Formation Hypnose

Besoin de conseils pour une jeune femme qui a un long chemin à parcourir.

Nayatowa

Membre
Bonjour à tous,
J’ai besoin de votre aide pour une situation un peu particulière. Il ne s’agit pas d’une personne que je reçois en cabinet, je ne peux donc pas faire d’hypnose fauteuil comme je souhaiterais mais je sais que d’autres possibles existent.
Jeune femme (22 ans) qui habite loin de chez moi mais qui a besoin d’aide. Je précise qu’elle est demandeuse d’aide. Elle a un passif « lourd » et a trop souvent dû être forte justement. Elle n’a plus ses parents (maman décédée alors qu’elle était jeune et coupure depuis quelques années avec le père qui pratiquait de lourdes maltraitances psychologiques). Mise aux régimes non nécessaires par ce dernier lors de son enfance/ado et de nombreuses réflexions sur son corps, chantage psychologique permanent etc. Aujourd’hui, elle est en obésité modéré, mais surtout, elle se voit comme un corps qu’elle déteste. Crises de boulimies, très mauvais rapport à la nourriture. Elle ne supporte pas de manger, se déteste, ne se supporte plus, se voit comme une « grosse » (je rapporte certains de ses propos car je ne catégorise pas ainsi), elle est en souffrance.
Très forte exigence vis-à-vis d’elle-même auquel elle n’arrive pas à répondre puisqu’elle voudrait avoir la maîtrise totale de son corps. Elle me dit par ex que c’est essentiel pour obtenir l’écoute d’un employeur pour trouver un travail, sinon on a 90% de chances d’être discriminé… qu’il faut en avoir autant dans la tête que dans le corps (je précise qu’enfant elle a été diagnostiqué avec un QI supérieur à la normale). Mêmes croyances sur la discrimination vis-à-vis de la famille de son copain et de ses amis…(alors que ce n’est pas le cas pour elle, elle est intégrée par sa belle famille)…
et le dernier point qui n’aide pas, mais je pense que ce n’est pas le plus difficile à gérer si elle faisait la paix avec elle et la nourriture : elle cumule deux travails avec ses études de droit et donc elle saute des repas car pas le temps de manger ou trop fatiguée. Je voudrais essayer de l'accompagner sur des temps de relaxation et évoluer sur la méditation mais elle a de gros déficits de concentration, pas simple.
Vous voyez qu’il y a beaucoup de choses à travailler et sur plusieurs plans. J’essaie pour le moment de l’aider à se relier à son corps, à apprendre à s’aimer, à faire la paix avec elle, et comprendre que son corps est ainsi aujourd’hui mais qu’elle le fera évoluer, (j’essaie d’être sur une étape transitoire car ses blocages sur le fait de s’aimer aujourd’hui sont très importants et compréhensibles vu son passif). C'est une battante, mais ses traumas sont pour le moment plus forts qu'elle.

J’ai besoin d’aide de méthodo, d’arguments pour l’aider à faire la paix avec la nourriture, avec elle-même. J’ai des arguments mais je sais que c’est là la force d’un réseau commun, vos avis et vos idées. Je vous remercie de m’avoir lu, et surtout de votre aide.
 

sombrero

Membre
Hello,
Il me semble comprendre que son corps et la nourriture sont une conséquence de son vécu.... je focaliserais plus sur la cause et je travaillerais essentiellement sur l'estime de soi et la confiance en soi ...
 

Nossolar

La vie est un mystère qu'il faut vire !
Membre de l'Équipe
Oui je vais dire un peu la même chose que Sombrero, faire la paix avec la nourriture pour moi ne servira pas a grand chose, car c'est une conséquence, "supprimer" cette conséquence sans résoudre le problème de fond résultera probablement a crée une autre conséquence.

Vis a vis des parents, (enfin de celui qui reste) le mieux est de lui faire comprendre que l'on ne doit rien a ses parents, si ce n'est d'être en vie, le reste et bien on a le droit de couper le pont, le droit de ne pas leur rendre de compte, le droit aussi de refuser la vision qu'ils ont tenté de nous imposée, c'est notre partie de liberté !

