hypnose et sécu??

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par nathalie75, 12 Mai 2009.

  1. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    Bonjour,
    je voudrais aider une personne alcoolique et névrosée depuis 40 ans qui a déjà passé par une analyse psy type freudienne / lacanienne, et qui est mtt suivie par un psychiatre et envoyé de + en + souvent en clinique... elle se marginalise de + en +, et a souvent des envies de suicide. Bref, un cas assez grave;
    je me demandais si l'hypnose ne pouvait pas être une autre possibilité pour guérir cette personne, ou du moins améliorer son état physique et mental, mais je voulais savoir si cela pouvait être pris en charge par la sécu ou la mutuelle, car cette personne a, de + (les merdes n'arrivent jms seules) de gros soucis financiers (elle est sous curatelle pour ne pas finir sous un pont).
    Merci à celles et ceux qui pourront me renseigner sur ce point financier.
     
  2. l'hypnose en elle-même n'est pas remboursée par la sécu et c'est plutôt logique... l'hypnose est très efficace !!! Donc si elle était remboursée par la sécu et donc... reconnue... certains comptes en banques, surtout ceux des patrons de labos pharma.... seraient bien moins élevés. :lol:

    La solution serait de trouver un médecin (généraliste ?) qui pratique l'hypnose, mais serait-il efficace pour autant ??? Cela reste à voir.
     
  3. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    bonjour nathalie75

    le mieux serait d'avoir recours un psychiatre pratiquant l'hypnose ericksonnienne

    ils ne sont le plus souvent que partiellement remboursés mais controlables sur le plan tarif

    vu l'ancienneté et la chronicité du cas que tu rapportes un hypnothérapeute compétent en psychiatrie parait incontournable
    mais le patient est il d'accord pour tenter cette autre approche ?


    8)
     
  4. Sambiz

    Sambiz

    Inscrit:
    19 Février 2009
    Bonjour Nathalie !

    Cette personne est-elle votre amie ?
    Si vous voulez vraiment l'aider donnez lui un peu de votre temps ! L'hypnose est une solution certes mais un encadrement amical sera plus bénéfique que des psy
    L'alcoolisme on peut en sortir, il faut beaucoup de bonne volonté et une amie qui reste à ses coté est un énorme coup de pouce ! Dite lui qu'elle va s'en sortir.. qu'elle va y arriver.. Essaye d'éviter qu'elle se marginalise, essayer de lui faire reprendre gout a la vie.. si elle y arrive.. la guérison suivra automatiquement et de plus elle vous en sera très reconnaissante !
     
  5. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    bonjour à tous et merci pour les infos et les conseils...
    je vais donc téléphoner à la psy actuelle de la personne pour voir si elle s'y connait un peu, et pourrait me renseigner sur un psy-hypnothérapeuthe...
    le patient...est complètement paumé en ce moment, il a rechuté il y a peu, je viens de lui en parler aujourd'hui, et il a surtout l'air dépassé par les évènements, ms j'espère et je crois que si j'arrive à lui trouver qqn pas très loin, et pas si cher, vu sa bourse, il devrait être ouvert à l'expérience...
    je compte surtout sur sa psy, je suppose que si elle trouve cette démarche intéressante, elle saura lui expliquer le bien-fondé de l'essai...

    pour répondre à Sambiz, c'est qqn de très très proche, oui, et j'estime que je lui donne bien + que mon temps, qu'un encadrement, qu'une présence...
    si vous avez bien lu, cette personne est allée voir son 1er psychanalyste qd elle avait 20 ans... elle en a aujourd'hui 60, consulte un psychiatre régulièrement, est en curatelle pour pbms de gestion de son budget, va en clinique pour dépression plusieurs fois ds l'année, est alcoolique, drogué (tabac, et hashish qd elle peut s'en procurer)...bref!
    c'est gentil de me donner ce genre de conseils, ms franchement, si j'en arrive à l'hypnose, c qu'on en est + à seulement avoir besoin de volonté et de bons mots positifs...
    une personne depressive se "complaît" ds son malheur, car c là qu'elle sent qu'elle existe... je pourrais bien lui dire ce que je veux...cela fait des années que je la connais, et + de 10 ans que j'essaie de l'aider, je ne pense pas qu'un encadrement amical puisse remplacer un psy!
    pour l'alcoolisme, c pareil, comme je l'ai lu je ne sais plus où sur ce forum, l'unique solution que proposent les médecins actuellement, c l'abstinence...pas la guérison! dc si cette dépendance est liée à une pbm psychique non résolu, non, cette personne ne pourra pas s'en sortir...
    enfin, vous l'aurez compris, c malheureusement bcp + compliqué que ça!
    bonne après-midi!
     
  6. Cath

    Cath

    Inscrit:
    10 Février 2006
    Bonjour,
    La personne a-t-elle essayé les AA ?
     
  7. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour,

    Vous trouverez, ci-dessous, quelques liens intéressants susceptibles d'apporter un petit éclairage et quelques réponses très nuancées à vos questions !

    Toujours bon à savoir !

    L'HYPNOSE, UN TRAITEMENT UNIVERSEL ? OUI ET NON ! DES EXEMPLES PARMI D’AUTRES !

    « CONTRE LES DEPENDANCES (1) :

    S'il est un domaine dans lequel l'hypnose excelle, c'est bien le traitement antialcoolique! Dans la mesure, en effet, où l'alcoolisme correspond à une frustration affective, lié à la phase orale de la relation à la mère et où, la relation hypnotique, elle même produit une régression à ce stade et restaure donc symboliquement l'apport affectif, il va sans dire que l'hypnose constitue un traitement naturellement adapté à l'alcoolisme. Dans ce domaine, le taux de réussite se situe entre 60% et 80% ce qui, comparé aux résultats des autres méthodes qui ne parviennent qu'à 35% de réussite, est extrêmement encourageant. Le tabagisme, lui aussi, peut être arrêté par un traitement hypnothérapeutique. Il existe d'ailleurs plusieurs sortes de ces traitements, dont les deux plus connues sont des procédures auto-hypnotiques : celle de Johnson et Johnson, et celle de Spiegel.
    Quant aux résultats, s'ils sont relativement spectaculaires dans l'immédiat ; mais rien ne prouve, hélas, qu'ils le demeurent dans la durée.
    La boulimie, enfin, peut être résolue par une hypnothérapie associée à des méthodes psychosomatiqes, avec des résultats satisfaisants.
    »


    « Contre les addictions (2)

    D’après un récent rapport de l’Institut National du Cancer , la consommation de boissons alcoolisées est la deuxième cause de mortalité évitable par cancer après le tabac. Vaincre ces dépendances est donc une démarche de prévention contre le cancer que vous pouvez mettre en pratique avec l’hypnose. «L’hypno-thérapie vise à défaire les liens physiques et psychologiques de l’addiction. Elle s’adresse à toutes les personnes, quelle que soit l’ancienneté de leur tabagisme ou de leur alcoolisme» explique le Dr Jean Marc BENHAIEM, directeur du Centre d’Hypnose Médicale Hypnosis.
    Le sevrage peut se faire en une séance avec un suivi de 6 semaines ensuite.
    »

    « L'hypnose pour soigner la toxicomanie... ? (3)

    Le psychanalyste Patrick Avrane affirme «pour avoir travaillé avec des alcooliques, je pense qu'aucune cure de dégoût par hypnose ou autre ne suffit à régler le problème car on essaie de retirer la substance au sujet alors qu'elle fait partie de lui. Les alcooliques anonymes disent qu'ils sont alcooliques abstinents. Il faut une acceptation de son impuissance face à l'alcool pour pouvoir changer son comportement. Quand on veut à toute force retirer le symptôme on passe à côté de ce qu'il veut dire et il y a des risques qu'il réapparaisse sous une autre forme». Patrick Avrane qui ne remet pas en cause l'hypnose pour autant, estime «Il faut la prendre pour ce qu'elle est la possibilité de lever un symptôme et rien d'autre». -Source: MILDT, Paris
    »

    « Ce que soigne l’hypnose (4)

    Elle est particulièrement efficace dans les pertes de contrôle du corps (fonctionnement des organes) ou du mental : perte du contrôle des émotions ou des sensations, du comportement, des pensées ou de l’état de conscience (états bizarres ou seconds).

    Le succès thérapeutique de la plupart des symptômes et maladies cités a été authentifié dans des publications scientifiques. La liste est non exhaustive car le champ d'application est très vaste, et l'on découvre encore régulièrement des nouvelles réussites thérapeutiques dans des pathologies où l’on n’avait pas encore essayé l'hypnose ou la thérapie brève.

    Voici une des pistes pour deviner si un problème peut être traité par l'hypnose ou les thérapies brèves : il s'agit de problèmes pour lesquels la volonté et/ou le contrôle rationnel ne permet pas un changement durable, par exemple : les comportements, les pensées ou les émotions incontrôlables.

    Donc, ces problèmes nécessitent un traitement indirect c’est-à-dire qui fait appel à d'autres moyens de contrôle que ceux de la volonté consciente, par exemple l'imagerie mentale, les suggestions agissant sur le subconscient ou stimulant les ressources inconscientes (émergence de solutions personnelles...).
    "

    Tous ces extraits, prélevés sur internet, n’engagent évidemment que leurs auteurs !

    A charge pour les lecteurs et/ou les lectrices de se documenter de leur côté pour en savoir un peu plus sur ce type de questions toujours soumises à controverse !

    L'idéal serait, bien évidemment, d'avoir, sur ce forum, les témoignages d'hypnothérapeutes "chevronnés" ayant obtenu des résultats tangibles, voire probants, dans le traitement de ces pathologies.

    Bien à vous.

    Peter.

    Références bibliographiques :

    (1) L'HYPNOSE, UN TRAITEMENT UNIVERSEL, http://www.bladi.net/forum/66747-appren ... s-hypnose/ page consultée le 13 mai 2009.
    (2) Guérir.fr, L’hypnose : éliminer les addictions et s’aider lors des traitements, http://www.guerir.fr/magazine/l2019hypn ... raitements page consultée le 13 mai 2009.
    (3) Actualités sur les addictions, L’hypnose pour soigner la toxicomanie … Sciences et Avenir de février qui consacre un dossier au «retour de l'hypnose» assure qu'en matière de cigarette, d'alcool et de dépression «l'hypnose est de plus en plus proposée comme traitement». Pourtant, force est de constater que « neuf études du groupe d'addiction au tabac de la fondation Cochrane concluent que «l'hypnose n'obtient pas de meilleurs résultats que les autres traitement», une conclusion partagée en novembre dernier par le Centre de contrôle du tabac de New York. » Alors qui croire ? http://www.toxicoquebec.com/actus/index ... oxicomanie page consultée le 13 mai 2009.
    (4) Institut de Nouvelle Hypnose et de Psychosomatique ASBL, Guérir et s’épanouir avec l’hypnose, http://www.hypnotherapeute.org/PAGES/hy ... ations.htm page consultée le13 mai 2009.
     
  8. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    encore un fois merci pour ces réponses;

    Cath, non, je ne crois pas qu'il soit allé aux AA, mais il habite une ptte ville, est sans permis, et je ne sais pas où il y aurait ce genre d'associations vers chez lui... de +, je n'ai pas l'impression qu'ils soignent l'alcoolisme, mais qu'ils essaient que la personne réussisse à ne plus boire, ce qui est différent... et ne soigne pas non plus les causes, la racine du mal...
    ms bon, je dis peut-être n'importe quoi, c une impression, je ne suis pas pro des AA...peut-être pourrais-tu + nous renseigner? (qui s'en occupe, comment cela se passe, si cela est payant, etc.)

    Mengal, merci pour tes references, la personne est effectivement alcoolique suite à une dépression due à des problèmes parentaux (absence d'amour maternel pendant l'enfance, pour faire très vite) et donc ce que j'ai lu sur l'alcoolisme et le lien avec la phase orale affective me paraît être très intéressante!

    Très bonne journée malgré la pluie...
     
  9. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Bonjour,

    Je voudrais faire une petite remarque au sujet de la prise en charge par la secu des séance d'hypnose.
    Rappelons nous que l'état d'hypnose est là pour aider la personne à se libérer de ses problèmes. Mais la personne doit faire un effort pour s'aider.

    Si la personne ne s'investit pas, d'une façon ou d'une autre, pourquoi ferait elle un effort.

    Bien sur, si les séances étaient remboursées, il y aurait plus de consultants, mais surtout plus de gens assistés, et ce n'est pas toujours agréable comme situation, ni pour le thérapeute, ni pour l'assisté.

    Voilà, c'est mon opinion
     
  10. J'avoue que je trouve ce raisonnement plutôt crédible. C'est peut-être pour ça que la médecine générale est si peu efficace de nos jours. :wink:
     
  11. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Les choses ont peu évolué depuis le sujet de 2006 qui posait la question.

    L'hypnose ne figure sur la nomenclature des actes de soin, qu'au titre de la prise en charge des douleurs chroniques.

    Et dans cette indication (la seule donc reconnue par la sécurité sociale) aucun remboursement n'est prévu. Cependant un certain nombre de caisses mutuelles prévoient un remboursement de ce type d'acte dans le domaine du soin psychique, à hauteur d'une certaine somme par acte (et parfois dans une limite de n actes par an).

    Dans l'hôpital que je connais le mieux, certaines consultations d'hypnose sont payantes non remboursées, d'autres (pas avec les mêmes personnes) non payantes car réalisées en psychiatrie sur un "budget global".
     
  12. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    ok castorix, merci bcp pour ce témoignage, je vais voir tout ça avec la psy et la clinique qui s'occupe de la personne, on verra si j'ai de la chance!
    bonne soirée!
     
  13. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonjour,

    Je me permets de répondre à une de vos remarques Nathalie75, qui me parait entachée d'une appréciation franchement discutable.

    Je me permets de reproduire ici ce que j'ai déjà posté le 3 mai, dans un sujet à présent un peu trop fourni pour qu'on s'y retrouve.

    Voici pourquoi je contestais ci-dessus votre affirmation :


    Alors voilà, je vous demande si ce n'était pas un préjugé bien à vous que vous nous exposiez là ? (ce que l'on appelle : une généralisation arbitraire... c'est fréquent et personne ne peut vous en vouloir... :wink: )

    Pour ma part, je ne vois jamais les "alcoologues" ou "addictologues" que je fréquente (j'en connais un certain nombre...) se jeter comme cela sur l'idée de l'abstinence...

    J'ai l'impression au contraire que ce sont les familles qui nous disent très fréquemment : "vous comprenez, tant qu'il n'arrêtera pas (de boire) il ne pourra pas aller mieux"...

    (alors que les thérapeutes disent souvent le contraire...)

    Bon, je n'ai pas le courage de pousser la blague jusqu'au bout...

    Je voulais dire : je dis souvent l'inverse (et non le contraire) :

    - dès qu'il ira mieux il lui sera plus facile de se poser la question de sa consommation d'alcool... (pour exemple)
     
  14. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour à toutes et à tous,

    Pour rebondir sur ce qu’a dit Castorix : « L'hypnose ne figure sur la nomenclature des actes de soin, qu'au titre de la prise en charge des douleurs chroniques », voici ce qu’on pouvait, par exemple, lire sur un site spécialisé trouvé sur internet (1).

