Dissociation permanente

Discussion dans 'Auto-hypnose' créé par darkanen, 23 Avril 2013.

  1. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Salut.

    Je veux faire, dans la vraie vie, l'expérience de dissociation que je fais habituellement au cinéma.

    Là est ma QUESTION: Comment conditionner mon esprit à vivre en dissocié de façon permanente, même sans être sous hypnose ? Est-ce seulement possible ?

    Merci.
     
  2. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Certains psychotiques y arrivent parfaitement, et sont même dissociés de l’environnement proche et associés à leur monde à eux .
    Mais je ne voie pas trop l’intérêt!
    Tu veux te dissocié de quoi? Quand on se dissocie , c'est de quelque chose, et c'est pour s'associer à autre chose!

    -"l'expérience de dissociation que je fais habituellement au cinéma.": Je ne voie pas de quoi il s'agit! Peux tu préciser?
    Si c'est quand tu regardes un film, en effet tu te dissocie de l’extérieur, pour t'associer au film, au personnage, à l'histoire...tu focalises ton attention sur le film et te dissocie du reste. C'est en effet une transe. Mais parfois il est important d'avoir une conscience "tout azimut"!
     
  3. Anthony17

    Anthony17

    Inscrit:
    1 Février 2012
    La dissociation hypnotique fait partie des phénomènes hypnotiques donc tu dois être dans un état de transe stable pour ressentir une dissociation, sans hypnose pas de dissociation, car même au cinéma tu vis une transe quotidienne mais très instable on parlerai plus dans ce cas de "distraction" et pour ressentir une "vrai dissociation" il faut que tu sois sous hypnose.

    Après il y a d'autres types de dissociation mais je ne pense pas que ça est un rapport avec ta question :)
     
  4. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Thérapie29 mon ami, tu veux des précisions, alors les voici. Mais laisse-moi te raconter une petite histoire.

    C'est celle d'un autiste. Il n'était pas surdoué comme bien d'autre, mais tout le monde l'appréciait quand même. Lui aimait tout le monde, à sa façon bien spéciale. Il allait vers les autres pour poser pleins de questions farfelues, et il les faisait bien rire dans son ridicule naturel.

    Mais il n'avait d'intérêt pour personne, même pour ses proches. Non pas qu'il était égoïste, mais il avait un petit problème: il n'avait de passion pour le cinéma. Cette passion occupait toutes ses pensées, matin midi et soir. Il ne vivait que pour regarder la télé et les films.

    Puis un jour, il y a environ trois ans . . .

    J'ai fais l'expérience la plus buzzante de toute ma vie, celle qu'aucune drogue ne saura jamais égaler. J'appelle ça la Surréalité Cinématographique. Je dois absolument retrouver cet état d'esprit pour la vivre en permanence, quel qu'en soit le prix !

    Sans trop entrer dans les détails, gardons en tête qu'au cinéma, on retrouve toujours deux entités bien distinctes: Les acteurs et le public. Au cinéma, je fais l'expérience de dissociation. Une partie de mon esprit se retrouve dans le film, et je reste aussi spectateur dans la salle. Je me sens pleinement moi, dans cette situation. Dans la vraie vie, ce n'est pas aussi génial. Mais ce fameux jour, c'était différent.

    J'était en ville, et j'ai imaginé, l'espace d'un instant, comment ce serait si le monde était un film. Si les gens autour de moi étaient des acteurs, que tout à l'entour de moi était un décor monté de toutes pièces, et qu'un public observait la scène. C'EST LA QUE ÇA S'EST PRODUIT ! LE BUZZ, C'ÉTAIT HALLUCINANT ! Me servant de mon réflexe de dissociation du cinéma, j'avais véritablement transformé le monde entier en un film remplis d'acteurs. Je sentait la présence du public, où qu'il soit. C'était comme faire l'expérience du monde pour la première fois. Et tous ces acteur autour de moi! Même la plus banale parole qu'ils disaient devenait une pépite d'or. Et les quelques craintes sociales que j'avais s'étaient immédiatement envolées.

    Ça a duré trois jours. Après, va savoir pourquoi, l'effet s'est estompé, et je ne l'ai plus jamais vécu, qu'importe la volonté que j'y mettais. Je n'ai fais le lien entre ça et la dissociation qu'il y a un jour à peine.

