1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Oui mais (Le film et les commentaires de certains psy)

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Nossolar, 7 Mars 2016.

  1. Nossolar

    Nossolar Membre

    Inscrit:
    22 Juillet 2015
    Messages:
    674
    J'aime reçus:
    259
    Points:
    3980
    Localité:
    Belgique

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Vu que l'on a parlé brièvement du film Oui mais sur le forum, ce film m'a permis de voir qu'un psy n'intervenait pas que pour des gros "bobos" de l'esprit, d’une certaine manière j'ai compris que l'on pouvait en voir un avant d'être très loin moralement...

    Pourtant dans cette vidéo certains psy mettent un bémol à ce film !

    Perso je trouve qu'ils ont tort, je ne suis pas psy, mais j'ai le droit d'avoir un avis :)

    Et vous c'est quoi votre avis ?




    Commentaire venant de la page youtube ci plus bas.

    Découvrez le triangle de Karpman vue sous l'angle de la médiation professionnelle. Cet extrait qui tend à illustrer les comportements humains vus sous le tripode analytique de Karpman (triangle dramatique) illustre bien la tendance interprétative qui empêche une approche rationaliste des comportements humains. La démonstration du comportement du psy, joué par Jugnot, est une démonstration de l'erreur constante en psy : la lecture de pensée, le prêt d'intention, l'interprétation hissée au plus haut niveau de l'incompétence magnifiée. Un scénario reste un scénario : il suffirait de permettre plus de compétence dans la compréhension de la maladresse humaine pour que tout change...
     
  2. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3725
    J'aime reçus:
    449
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Avant de regarder je me dis déjà qu'il y a plein d'orientations différentes dans les métiers psy.

    Au début c'est de l'AT (Analyse Transactionnelle), les jeux comme dans le livre "Des jeux et des hommes", il me semble.
    Le jardinier veut rester dans son problème mais s'en plaindre, derrière il y peut y avoir un besoin de se plaindre, et on peut se demander si c'est pas un schéma d'incapacité.
    J'ai eu du mal à comprendre ce qu'ils veulent dire par "Et si... l'interlocuteur était plus compétent et que le tiers observateur l'était aussi...". J'ai compris plus tard dans la vidéo, mais c'est justement ça un "et si...".
    C'est pas un choix conscient c'est inconscient.
    Après quand c'est comme ça la personne désire être plainte point barre, elle ne demande pas des solutions. L'autre jardinier lui cherche des solutions mais ce n'est pas ce que veut l'autre.
    Avec des si on mettrait Paris en bouteille, on ne peut pas savoir ce qu'il aurait répondu.

    Lol quand à la phrase à 2:26 parce que c'est exactement ce qu'ils font aussi. Bien sûr que dès qu'on tente une explication d'un comportement on est dans une "virtualité théorique", mais c'est évident mais toujours.
    Dans l'approche de "Oui, mais..." on est dans une approche responsabilisante, qui vise autonomie, indépendance et conquête de bonheur.
    Dans l'approche de ceux de la critique on est plus dans du Rogerien, de l'écoute, de l'accueil, on va tout doucement apprendre à mieux se connaitre et s'écouter.
    Franchement j'utilise les deux genre d'approche mais pas avec les mêmes personnes et pas aux même moments. Les deux sont intéressantes et les deux apportent quelque chose.
    S'il y a un problème assez urgent, défini à régler: une phobie simple, une personne motivée pour changer (le changement ça fait parfois peur et si on essaye de foncer alors que la personne n'est pas prête on se ramasse, il faut alors préparer ça) je préfère les approches thérapies brèves, TCC, c'est efficace, rapide et la personne est autonome et indépendante derrière.
    S'il y a plus de douleur émotionnelle, dépression, que la personne a peur du changement, ne sait pas définir exactement son problème, je préfère une approche beaucoup plus douce, centrée sur l'écoute et l'accueil.
    Les deux sont bien et je trouve dommage de critiquer l'une au profit de l'autre alors qu'à mon avis elles peuvent toutes les deux apporter beaucoup.
    Bon, c'est vrai que les termes choisis sont assez connotés volontaires alors que c'est un jeu inconscient.

    Là par contre je ne suis pas du tout d'accord, cette approche n'est pas du tout ce qui est le plus courant et l'interprétation de cette approche est très manichéenne et pfff... "au plus haut niveau de l'incompétence magnifiée"... sérieux? Non.
     
Chargement...