    Il s’agit, une fois de plus, d’un sujet particulièrement brûlant toujours soumis à controverse ! En effet, d’après cet article, seuls, les médecins généralistes et spécialistes, hypnothérapeutes, seraient habilités à faire bénéficier leurs patients d’un remboursement éventuel par la mutuelle, les autres pas.

    Pourtant nombreux sont les hypnothérapeutes, non titulaires d’un diplôme de médecine, qui exercent admirablement ce métier et obtiennent, de surcroît, de très bons résultats auprès de leurs clients ou patients habituels.

    Alors que faut-il penser de tout cela ? Surtout après avoir lu ces quelques lignes trouvées sur ledit site et dont les lecteurs et lectrices apprécieront, en fonction de leur(s) intérêt(s), la pertinence (1).

    10. Hypnose : combien ça coûte et est-ce remboursé ? (1)

    « Combien coûte une séance d’hypnose ? "De 50 à 300 euros suivant les thérapeutes, pour des séances d’une demi-heure à deux heures et pour des séances de groupe", répond le Dr Jean-Marc Benhaiem, spécialiste de l’hypnose.

    Est-ce remboursé ? Oui à 100 % si les séances sont réalisées à l’hôpital (ex : traitement de la douleur). Pour celles effectuées chez un médecin généraliste ou spécialiste (en principe non remboursables), "les patients peuvent leur demander d’inscrire les codifications C [consultation] ou CS [consultation de spécialiste] sur la feuille de soins pour être remboursés [14,40 € pour une séance chez le généraliste et 15 à 16 € chez le spécialiste]", explique le Dr Benhaiem. Enfin, chez le psychologue, l’hypnose ne peut être prise en charge.
    »

    11. Hypnose : gare aux charlatans ! (2)

    "Parce que la pratique de l’hypnose n’est encadrée par aucune législation, on trouve bon nombre d’hypnotiseurs sans formation médicale ! Or, "hypnotiser n’est pas un don mais une technique nécessitant des connaissances médicales", rappelle le Dr Jean-Marc Benhaiem dans L’hypnose qui soigne. Comment ne pas se faire avoir ? "En s’assurant que le thérapeute possède un diplôme d’une université de médecine ou de psychologie clinique", explique le spécialiste."

    "A noter : Le seul diplôme d’hypnose médicale existant en Europe (seulement depuis 2001) est celui de l’université de la Pitié-Salpêtrière à Paris."

    "Pour plus d’informations : consulter l’annuaire des thérapeutes de l’Institut français d’hypnose (site reconnu par la HAS)."

    12. Quelles sont les limites de l’hypnose ? (3)

    « Si l’hypnose dispose d’un champ d’activité médicale de plus en plus large (stress, phobies, bouffées de chaleur, troubles du sommeil, perte de confiance en soi…), elle a tout de même des limites !

    "L’hypnose médicale consiste à soulager une souffrance. Sont donc exclues les recherches sur un hypothétique épanouissement personnel, sur les vies antérieures, voyage astral, communication télépathique et vision de l’avenir", prévient le Dr Jean-Marc Benhaiem dans L’hypnose qui soigne. Ne vous faites pas avoir !
    »

    13. Sources partie 1 (4)

    - L’hypnose qui soigne, Dr Jean-Marc Benhaiem, ed.Josette Lyon, 2005
    - Institut français d’hypnose
    - Association française pour l’étude de l’hypnose médicale
    - Stratégies thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses de l’aide à l’arrêt du tabac, Afssaps, 2003
    - A meta-analytic comparison of the effectiveness of smoking cessation method, Viswesvaran C, Schmidt FL., J Appl Psychol, 1992
    - Hypnosis and clinical pain, Patterson DR, Jensen MP, Psychol Bull, 2003.