    Voilà pourquoi je pose cette question. La personne qui détient la réponse détient probablement aussi toute ma vie sociale entre ses mains. Et surtout, que je n'en lise pas un qui me dise qu'un autiste ne peux pas changer, car avec moi, c'est peine perdue.

    Merci.
     
  5. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    darkanen, mon ami: Je te dit se que j'en pense et cela n'engage que moi.
    oui, c'est fort possible mais néanmoins pas forcement profitable car ça peut être aussi une "porte d'entrer" sur un autre monde (irréel?intemporel?). Parfois (je mesure mes paroles) cette porte est qu'à un seul sens, comme les portes d'évacuation au cinéma ou il y a marquer "sortie" en vert, Il faut repayer pour revenir ensuite.
    Je te conseillerait bien plus l'inverse. J'ai beaucoup travaillé avec des autistes, et au grand jamais je ne ferait d'hypnose ou même une simple dissociation. Le chemin serait même plutôt de s'associer au autres, au monde. Certes tranquillement, doucement, mais vers du solide.
    Tout est médecine, tout est poison, c'est la dose qui fait le poison.
     
  6. Anthony17

    Anthony17

    Inscrit:
    1 Février 2012
    @darkanen tu n'es pas à l'aise avec la réalité donc tu veux "te dissocier" ? comme lorsque tu regarde un film...
     
  7. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    M'associer au monde, tu dis . . . J'avoue, tu as sans doute raison. J'hésitais justement à choisir entre les deux, à savoir lequel pouvait fonctionner. Dis-moi, alors, comment m'associer au monde ? Quel procédé propose-tu ?

    Je me demande, toutefois, pourquoi tu me déconseille l'auto-hypnose. Ou alors ai-je mal compris ? Peux-tu me donner quelques précisions ?

    Merci.
     
  8. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    darkanen; l'hypnose est une dissociation de l'entourage, pour une association avec soi même et ses sens, ses émotions...
    Point trop n'en faut, et avec plus de la même chose, on obtient plus de même résultat.
    Il peut, parfois avec certaines personnes, y avoir une décompensation.
    Voilà.
     
  9. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Bonjour Darkanen

    Tu te dis autiste
    On t'a dit que tu étais autiste et tu t'identifies comme étant un autiste
    Cette identité te colle à la peau alors qu'elle n'existe pas vraiment car on t'a forcé à y croire.

    Lorsque tu pars dans un scénario de film, tu t'identifies à autre chose, c'est un autre scénario, tu le vis tout autrement  car tu es détaché de ton conditionnement identitaire et tu te rends compte alors que tu peux le vivre bien mieux ?
    .
     
  10. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Surderien, Thérapie 29, ne vous vexez pas, mais j'ai quelque petites choses à mettre au point.

    Surderien,
    je trouve que tu saute un peu vite aux conclusions en disant que l'autisme, c'est dans ma tête. Ce n'est pas parce que je m'exprime correctement et que je parle aux autres, que je suis complètement normal. Je fais simplement partie des Asperger, ou autistes légers. Et si je me dis Asperger, c'est parce que je l'ai moi-même découvert, 11 ans après avoir reçu un diagnostique qui ne signifiait rien pour moi.

    Cela dit, je veux bien répondre à ta question.

    Lorsque je pars dans un scénario de film, je m'identifie à autre chose, comme tu dis. Au risque de me répéter, cette autre chose, ce sont des acteurs. Je me dissocie de moi pour m'associer à eux. C'est, pour moi, ce qui se rapproche le plus d'un véritable acte social. Et exactement comme Thérapie29 disait, je dois, de la même façon, réussir à m'associer aux gens de la vrai vie, car c'est exactement ce que j'ai vécu, cette fameuse journée.

    Thérapie 29,
    tu n'as pas le droit de dire un gros NON comme ça et de me laisser en plan ! Comme l'a dit une amie de ma classe, tant qu'à refuser une idée, aussi bien en avoir une de rechange. Aussi, sache que je me suis déjà servis de l'auto-hypnose à plusieurs reprises. J'éviterai toutefois d'entrer dans les détails.

    Aussi, j'ai relu ton dernier message, afin de mieux comprendre ce que tu disais, et ça m'a intrigué. Tu dis que ce procédé est possible, mais qu'il pourrait être une « porte d'entrée sur un autre monde ». Te fie-tu à des cas déjà connus, où n'est-ce qu'une supposition. Pourrais-tu m'en dire davantage ?

