Le jeu : une maladie?

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Anonymous, 1 Octobre 2005.

  1. Je suis étonnée de voir que le « jeu » se trouve dans la même rubrique que la cigarette ou l'alcool ...
    est il considéré comme une maladie?
     
  2. Comme une addiction très certainement !
     
  3.  
  4. où commence la dépendance ? tout peut être dépendance finalement ;-) Il y a les bonnes et les moins bonnes.
     
  5. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Eh bien non, le jeu n'est pas une maladie... (je joue depuis ma naissance et je vais bien merci, voire d'autant mieux)

    L'alcool non plus... en effet il est possible de consommer un peu d'alcool et de ne pas en souffrir, et que la famille ou la société n'en souffre pas non plus

    Pour le tabac c'est un peu plus discutable, car la proportion de personnes qui fument et en sont dépendantes est écrasante (par rapport aux fumeurs non dépendants) ; de plus le tabac tue un consommateur sur deux !! (on peut en mourir et conduire son conjoint non fumeur à sa perte également, c'est efficace...)

    Avec le jeu on est loin de cela...
    la notion d'addiction est partie intégrante d'une théorie qui ne place pas le toxique ou le "produit" au centre du problème (avec la notion de toxique puis de drogue : c'est l'époque où on parle de saturnisme, puis d'alcoolisme, etc)

    qui ne place pas non plus le consommateur au centre du problème (notion de toxicomane, ou consommateur dépendant ; c'est l'époque de l'héroïnomanie etc)

    mais qui place le comportement au coeur de la question.
    Nous sommes à l'époque où l'on parle d'usage, d'usage nocif, d'usage abusif, d'usage addictif...
     
  6. on peut néanmoins mourir du jeu (par suicide: je fais allusion aux nombreuses personnes endettées... je sais, c'est une mort indirecte, ... comme se faire renverser par un camion marlboro mais bon...)
    le crédit aussi peut être une addiction, l'argent aussi (et celle-ci touche du monde je pense !)... alors après tout, pourquoi dire que le tabagisme est une addiction ? et puis tu peux fumer 1 cigarette de temps en temps (ce qui est mon cas et celui d'autres personnes bien que , d'apres ce que je constate, la majorité des fumeurs consomment du tabac quotidiennement et minimum environ 10cig/jour)
     
  7. ReverSyl

    ReverSyl

    Inscrit:
    12 Septembre 2006
    Je penses que ce qui est néfaste, c'est l'habitude régulière.

    Je m'explique : si on fait ou consomme une chose de temps en temps, alors on peut encore profiter consciemment de ce quelle apporte et on garde le choix de s'en défaire si besoin. Si on prend une habitude régulière, alors le corps, l'inconscient, s' adapte, se modifie pour l' intégrer. A ce moment là, on devient de moins en moins conscient de ce que ça nous apporte et pour s'en défaire, c 'est très dur (sauf si on maîtrise l'hypnose :wink: ).

    C'est sur ce genre d'attitudes que le stress et l'anxiété peuvent aussi apparaitre.

    De plus, la consommation devient de plus en plus excéssive (le plus souvent) donc on créer en plus un déséquilibre important (physique et/ou psychique).

    Principe de tout apprentissages, répéter, répéter et répéter pour l'intégrer.
     
  8. ReverSyl: Je suis agréablement surpris de bon matin et je vais te dire pourquoi... Dans l'exercice de ma profession, il arrive (je pense comme toi) que j'ai des phrases toutes prêtes que je répète, répète et répète encore. Par exemple: "répéter, répéter et encore répéter pour l'intégrer..." (généralement je ne parle pas "d'apprentissage" mais de comportement... enfin bref)
    content quoi !
     
  9. atlas

    atlas

    Inscrit:
    14 Avril 2007
    Et comment saisir la nuance entre dépendance et addiction ?

    complétons la liste des dépendance dissimulées

    Dependance au sexe , dépendance lors de la vieillesse ,dépendance dans la vie de couple (si bobonne se barre en claquant la porte , souvent s'ensuit un effondrement pyschologique pour au moins un des 2 concernés) ,
    Poétiquement dit dans la bible par un "il dominera sur toi et tu ne pourras pas te passer de lui" .C'est encore trés actif surtout dans les pays sous développés (splendide conditionnement négatif renforcer par une structure politico-religieuse).
    Dépendance à "l'autre", à l'etre humain qu'il soit pénible ou agréable .Même un ermite si il peut rester longtemps tout seul fini toujours par intégrer le clan pour éviter son suicide mental .

    Nouveau phénomène social autour du jeu : "la geek attitude"
    IL existe bel et bien une addiction au jeu .Pour cela un geek est capable de sacrifier sa carrière sociale , son métier et de se couper de toute formes de relations sociales .Uniquement interagir et communiquer par écran interposés .
    Enfin , au roi des jeux "les echecs" 4 champions du monde ont été reconnus comme cas pyschiatrique .Le dernier en date étant Bobby Fischer .Du reste le jeu est chargé de symboles dans lequel l'inconscient se nourrrit .
    C'est un indice ...
    On détecte mal ces phénomènes parce que les personnes concernées sont coupés du jeu social .La geek attitude rejoint la cyberdépendance , jeux en réseaux , porno etc ...A creuser également la dépendance à la télévesion
    cette dernière créant des effets hypnotiques certains ...(combien d'heures par jour ? etc ...)
    Pour les hypnothérapeutes , l'addiction au jeu est un "marché" à prendre .
    Ce sont des clients qui attendent qu'on s'occupe d'eux .Qui attendent qu'on prenne concience qu'ils existent ...

    Video pas facile
    http://www.dailymotion.com/relevance/se ... u_politics

    Il existe des videos plus significatives (j'arrive pô à remettre la main dessus).

    Les dépendances sont-elles intrinsèquement bonnes ?Manger est une dépendance ....
     
  10. il est précisé dans les commentaires de la vidéo sur youtube que celle-ci serait bidon...
     
  11. docteur mandrille

    docteur mandrille

    Inscrit:
    23 Décembre 2006
    l'idée n'est il pas de choisir ses dependances?
    ou,au moins de les assumer?
     
  12. Bonjour,

    Entièrement d'accord; s'il y a SUBSTITUTION DE SYMPTÔME, et si le Sujet a besoin d'une dépendance, autant qu'il l'a choisisse Consciemment, elle n'en sera dans la majorité des cas que plus saine.
     
  13. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonjour,

    Revenons à la question : "comment séparer dépendance et addiction ?"


    Heu cher Atlas, je craindrais si ce n'était pas toi qui l'as écrit, de lire ci-dessus ce qu'écrivent les fumeurs de moquette en fin de soirée : tout est dans tout et inversement...
    Par exemple il me semble que la dépendance (de la vieillesse) est une perte d'autonomie conduisant à des demandes d'aide, ça n'a rien à voir avec une addiction

    dépendance à la nourriture : pourquoi ne pas délirer avec la dépendance à l'oxygène que nous respirons ? :wink:

    de même pour Constant, "choisir ses dépendances" :roll: , sympa voire rigolo, mais soyons sérieux : un comportement addictif est défini comme un comportement dont la répétition (nuisible à l'individu, sa famille, la société) semble ne pas pouvoir être maîtrisée par l'individu en question.

    Ainsi Atlas, pour te répondre : "comment distinguer dépendance et addiction ?" je te renvoie à mon message précédent : le concept de dépendance centre le regard sur le toxique (c'est pour cela que dépendance ne se décline qu'avec un substantif et pas avec un verbe : dépendance à quelque chose) ; le concept d'addiction se focalise sur le comportement, c'est pourquoi c'est sous le règne de cette théorie-là que l'on a développé les notions d'addiction au sexe (sexoholic), au jeu, aux comportements à risque (rouler sur l'autoroute à contresens)...
    Autrement dit pour quelqu'un qui a suivi les théories sur le sujet, en choisissant ses mots on fait référence à l'une ou l'autre des approches.

    Voilà un vrai sujet :)

    Tiens je suis peut-être un peu crispé aujourd'hui :?
     
  14. docteur mandrille

    docteur mandrille

    Inscrit:
    23 Décembre 2006
    et qui definit ce qui est nuisible?a part l'individu lui meme?
     
  15. atlas

    atlas

    Inscrit:
    14 Avril 2007
    Bah non , j'aie pas suivi les théories sur le sujet et je ne peux pas faire reference de façon claire et concise dans un cas à la dépendance , dans l'autre à l'addiction .

    C'est bien pour ça qu'il y a un espace de confusion dans mon inconscient au niveau l'interprétation du symbole des mots .Et c 'est ausi pour ça que la communication entre humains sera toujours un peu branquignolle .

    La nuance entre dépendance et addiction me parait toujours trés mince .
    Et j'avoue n'avoir toujours pas trés bien saisi .

    dépendance = toxique
    addiction = lier au comportement

    Le choix des mots fait tout confondre

    ex : sexoholic (donné par tes soins Castorix) on associe spontannement
    inconsciemment a "alcoolique" ce dernier étant à classer plutot dans toxique et dépendance .
    Hors tu as classé sexoholic dans addiction-comportement ....

    Sexoholic n'est pas un mot judicieux et je pense que je dois pas être le seul à tout mélanger .
     
  16. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Tu m'as bien compris,
    Je suis particulièrement d'accord avec cela, le néologisme "sexoholic" est truqué
    - dans ce terme qui paraît parler d'une addiction au sexe, on a choisi le suffixe -olique, comme dans alcoolique, qui renvoie à alcoolisme

    - dans les théories sur les abus de substances les termes en -isme renvoient directement à la conception centrée sur le toxique

    - donc (d'après moi) la création de ce mot sexoholic procède d'une intention de déclarer que c'est le sexe qui est malsain, comme lorsque l'on veut stigmatiser un produit (en évitant de parler du consommateur, et en évitant de parler des conditions qui entourent l'action de consommer)

    - est-ce là un témoignage de l'ambivalence d'une amérique (du nord) à la fois débridée et puritaine ? ce n'est pas exclu...

    - et nous revenons aux lieux communs : il y a la chose (le sexe), il y a le sujet (le consommateur de sexe) et il reste à considérer la société et les conditions dans lesquelles se fabriquent les "besoins", l'offre et la demande,... de sexe... comme du reste :roll:
     
  17. corleone

    corleone

    Inscrit:
    2 Janvier 2009
    ah !! on aborde ici un sujet dont je peux parler car mon premier patient (qui accessoirement est aussi mon mari) a souhaité me consulter pour une addiction au jeu !! je m'explique car apparemment certaines personnes ont du mal a concevoir qu'il puisse s'agir d'une reelle addiction :etre obsédé par le jeu quel qu'il soit pourvu qu'il y ait un enjeu (si possible pécunier)! poker, casino, 4-21, flechettes, rami, belotte etc ...une séance d'hypnose aura suffi a la guérir de cette affreuse drogue qui nous aura tout de meme couté quelques centimes (grrrrr) , quelques disputes, et surtout un grand mal etre pour lui !!

    moralité : oui le jeu peut etre une reelle addiction
    et oui l'hypnose peut aider la "victilme" à se sortir de cet engrenage si elle en a la volonté
     
  18. Pinos Ria

    Pinos Ria

    Inscrit:
    11 Décembre 2008
    Merci Corleone pour ce témoignage

    Toutefois , j'ai la croyance que le premier patient que nous prenons en charge c'est belle et bien nous-même .
     
Chargement...