Très forte exigence vis-à-vis d’elle-même auquel elle n’arrive pas à répondre puisqu’elle voudrait avoir la maîtrise totale de son corps.
Là je pense qu'il faudrait faire un recadrage, sans doute veux t'elle maitriser pour que l'on ne lui reproche rien...

Lui dire aussi que faire un travail a son age, lui permettra d'avoir un bon futur, et que donc une partie d'elle est déjà sur la bonne voie :)

Autre chose ou en est don deuil de sa maman ? (c'était il y a combien de temps ?)
 

jumb

Membre
Crises de boulimies, très mauvais rapport à la nourriture. Elle ne supporte pas de manger, se déteste, ne se supporte plus, se voit comme une « grosse » (je rapporte certains de ses propos car je ne catégorise pas ainsi), elle est en souffrance.
Très forte exigence vis-à-vis d’elle-même auquel elle n’arrive pas à répondre puisqu’elle voudrait avoir la maîtrise totale de son corps.
Ce que peut maîtriser cette personne (pour aller dans son sens) c'est son look, son style vestimentaire, donc quelque part son apparence... Ce qui va engendrer de la discrimination professionnelle, ce sera plus une apparence négligée par exemple, que la morphologie.

Ce qui est à comprendre, si une personne ne s'aime pas, rien ne nous dit qu'une fois "mince", elle s'aimerait davantage, car elle va se trouver un autre défaut.

Mise aux régimes non nécessaires par ce dernier lors de son enfance/ado et de nombreuses réflexions sur son corps, chantage psychologique permanent etc
Pour moi, elle suit encore encore le programme que son père lui a inculqué (régimes forcés). La boulimie peut-être vue comme une tentative de sortir de cette influence...

Son programme vraiment chargé n'aide pas non plus. Se prendre du temps pour savourer ce qu'elle mange, se poser pour le petit déjeuner, il y a aussi toutes ces habitudes à changer... de sortir de ce speed de sa vie. Sans doute ne sait elle plus quand elle a faim, quand il est temps de manger...

Apprendre à s'écouter, se respecter... se détacher du comment on doit être, pour vivre en paix avec elle-même...

Il y a tout un ensemble
 

Nayatowa

Membre
Bonjour à tous, et tout d'abord merci beaucoup de vos réponses qui soit m'éclairent soit me confirment.

Hello,
Il me semble comprendre que son corps et la nourriture sont une conséquence de son vécu.... je focaliserais plus sur la cause et je travaillerais essentiellement sur l'estime de soi et la confiance en soi ...
Je suis tout à fait d'accord, je travaille pour le moment le fait qu'elle se re-considère. Il est pour le moment impossible de gérer la partie alimentaire seule. Ce n'est pas une priorité.

Oui je vais dire un peu la même chose que Sombrero, faire la paix avec la nourriture pour moi ne servira pas a grand chose, car c'est une conséquence, "supprimer" cette conséquence sans résoudre le problème de fond résultera probablement a crée une autre conséquence.

Vis a vis des parents, (enfin de celui qui reste) le mieux est de lui faire comprendre que l'on ne doit rien a ses parents, si ce n'est d'être en vie, le reste et bien on a le droit de couper le pont, le droit de ne pas leur rendre de compte, le droit aussi de refuser la vision qu'ils ont tenté de nous imposée, c'est notre partie de liberté !


Là je pense qu'il faudrait faire un recadrage, sans doute veux t'elle maitriser pour que l'on ne lui reproche rien...

Lui dire aussi que faire un travail a son age, lui permettra d'avoir un bon futur, et que donc une partie d'elle est déjà sur la bonne voie :)

Autre chose ou en est don deuil de sa maman ? (c'était il y a combien de temps ?)
Sa maman est décédée il y a presque 10 ans. Je ne crois pas que le deuil soit fait, ce qui se comprend. Oui, les recadrages nécessaires sont nombreux. Elle veut trop maîtriser justement, et la boulimie est aussi liée à un grand manque affectif. Le besoin de se remplir et l'affectif malmené...

