 
M

Métaphore

Invité
=>Pour Katia

De nombreuses doubles contraintes ont un autre degré de complexité lorsqu'elles impliquent différents niveaux de processus qui créent un paradoxe et également un conflit. C'est-à-dire, ce que vous devez faire pour (survivre, être en sécurité, garder votre intégrité, etc.) à un niveau menace votre (survie, sécurité, intégrité, etc.) à un autre niveau.

C'est bien là, la complexité de la communication en général... :roll:
 
Métaphore à dit:
Pour Katia, oui mais là, on dirait que vous ne savez pas où vous vous situez, c'est un peu ambigue comme situation... :shock: , vous parlez d'une relation patient/thérapeute ? si c'est le cas c'est que vous doutez de la thérapie mise en place...ou doutez de vous ?... :roll:

Une relation humaine, pas patient à thérapeute.


Valikor, tout cela est bien sensé.
:idea:

Je pensais à deux situations précises, il y a une où il va falloir que je remette en question... car plusieurs personnes m'ont fait la reflexion...
 
M

Métaphore

Invité
katia (zoulouk) à dit:
Une relation humaine, pas patient à thérapeute.
Heu.. une relation patient/thérapeute n'est pas une relation humaine ?... :shock: :?
 
également Métaphore...

j'ai fait un lapsus... sourire

je voulais écrire une relation humaine "ordinaire" pas dans le cadre thérapeutique....
 
M

Métaphore

Invité
katia (zoulouk) à dit:
également Métaphore...

j'ai fait un lapsus... sourire

je voulais écrire une relation humaine "ordinaire" pas dans le cadre thérapeutique....
C'est marrant quand même que spontanément vous ayez employé des termes comme "relations humaines" puis maintenant "ordinaire"...

Comme dirais Léo, je suis une astineuse, mais c'est curieux... :roll:
par exemple vous auriez pu dire une relation amicale ou relation hors cadre thérapeutique, mais "ordinaire" ça me laisse perplexe... :oops:


Une relation n'est jamais ordinaire, la conversation peut être ordinaire, mais pas la relation, elle s'inscrit dans un registre soit amical, professionnel, affectif, etc...

Enfin c'est comme ça que je l'entends...
 

esperence

Membre
"katia (zoulouk)"

K /La solution que j'ai trouvé c'est de les fuir....

E** Fuir, qui, quoi !!?
Celui qui fuit, c'est celui qui ne se sent pas à l'aise.


K /J 'ai essayé le dialogue, que tout autre personne étrangère à la situation comprend parfaitement, mais pas les créateurs....

E /*** quand on "n'est pas" concerné, on comprend toujours plus vite et même mieux.. :wink: :)

K / Alors, ils se sentent délaissés et necomprennent pas.

E /*** si ( X) se dit qu'il n'a rien fais de mal, alors comment peut il comprendre l'attitude l'autre..
On le fuit, on le délaisse, on l' évite...


K / et on passe pour le vilain petit canard....


E /*** vous, de votre coté vous ressentez ça et X peut ressentir la même chose.

K /mais on ne peut les satisfaire....

E /*** on peut par contre, comprendre que X ne voit pas , ou ne veut pas voir ( consciement ou IC ).

K / Comment puis je faire évoluer la situation simplement avec du conversationnel à ma disposition ?

E /*** peut-être en disant à X que c'est "SON" histoire .


K /Qu'il n'y a rien à faire ?

E /*** si, accepter qu'il voit autrement, même si vous n'êtes pas d'accord.
et vous avez même le doit de dire à l'autre :) :
" je respecte ta façon de voir, mais moi j'ai une autre façon de voir, différente de la tienne. Et vous pouvez évoquer à X comment vous vous voyer ...en étant sincére tout simplement ( sans jugement, ni attaque) .


K /Peut être qu'une attitude agressive va les faire se remettre en question ?

E /*** Comment réagissez vous quand on vous agresse ?
Est-ce qu'on a toujours ce besoin d'agresser l'autre pour lui faire comprendre CE que Nous on veut lui faire Entendre ?
 

corfinas

Membre
Des fois pour se sortir d'un piège relationnel, on peut faire un exercice de position de perception:

Par exemple imaginer qu'on est un martien qui voit la situation de l'extérieur et puis visiter la situation en se projetant à la place de l'autre (déjà ça, ça peut apporter mais généralement on a du mal à décoller).

Ensuite revenir en martien et imaginer la ressource que l'autre aurai besoin (par exemple: ce type est un lâche, il lui faudrait du courage pour dire la vérité) puis chercher la ressource en soi et se l'auto-ancrer (je serre le poing en me rappelant une fois où j'étais particulièrement courageux) puis se replonger dans la situation problématique en se projetant dans les baskets de l'autre et en activant l'ancre ... le résultat est généralement assez étonnant ... (par exemple on s'aperçoit que la vérité est connue de tous et que c'est nous qui manquons de courage pour l'accepter et qu'on avait en quelque sorte projeter notre propre lâcheté sur l'autre).

Franchement j'ai fait cette exercice plusieurs fois, ça calme :D

On devient pas ami avec tous le monde pour autant, mais on comprend qui (dont nous même) veut quoi et qui croit en quoi, on peut l'accepter et c'est déjà beaucoup à mon avis.

a+
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut