la liberté vous y croyez ?

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par katia (zoulouk), 15 Mars 2013.

  1. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Il y a des invariants qui restent depuis les hauts de ses trois pommes, et à vouloir les changer ou à croire que cela peut changer, on perd vraiment son temps.

    Simplement parce qu'on n' a pas envie de changer et pas non plus prêt à en assumer les conséquences, et que ce qui peut remplacer, n'est pas forcément mieux.

    Un peu dans cet entre deux, qui n' accepte pas encore ce qui est, et se donne pas les moyens d'être, et une tentative de changement pas désirée, juste une motivation raisonnable de ce serait plus pratique si...

    Et que certains choix demandent plus de force de caractère que d'autres.

    et que la liberté consiste peut être à accepter que l'on est pas libre ???

    Et que vouloir changer c'est peut être un grand piège, plutôt que de faire avec et de le dépasser en faisant avec ?
     
  2. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    avis cf signature ;)
     
  3. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    c'est la fin de la signature qui est plus problémmatique, ce que je peux changer de ce que je ne peux pas, pour la distinction des deux.
     
  4. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    "distinguer l'un de l'autre" ou "en connaître la différence" remet en confrontation avec la dualité.


    se mettre en liberté c'est se mettre en non non liberté

    dans le négatif du négatif pour retrouver le positif :

    les ennemis de mes ennemis sont mes amis.


    Personnellement je pense que l'attitude de pleine conscience permet le libre choix en étant conscient que ce libre choix est précisément positivement libre car il permet de se sortir du cadre négatif de la non liberté de par son choix

    en étant conscient qu'on est toujours libre de retourner dans le choix inverse si on le préfère.

    8)


    si je suis dans l'orange je peux passer dans le rouge ou dans le vert : je stoppe ou je continue

    Mais dans n'importe laquelle des couleurs, je peux aussi savourer ma conscience d'être dans la conscience du choix des mille et une autres teintes possibles de l'arc en ciel...

    (je suis là comme en état d'a-pesanteur pour observer ce comment mieux apprécier ma condition terrestre)

    :p
    .
     
  5. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Tant qu'on sera autorisé à utiliser le mot "liberté" je pourrai y croire librement !

    Mais si un jour on nous l'interdit, moi je continuerai d'y croire sans le dire.

    8)
     
  6. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Katia: oui, c'est bien de faire toute la différence le plus dur.

    Surderien: très jolie phrase, j'adhère sur le fond et la forme.
     
  7. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    ce qui est a mon avis interressant est: que la citation a ete reprise par AA
    dans la:Serenity Prayer( priere de serenité)
    God, grant me the serenity to accept the things I cannot change,
    The courage to change the things I can,
    And wisdom to know the difference.

    Mon Dieu,
    Donnez-moi la sérénité
    D'accepter
    Les choses que je ne peux pas changer,
    Le courage
    De changer les choses que je peux,
    Et la sagesse
    D'en connaître la différence.

    et qu semble indiquer un nécessaire détachement vis a vis de la "loi", des règles, tout en observant leur validité de raison d’être....
    changer n'est nécessaire que quand les choses établies ont pour effet un dysfonctionnement ou crée un pathologie négative...?
    en thérapie, comme en politique le changement est une obligation quand on répète les mêmes erreurs....
    et surtout quand on espère en les répétant, obtenir des résultats différents(addiction)
     
  8. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    [align=justify]Ses origines sont floues, mais elle a effectivement été reprise par les AA qui ont ajouté "Dieu" avec, ce que je n'ai pas souhaité reprendre.

    Par contre je n'ai pas compris où vous voyez un "nécessaire détachement vis a vis de la "loi", des règles".
    On peut la diviser en 3 parties:
    1: la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé
    2: le courage de changer ce qui peut l'être
    3: la sagesse de distinguer l'un de l'autre.

    Donc je détachement vis à vis des "lois" serait inclus dans l'acceptation en général?
    Pour changer, ou même accepter, ce n'est pas écrit mais la phrase sous entend ce qui est soit négatif soit perçu en tant que tel. On ne change pas quelque chose qui fonctionne, et on accepte naturellement sans avoir besoin de force ce qui nous plait.