    Merci
     
  11. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    çà veut dire quoi que tu es un Asperger : que tu as moins de capacité que les autres ? que tu es un handicapé de la vie ?

    ou que tu t'identifies comme ayant moins de capacité que les autres ?

    alors qu'en fait sur un certain point tu en as beaucoup plus...

    car ce handicap est un challenge à surmonter qui ensuite fait aller beaucoup plus loin que la plupart des autres personnes qui n'ont pas vécu cette expérience.

    8)
     
  12. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Surderien,
    Désolé d'être si dure, car c'est vrai que j'ai besoin d'un peu de soutien, mais certainement pas d'ordre émotif.

    Tu semble bien gentil/gentille, mais tu ne fais pas vraiment avancer ma cause, là. En tout cas, le syndrome d'Asperger, c'est une forme moins grave de l'autisme, donc plus sociable, plus volubile. Mais vraiment, pour ne rien te cacher, je m'en branle de ce diagnostique. Je ne me sens pas moins capable que n'importe qui d'autre. Et tu as raison: un jour, je serai reconnu mondialement grâce à ma capacité à surmonter les épreuves et à m'adapter. :p Mais en attendant, n'as-tu donc aucune idée d'induction spécifique à ce dont je parle depuis le début de ce poste . . . toi qui as plus de 4000 messages à ton actif, sur ce site ? :?:

    Merci
     
  13. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Un "autiste asperger" n'a pas moins de capacité, bien au contraire.
    Bon, je ne sais pas comment t'expliquer ça , darkanen, mais oui, j'ai rencontré en effet beaucoup de personnes qui sont "de l'autre côté de cette porte", puisque je travaillais dans un centre pour les aider. Je ne dis pas que c'est à cause de ça ou ça ou autre...car c'est bien évidemment multifactoriel comme souvent. Mais je peux te dire qu'il y a une transe profonde permanente, et c'est pas une "vue de l'esprit", ni un "jeu de mot".
    -"Lorsque je pars dans un scénario de film, je m'identifie à autre chose, comme tu dis. Au risque de me répéter, cette autre chose, ce sont des acteurs. Je me dissocie de moi pour m'associer à eux. C'est, pour moi, ce qui se rapproche le plus d'un véritable acte social. Et exactement comme Thérapie29 disait, je dois, de la même façon, réussir à m'associer aux gens de la vrai vie, car c'est exactement ce que j'ai vécu, cette fameuse journée.
    "

    Mais il y a tellement de transes différentes...Mais oui, t' associé au maximum à la vrai vie, aux gens...oui, il y a énormément de personnes dans ton cas (j'en connais) qui vive en équilibre super stable.
    ganberges pas trop, hein? c'est pas des math, le truc!
    Et je ne te connais pas, on est en train de discuter sur un forum, on ne se voie pas...donc bof bof bof les conseils seront souvent à côté de la plaque....et que mes propos ne seront pas forcement approprié à la situation spécifique qui est la tienne.
    lorsque je reçois des gens dans ta situation, ainsi que d'autres situations du même genre d'ailleurs, je ne fait jamais d'hypnose, désolé mais je n'ai pas la compétence pour cela.
     
  14. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Pour la défense de surderien, il ne pouvait pas deviner pour le côté "émotion". :lol: il y a un côté irréaliste à la discussion pour le coup!
     
  15. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Génial ! :D Absolument génial !
    Un équilibre super stable . . . Tu parles d'association aux vrais gens ou simplement d'hypnose ? Ou tu parles peut-être d'un équilibre entre les deux mondes. :roll: Désolé pour cette question, mais c'est hyper important. Ça pourrait influencer mes prochaines décisions.

    Aussi, tu dis que tu n'as pas les compétences pour m'aider. Dans ce cas, quel genre de personne les a ? Un hypnothérapeute ? Qui que soit cette personne, crois-moi, je la trouverai :p ! Ou si tu as un contact, on peux toujours s'arranger :wink: .

    Merci
     
  16. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Darkanen, pour un instant tu es le réalisateur d'un film

    Pour réaliser ton film, caméra, téléphone, appareil photo, à la main, tu es dans l'action, dans le fait par exemple de ne pas trembler, de prendre des angles interessants, dans la technique... dans l'observation de ce qui t'entoure...