    Conclusion :

    Aux lecteurs et lectrices, maintenant, de se faire leur propre opinion !

    Ne devrait-on pas laisser au sujet et/ou patient le soin de choisir, lui-même, et en toute liberté, son thérapeute ?

    Bien à vous.

    Peter.


    (1) Medisit.fr, L’internet au service de la santé, http://www.medisite.fr/medisite/10-Hypn ... t-est.html page consultée le 15 mai 2009.
    (2) Ibidem.
    (3) Ibidem.
     
  15. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Pour répondre à votre message David que vous avez écris plus haut:

    - la médecine générale est a respectée..
    - On ne peut pas dire qu'elle est peut efficace.

    Par contre, ce qui serait bien, ça serait de travailler ensemble.
    La médecine ne trouve pas de solution pour un patient par exemple, alors on l'oriente vers la médecine douce..et inversement.

    Les deux peuvent être complémentaires.
    Comme les psy et autres..

    Si on pouvait un jour faire un travail d'équipe ça changerait beaucoup de chose.
    Chacun respecterait le travail de l'autre, car l'objectif au font est que le patient trouve ce qu'il cherche...( a etre soulagé d'une douleur par exemple ...).
     
  16. Je suis entièrement d'accord avec vous et je ne me souviens pas avoir dit que la médecine n'était pas respectable.
     
  17. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Non, vous ne l'avez pas écris
    en fait c'est moi qui ai écris ça en répondant a votre message qui disait ceci:

    la médecine générale est si peu efficace de nos jours.

    Comme vous aviez dis : etre si peu efficace, c'est là ou j'ai voulu parler de respect.
    J'aurai du écrire différement...désolée

    Espérence :)
     
  18. Relisez bien le message de Altaimer qui précède le mien et vous comprendrez que je ne dis même pas que la médecine est si peu efficace. Je dis que c'est parce qu'elle est (presque) totalement assistée (remboursement à 100%) qu'elle est inefficace et non pas la médecine inefficace. :wink:
     
  19. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    David, je suis désolée , je viens de relire..en effet, j'ai mieux compris votre réponse.

    Je tiens a m'excuser..

    C'est jamais négatif les erreurs dans le sens ou comme là,je me dis que la prochaine fois, je ferais plus attention en lisant ( sourire)
    Merci.
     
  20. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Alors,vous ne lisez plus ce que j'écris?????
     
  21. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Alors,vous ne lisez plus ce que j'écris?????
     
  22. Esperence, vos excuses sont totalement acceptées :wink:
     
  23. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    bonjour,
    encore une fois tous ces messages sont intéressants et me poussent ds l'idée que cette alternative, si elle est pratiquement et economiquement possible, devrait-être essayée par mon ami, qui a l'air totalement ouvert à l'expérience...
    à Castorix:
    effectivement, c'est peut-être un préjugé par rapport à tous les médecins qu'a vu mon ami...car c'est la seule solution qu'on lui a apporté...abstinence, sevrage par les médocs...pas génial, because rechute tous les 4 matins...

    Je ne pourrai joindre la psychiatre de mon ami qui travaille ds une clinique que le mardi, on verra bien ce qu'elle me dira...

    pour l'instant, mon ami va mieux car on lui a filé des cachetons de sevrage alcoolique...je suis heureuse qu'il n'ait plus envie de se suicider, ms j'aimerais une alternative REELLE à une maladie qui dure depuis 40 ans, et dont je doute que quelques pilules vont soigner...

    l'impression que j'ai, pour rebondir sur la medecine traditionnelle,e t le reste, est que les médecins généralistes passent très vite sur les symptômes, et recourent très vite au cacheton miracle :
    mal au dos? allez hop, de l'ibuprofène!
    moi j'aimerais qu'ils trouvent pourquoi j'ai mal au dos, et la solution pour que je n'ai plus mal, pas un remède chimique une fois que j'ai mal...

    évidemment, ça n'est qu'un ressenti sur les médecins que j'ai connu...

    bon week end!
     
  24. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    bonjour,
    encore une fois tous ces messages sont intéressants et me poussent ds l'idée que cette alternative, si elle est pratiquement et economiquement possible, devrait-être essayée par mon ami, qui a l'air totalement ouvert à l'expérience...
    à Castorix:
    effectivement, c'est peut-être un préjugé par rapport à tous les médecins qu'a vu mon ami...car c'est la seule solution qu'on lui a apporté...abstinence, sevrage par les médocs...pas génial, because rechute tous les 4 matins...

    Je ne pourrai joindre la psychiatre de mon ami qui travaille ds une clinique que le mardi, on verra bien ce qu'elle me dira...

    pour l'instant, mon ami va mieux car on lui a filé des cachetons de sevrage alcoolique...je suis heureuse qu'il n'ait plus envie de se suicider, ms j'aimerais une alternative REELLE à une maladie qui dure depuis 40 ans, et dont je doute que quelques pilules vont soigner...

    l'impression que j'ai, pour rebondir sur la medecine traditionnelle,e t le reste, est que les médecins généralistes passent très vite sur les symptômes, et recourent très vite au cacheton miracle :
    mal au dos? allez hop, de l'ibuprofène!
    moi j'aimerais qu'ils trouvent pourquoi j'ai mal au dos, et la solution pour que je n'ai plus mal, pas un remède chimique une fois que j'ai mal...

    évidemment, ça n'est qu'un ressenti sur les médecins que j'ai connu...

    bon week end!
     
  25. nathalie75

    nathalie75

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    bonjour,
    encore une fois tous ces messages sont intéressants et me poussent ds l'idée que cette alternative, si elle est pratiquement et economiquement possible, devrait-être essayée par mon ami, qui a l'air totalement ouvert à l'expérience...
    à Castorix:
    effectivement, c'est peut-être un préjugé par rapport à tous les médecins qu'a vu mon ami...car c'est la seule solution qu'on lui a apporté...abstinence, sevrage par les médocs...pas génial, because rechute tous les 4 matins...

    Je ne pourrai joindre la psychiatre de mon ami qui travaille ds une clinique que le mardi, on verra bien ce qu'elle me dira...

    pour l'instant, mon ami va mieux car on lui a filé des cachetons de sevrage alcoolique...je suis heureuse qu'il n'ait plus envie de se suicider, ms j'aimerais une alternative REELLE à une maladie qui dure depuis 40 ans, et dont je doute que quelques pilules vont soigner...

    l'impression que j'ai, pour rebondir sur la medecine traditionnelle,e t le reste, est que les médecins généralistes passent très vite sur les symptômes, et recourent très vite au cacheton miracle :
    mal au dos? allez hop, de l'ibuprofène!
    moi j'aimerais qu'ils trouvent pourquoi j'ai mal au dos, et la solution pour que je n'ai plus mal, pas un remède chimique une fois que j'ai mal...

    évidemment, ça n'est qu'un ressenti sur les médecins que j'ai connu...

    bon week end!
     
  26. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Oui nathalie les medecins doivent aller vite alors... moins d'écoute... + d'automatismes...ordonnance...cachetons et ... cachons notre misère...

    Les médecins sont formatés de par leurs études dans le "monde du médecin" et difficile de sortir du moule pour assumer un modèle hors du commun...

    du fait de la pression de "la profession"...


    Je pense que les personnes en addiction se sont aussi piégées dans un formatage...

    l'hypnose permet de déformater et de remodéliser...les ceusses qui sont volontaires...et quand il n'est pas trop tard...


    Mais je pense qu'il n'est jamais trop tard : en hypnose, même cinq minutes avant un (le) grand départ, l'hypnose peut participer à un voyage en confiance


    Alors bonne route à toutes et tous pour un beau week end en hypnose !


    Jean-michel


    8)
     
Chargement...