Les effets du confinement chez les jeunes - mythe ou rélaité ?

  • Initiateur de la discussion jumb
  • Date de début
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
Si certains ont souffert de l'isolement pendant les différents confinements en se sentant privés ou frustrés du peu de relations sociales, pour d'autres en revanche l'isolement était un sorte de cocon protecteur pour vivre dans sa bulle et faire ce qu'ils avaient envie. Pour les ados, jeunes, cette période fut "souvent" difficile (dans un sens ou dans l'autre). J'en ai rencontré quelques uns au cours de ma pratique professionnelle à qui on ré-apprenait à se refamiliariser à une vie de groupe, à sortir de chez eux, à faire des choses... en plus d'un suivi chez le psychologue et/ou psychiatre. Et de l'hypnose pour certains.

Par expérience, juste à un niveau perso, ce sont ceux qui ont vraiment apprécié le confinement, dans le sens où il a été vécu comme un soulagement des contraintes sociales, où les difficultés ont été plus nombreuses de revivre classiquement. Pour ceux plus sociables, la levée des contraintes, leur a vite redonné du baume au coeur, et l'idée d'en profiter avant de retomber dans d'autres contraintes. Certains ont bravé les "interdits", mais en milieu rural très peu, car difficile de se retrouver quand il y a peu de jeunes sans moyen de transport, et que tout le monde le voit.

Voici un article de France info qui traite du sujet : https://www.francetvinfo.fr/sante/p...e-depuis-la-pandemie-de-covid-19_5017391.html

Et vous qu'en pensez vous, la souffrance des ados grossie par la presse, ou vraiment une réalité ?
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
Top Posteur du mois
messages
3 030
Points
7 660
Localisation
France
c’ est vrai que certains ados comme adultes souffrent beaucoup de la peur de cette maladie ou des contraintes qu’elle entraîne
perso mes ados n’ont pas d’angoisse
la plus grande souffrait de ne pas vivre son ados,voulant aller en boîte de nuit quitte à se faire tester à chaque fois
la plus jeune s’est enfermée dans sa bulle et visionne un maximum de films ....
elles poursuivent leur cursus scolaire
la plus jeune a décroché pendant le premier confinement mais à raccroché les wagons depuis
les scéances de psychologie sont remboursées, c’est qu’il y a un besoin et une demande
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Si certains ont souffert de l'isolement pendant les différents confinements en se sentant privés ou frustrés du peu de relations sociales, pour d'autres en revanche l'isolement était un sorte de cocon protecteur pour vivre dans sa bulle et faire ce qu'ils avaient envie.
Ce constat est représentatif du monde dans lequel on vie, deux positions radicalement opposées et pourtant chacun y trouve son bonheur... l'essentiel n'est-il pas là ?
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Pourquoi penser qu'il faut absolument être dans une dynamique de sociabilisation pour être normal comme pourrait penser un psy par exemple ?
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
je serais curieux de voir un représentatif chiffré et précis de ceux qui sont d'un coté ou de l'autre, il y a fort à parier que l'on serait surpris... Oui de mon coté au boulot et plus un tas disent avoir bien tiré profit du confinement....
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Je pense que dans tout ça, c'est plus la qualité des relations sociales qu'il faudrait remettre en cause, c'est la raison principal que certain s'en détourne... Mauvaise ambiance, compétition, respect, manipulations, conflits. Au passage, l'idée du vaccin imposé et des restrictions sont-elles pour aider alors qu'il y a déjà un problème marquant à ce niveau ? Alors pourquoi chercher à soigner, ? Il n'est pas là le problème, et pour régler un problème c'est sur celui-ci qu'il faut travailler...
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Normalement on sait tous que c'est sur l'origine qu'il faut tendre à travailler par sur la conséquence, on est après la bataille là...:cool:
 
P

pattard 3

Membre
messages
172
Points
1 960
je pense que ceux pour qui ça du être très dur , c'est ceux qui étaient régulièrement battu . La violence familiale a souvent tendance à s'accentuer vers 15 ans , et les ados ou préados dans cette situation essaient souvent de s'éloigner du milieu familial . Le confinement rendait impossible cet éloignement.
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
Ce constat est représentatif du monde dans lequel on vie, deux positions radicalement opposées et pourtant chacun y trouve son bonheur... l'essentiel n'est-il pas là ?
Par retour de témoignage de plusieurs jeunes, au début dans sa bulle, deux ou trois mois, ça va bien, puis à un moment ça se dégrade. Et le bonheur commence à devenir bof bof voire pire.
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
Pourquoi penser qu'il faut absolument être dans une dynamique de sociabilisation pour être normal comme pourrait penser un psy p
En te donnant un exemple de mon ancien travail, beaucoup de jeunes demandaient à faire des métiers solitaires. Il y en a bien sûr, mais c est excessivement rare car il y a presque toujours des interactions avec d autres, rien que pour l embauche pour un salarié, les clients quand on est à son compte. Ne pas être à l aise avec les autres, avoir peur ou rester terré chez soi, limite les possibilités dans sa vie. Être un minimum à l aise est plutôt souhaitable et ensuite pouvoir choisir (et non éviter par peur) de voir ou non du monde.
Si on n à pas de compétences sociales, la vie est souvent plus compliquée, si tu n as pas de réseau, c est vite galère.
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
Normalement on sait tous que c'est sur l'origine qu'il faut tendre à travailler par sur la conséquence, on est après la bataille là...:cool:
Une fois que l origine est créée, elle est là, on ne peut plus rien y changer. On agit dans le présent, qu est ce qu on fait maintenant ? On peut réfléchir sur le futur, éviter que ça se reproduise... Mais pour ceux qui ont des conséquences C est dans l immediat
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
je pense que ceux pour qui ça du être très dur , c'est ceux qui étaient régulièrement battu . La violence familiale a souvent tendance à s'accentuer vers 15 ans , et les ados ou préados dans cette situation essaient souvent de s'éloigner du milieu familial . Le confinement rendait impossible cet éloignement.
J ai heureusement eu aucun retour dans ce sens, situé dans un environnement où il y a pas mal d espace, même sur les logements hlm. C est sur que pour les violences conjugua les ou familiales, C est le plus hard. Vite l enfer.
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
au début dans sa bulle, deux ou trois mois, ça va bien, puis à un moment ça se dégrade
Si on n à pas de compétences sociales, la vie est souvent plus compliquée, si tu n as pas de réseau, c est vite galère.
Ce sont des croyances bien ancrées, et un critère principal dans l'accompagnement habituel. De la même façon, il convient de faire un distinguo sur les différents types d’interactions sociales, car effectivement il y en a toujours un minimum (professionnel, familiale, amicale). Une personne ne voulant pas retourner au boulot peut très bien combler son besoin autrement. Magasin, boulanger, rando, salle de sport, pêche, chasse, échanges dans la rue, café, resto, etc. Je pense que tout ceci est bien trop complexe pour le réduire à ces croyances... De la même façon, je fais le distinguo avec la vrai phobie sociale quand même assez rare...
 
Dernière édition:
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Je suis d'accord sur l'idée qu'il ne faut pas rester enfermé chez soi, mais là encore avec les prix qui flambes même ceux qui veulent ne peuvent plus ou limitent... Encore une origine qui vient d'où ? De notre petite enfance peut-être ???🤣🤣🤣🤣 Non je dirais plutôt de la gestion politique en générale et qui met en place ces gens ?
La philosophie ho oponopono dit quoi ? C'est de la faute de ?
 
Dernière édition:
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Dans tous les cas, de la même façon que pour le confinement l'incidence sera toujours plus fortes pour ceux qui habitent un appartement en grande ville... La question à se poser est : les mesures prises sont-elles à la hauteur des conséquences ?
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
Magasin, boulanger, rando, salle de sport, pêche, chasse, échanges dans la rue, café, resto, etc. Je pense que tout ceci est bien trop complexe pour le réduire à ces croyances... De la même façon, je fais le distinguo avec la vrai phobie sociale quand même assez rare...
Peut être qu on ne parle pas de la même chose ou des mêmes catégories de personnes. Je parle plus de personnes restant dans leur chambre ou appart à 95%. Relations familiales donc et cela en reste là... Pas de rando, pas de sortie, pas d école, pas de taf, pas d argent et parfois une paire de chaussures pour 3. Et comment voir du monde quand tu n as rien, sortir de ton milieu, et que ce sera la risée... En ce sens, il y en a qui font par exemple un footing à 4h du mat pour croiser personne... Et avec le confinement, en 1 sens, c était une protection. Et difficile de ressortir et beaucoup de peurs...
 
P

pattard 3

Membre
messages
172
Points
1 960
C'est en effet un frein énorme aux relations sociales. Il est possible de se promener dans la rue sans un sous en poche ....à la condition d'avoir une paire de chaussure , évidemment , mais , c'est s'exposer à rencontrer quelqu'un qui te proposera d'aller prendre un verre, c'est s'exposer à devoir "avouer " que tu n'as pas un sous en poche pour partager ce verre.....
Si tu restes chez toi , seul devant la télé , personne ne te demandera de dépenser un argent que tu n'as pas.
 
surderien

surderien

Toujours savoir trouver le plaisir de chercher…
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 481
Points
9 560
Localisation
Suscinio 56
Le monde associatif accueille…
Même les gens qui ont perdu leur sourire.
Et les aident à se réaliser comme ils souhaitent.
Faut juste s’en souvenir…
😏
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
D'accord mais le problème est que le monde associatif est sous représentatif et très peu puissant...
12 millions de bénévoles, 1 500 000 emplois... surtout dans l'aide sociale et le sport (et diverses manifestations) En ayant presque toujours travaillé pour des associations, ou été bénévole, je n'ai pas forcément ce sentiment. Ce qui est compliqué c'est d'avoir des financements sur ce qui n'est pas "jugé comme productif", mais ça se fait ! Beaucoup de bonnes volontés dans ces domaines, et beaucoup d'associations apportent de la joie dans l'amélioration du quotidien de beaucoup de personnes.
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
sur 68 million d'habitants c'est peu 17% environ... c'est peu c'est vrai c'est tout
Tout dépend ce que tu appelles peu... Si tu comptes ceux qui qui utilisent, bénéficient, c est enorme...
Les associations sont souvent des soleils qui permettent de s occuper de choses qui désintéressent les financiers et qui font partie de ce qui fait souvent le plus de bien... A l adolescence, dans mon bled, il n y avait rien, juste un ballon, vélo, la forêt... Un prof s est dévoué à créer une asso pour nous initier au théâtre. Le bien être que cela crée parmi nous, C était immense. Et pour beaucoup de personnes...
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
C est vraiment une solution comme le dit Surderien contre le mal être... Car il y en a pour tous les goûts..
 
dide70

dide70

Membre
messages
4 307
Points
7 160
Localisation
Belfort
Là encore il est fait quoi pour inciter au bénévolat ? ça se perd même pour les animations rurales de moins en moins de volontaire, c'est toujours les mêmes qui font... Peut-être une génération plus volontaire disparait
 
Bermagas

Bermagas

Membre
messages
1
Points
180
Bonjour, nouvelle dans l'aventure Transe Hypnose, ce sujet me touche personnellement. Actuellement encore professeur en lycée professionnel et en pleine reconversion, je vous assure que sur le terrain on a pu voir à quel point les confinements, les mesures sanitaires changeantes et la Covid en général ont été générateur de stress. De manière général, tous ont eu un sentiment d'isolement et de privation avec bien sûr des différences individuelles accrues. Mais à l'inverse de nous adultes qui cherchons à généraliser et comprendre, nos adolescents (en tout cas ceux que je vois tous les jours), sont des éponges émotionnelles. Etre confiné, respecter un couvre-feu, cacher son visage... ont souvent été perçu comme des punitions injustifiées et si à ça on ajoute toutes les situations personnelles, familiales, sociales qu'ils peuvent connaitre, alors oui le confinement a eu un réel impact ! Mais nos adolescents sont une source incroyable de force et de renouveau : beaucoup vont réussir à surmonter tout ça et vont en ressortir grandi, d'autres sont plus fragiles et ils ont besoin d'une écoute et d'une aide réelle, sans jugement et sans volonté de généraliser leur situation à celles que vivent les autres. Ils ont besoin de nous adulte pour pouvoir continuer à vivre leur jeunesse et devenir des adultes le mieux construit possible.
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 028
Points
6 060
Localisation
gerardmer
Oui, le masque et de le mettre sous les narines dès que possible... et surtout en gardant l'anorak en intérieur, ils étaient sous les tropiques, limite de se sentir mal. J'avais plutôt ceux qui ont décroché du système scolaire et du coup étaient à nouveau seuls à la rentrée car les autres à l'école. Et sans pass pour certains. Je travaillais à la Mission Locale sur un atelier d'orientation. De la phobie sociale pour bien la moitié des différents groupes, si ce n'est pire... Je fais la même chose pour un autre organisme à présent avec un groupe hétéroclite en âge cette fois ci pour les trois prochains mois.
Je vais retrouver les mêmes problématiques de phobies sociales.
Normalement il y a une part de formation, d'acquisition d'outils, ou de conseil à l'emploi, et finalement on bascule très très nettement sur du coaching de groupe, et surmonter ses peurs, developper la confiance en soi... apprendre à se connaitre, repositiver...
 
Vous aimerez:
M
  • Question
  • Marc1963
Réponses
7
Affichages
2 K
F-DX
F-DX
Admin
Réponses
20
Affichages
1 K
Cyril Gayet
Cyril Gayet
xorguina
  • Question
  • xorguina
Réponses
0
Affichages
2 K
xorguina
xorguina
Nouveaux messages
M
  • Question
  • Membre supprimé 29398
Réponses
16
Affichages
14 K
La Voix
L
R
  • Article
  • Ramonstelo
Réponses
1
Affichages
39
surderien
surderien
Exuvie Iridescente
  • Question
  • Exuvie Iridescente
Réponses
1
Affichages
52
Nossolar
Nossolar
Débat du mois
>> Vous aimez cette page ? Inscivez-vous pour participer
Haut