    Tu es acteur... en même temps, si tu veux bien filmer, tu imagines le public, le public qui regarde et toi même qui regarde ce que tu es en entrain de filmer...tout en filmant.

    Ton cerveau a une occupation double, tu filmes, tu es dans ce que tu fais , tout en faisant une deuxième chose en même temps qui est la présence du public que tu imagines et perçois en même temps.

    On pourrait parler d'un cerveau multi-tâche qui a conscience de plusieurs réalités en même temps, sans être complètement dans une, mais en ayant la capacité d'être dans plusieurs plans à la fois, dedans et dehors

    La porte de la folie ou de l'excellence

    Ce qui importe, c'est la maîtrise du système, de pouvoir enclencher le on et le off quand on le souhaite !

    Bien à toi,
     
  17. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Darkanen, c'est quoi un autisme "léger" ?

    C'est quoi un soutien "émotionnel" et un soutien "non émotionnel" ?

    :shock:


    C'est vrai que sans en connaître un minimum de toi (quel âge as tu ? Tes parents sont ils au courant que tu viens sur un forum d'hypnose ?) on est un peu dans le brouillard...et on a pas trop envie de se mouiller...

    :)
     
  18. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    je ne parle pas d'hypnose, en aucun cas, à mon avis...Et je ne connaît personne qui sache faire de l'hypnose dans un cas comme ça.
    Je ne pense pas que l'hypnose soit adapté.
    S'associer avec les gens, c'est juste vivre avec eux, discuter, se confronter à eux...
     
  19. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Personnellement c'est pour ça que je n'intervient pas. Est-ce que quelqu'un te suit? Est-ce que tu en as parlé à un professionnel? etc.
     
  20. HYPNOMED

    HYPNOMED

    Inscrit:
    9 Mai 2010
    Thérapie29, je ne partage pas tout à fait votre vision des choses :

    On peut considérer l'autiste comme étant « dans un autre monde », qu'il est déjà décadré dans un autre cadre très structuré, et c'est ce qui fait toute la difficulté de le faire accepter de ce décadrer dans un autre cadre et là les techniques paradoxales hypnotiques sont particulièrement adaptées.

    Le psychotique est déjà « dissocié » de la réalité , du rationnel. La dissociation hypnotique va leur montrer l'état dans lequel ils sont ( « ce cadre psychotique duquel ils ne peuvent sortir » disent les psychiatres ) et qu'ils peuvent s'en dissocier sans se dissocier eux-mêmes.

    L'auto-thérapie hypnotique n'est plus possible dans ce contexte et il faut accepter de recourir et de se confier à un guide de très haute montagne pour éviter de se trouver étouffé sous une avalanche auto-déclenchée !

    J'espère que cette métaphore sera accessible au plus grand nombre.
    .
     
  21. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Prudence, Surderien, bien que ça ne me semble pas en rapport direct avec ma recherche, j'accepte de vous en dire un peu sur moi.

    Pour commencer, j'ai 21 ans. J'ai reçu mon diagnostique du syndrome d'Asperger à l'âge de 8 ans. Je n'ai jamais prêté une attention sérieuse à ce diagnostique, contrairement à mon entourage.

    Je suis allé à l'école régulière toute ma vie, car sans être un super génie, je suis dans la moyenne. Autrement dit, mes notes ne laissent transparaître aucune différence avec les autres.

    J'ai été suivi chez un pédopsychiatre jusqu'à 18 ans pour recevoir des médicaments. Suite à un nombre infini-décimale de combinaisons, je me retrouve aujourd'hui avec du concerta pour la concentration, de la clonidine pour pour le tresse causé par le concerta, et du risperdal, un antidépresseur, pour aussi contrer le concerta.

    Je me fond parfaitement dans la masse sans aucune crainte sociale. Je suis si assidu socialement (si c'est le bon mot), que j'ai un certain talent pour savoir quand les gens pensent quelque chose qu'ils ne disent pas, ou qu'ils ne disent pas ce qu'ils pensent réellement. MAIS ÇA, c'est uniquement parce que la télé, Dr House dans ce cas si, me l'a enseigné :wink: .