Vous dites que vous ne la voyez pas en cabinet,mais alors où?
Je ne la reçois pas en consultation, elle habite loin et je suis d'ailleurs trop proche d'elle pour intervenir directement et efficacement je pense. Mais je suis quand même en capacité de pouvoir l'aider à travailler certaines choses, consciemment ou non. La professionnelle qui la suivait a cessé son activité pour arranger les choses, et il faut le temps qu'elle trouve quelqu'un d'autre, ce qui n'est pas simple, ni très motivant.

Ce que peut maîtriser cette personne (pour aller dans son sens) c'est son look, son style vestimentaire, donc quelque part son apparence... Ce qui va engendrer de la discrimination professionnelle, ce sera plus une apparence négligée par exemple, que la morphologie.

Ce qui est à comprendre, si une personne ne s'aime pas, rien ne nous dit qu'une fois "mince", elle s'aimerait davantage, car elle va se trouver un autre défaut.


Pour moi, elle suit encore encore le programme que son père lui a inculqué (régimes forcés). La boulimie peut-être vue comme une tentative de sortir de cette influence...

Son programme vraiment chargé n'aide pas non plus. Se prendre du temps pour savourer ce qu'elle mange, se poser pour le petit déjeuner, il y a aussi toutes ces habitudes à changer... de sortir de ce speed de sa vie. Sans doute ne sait elle plus quand elle a faim, quand il est temps de manger...

Apprendre à s'écouter, se respecter... se détacher du comment on doit être, pour vivre en paix avec elle-même...

Il y a tout un ensemble
Pour ce qui est des entretiens pros, ce n'est qu'un exemple qu'elle me donne mais ce sont bien les réponses que je lui fais. Et qu'à compétence égale, en tant qu'employeur, je préfère travailler avec une personne peut-être moins mince, mais épanouie dans son état d'Etre. Ton observation sur la tentative de sortir de l'influence du père par la boulimie me parle bien par contre tu vois. C'est peut-être une réponse inconsciente de sa part en complément de ses difficultés.
Elle ne ressent effectivement pas la faim, ni le plaisir de manger… et quant au speed, elle est pour le moment dans un rythme de vie rude.

Je dois faire attention à ne pas lui parler d'un idéal trop loin de ce qu'elle peut mettre en place actuellement...
 
Ce que peut maîtriser cette personne (pour aller dans son sens) c'est son look, son style vestimentaire, donc quelque part son apparence... Ce qui va engendrer de la discrimination professionnelle, ce sera plus une apparence négligée par exemple, que la morphologie
Jump, La dessus je vois les choses différemment. Oui ! il existe vraiment une discrimination de l'apparence à l'embauche et l'obésité quelle que soit son origine, sonne dans la tête de beaucoup de futurs employeurs comme un fait de négligence ou d'incapacité à la maitrise des choses...... Tu sais que je peux en connaitre un rayon la dessus. Heureusement que tous n'ont pas cette vue bien sûr.....
. Et qu'à compétence égale, en tant qu'employeur, je préfère travailler avec une personne peut-être moins mince, mais épanouie dans son état d'Etre.
La je suis d'accord avec cette éventualité, ( surpoids joyeux ) effectivement cela existe spécialement chez les bons vivants sûrs d'eux, de leurs compétences, satisfaits de leur vie présente, ayant dépassé leurs difficultés précédentes ou n'en ayant pas eus de vraiment traumatiques ou !!!!! Masquant leurs insupportables troubles sous l'image d'une super géniale fofolle pleine d'humour et de vie....
Sauf que pour d'autre ce n'est pas toujours aussi simple " de paraitre ".
Parceque je connais cette histoire, comme si c'était la mienne, je peux vous en parler !!!!! 22/25 ans, c'est la pire des périodes car on prend vraiment conscience que ce que l'on vit n'est pas normal et que ce monde n'est pas le notre et que nous avons réellement besoin de se faire accompagner sinon c'est terminé. Ce qui est super c'est de trouver sur sa route, juste ce qu'il faut au bon moment
 
Erreur, c'est là que l'on voit le changement du portail, je ne voulais pas envoyer.... Tant pis, je continue, je vous en donne l'info, alors réagissez pas tout de suite merci !!!!!
 
Pour moi, l'alccol, la cigarette et la nourriture ont été des supports géniaux et ce que j'ai appris bien plus tard, c'est que ces béquilles ne se quittent pas de façon rapide ni pas la seule volonté violente envers soi-même de s'en débarrasser, cela ne marche pas !!!!.
Mais ça c'est de votre compétence, nous on ne l'apprend que bien plus tard......
Le fait d'être seulement une tête permet de rester debout..... Le corps peut disparaitre dans des vêtements informes, ou être harmonieusement âpreté, ce n'est pas pour cela qu'on le remarque dans une glace., de toute façon, il nous est invisible, tellement sale et détesté.....
Il n'est qu'un objet nécessaire pour porter sa tête. Le seul intérêt est dans la tête rien que la tête, il faut ça pour tout maitriser et pour rester debout.
L'activité ++ est aussi une des plus belle façon de ne rien voir, rien dire, rien entendre, alors que notre plus grande envie c'est que tout cesse et que tout explose.......
Les meilleurs arguments ne sont absolument pas captés, dans la mesure ou on le sait déjà.
PAR CONTRE IL Y A DANS TOUT CELA UN petit QUELQUE CHOSE QUE L'ON NE SAIT PAS, OU AVEC LEQUEL ON FAIT COMME SI ON NE SAVAIT PAS.
On est souvent prête a le découvrir ou à ouvrir les portes, mais cela ne peut pas se faire seul.....
Ensuite, on peut grandir et accepter toutes les propositions et solutions pour guérir vraiment.
Je sais toute les histoires ne sont pas les mêmes, et toutes les histoires n'ont pas le même impact sur les êtres humains, cependant pour avoir beaucoup chercher, je vois combien les symptômes, ont la facheuse habitude d'être souvent très similaire.
Le plus drôle dans tout cela c'est que c'est bien souvent sur des tempéraments hyper volontaire avec des têtes bien faites et bien pleines sur lesquels cela arrive.... Moi j'avais 23 ans quand cela a commencé à détruire ma vie et j'ai mis 40 ans pour en sortir.... Merci votre pratique et merci la vie......
 

moune

hypnose thérapeutique
Membre de l'Équipe
Essayez d'être le plus neutre possible face aux problèmes de vos clients...Ne faites pas les éponges ,si non vous aurez du mal a lever le pied...les problèmes des autres ne sont pas vos problèmes....ou soyez clair dans votre tête avec cela.

La discrimination à la taille?oui et non pour être mannequin, quoique maintenant de belles rondes s'affichent,car la population grossit...Vous pouvez toujours avoir une affirmation et son contraire....

Un jour j'ai lu que le simple exercice de la safe place était très thérapeutique,alors pourquoi chercher midi à quatorze heure
Votre cas m'interpelle et depuis le début j'attends de voir ce qu'il en sort:
1:vous êtes proche de cette personne(ça peut être un atout)
2:vous ne la soignez pas directement(a t elle formulée une demande?ou agissez vous en "sous marin"?)
3:vous jugez ce qu'elle dit(gardez la distance et restez humble avec ce que vous pouvez faire;n'ayez pas des objectifs trop difficiles)
4:vous la "psychanalysez(en hypnose pas nécessaire de comprendre le pourquoi du comment)
.....
et je peux continuer longtemps ainsi,n'y voyez pas de jugement de valeur de ma part,mais une simple réflexion

Est ce que si elle devient moins grosse,elle va se faire plus facilement embaucher?Si elle n'a pas de formation diplômante,certes non..

Essayez de lui faire repréciser sa demande à elle,si il y en a une et recadrez....les objectifs...à vous lire je pense à Don Quichotte qui se lance contre des moulins à vent...:rolleyes:
 

Nayatowa

Membre
Jump, La dessus je vois les choses différemment. Oui ! il existe vraiment une discrimination de l'apparence à l'embauche et l'obésité quelle que soit son origine, sonne dans la tête de beaucoup de futurs employeurs comme un fait de négligence ou d'incapacité à la maitrise des choses...... Tu sais que je peux en connaitre un rayon la dessus. Heureusement que tous n'ont pas cette vue bien sûr.....

La je suis d'accord avec cette éventualité, ( surpoids joyeux ) effectivement cela existe spécialement chez les bons vivants sûrs d'eux, de leurs compétences, satisfaits de leur vie présente, ayant dépassé leurs difficultés précédentes ou n'en ayant pas eus de vraiment traumatiques ou !!!!! Masquant leurs insupportables troubles sous l'image d'une super géniale fofolle pleine d'humour et de vie....
Sauf que pour d'autre ce n'est pas toujours aussi simple " de paraitre ".
Parceque je connais cette histoire, comme si c'était la mienne, je peux vous en parler !!!!! 22/25 ans, c'est la pire des périodes car on prend vraiment conscience que ce que l'on vit n'est pas normal et que ce monde n'est pas le notre et que nous avons réellement besoin de se faire accompagner sinon c'est terminé. Ce qui est super c'est de trouver sur sa route, juste ce qu'il faut au bon moment
Tout d'abord, merci de votre intervention Lison qui elle aussi m'apporte. Oui, la discrimination existe (24 critères officiels mais tant d'officieux), dans tous les domaines, et pour tout le monde : couleur de peau, taille, poids, orientation de vie, âge, maladie... Et elle blesse, profondément, terriblement, les personnes qui en font l'objet lorsque cette différence est visible. Et l'on sait tous qu'il faut rentrer dans des cases, que cela est plus "facile"...ou pas… car il y aura encore des personnes à qui l'on ne conviendra pas et qui nous en voudront d'être ainsi ou autrement... Et cela les renvoie eux-mêmes à leurs propres difficultés. Mais je ne vais pas faire ou refaire un débat sur la notion de discrimination, que celle-ci existe malheureusement oui c'est une évidence. Et cette jeune femme y est confrontée, mais plus elle sera mal avec elle-même, plus elle y sera sensible et vivra en fonction de cela (ou s'enfermera). Il ne s'agissait que d'un exemple lié au travail, cela aurait pu être autre chose. J'essaie simplement de lui faire prendre conscience de certains éléments, petit à petit. Et je vois à son questionnement qu'elle revient sur des discussions que l'on a pu avoir. La personne "géniale fofolle pleine d'humour et de vie", oui elle existe, mais je ne suis pas certaine que ce soit une majorité de personnes. Un entre-deux existe aussi peut-être...

Le fait d'être seulement une tête permet de rester debout..... Le corps peut disparaitre dans des vêtements informes, ou être harmonieusement âpreté, ce n'est pas pour cela qu'on le remarque dans une glace., de toute façon, il nous est invisible, tellement sale et détesté.....
Il n'est qu'un objet nécessaire pour porter sa tête. Le seul intérêt est dans la tête rien que la tête, il faut ça pour tout maitriser et pour rester debout.
L'activité ++ est aussi une des plus belle façon de ne rien voir, rien dire, rien entendre, alors que notre plus grande envie c'est que tout cesse et que tout explose.......
Merci Lison, c'est complémentaire pour moi, et c'est effectivement comme cela que c'est vécu.

PAR CONTRE IL Y A DANS TOUT CELA UN petit QUELQUE CHOSE QUE L'ON NE SAIT PAS, OU AVEC LEQUEL ON FAIT COMME SI ON NE SAVAIT PAS.
Elle sait…

Essayez d'être le plus neutre possible face aux problèmes de vos clients...Ne faites pas les éponges ,si non vous aurez du mal a lever le pied...les problèmes des autres ne sont pas vos problèmes....ou soyez clair dans votre tête avec cela.

La discrimination à la taille?oui et non pour être mannequin, quoique maintenant de belles rondes s'affichent,car la population grossit...Vous pouvez toujours avoir une affirmation et son contraire....

Un jour j'ai lu que le simple exercice de la safe place était très thérapeutique,alors pourquoi chercher midi à quatorze heure
Votre cas m'interpelle et depuis le début j'attends de voir ce qu'il en sort:
1:vous êtes proche de cette personne(ça peut être un atout)
2:vous ne la soignez pas directement(a t elle formulée une demande?ou agissez vous en "sous marin"?)
3:vous jugez ce qu'elle dit(gardez la distance et restez humble avec ce que vous pouvez faire;n'ayez pas des objectifs trop difficiles)
4:vous la "psychanalysez(en hypnose pas nécessaire de comprendre le pourquoi du comment)
.....
et je peux continuer longtemps ainsi,n'y voyez pas de jugement de valeur de ma part,mais une simple réflexion

Est ce que si elle devient moins grosse,elle va se faire plus facilement embaucher?Si elle n'a pas de formation diplômante,certes non..

Essayez de lui faire repréciser sa demande à elle,si il y en a une et recadrez....les objectifs...à vous lire je pense à Don Quichotte qui se lance contre des moulins à vent...:rolleyes:
Merci Moune. Etre neutre est le plus gros travail que j'ai à faire pour être présente à ses côtés, mais pas trop. Un recadrage est régulièrement nécessaire pour moi sur ce point.

  1. Oui, elle m'identifie comme une vraie proche. Atout et "désatout" .
  2. Oui, mais je ne suis pas sa thérapeute. Elle me demande assez régulièrement conseil, et validation dans ses décisions et recherche des solutions pour aller mieux. D'où le fait de ne pas entrer dans le triangle sauveur/victime car je vois qu'elle bloque certaines aides qui lui semblent non gérables (d'où les petits pas oui). Elle se bat avec elle même. Et je n'ai pas le "pouvoir" et la capacité de l'aider en tout. Je voudrais aussi éviter un jour pas comme un autre...
  3. En effet. Je ne l'avais pas vu ainsi sur le jugement. Mon objectif : la dernière phrase du point 2, et l'aider à aller dans la bonne direction, dans le temps...ne pas faire la route à sa place.
  4. Effectivement, encore la preuve d'une trop grande connaissance de son histoire, et de ma proximité.
Tout cela m'aide à me repositionner. C'est une première étape… A moi de construire les autres alors.
 

jumb

Membre
Pour moi, il y a néanmoins un important travail de fond à faire, car quand les bases au niveau de l'enfance et de l'éducation sont vacillantes, n'ont pas permis permis de créer confiance en soi, ni bonne estime de soi, il y a tout un travail à faire là dessus. Personnellement, je ne crois pas au coup de baguette magique de la séance unique qui résoud tout.

Ne pas s'aimer par exemple induira des tas d'obstacles dans la vie (et aura des tas de répercussions) et surtout du mal être.
 

Nayatowa

Membre
Je suis tout à fait d'accord oui, et je ne suis pas une bonne fée, et à distance je peux encore moins agir et d'autres facteurs m'en empêchent comme le fait que je la connaisse. La situation est complexe, difficile (c'est bien pour cela que j'ai demandé des avis et de l'aide complémentaire sur le forum) et je pense qu'elle a besoin de plusieurs aides. Et tout cela se construira dans le temps, dans les années. Mais impossible pour moi de la laisser se débattre seule, car réellement, elle est seule. Et vos avis, votre aide m'est à moi aussi importante.
 