    J'associe beaucoup la liberté au bonheur car si on est vraiment libre, alors on est libre de choisir d'être heureux (je parle d'une manière générale, en mettant de côté les moments de vie particuliers). Si on pense que notre bonheur dépend de choses extérieures à nous (biens matériel, autres personnes, actions des autres etc.) alors on sort de nous même notre possibilité de contrôle sur notre bonheur. De la même manière, on ne sera jamais absolument libre, ne serait-ce que parce que soumis aux lois physiques, chimiques de la nature, mais on peut se percevoir libre en vivant dans un état qui impose des règles et dans un monde qui impose des règles ou au contraire se sentir enfermé, soumis. Au final ce qui va être différent n'est pas tant les circonstances, les faits mais bien la perception que l'on a de ces faits. J'aime beaucoup la phrase qui dit que ce qui est important ce ne sont pas les faits mais l'interprétation, le ressenti que l'on a de ces faits.

     
  9. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Les AA permettent d'accèder à une "puissance supérieure" aidante et structurante

    Les constructions psychiques qui en découlent font s'orienter dans le "bon" sens.

    Pour choisir en toute liberté sa voie la meilleure...

    8)
     
  10. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    détachement n’étais pas le mot juste?
    je m'interroge encore!
    les règles sont souvent faites par ceux qui vont assoir leur pouvoir....pour mieux les enfreindre... donc rogner sur la liberté des autres au nom de la leur!

    c'est cynique mais malheureusement vrai quand on fait l'historique de l’exploitation de l'homme (ou devrai je dire de la femme?) par l'homme..
    pour moi le bonheur n'existe plus....
    il reste une succession de petits plaisirs qu'il faut vivre de façon le plus rapprochés possible!

    encore pessimiste?
    en ce qui concerne l'addiction....qui devient une regle pour les alcoliques il faut la briser pour (AA) installer une autre loi.... et il n'ont pas trouvé mieux que dieu! ( sans precisions de quel dieu il s'agit!) il suffit d'en trouver un
    ou plutot en fait l'acceptation qu'on ne peut pas tout controller....
    d'ailleurs les lois(12) deAA commence par:
    Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool - que nous avions perdu la maîtrise de notre vie.
    bon debut non?
    encore a propos du détachement....oui je pense qu'il faut prendre distance....s'affranchir....du tout ou du rien pour gouter a la liberté(la vrai?)
    n'est ce pas un concept boudhiste?
     
  11. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Oui c'est un bon début, nous avons admis que nous étions impuissants devant .... (on peut remplacer par ce que l'on veut..)

    Et la suite ?

    Etre impuissant face à quelque chose peut être très difficile d'ailleurs à accepter, et surtout ça peut etre momentané dans le présent et par le passé, et dans le futur on ne sait pas.

    On peut aussi décider qu'on le restera... (ça c'est puissant) ... Et ce qui est vecteur de changement.

    C'est quand on est impuissant face à une situation et qu'on ne souhaite pas l'être qu'il y a cette non liberté qui apparait. Subir, ne pas choisir... Et avoir ce même résultat pas
    souhaité.

    J'ai rencontré une personne myope hier capable de voir une araignée à 10 m. Phobique. Mais c'était admis. Elle demande à quelqu un de débarasser l'araignée et voilà. Nô problem.
     
  12. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    une suite....c'est le reste des 12 commandements de AA?
    voyons voir ce qu'ils en disent?
    1. Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool - que nous avions perdu la maîtrise de notre vie.
    2. Nous en sommes venus à croire qu’une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.
    3. Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie aux soins de Dieu tel que nous Le concevons.
    4. Nous avons procédé sans crainte à un inventaire moral approfondi de nous-mêmes.
    5. Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.
    6. Nous étions tout à fait prêts à ce que Dieu élimine tous ces défauts.
    7. Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos défauts.
    8. Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et nous avons consenti à réparer nos torts envers chacune d’elles.
    9. Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes dans la mesure du possible, sauf lorsqu’en ce faisant, nous risquions de leur nuire ou de nuire à d’autres.
    10. Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.
    11. Nous avons cherché par la prière et la méditation à améliorer notre contact conscient avec Dieu, tel que nous Le concevons, Lui demandant seulement de connaître Sa volonté à notre égard et de nous donner la force de l’exécuter.
    12. Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d’autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.
    mais ça ne conviendra pas a tout le monde.... sauf si tu remplace dieu par ce que tu crois....un barbu dans les nuages,un arbre,la mere nature
    c'est ton choix...ça marche avec le tout comme le rien!
    ce que je remarque c'est que la solution(pour AA) c'est l'entraide!
    et que le changement quand il ne peut être accompli seul.....
    on peut trouver de l'aide!
    y'a cette liberté....
    quand il faut se battre pour une cause il vaut mieux être plusieurs....
    pour moi l’être vaincra l'avoir!
    aussi la liberté sans égalité ni fraternité n'est qu'un vain mot!
     
  13. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Merci Paul Elie pour cette suite (peut etre peut on en imaginer d'autres ?)

    Sur celle ci donc. La 2eme est logique, nous sommes impuissants, mais peut être qu'il y a quelqu'un, quelque chose qui est plus puissant que nous pour nous rendre cette puissance... (puisque nous, on ne le peut pas...)
    (la foi)
    En trois la confiance (s'en remettre à...)
    Ensuite regard lucide introspectif sur soi
    Et le 6 méga important !!!!!

    On est en plein dans le principe hypnotique. Ça pose la question celui,qui ne croit en rien, ni en lui, a t'il une chance de pouvoir sortir de son impuissance ?
     
  14. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    si vous en trouvez une autre....efficace..... vous avez fait une découverte!
    même les thérapies les plus pointues n'ont pas les résultats deAA !
    mais nous sommes au début?!

    la question est souvent posée dans les réunions AA....
    et la reponse est souvent si tu ne crois en fait confiance au groupe!
    tu a bien fait le premier pas?
    nous ne sommes pas venu te chercher....donc a priori tu as du croire que nous pouvions t"aider!
    non?
    pour moi, AA est un exemple de dynamique de groupe....sans therapie
    vraiement democratique.....sans leader
    ou bien des membres trouvent la paix , la liberté?
    de vivre sans alcool....
    il est intéressant aussi de connaitre l'historique du mouvement!
    faites des recherches.... vous jugerez!
     
  15. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Il y a un embryon de croyance en chacun de nous ou encore un espoir. Le groupe fait grandir cette germe.

    Le groupe crée une unité du même ( ceux qui étaient alcooliques... ) et en tant que nouvel entrant, il fait partie de ceux qui sont en passe de devenir comme les autres et y aspirent.
    Le nouveau va entrer dans ce groupe et pour y entrer faire comme les autres, ne plus boire..

    Peut etre une utilisation très fine des traits comportements humains, la capacité à l'imitation et la volonté d'intégration.
    L'utilisation opportune de l'instinct grégaire ????

    Il y a un effacement des différences.. Propre au groupe.

    Ça ne s appelle peut etre pas thérapie, mais therapeutiquement efficace sans etre de la thérapie. Il y a sans doute bien à méditer et à apprendre par là
     
  16. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Les AA imposent de croire à...

    Quelle liberté là dedans?

    • Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool - que nous avions perdu la maîtrise de notre vie.
      Nous en sommes venus à croire qu’une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.
      Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie aux soins de Dieu tel que nous Le comprenons.
      Nous avons procédé sans crainte à un inventaire moral approfondi de nous-mêmes.
      Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.
      Nous étions tout à fait prêts à ce que Dieu élimine tous ces défauts.
      Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos défauts.
      Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et nous avons consenti à réparer nos torts envers chacune d’elles.
      Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes dans la mesure du possible, sauf lorsqu’en ce faisant, nous risquions de leur nuire ou de nuire à d’autres.
      Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.
      Nous avons cherché par la prière et la méditation à améliorer notre contact conscient avec Dieu, tel que nous Le concevons, Lui demandant seulement de connaître Sa volonté à notre égard et de nous donner la force de l’exécuter.
      Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d’autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.

    Associé à une abstinence totale et obligatoire pour tous... Pas de consommation modérée, pas de grande liberté. Le problème n'est pas réglé, il est verrouillé.
    Pour ceux qui souhaitent l'abstinence totale, pas de soucis, chacun doit pouvoir avoir le choix. Ce qui m'embête c'est que l'on croit qu'il n'y a que cette voie là.
    Je n'ai pas encore eu trop le temps d'approfondir sur l’École de Bruges mais là il y a des pistes différentes, peut être aussi plus adaptables à tous.
     
  17. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Je pense Prudence que celui ou celle qui va à une réunion ÂÀ sait que la méthode prônée est l'abstinence totale.
    La personne la choisit donc avant et s'y conformera alors d'autant plus facilement peut-être ?
    Si la personne souhaite un arrêt partiel, elle n'ira pas vers là.

    La liberté peut être au prix d'une non liberté, voilà ce que ça m'évoque

    Une obligation est remplacée par une autre, on transforme boire en ne pas boire..

    La maitrise de la consommation peut etre encore un cran au dessus.. ???
     
  18. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    "choisit" pas forcément dans le sens où elle pense probablement que c'est soit abstinence totale soit alcoolisme actif. Combien savent qu'on peut ne plus souffrir d'alcoolisme et boire encore de l'alcool modérément? Sinon, comme je l'ai dit, je n'ai pas encore eu le temps (et ce ne sera pas encore pour tout de suite) de me renseigner plus sur l'Ecole de Bruges & co mais on peut aussi se poser la question de l'implantation en France d'autres méthodes de sevrage que le total.

    Oui, justement ce mode ON/OFF obligatoire (dans le sens de la disponibilité, de sa surreprésentation) me pose problème. L'abstinence totale peut aussi être un "avoir un problème avec l'alcool" comme un phobique avec une conduite d'évitement. Pour certains, ça conviendra et tant mieux; je trouve juste dommage qu'on entende quasiment parler que de cette possibilité ON/OFF sans nuances de gris.
     
  19. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    pour avoir fréquenté les réunions au usa(sur le conseil de kein,un de mes professeur,a un stage spécial alcool) pour que je me rende bien compte du problème avant de leur proposer une thérapie....
    je puis affirmer que les alcooliques sont les seuls vraiment spécialistes , et connaissent très bien le problème!(sans rire!)
    ils disent qu'ils ne peuvent pas boire juste une seul verre....il appelle ça la rechute....ils disent aussi que l’environnement et la génétique font que certains sont plus apte a "devenir" alcooliques que d'autres.....(pre-dispositions)
    si vous êtes intéressée par la "maladie" je vous conseille de vous documenter sérieux car le "traitement thérapeutique est très lourd, très éprouvant pour le thérapeute!
    boire est un esclavage quand on est alcoolique,ne pas boire est une liberté pour eux et pour les autres un choix de rester libre.....
    car qu'est ce que l'ivresse sinon un échappatoire?
     
  20. Hubert Chatelée

    Hubert Chatelée

    Inscrit:
    16 Août 2012
    Effectivement avec les AA on est "condamné" a rester un ancien alcoolique qui doit fuir l'alcool, mais c'est la même chose pour un ex fumeur...
    Le Docteur Isebaert de l'école de Bruges reprend beaucoup de concepts Ericksoniens, visant à restaurer un véritable choix de comportement qui ne se limite pas, comme vous le dites, au on/off, au oui/non, au bien/mal.

    On considère ici que l'addiction est la privation de choix, et que le vrai traitement d'une addiction ne doit pas se limiter à une dichotomie ON/OFF mais restaurer un large éventail de possibilités.
     
  21. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    donc vous conseillerez a vos clients qui veulent arrêter de fumer....
    de fumer avec modération? aux alcooliques de boire un coup, juste un verre pendant les repas?
    intéressant ! il vous reste a publier un papier....qui fera sans nul doute, révolution dans le monde de la santé
     
  22. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Paulélie, informez vous donc !

    La "consommation controlée" est un concept très étudié car prometteur :

    couplé à la pleine conscience c'est le high tech actuel de la prise en charge en addictologie !

    explorez le net, cyberthérapez vous un peu...

    sinon on sera obligé de vous donner des liens que vous critiquerez encore.

    :(

    http://psychiatrie.edimark.tv/play-vide ... _video=338
     
  23. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    prometteur ....ok.... nous verrons si ça tiens ces promesses!
    quand a la cybertherapie, je sais que cela vous ferai plaisir de m'avoir comme client,machines interposées,
    est ce pour cela que vous portez un masque?
    car sans doute vous avez peur que je vous contamine :lol:

    mais vous ne répondez pas a ma question:
    le fumeur qui veut arrêter peut il fumer juste une cigarette par jour?
     
  24. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    J'ai connu un grand fumeur qui continuait à s'en autoriser une seule par jour juste avant sa sieste !

    une programmation mentale originale : juste pour se souvenir qu'il gardait le contrôle.
     
  25. Hubert Chatelée

    Hubert Chatelée

    Inscrit:
    16 Août 2012
    Décidément vos interventions brillent toujours autant par leur niveau de réflexion...
    Le parallèle entre alcool et tabac est fait ici pour en souligner la différence.
    La "société" attribue toujours certaines qualités à la consommation modérée d'alcool, c'est convivial, c'est une culture, c'est festif, c'est bénéfique pour le système cardio vasculaire...
    Alors que depuis la fin du 20ème siècle ce n'est plus le cas pour le tabac.
    Cette différence doit bien sûr être prise en compte dans la prise en charge de l'addiction.
     
  26. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Tu mets le doigt dessus sans forcément le savoir Paul Elie, effectivement aux USA c'est comme ça, dichotomique, ON/OFF et comme le dit très justement (à mon humble avis) Hubert "avec les AA on est "condamné" a rester un ancien alcoolique qui doit fuir l'alcool, mais c'est la même chose pour un ex fumeur... ". Cette vision de soi en tant que "ancien..." ou que "ex..." ou que négation de... me parait dangereuse. J'en ai très longuement parlé avec quelqu'un que j'ai aidé à arrêter de fumer: j'ai commencé à lui parler de cette distinction "fumeur" puis "ex-fumeur" puis "non-fumeur" ("ex-fumeur" passage pour certains, mais pas pour tous), il a tout de suite sauté sur l'occasion pour me dire que justement ça bloquait pour lui à ce niveau là et que ça lui semblait très important etc.
    Voilà, le Dr Isebaert, j'ai juste lu son nom, pas encore fouillé, mais oui, là il y a un vrai choix avec toute une palette, incluant l'abstinence comme possibilité si la personne le souhaite.
    Par contre, Paul Elie, je ne considère pas qu'ils aient "raison", chacun peut avoir "raison" éventuellement pour lui, mais justement c'est cet impérialisme de pensée qui me choque. De même je ne pense pas que les alcooliques américains soient les meilleurs spécialistes en ce qui concerne l'alcoolisme, tout au plus chacun peut être le meilleur spécialiste de son alcoolisme personnel...
    Certains anciens alcooliques peuvent boire modérément et ce aussi parce qu'ils ont la croyance de pouvoir le faire.
     
  27. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Arg, je n'avais pas vu la page 3.

    Le tabac est une drogue normalement, l'alcool et tout ce qui est alimentaire n'en sont pas par essence. Vous conseilleriez au boulimique de ne plus jamais toucher à la nourriture? Ou même de devenir orthorexique? A un sex addict de ne plus jamais faire l'amour? A un accro aux jeux vidéos de ne plus jamais toucher à un ordinateur?

    Tout peut devenir une drogue. Certains produits ont tendance à "naturellement" provoquer une dépendance, accoutumance et ne présentent pas d'intérêt pour la vie de tous les jours.
    Si ces choses ne présentent pas d'intérêt, sont toxiques et ont tendance à provoquer une addiction, pourquoi les garder?
    Si ces choses font partie d'une vie "normale" ou disons classique, habituelle, et ne sont pas dangereuses, pourquoi les enlever totalement?

    Je partage l'avis d'Hubert quand il dit "La "société" attribue toujours certaines qualités à la consommation modérée d'alcool, c'est convivial, c'est une culture, c'est festif, c'est bénéfique pour le système cardio vasculaire...
    Alors que depuis la fin du 20ème siècle ce n'est plus le cas pour le tabac.
    Cette différence doit bien sûr être prise en compte dans la prise en charge de l'addiction."

    Pour plussoyer Surderien, je connais également quelqu'un qui ne fume (et ne boit) que le soir, cette personne consommait entre O et 5 cigarettes/jour seulement le soir, elle ne fume plus d'ailleurs sans s'en être occupée, et pendant des dizaines d'années elle a fait ça, parfois refumant un peu le soir (toujours entre 0 et 5) parfois s'arrêtant toute seule sans y penser. Certes, pour le tabac ce sont des cas rares mais qui existent. Il y en a aussi qui ont totalement arrêté les cigarettes et se permettent un cigare aux grandes occasions.

    Concernant "donc vous conseillerez a vos clients qui veulent arrêter de fumer....
    de fumer avec modération? aux alcooliques de boire un coup, juste un verre pendant les repas?
    intéressant ! il vous reste a publier un papier....qui fera sans nul doute, révolution dans le monde de la santé" ça se fait déjà pour l'alcool. Il me semble d'ailleurs que l'on range l'alcool dans les addictions alimentaires, ce qui n'est pas le cas du tabac. Je vous cherche quelques info là dessus.
     
  28. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    je ne suis pas d'accord si on parle d'addictions .... car la définition est que l'objet, la drogue l'alcool ou le tabac, devient un problème quand il devient indispensable, nécessaire, obligatoire....
    or c'est ça pour moi le contraire de la liberté!
    les américains je vous assure ,ne sont pas différents de nous....d'ailleurs ,et c'est sans doute regrettable, ils nous ont envahis, sorte de retour de manivelle,colonisatrice, ai je besoin de vous donner des exemples concrets?
    vous savez aussi qu'erikson est américain?
    comme le coca et nos merveilleux centres commerciaux
    il y a du bon et du mauvais partout et oui tout n'est pas noir ou blanc.... mais pour l'alcool comme le tabac, même a petites doses, ils sont des poisons..... vous n'en donneriez pas a vos enfants?
    oui je met tous les buralistes et marchands de vin a dos.... et j'assume!
    tout comme j'assume mon gout pour un bon verre de rouge, avec modération....
    seulement les gens qui ont un problème addictif..... eux ne peuvent pas(avec modération) et je suis surpris que nos deux médecins ici en font presque l'apologie...
    .l'alcoolisme n'est il pas, et c'est l'ordre qui le dit, un des plus grand fleau, celui qui tue en grand pourcentage?
    hubert, surderien avez vous des publications qui encourage la drogue aussi.... oui bien sur que je suis bête! :D
    ( vous n'allez pas aimé mon humour!)?
    vous les prescrivez tous les jours.....
    maintenant je comprends tout.... le pourquoi vous avez appris l'hypnose, pour mieux nous empêcher de pratiquer!
    tout s’éclaire enfin!
     
  29. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Je ne suis pas d'accord avec cette vision manichéenne de toutes les addictions. Ni concernant l'alcool.

    Mais heu... concernant les Etats-Unis et les Américains, je n'ai rien contre eux. Vous parliez des alcooliques américains j'ai repris sans ouvrir sur ce point là uniquement. Comprendre l'association AA.

    Concernant le traitement de l'addiction par l'abstinence obligatoire ou non, je crois que par chez vous il y a un dicton: "We are agree about we are desagree". :) Nous ne serons pas d'accord, ce n'est pas grave (en ce qui me concerne).
     
  30. Hubert Chatelée

    Hubert Chatelée

    Inscrit:
    16 Août 2012
    Il faudrait quand même revoir vos connaissances sur le sujet...
    L'alcool est médicalement reconnu comme étant un protecteur cardiaque et vasculaire à petites doses, sa consommation à doses modérées n'est absolument pas déconseillée.
    Beaucoup de parents donnent de l'alcool à leurs enfants sans le savoir de façon quotidienne, par exemple en leur donnant de la vitamine D sous forme de stérogyl dont le solvant est de l'alcool.
    Personnellement je pense d'ailleurs que de tels "médicaments" sont discutables, mais cela montre bien que contrairement à vos idées reçues l'alcool à faible dose n'est pas un poison.
     
Chargement...