    Il y a deux ans, en essayant de corriger tous les défauts qui m'empêchaient d'être un super séducteur, je suis tombé sur la description des Asperger. C'est là que ça m'a frappé. Je ne vous raconte pas le choc en voyant cette nom de Dieu de liste à la con ! Bien que tout ne me correspondait pas, j'avais en effet certains défauts incontestables. Pas question de rester comme ça ! Je changerai qui je suis, peu importe ce qui en coûtera. Mais comme je te l'ai dis, Surderien, je ne me sens pas moins capable que n'importe qui, et je n'ai pas honte de moi. Toutefois, je suis surmotivé à changer.

    J'ai consulté une psychothérapeute il y a un an et demi. J'avais lu sur Internet à propos de la copino-thérapie. Malgré ma facilité avec le monde, je voulais passer à la vitesse supérieure, et avoir un véritable désir de contact social. Finalement, j'étais trop assoiffé de vitesse, si je peux dire comme ça, et comme ces discutions hebdomadaires d'une heure me faisaient avancer à pas d’escargot, après deux mois, j'ai arrêté et parti trouver un meilleur moyen.

    OK, à ce niveau-là, plusieurs diront: tu es traumatisé par ce que tu as appris. Ta honte et ta peur d'être différent t'aveuglent dans ta façon d'agir. Mais tu cours après un fantôme, car l'autisme n'est pas une maladie, mais une façon d'être. Il faut t'accepter tel que tu es, bla bla bla. :roll:

    Peut-être suis-je traumatisé, en effet. Peut-être l'autisme est une façon d'être. Mais ça, c'est mon combat, et jusqu'à un échec total ou un succès incontestable, je ne laisserai personne me dicter ma conduite :) !

    Pour en revenir à tes questions de départ, Surderien, un soutien non émotionnel, ça veut dire un soutien professionnel, où si tu as des renseignements qui peuvent m'être utiles, tes messages sont les bienvenus. Mon père sait que je m'initie à l'hypnose depuis peu. Il est donc normal que j'aille sur un forum d'hypnose. Mais il il ne croit pas à ce genre de truc, donc pas besoin de lui en parler. Et un autiste "léger", ça vient avec les défauts d'un autiste, mais légèrement.

    Comme je l'ai dis, je ne vois pas comment tout ça peut nous faire avancer. Mais vous devez surement savoir pourquoi il vous faut ces renseignements. Après tout, c'est vous, les pros.

    De toute façon, depuis cette idée d'association, je suis sur une piste pour une induction. Désolé, thérapie29, mais la confrontation, j'en ai assez donné.

    Bien à vous,
     
  22. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    :D Enfin ! Voilà le genre de réflexion dont j'ai besoin ! Bon, ça va surtout dans le sens de ce que j'ai déjà dis, mais c'est une façon plutôt intelligente de dire les choses. Je garde ça précieusement en note. Merci Katia.

    Techniques paradoxales hypnotiques . . . bon sang, où as-tu trouvé un truc pareil :) ? Ça m'intrigue. Il faut absolument que tu m'en dise plus, HYPNOMED !

    Merci
     
  23. thérapie29

    thérapie29

    Inscrit:
    10 Février 2013
    HYPNOMED: Tu sais faire là ou je ne sais pas faire, tant mieux si tu penses que l'hypnose (ou la dissociation?) peux aider dans ce genre de cas. Pour ma part je ne sais pas donc je ne fait pas, car Je ne suis pas du tout adepte des coup d’essais et pratique l'hypnose qu'avec grande sécurité et en sachant ce que je fait.
    Je ne dit pas par là que pour toi c'est l'inverse, il n'y a pas de sous entendue dans mes propos. Bravo si tu as une piste ou des protocoles pour aider un autisme léger .
    J'ai pour habitude , au contraire , d’apporter un cadre. Un cadre et encore un autre cadre.
     
  24. HYPNOMED

    HYPNOMED

    Inscrit:
    9 Mai 2010
    Thérapie29, tu es rigoureux et tu connais bien tes limites et cela t'honore.