Je pense vraiment, que lorsqu'on accorde ( le demandeur) une véritable écoute à la petite voix qui dit, il faut que tu trouves de l'aide ! c'est déjà avoir fait un grand pas.
C'est ultra nécessaire que ce soit les amis qui reçoivent brutalement le trop plein, ils sont là pour avoir une belle écoute amicale, mais parfois la demande est encore plus ardue d'ailleurs s'ils sont eux même professionnellement engagés et si cette ami(e) a des compétences d'écoute.
Il me semble que le rôle d'ami(e) aussi violent qu'on puisse le recevoir ( ce fut mon cas) est de pousser vers une action pro hors du cadre de cette relation.
Même si on n'est pas content(e), et si on se sent abandonné(e), c 'est en définitive toujours fructueux, même si la détente du demandeur est longue à venir.
La graine est définitivement semée, et déjà tu commences à déculpabiliser en pensant que peut être, toi aussi tu peux faire quelque chose pour toi ( c'est comme cela que je l'ai véçu, ce n'est peut être pas pour tous pareil, mais c'est boostant ).
Tu prends conscience que tu peux être le maitre de ton destin. Pour la graine, il suffit de peu, une adresse parfois, ou un numéro de téléphone juste quand tu as ton portable à la main, ou une page internet de pros sur laquelle tu tombes par hazard juste quand on regarde des sacs à mains.....Et ce qui est sûr, c'est que lorsque soit même on fait le premier clic, le premier Allo ! c'est le début d'un Ouff !!!!! Qui part de la tête jusqu'aux pieds et Dieu sait que c'est BON !!!
Parole d'une ex-patiente qui est en capacité d'exprimer son vécu, mot à mot et pied à pied.....
 

Nossolar

La vie est un mystère qu'il faut vire !
Membre de l'Équipe
Elle me demande assez régulièrement conseil, et validation dans ses décisions et recherche des solutions pour aller mieux.
D'où le fait de ne pas entrer dans le triangle sauveur/victime car je vois qu'elle bloque certaines aides qui lui semblent non gérables
En effet c'est important de sortir de ce triangle, sinon cela risque d'empirer la situation, il faut donc avoir un bon recul.
Surtout que tu écris, "elle demande assez régulièrement conseil", je ne dis pas que c'est mauvais, mais faut se méfier un peu.

Une astuce qui peu être utilisée c'est de dire à la personne "Si tu avais une amie exactement dans le même cas que toi qu'est ce que tu lui conseillerais ?" au moins on sort de ce triangle et en plus c'est la personne qui se met elle même a chercher/trouver une solution.
 

moune

hypnose thérapeutique
Membre de l'Équipe
elle est demandeuse de changements:lui dire qu'ils viendront petits à petits et enchainer en lui demandant le plus petit changement qu'elle souhaite en premier,celui qui va la pousser vers ce futur qu'elle souhaite profondément.
Puis vous pouvez également traiter les ponts affectifs, pour lui modifier son passé,le rendre plus fluide...
Lorsqu'elle parle de ce père maltraitant,lui demander si elle n'a pas un souvenir agréable avec lui,ou même plusieurs et rester sur eux en lui expliquant que tout le monde a ses failles,qu'il pensait bien faire...
Lui apprendre également a se sentir bien en toutes circonstances...
Parler de son physique qu'elle trouve ingrat et lui en montrer des encore plus ingrats....ou visionner les mannequin taille XXL comme cette jeune femme qui fait des télés réalités,ou des peintures de Rubens où les femmes enrobées étaient à la mode...
Évitez de rentrer dans "son délire parano de discrimination",même si vous en êtes convaincue,car vous le renforcez et vous ne l'aidez pas...Quand je suis confrontée à cette situation,je leur dis:"vous savez à la plage je cherche les femmes plus grosses que moi et ne vois qu'elles et je me trouve mince du coup,car elles sont plus jeunes que moi et moi à leur âge j'étais plus belle qu'elles!......Vous voyez ,aujourd'hui,j'étais présente pour la consultation d'anesthésie de ma fille,les infirmières trouvaient qu'elle me ressemblait,moi non...et elles ont fini par lui dire.."prend que le cerveau de ta mère en fait!"...j'ai pris ça comme un compliment disant que j'avais la tête "bien pleine" et non comme une insulte disant que j'étais un thon!!!
Je vous laisse méditer là dessus....
 

Nayatowa

Membre
Merci à tous de votre aide. Nossolar, je prends ce judicieux conseil. Moune, j'ai bien lu ce message, et certains éléments comme le plus petit changement et d'autres font parti de ce qui est utilisable oui. Du temps, il faudra du temps et des étapes.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut