trouble affectif bipolaire

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Freedox, 26 Juillet 2013.

  1. Freedox

    Freedox

    Inscrit:
    3 Mars 2013
    Bonjour amis hypno, Quels conseils pourriez vous me donner concernant une jeune patiente de 13 ans dont les troubles sont : trouble affectif bipolaire, crises d'angoisses, peurs panique, tocs, dépression, manque d'assurance, émotivité dans les extrêmes..En résumé,  la jeune fille a déjà été internée dans un établissement psychiatrique et suite à une amélioration avec un traitement médical (Depamide 400mg 3x par jour + risperdal le soir) est ensuite revenue vivre avec sa maman et son petit frère. les troubles se sont un peu calmés (anesthésié par le traitement) mais toujours présents car pas traités à la source..L'avis des 2 psychiatres : celui de l'etablissement serait une depression et celui qu'il la suit serait : trouble affectif bipolaire. Je connais bien cette jeune fille et sa maman et il est vrai que c'est pas facile tous les jours. Vous comprendrez bien que je ne peux pas rester les bras croisés. Surtout en n'etant pas convaincu du travail effectué..Pour en savoir un peu plus, la mère s'était séparée du papa quand elle avait 6 ans, ensuite son père (qui ne paye aucune pension est le genre de personne qui se fout royalement de sa fille...une ou deux visites par an max) À l'époque, suite à la séparation,  ce monsieur s' était mis avec une femme et ses 2 enfants (d'origine tzigane et un peu violents) les 2 garçons avaient passé à tabac la jeune fille âgée de seulement 6 ans. Ce traumatisme ressort souvent (d'après ma connaissance de la jeune fille et mon anamnese)  inconsciemment, elle fait vivre un enfer à sa maman (jalousie, crises de panique, de joie (les extrêmes) tocs...Au point que c'est difficile de savoir du vrai du faux. Sa maman est une femme à fort caractère avec des tendances au perfectionnisme, aime avoir le contrôle de tout.. (ce qui n'arrange pas les choses) résultat, la maman est pleine de culpabilités envers sa fille (colère, tension, stress..) bref..un vrai cercle vicieux. D'autant plus quelle doit aussi s' occupper de son petit frère âgé de 4 ans. Mon avis serait de traiter la mère ainsi que la fille, en commençant par faire le ménage sur les angoisses, peurs, anxiété, colère,  perfectionnisme.. pour un peu prendre d'oxygène et de lâcher prise, ainsi que la façon de gérer de la maman. Qu'en pensez-vous ?  ma 2eme question serait de tâter le terrain sur cette source qui, pour moi expliquerait la colère de la fille envers sa maman ( comme quoi, si elle ne se serait pas séparé de son papa ) cette agression n'aurait pas eu lieu. Ce qui pourrait peut etre expliquer ce mal-être, en plus avec l'arrivée d'un ptit frère d'un autre papa (parti pour les raisons que vous savez). Ma dernière question serait de savoir si une régression en âge serait la technique adéquate pour traiter le problème à la source, qu'en pensez-vous ?  en sachant qu'elle est sous traitement. Après avoir commencé à traiter la maman avec des techniques de suggestions sur les tensions, anxiété,  stress et aussi un lâché prise sur la façon de gérer en etant plus calme sont positives. En ce qui concerne la petite, les 2 premières séances avec des métaphores adaptées à son âge se sont révélées aussi positives. Ma question serait de savoir si une régression en âge au moment de cette agression serait à envisager. En attendant de vous lire, je vous souhaite une belle soirée. Fred
     
  2. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Bon... mon impression est que j'éviterais de traiter...
    mais par pour les raisons habituelles...

    le risperdal® est un neuroleptique, c'est neurotoxique, ça bousille lentement les faculté cognitives, l'intelligence.
    sur une fille de cet âge, c'est lui bousiller la vie ...
    je me rendrais pas complice de cela, et je me ferais pas instrumentaliser dans ce genre de choses.
    on peut rien faire à ce sujet pas d'autorité médicale et même pas conseiller d'y aller molo sans poursuites !
    ä ces dosages et à cet âge c'est criminel .
    l'avantage c'est qu'elle est déjà en hypnose et si cela vas pas mieux avec...

    c'est les parents qu'il te faut traiter, consulte avec l'un des parents et observe tous ces choix illusoires et les doubles blinds...
    sort les parent de leurs hypnoses, de leur stess, et de leur focalisation sur LEURS filles .
    Mieux travail en couple si il y a encore quelque chose à faire...
     
  3. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    les TOC les tics. et mouvement alcaïques sont les effets du traitement aux neuroleps, c'est tout
    les psys les utilisent pour convaincre a continuer le traitement, ca vas aller de mal en pire,
    ensuite c'est le syndrome malin des neuroleps.
    les tentatives de suscides...
    hummmm.
    EFT, EMDR ?

    confiance en soi et mise à la poubelle ....
    détecter et traiter le sentiment que ca fait partie d elle ou de ses parents .
    tu seras alors confronté à l'autorité médicale..., pas évident
     
  4. Freedox

    Freedox

    Inscrit:
    3 Mars 2013
    J'en suis conscient et je te remercie pour ton aide. C'est d'ailleur pour cela que je traite la maman.. et en ce qui concerne ça fille, il est vrai que son traitement lourd me freine.. Est ce que des mises en transe légère avec des metaphores adaptées à son jeune âge pourrait l'aider ?
     
  5. MARY3

    MARY3

    Inscrit:
    15 Décembre 2009
    Bonjour,

    J'ai fait 4 ans de formation en hypnothérapie avec un neuropsychiatre (Ainsi que d'autres spécialistes en hypnose).
    Et durant toute cette période il a toujours très fort insisté sur le fait qu'il faut savoir tenir sa place et ne surtout pas prendre en charge lorsque la pathologie est aussi lourde.
    Dans ce cas la personne doit être suivie par un neuropsychiatre car il ne faut jamais jouer à l'apprenti sorcier et celà même si on est de très bonne volonté et que l'on a que de bonnes intentions.
    Il faut savoir connaître nos limites.
     
  6. Freedox

    Freedox

    Inscrit:
    3 Mars 2013
    C'est ce que je pense aussi Mary3. C'est vrai que c'est frustrant mais comme tu le dit, mais il faut savoir rester à ça place. L'aide que je peux lui apporter indirectement sera de traiter ça maman. Merci pour vos avis et belle soirée à vous
     
  7. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    ha délà,
    la suite en MP.
     
  8. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    COmme dit par les autres. Ne pas s'occuper de la psychiatrie lourde et le laisser aux psychiatres c'est leur boulot, pas le nôtre.
     
  9. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    euh l'autre jour j'ai reçu un patient qui m'a rapporté ce que lui avait dit son psychiatre :
    "c'est votre nature d'être insomniaque, vous devrez prendre des médicaments toute votre vie"
    2 séances plus tard, cela allait déjà carrément mieux au niveau du sommeil...

    donc oui sur des cas lourd comme cela il faut quelqu'un de compétent, je suis d'accord, mais c'est pas pour autant qu'avec toutes leurs études, tous les psychiatres soient compétents...en psychothérapie...

    donc freedox essaie de trouver s'il y a quelqu'un de plus compétent que toi pour aider toute la famille.

    car oui, il y a du passé à mettre à la poubelle et le caractère de la mère amplifie le problème...,
     
  10. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Je rejoindrai l avis commun ... Pas de traitement par hypnose ...D après mon formateur les bipolaires seraient une des rares contre indication à l hypnose ...
    Il faut savoir aussi que le risque de suicide est très importantt chez le bipolaire en phase dépressive ...
     
  11. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Je rejoindrai l avis commun ... Pas de traitement par hypnose ...D après mon formateur les bipolaires seraient une des rares contre indication à l hypnose ...
    Il faut savoir aussi que le risque de suicide est très importantt chez le bipolaire en phase dépressive ...
     
  12. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    et le risque de suicide est encore plus important quand on ne fait rien...

    et pour avoir reçu des personnes bi-polaires, en général cela se passe bien.
     
  13. Freedox

    Freedox

    Inscrit:
    3 Mars 2013
    Est ce que des seances d'hypnose ericksonnienne orienté plus sur un style de relaxation (induction) avec une simple lecture de contes style ( Contes à guerrir de Jacques Salomé ) par exemple, pourrait etre une solution, qu'en pensez vous ?
     
  14. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Les régulateurs thymiques sont à priori efficaces ...
    La psychoterapie ne me semble pas très efficace car les troubles sont d origine psychotique...Peut être suis je déformé par ma formation.médicale je le concède , mais je ne prendrais pas le risque ...
     
  15. davidtilt

    davidtilt

    Inscrit:
    27 Juillet 2013
    je trouve que les psyschiatres ne se remettent pas assez cause et meconnnaissent les therapie breve j ai ete suivi par un psychiatre et a part m ecouter c est tout ce qu il faisait a et me prescrire exfor
     
  16. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Valikor, je suis d'accord qu'il y a aussi des médecins incompétents, malheureusement ça arrive. N'empêche que je n'irai pas me faire opérer par ma fleuriste et que si elle le faisait elle pourrait être inculpée pour pratique illégale de la médecine. Clairement, je ne prendrai pas le risque face à un client diagnostiqué bipolaire, psychotique...
     
  17. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Tu as raison l'école classique de psychiatrie est plutot orientée analyse quelle soit freudienne lacanienne jungienne j'en passe probablement ...
    J'ai entendu parler en formation de traitements de type Psychothérapies brèves sur des psychose mais pour avoir suivi des patient bipolaires par ailleurs soignés par des psychiatres ,je pense que le traitement thymo régulateur est efficace même s'il n'est pas parfait ,et par ailleurs de par mes activités en garde il m'est arivé à de multiples reprises d'aller constater le décès par suicide de maniacodepressifs (par définition très violents) ,dont certains étaient des personnes que je connaissais ou que je suivais en collaboration avec des psychiatres ,par ailleurs il m'est arrivé également à plusieurs reprise de faire interner des patients en phase maniaque en HP secteur fermé ,ces psychotiques en crise sont totalement inaccessibles à une quelconque forme de raison ( c'est la caracteristique de la psychose) et ces personnes sont dangereuses pour elle même ,leur entourage et leurs soignants ...
     
  18. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    alors là raz le bol !

    arrêtez cette culpabilisation des gens qui veulent aider et qui savent .

    RAPPEL :

    la consultante est stabilisée et sous traitement !
    une approche humaine qui manque tellement dans un système institutionnel, en déliquescence ne peut pas faire de mal .
    une approche et une possibilité exlue en institution
    cette personne est sous thymorégulateur ET neuroleptiques
    les doses de neuroleptiques sont élevée de fait cette personne est en pleine régression et en transe 24h sur 24

    une personne en crise, en décompensation dans le cas précis ne viens tout simplement pas a son RDV.

    elle est traitée, à quel moment a t on parlé de se substituer à quoi ou qui que ce soit ?

    on parle ici de "EN PLUS"

    franchement c'est fatigant de stigmatiser les patient comme cela, de se les approprier de faire peur .
    ca bousille toute forme d'intégrations et d'acceptation de la différence.

    D'autre part on parle me semble t'il d une fille de 13 en pleine croissance, alors qu'on lui prescrit de fortes doses de neuroleps qui bousille lentement mais irrémédiablement ses facultés cognitives !

    le suicide oui parlons en ....:
    justement n'est il pas souhaitable de pouvoir avoir un suivis en dehors de l'institution qui sert de sentinelle qui détecteras bien plus précocement une rechute ???
    non bien sur, le mieux est d'attendre un pic nécessitant une hospitalisation et un nouvel stress post traumatique puis une aversion envers le corps médical.

    SVP arrêtez de prendre les hypnos pour des inconscients .

    a un bon entendeur salut
     
  19. Gerard LDP

    Gerard LDP

    Inscrit:
    22 Mars 2013
    Pour mettre de l'eau à votre moulin:
    [​IMG]
    :wink:
     
  20. Brieuc du Garay

    Brieuc du Garay

    Inscrit:
    11 Septembre 2010
    @LDP : Sponsorisé par la scientologie ?

    Édit : et oui, gagné. par la CCDH créée par l'Église de la Scientologie...
    Ils ont meme fait ch** dans ma ville dernièrement...
    http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 43115.html
     
  21. Gerard LDP

    Gerard LDP

    Inscrit:
    22 Mars 2013
    Mise à part que c'est CCDH, le reportage n'est-il pas pertinent ?
    Je ne suis pas là pour faire l'apologie de la Scientologie, loin de moi cette idée, simplement amener de l'eau au moulin.
     
  22. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Je ne culpabilise pas les hypnos ..j'argumente.... :wink:
     
  23. Brieuc du Garay

    Brieuc du Garay

    Inscrit:
    11 Septembre 2010
    Ben paye les procédés hypnotiques, les faux liens logiques, la répétition, la non-explication des méthodes d'études psy, obserrvation, etc...

    D'un point de vue métamodèle, il violent carrément le langage pour y foutre bien de la merde derrière.
    Et le commun des mortels qui ne veut pas se tuer à chercher sur google les pseudos-sources etc, adhère.

    "Qui dit diagnoistic d'une maladie mentale dit psychotrope"' après un Yes Set ambigue. Oui oui...

    Enfin bref, autrement dit : non, le reportage n'est pas pertinent.
     
Chargement...