    Pour moi, lorsqu'on ne peut pas apporter d'autre cadre, on peut en inventer un qui sorte totalement de "l'ordinaire"
    Ainsi je pense que Darkanen s'est trouvé son avatar autant qu'il s'est trouvé autiste Asperger. Je me demande s'il n'est pas simplement sociopathe car ceci expliquerait cela : nombre de sociopathes ignorent qu'ils sont des Sherlock Holmes en herbe : car Sherlock Holmes était bien un grand sociopathe ! et c'est ce qui expliquait son intuition à enquêter et à repérer les tout petits détails que la plupart ignoraient, mais qui lui permettaient, lui, par recoupements, d' être excellent dans ses analyses et à être reconnu de par son originalité.
    .
     
  25. HYPNOMED

    HYPNOMED

    Inscrit:
    9 Mai 2010
    Darkanen, Je pense que tu es un pro des techniques paradoxales hypnotiques et c'est ce qui explique que tu sois pris dans ton propre jeu.
     
  26. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    J'ai mis en rouge et gras les choses sur lesquelles je voudrai rebondir:
    1: La télévision n'est pas un bon moyen d'apprentissage et Dr House est une fiction, pas la réalité. Si tu veux apprendre des choses je te déconseille la télé.

    2: Quand tu dis "Je changerai qui je suis, peu importe ce qui en coûtera." et "jusqu'à un échec total ou un succès incontestable", je pense que la modération est très importante dans la vie, pour se sentir bien, être équilibré ect. Je te conseillerai de ne pas te fixer des objectifs absolus, très précis ou parfaits, c'est une voie directe pour la déception et la tristesse. Accepter que l'on n'est pas parfait et que l'on fait ce que l'on peut c'est aussi une idée thérapeutique. Personne n'est parfait. Ni toi, ni moi. De la même manière que rien n'est complétement nul. Et les éléments de la vie de tous les jours il faut accepter les nuances de gris de la vie, le noir et blanc ce n'est qu'à la télé.

    3: Tu as l'occasion d'apprendre des erreurs passées. On dit d'ailleurs que les erreurs nous apprennent plus que les échecs et sont donc souvent très positives en fin de compte. :). Tu le dis toi même: "je voulais passer à la vitesse supérieure", " Finalement, j'étais trop assoiffé de vitesse", "me faisaient avancer à pas d’escargot", mais tu avançais... Mieux vaut lentement que rien, non? Là, j'ai l'impression (et je peux évidemment me tromper) que tu es entrain de te précipiter tête baissée dans cette nouvelle voie. Et si au final on revenait sur le point de la modération? C'est quelque chose qui te parle dans la vie de tous les jours? Que tu as déjà envisager de travailler avec ton ancienne psychothérapeute?

    4: "c'est vous, les pros." Perso, je commence à peine et je te le dis honnêtement, je ne suis pas psychiatre et je ne prendrai pas un client autiste (je ne m'estime pas assez formée pour ce type de problème) ni avec certains types de problèmes. Sur un forum n'importe qui peut se prétendre n'importe quoi aussi. Je pense que je ne pratiquerai pas l'hypnose sur un autiste, comme quelqu'un l'a déjà mentionné, je n'irai pas dissocier quelqu'un qui, à mon avis, doit chercher à s'associer au monde qui l'entoure.

    5: Encore bon courage pour ta quête.
     
  27. darkanen

    darkanen

    Inscrit:
    11 Mars 2013
    Wow ! C'est percutant ! Malgré cette provocation (que je respecte d'ailleurs, car j'aime qu'on joue franc jeu), je suis flatté, même si tu dis que je suis sociopathe :) .

    Je suis pris dans mon propre jeu ? Cela semblera soudain, mais je crois comprendre ce que tu veux dire, et tu as sans doute raison. Dans ce cas, je quitte immédiatement ce poste pour me remettre à mes recherches.

    BIEN À VOUS TOUS,
     
  28. Kamou

    Kamou

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Peut-être qu'il suffirait que tu prennes avec toi une caméra ?
     
  29. matadore

    matadore

    Inscrit:
    7 Avril 2013
    Vivre en filmant son propre scénario de vie, oui, génial, mais il est encore loin d'en comprendre la stratégie :

    n'oubliez pas qu'il est autiste asperger !


    :twisted:
     
  30. Kamou

    Kamou

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    quel rapport ?...
     
Chargement...
Vous aimerez:
  1. mrdeep32
    Réponses:
    13
    Affichages:
    519
  2. Malandrin
    Réponses:
    55
    Affichages:
    5195
  3. Tiery
    Réponses:
    13
    Affichages:
    1043