1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

La dépression et la plasticité du cerveau

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Roudil-Paolucci nathalie, 1 Juillet 2007.

  1. Roudil-Paolucci nathalie

    Roudil-Paolucci nathalie Membre

    Inscrit:
    15 Mars 2007
    Messages:
    158
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1790
    Localité:
    Avignon - Ajaccio

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    La dépression n’est pas internationale alors que la plasticité du cerveau est universelle !

    Pourquoi décide-t-on inconsciemment de maintenir le mal être alors que nous pourrions décider tout aussi inconsciemment de changer et d’opter pour la sérénité, le bien être, le libre arbitre, les nouveaux apprentissages… ?

    :twisted: Serions-nous conditionnés à la dépression, à la dépendance, à la certitude que certains traumatismes sont évidents, à des croyances limitantes, à des lois sociales aliénantes… ? :twisted:

    La dépression n’est pas planétaire et elle n’existe pas dans de nombreuses cultures où les lois de la nature prédominent.
    Allons consulter l’ouvrage de Catherine Lutz, ethnologue chez les Ifaluk. Quand l'ethnopsychologue se rend compte que chaque concept entraîne une attitude. Le mot entraîne le maux pourrait dire Boris Cyrulnik
    Allons faire un tour, chez les Trobriands où les pères sont fiers quand leurs très jeunes progénitures s’engagent librement dans la sexualité.
    Rappelez-vous, comment certains de vos parents considéraient avec mépris les parties génitales. Souvenez-vous ou écoutez encore combien il est immoral, immonde, impur, obscène de faire l’amour avec l’homme, la femme que l’on désire hors contexte culturels, ou encore de parler de sexualité quand on est dans l’univers judéo-chrétien.
    Les certitudes d’interdits sociaux et traumatismes correspondants sont tellement différents d’un côté et d’un autre de l’espace-temps de notre planète.

    Ecoutez et lisez les grandes théories sur la dépression, sur les traumatismes et leurs causes. N’y aurait-il pas là des considérations impropres, théories subjectives et non objectives, inhibantes pour la nature humaine ? :twisted: :?:

    Quand les neurobiologistes prouvent, actuellement, que la plasticité du cerveau est incontestable ; quand l’étude des différentes cultures attestent que selon les lieux et les temps, les croyances, les comportements, les certitudes, les maladies, la psychologie…sont divergentes, opposés, antithétiques, contradictoires : ne doit pas, maintenant, travailler plutôt sur le dépassement de nous-mêmes que sur les aberrations sociaux-culturelles ?

    Je crie haro sur les croyances localisées et j’encense, je magnifie la nature humaine, son potentiel et sa créativité infinie.

    Je suis persuadée que l'être humain ne sait pas toujours, qu'il est suffisamment fort pour changer et que dans son for inconscient tout est déjà possible. Seule condition peut-être : se défaire un instant, le temps du changement, des croyances culturelles, faire table rase un moment, vider et laisser le corps et l'esprit se métamorphoser.

    Lors d'une séance d'hypnose, d'un moment surprenant, ou encore lors du sommeil, ou bien lors des phases de creux du biorythme...quelque chose dans la l'electro-biochime de notre cerveau peut se passer et défaire ou engendrer des expressions de l'être, encore inédites jusqu'à là. :idea: :!: :idea:

    Nathalie Roudil :)
     
  2. ArtOfInfluence

    ArtOfInfluence Membre

    Inscrit:
    5 Février 2007
    Messages:
    86
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1560
    Localité:
    Belgique
    bonjour

    pourrais-tu nous indiquer une définition de la plasticité du cerveau.

    merci
     
  3. Roudil-Paolucci nathalie

    Roudil-Paolucci nathalie Membre

    Inscrit:
    15 Mars 2007
    Messages:
    158
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1790
    Localité:
    Avignon - Ajaccio
    :D Cher ArtOfInfluence,

    Voici en toute hâte, une ébauche de définition qu'il faudrait compléter par des explications plus scientifiques. Je dis en toute hâte car ma connexion informatique cessera pour une dizaine de jours, à partir de minuit. Non, je ne suis pas Cendrillon :wink: , car la suite de l'histoire, se passera à Marseille. Nouvelles adresses du logis et du cabinet...

    Donc, la plasticité du cerveau est : sa Capacité à modifier l’organisation des réseaux de neurones en fonction des expériences vécues par l’organisme.
    La plasticité consiste à organiser dans le cerveau des connexions afin de faire circuler des informations qui engendrent des attitudes mentales et comportementales. Des neurones, augmentent le nombre de leurs connexion et libèrent des neuromédiateurs ... "

    Et cela peut même se voir ! Par exemple : plus un violoniste s’entraîne, plus la zone de son cortex qui dirige son auriculaire gauche s’étend au détriment des zones allouées aux autres doigts, ce qui rend ce petit doigt d’autant plus agile !

    Ce modelage des connexions inter-neurones est particulièrement actif chez les jeunes individus mais il intervient aussi tout au long de la vie ! :idea:

    Les lectures comme celles des ouvrages des neurobiologistes Jean-Pierre Changeux, et des professeurs François Ansermet et Pierre Magistretti ouvrent des études sur la plasticité neuronale ou en d’autres termes sur la "labilité synaptique". Notre cerveau est un « système « auto-organisé », ouvert et motivé ». Les neurones lancent leurs ramifications pour former de nouvelles synapses et fabriquent de nouveaux circuits fonctionnels en fonction des expériences vécues. Un « cablage » qui remodèle ses connexions à partir de facteurs environnementaux et contextuels. Le relais qui assure la transmission de l'influx nerveux est la synapse. Il y a de 1 à plus de 100 000 synapses par neurone (moyenne 50 000). Les neurones sont les cellules de la connectivité et de l'interdépendance.

    C'est cette plasticité qui est responsable de « modeler » chaque individu (« à chacun son cerveau »), en permettant aux facteurs de l'environnement, aussi bien qu'au vécu interne, de moduler l'expression de son génotype et favoriser ainsi son « devenir ».

    Mais le problème qui se pose dans cette aptitude des neurones à se connecter est l’installation d’une possible rigidité mentale conforme à la majorité culturelle. Faire passer un sujet d’un comportement à un autre n’est pas aussi facile.
    Ce sont les activités, les voyages, l’étonnement, la pratique artistique, scientifiques, philosophique…qui permettent des changements conceptuels d’une période de vie à une autre, d’une génération à la suivante…
    :idea: :idea:

    «Les hommes jugent des choses selon la disposition de leur cerveau », dit Jean Pierre Changeux

    Voilà, des bribes compulsées ici et là, en espérant que ce supplément au texte liminaire éclairera le lecteur et engendrera quelques dialogues interessants.
    :D

    :shock: En attendant de compléter ou de laisser ce travail à un "scientifique", J'aurai tout de même l'occasion de consulter les messages dans les cyber-cafés. :D

    Nathalie :D
     
  4. docteur mandrille

    docteur mandrille Membre

    Inscrit:
    23 Décembre 2006
    Messages:
    237
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1760
    Localité:
    paris
    a plasticité du cerveau est intrinsequement lié aux modeles connectionnistes qui sont,pour le moment,les modelisaitons possedant le meilleurs critere de versibilité.
     
  5. Joey

    Joey Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Messages:
    258
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1590
    La "dépression" est un mot, et l'utilisation de ce mot a amplifié son impact.
    Il existe des languages dans lesquels ce mot n'existe pas, et donc ces personnes ne se sont jamais posé la question d'être ou non dans une phase de dépression, c'est ca qui est génial.

    Est ce que c'est la aplasticité qui entraine de nouveaux comportements ou bien est ce les nouveaux comportements qui entrainent la plasticité du cerveau :?:
     
  6. docteur mandrille

    docteur mandrille Membre

    Inscrit:
    23 Décembre 2006
    Messages:
    237
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1760
    Localité:
    paris
    +1 meme si il faut faire attention a ne pas sombrer dans le "tout psy"en réaction au scientisme primaire.

    la notion de causalité linéaire est perimé depuis un moment dans ce domaine,c'est un systeme.tout agis sur tout .
     
  7. Joey

    Joey Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Messages:
    258
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1590
    Oui, en fait je me posais la question si dans la théorie de la plasticité, un sens dominait sur l'autre.
     
Chargement...