1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

peur panique du vide

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par hibou13, 17 Novembre 2013.

  1. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour à tous
    Face à un ce cas, pouvez vous suggérer différente approche?
    Anamnèse, Induction, travail thérapeutique....
    Merci d'avance pour l'échange.

    C'est un premier contact.
    Les infos : personne dans la 40aine, femme, 2 enfants, profession indépendante (inconnu pour l'instant, je pense service à la personne ou ménage).
    Ce reconnait hyper active, surbooké, traitement pour dépression (origine inconnue), Essaye de sortir des traitements, exprime un raz le bol de son psychiatre. Veux essayer autre chose.
    A été conseillé par un médecin, pour hypnose, qu'elle ne connait pas.
    Problème exprimé : peur panique de l'inactivité, du vide, de ne rien faire. Pleure à l'approche des we, vacances etc...

    Voila les éléments connus
     
  2. Joey

    Joey Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Messages:
    258
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1590
    "Peur panique de ne rien faire", ca ne semble pas être la véritable raison, la véritable cause de son mal-être mais simplement un prétexte.
    Demandez lui la dernière fois où elle a été inactive. Comment cela s'est passé? qu'a t elle ressenti? Que cherche t elle à satisfaire exactement en s'activant?

    Vous pouvez aussi tenter un recadrage de sens : être assise, lire un livre, regarder la télévision, ou même simplement réfléchir ou penser, c'est déjà faire quelque chose, et même quelque chose de très souvent utile et indispensable pour notre physique, pour notre mental ou pour réorganiser nos pensées et nos priorités...
     
  3. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3725
    J'aime reçus:
    449
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    C'est toujours délicat, sans voir la personne, sans la connaitre, sans pouvoir tester des propositions.
    Là comme ça j'aurai pensé à un apprivoisement d'être seule avec soi même, progressivement se poser et apprendre à être bien, seule, dans le calme. L'auto-hypnose peut justement être cette occasion et permettre un cercle vertueux.
     
  4. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880
    Merci de vos participations
    Prudence, oui sans voir la personne c'est délicat.... mais c'est justement une personne non encore vue, juste quelques info par téléphone à la prise de RDV.
    Joey, tu as surement raison évidement, la véritable cause n'est pas dévoilé. D’où l'importance d'une bonne anamnèse pour débusquer le vraie blème.
    Je suis dans une logique "thérapie brève" et d'un travail sur le problème exprimé (et non un travail analytique que je soupçonne avoir déjà été tenté et vécu comme un échec.)
    D'ou l’intérêt de ne pas ce louper dans le premier entretiens, ne pas jouer l'analyste (rejet) et aller vers un résultat concret entraînant des réactions positives rapides.
    Positives pour éventuellement favoriser d'autres effets en d'autres séances (cercle vertueux) et positives pour faciliter l'acceptation d'un travail plus sur les vraies causes.

    Je retiens comme première piste, la réflexion sur le moment déclencheur de la crise, comme base de travail. Avec le recadrage proposé.
    Pour l'auto-hypnose, je suis convaincu, mais encore septique pour l'instant son hyper activité si elle est avérée risque de poser problème du moins dans un premier temps.
    Peut être attendre un retour de vécu positif de la première séance?

    Je continu la réflexion et avide des vôtres.
     
  5. pianosolo

    pianosolo Membre

    Inscrit:
    1 Novembre 2013
    Messages:
    7
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Localité:
    Bruxelles
    Bonjour,
    j'ai eu une cliente présentant un peu les mêmes caractéristiques. Perso, j'ai travaillé avec elle dans un premier temps, sa gestion du temps pour l’apaiser et lui redonner le pouvoir
    sur celui-ci. Messages contraignants d'enfance ( plus vite, dépêche-toi, arrête de traîner.. merci mes parents même s'ils pensaient bien faire) Bref, pas le droit au repos et qui ne c'est jamais autoriser à prendre du temps pour elle ou pour tout simplement rien faire..

    J'ai travaillé les ancrages les plus profonds par la PNL et je pense que le processus aurait été plus rapide avec l'hypnose. Nous avons travaillé les croyances limitantes, déterminé l'impact sur sa vie à court, moyen et long terme, recherché les besoins et trouvé des alternatives pour les combler. Ensuite j'ai ancré le nouvel état interne recherché et c'est là que je me dis, pour l'avoir testé durant ma formation, que l'hypnose aurait certainement renforcé et accéléré le processus.

    C'était juste qq pistes...
    Alex
     
  6. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880
    merci solo
    Tout cela me parait cohérent en effet. (et la démarche logique en PNL)
    Perso il me semble qu'une des pistes de l'hyper-activité est une façon de se cacher, de ne pas voir quelques choses, de ne pas affronter un problème etc...( a définir donc)
    Et donc la peur du vide, dans cette hypothèse, s’apparente à des moments ou la raison laisse remonter la préoccupation que l'on ne veux pas affronter...
    Comme un type qui ce noie dans le boulot pour ne pas affronter son problème de couple.
    Mais la piste de la "croyance limitante" est valide aussi (influence des parents, d'un prof, comparaisons à des frères, vouloir ressembler à..., besoin de reconnaissance, complexe d'infériorité etc.
     
    pianosolo apprécie ceci.
  7. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Essaye de sortir des traitements, exprime un raz le bol de son psychiatre.

    Personnellement je partirai peut-être de là, de ce qui me semble être un paradoxe clef: elle cherche une thérapie qui la sorte de sa thérapie...
    J'ai eu récemment une patiente addict à la thérapie et qui remplissait son temps à consulter de multiples spécialistes
    Après un entretien très hypnomotivant en miroir, elle a fini par le constater d'elle-même, ce besoin de rassurement.
    Je lui ai dit que je restais tout à fait prêt à la revoir en cas d'urgence.

    Le piège c'est soit d'envoyer ballader la personne :( soit au contraire de se prendre à son jeu de dépendance : et çà rapporte bien, les consultations sans fin ! :D
     
  8. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880
    Merci Surderien de souligner cette attitude "possible".
    Addiction à la thérapie parfois pour exister, parler de soit, être écouté...
    Mais il y à aussi des personnes qui on vue plusieurs thérapeutes qui ont souvent l'objectif de faire comprendre, ou de retrouver un trauma originel qui n'est absolument pas reconnu pas le patient, ou qui s'en fout complètement.
    (le blème avec les psychanalyste souvent).
    C'est alors en décalage avec le ressenti, le discours du thérapeute semble abstrait, théorique, ne rien régler concrètement... Il n'y à pas adhésion.
    Dans ce cas, je crois que cette personne n'as vue que psychiatre et médecin qui ne propose que des traitements médicaux.
     
  9. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Je comparerai cela à la course addictive actuelle aux diplômes avec des formations sans fin qui servent à se spécialiser et se remplir toujours un peu plus +++
    j'ai croisé récemment une déléguée médicale avec qui j'ai parlé hypnose. Je lui a expliqué qu'on faisait tous de l'hypnose et qu'on se mettait très facilement en hypnose, et que là, on était les deux en hypnose rien que dans ce plaisir de s'intéresser et de parler d' hypnose...
    Je lui ai dit que si tout allait parfaitement dans sa vie personnelle, familiale, professionnelle, c'est qu'elle maîtrisait tout à fait l'hypnose de la vie ! Et qu'elle n'avait juste qu'à se laisser conduire...
    Mais elle m'a dit que c'était toujours mieux de faire une formation plus spécialisée.
    Sacrée société de consommation.
    :rolleyes:
     
  10. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    On peut aussi tenter un spoiling hypnotique par une question provocative du genre :
    Peux tu t' imaginer une journée sans ton téléphone portable ni ta carte bleue ?
    Ce serait comment ?

    Spoiling est bien sûr utilisé ici dans le sens de "créer une déportance" stabilisatrice.
    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
     
    Dernière édition: 19 Novembre 2013
Chargement...