Comment aider nos enfants en echec scolaire

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par estimedesoi, 5 Mars 2008.

  1. estimedesoi

    estimedesoi

    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Qq'un connaitrait il une solution valable pour aider son ado en echec scolaire?
    J'ai suivi des stages d'auto hypnose pour moi même, et j'avoue que cela m'est d'un grand secour dans la vie de tous les jours.
    Je souhaitais savoir si quelqu'un d'entre vous avait déjà pratiqué cela sur ses enfants et en particulier pour l'aider au niveau scolaire. Mon fils à 14 ans, est en classe de 3eme, n'a jjamais redoublé pour le moment, mais à complètement décroché cette année. En plus, pas une franche volonté de vouloir travaillé!!!!!
    Par avance, merci pour vos réponses.
     
  2. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonjour,

    Oui

    Un mot qui prime c'est : discuter avec son ado (pas facile de discuter sans adopter machinalement une position de domination avec contrainte, comme sous-entendu, ce qui bloque évidemment toute communication fertile). Donc quelquefois c'est discuter d'autre chose (en apparence) avec une approche métaphorique ou décentrée.

    Première inquiétude : tabac + cannabis. La décroche, classique.
    Deuxième possibilité : la rencontre de son niveau d'incompétence, c'est-à-dire : découvrir tout-à-coup que là où ça marchait tout seul ça ne marche plus. Pas facile d'insister, de se forcer un peu, sans changer de statut avec les copains...
    Troisième cas : un petit problème avec un copain, la famille, un prof surtout (vexation etc) et démotivation (involontaire). Et ça c'est très facile à travailler avec par exemple un bon thérapeute PNL (ou même éventuellement quelqu'un du monde soignant, mais ce recours ne semble pas indispensable il est vrai) :)
    Un interlocuteur étranger à la famille parfois c'est bien aussi...

    Après, une de Mes maximes est : "la Volonté" ça n'existe pas à l'état pur ; je ne connais qu'une résultante de différentes Motivations, chacune tirant dans une direction particulière.
    (voir la métaphore des parties).

    Bonnes discussions
     
  3. estimedesoi

    estimedesoi

    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Bonjour et aussi merci pour le temps que vous avez passé pour mon message. En effet, je vais essayer de l'amener tout doucement à la discussion.....
    A suivre..
     
  4. docteur mandrille

    docteur mandrille

    Inscrit:
    23 Décembre 2006
    je travialle souvent avec des ados qui ne travaille pas toujours comme les aprents le souhaiteraient.
    il y a de nombreux recadrages a effectuer,specialement vis a vis du systeme scolaire.
    egalement savoir si il a un projet quelconque ou non.
     
  5. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Uniquement ? :D
     
  6. corfinas

    corfinas

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Hello,

    Une de mes formatrices en PNL a sorti un livre là-dessus : "aider votre ado à avoir confiance en lui"
    http://www.ifpnl.fr/index.php?sec=book5
    J'ai trouvé cette formatrice très compétente, je pense que son livre doit regorger de bonnes pistes.

    a+
     
  7. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Supposons que le Ministre de l'Education Nationale ne veuille ou ne puisse pas "recadrer le système scolaire" .

    Supposons, aussi, que cet adolescent n'ait pas encore de "projet de vie"...

    Que fait-on Docteur Mandrille ?
     
  8. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Mais toi, mon cher Corsanas, toi ? : ton avis ? Quel est-il, stp ?
     
  9. corfinas

    corfinas

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    En fait le livre que je conseille je l'ai feuilleté vite fait et dedans j'ai trouvé un exercice très intéressant. Il était proposé aux parents face à l'ado, d'essayer par un peu d'auto-hypnose (ou de rêve éveillé) de retrouver sa propre adolescence: ce qui donnait qqchose comme ça : installez vous dans un coin calme et repensez à votre adolescence, revoyez en détails vos vêtements de l'époque (pat d'elf...) l'environnement visuel de l'époque (les gros titres des journaux de l'époque), souvenez vous des sons que vous entendiez (la musique des pink-floyd ?...), les discussions, avec tous les détails possibles, remettez vous dans votre peau de l'époque, que ressentez vous face à vos parents ? que voulez vous leur dire ? que voulez vous qu'ils vous disent ? qu'est ce qui est important pour vous ? etc ...

    Voilà c'est sans doute par ça que je commencerai.
     
  10. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Tu veux dire : " Commencer par bien entrer dans la peau et dans le système de pensées de son enfant", Corfinas ?

    Et, ensuite ? :oops:
     
  11. Joey

    Joey

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Ensuite, faire remonter tous les problèmes de l'époque, les conflits, le non respect de l'autorité, le mal de vivre....

    L'adolescence est une période plutôt difficile dans la plupart des cas. Faire replonger les parents dans cette période ne parait pas très judicieux.

    De plus, concernant les croyances, valeurs, et modes de communications, l'ado de 1960, n'a plus rien a voir avec l'ado d'aujourd'hui, alors même au niveau communication (si l'objectif était de se rappeler notre adolescence pour mieux communiquer avec notre enfant ado), les 2 ne se comprendraient pas.
     
  12. corfinas

    corfinas

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Effectivement se ré-imprégner de sa propre adolescence devrai, à mon avis, faciliter la capacité à "entrer dans la peau de son ado" et la suite dépendra de ce qu'on y trouve ...
     
  13. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Bonjour Joey,

    Est-ce que l'Autorité n'est pas "respectée" : parce qu'elle n'est pas... exercée ? :D

    Et, je suis moins certain que toi que les bouleversements glandulaires (de la puberté) d'un adolescent , soient bien différents aujourd'hui, qu'il y a 50 ans ...
    Et, je doute, aussi, que les moyens de "communication" entre enfants et parents, aient bien évolué. Ils auraient, sinon, me semble-t-il, évolué en... mieux. :D

    Et, contrairement à toi, :oops: , ça ne me dérange nullement de "laisser remonter" un confit ( mal digéré ) pour en re-discuter, le RELATIVISER et même pour le renégocier. Quelle difficulté y vois-tu ? 8)

    Je pense, que c'est plutôt le fait d'enterrer les "affaires passées" dans l'obscurité de "sépultures mal blanchies" qui pourraient entraîner leur pourrissement et leur odeur nauséabonde qui empêchent souvent les Personnes de se rapprocher...

    On parle un peu trop facilement, peut-être de "conflits de générations".

    Il me semble à moi, qu'il s'agit le plus souvent de "conflits de... prises de Pouvoir".

    Tout gamin en bonne santé se prépare et s'imagine qu'il va partir à la conquête de son environnement, quand ce n'est pas à la conquête du monde.

    Or, un gamin, actuellement, est "élevé dans du coton" ( et dans l'assistance étatique) , parfois jusque... l'âge de 30 ans.

    Il vit donc, fort (trop) longtemps, dans le monde des... velléités et des caprices. :D

    Or, est-ce sans confrontation au... (vrai) REEL, où les cadeaux sont très rares, (et non à des théories livresques... où l'émotionnel est exacerbé et domine ) qu'une "larve" dépourvue d'esprit critique réaliste, peut évoluer... pour devenir un jour : un "individu complet et autonome" qui sera capable d' échapper à ses prédateurs et à ses chimères ? :oops:

    Autrement dit : les enfants ne sont-ils pas confrontés un peu tard et pas assez "progressivement" à un "monde réel"... qui sera toujours et éternellement... conflictuel ? :D
     
  14. corfinas

    corfinas

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Oui, l'objectif de cette re-plongée est bien au niveau communication et du coup quand tu dis " alors même ... les 2 ne se comprendraient pas"... alors on fait quoi ? on déclare la guerre ouverte ? on conseille de les foutre dehors ? :D

    Personnellement quand je replonge dans mon adolescence, je me souviens de mes difficultés de l'époque et quand je reviens dans ma peau d'aujourd'hui (où ces difficultés sont dépassées), je suis plus compatissant, compréhensif et bienveillant.

    Cela dit, Joey, en cas d'adolescence trop traumatique du parent qui fait cet exercice, pour être rassurer de bien faire la séparation passé-présent on peux peut-être :
    soit faire une ancre de ressource "bien-être d'aujourd'hui" avant l'exercice et la réactiver après
    soit travailler en dissocié (simplement imaginer sur un écran de ciné l'époque révolue).

    Je suis d'accord que ça sert pas à grand chose de se replonger dans ses problèmes et d'en ressortir toute la souffrance mais faire un petit retour en arrière, voir au passage le chemin parcouru et en ressortir les apprentissages, ça me semble intéressant.
     
  15. Joey

    Joey

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Il s'agit ici du bien fondé de la technique qui consiste à faire re-imprégner les parents de leur adolescence dans l'objectif d'une meilleure relation avec son enfant ado. L'intéret mis en avant par corfinas étant une meilleur synchronisation entre parents et ado pour faciliter le dialogue, aspect que je critique.

    L'adolescence est bien souvent un passage douloureux et conflictuel avec les parents.
    Que vous le vouliez ou non, les conflits, le non respect de l'autorité, le mal de vivre, la crise... sont liés inconsciemment à ce passage.

    Faire que les parents se souviennent de ces moments en étant associés va agir comme une ancre, en faisant dans la majorité des cas ressortir tout le coté douloureux lié à l'adolescence du parent.
    Il s'agit plus de sentiments et d'état d'esprit que de réels problèmes.

    Ca c'est un autre débat !

    Les bouleversements glandu-
    laire et hormonaux n'ont probablement pas évolué beaucoup, (quoi que).

    La technique proposée par corfinas a pour objectif une meilleure synchro des parents et des ados en ramenant les parents à leurs comportements et modes de pensée d'ado.
    Or le monde de l'ado d'aujourd'hui est très differents de celui d'un ado en 1960. Le language, les influences, les facons de faire et d'agir, l'impact des nouvelles technologies, de la télé... font que le language et le comportement d'un ado 1960 et d'aujourd'hui sont profondément differents. Leur carte du monde seraient trop différentes, donc pas de synchro !

    Il ne s'agit pas de laisser remonter un conflit mal digéré pour ensuite le recadrer, mais de faire remonter des sentiments et un état d'esprit pour dialoguer avec son enfant ado.
    D'autre part crois tu que la majorité des parents soient capables de redisctuter, relativiser, et renégocier un conflit?

    Rappelle toi d'un conflit que tu as eu avec ton pére. Un dure moment dans lequel tu a été obligé de lui obéir contre ta volonté, un moment de grosse dispute, rappelle toi bien de tous les détails, de cette rage, tous les lieux, tous les sons, toutes les personnes, toutes les phrases dures pronocées, toutes les images, tous les sentiments qui étaient en toi à ce moment fort, associes toi bien à tout ca, à cet énervement, à cet incomprehension, laisse remonter tous ces sentiments.
    voilà, maintenant va voir ton père pour régler un conflit actuel. Même si ce conflit est mineur, avec l'ancre ravivée, je suis pratiquement certain que le conflit va trainer.

    D'autre part il existe des cas de transfert.
    "je me rappelle de grosse disputes avec mon pére, il a été tres dur avec moi, je serais donc aussi très dur avec mon enfant !"


    C'est un autre débat que celui de l'ancre et de la synchronisation miraculeuse.

    c'est qui "on"?

    Je dirai 'autonomie'


    L'esprit critique est une formidable ressource mais souvent bien mal exploitée car souvent exercée dans un but non-constructif.

    Si pas de synchro, alors pas d'intéret à cette technique (sinon peut etre de faire ressortir des difficultés nouvelles)

    Depuis combien d'années travailles tu sur ton évolution personnelle?, l'individu x pourra t il en faire autant?
    Et puis dans ce cas là, pourquoi ne pas travailler directement sur les ressources acquises plutôt que de s'associer à un état d'esprit conflictuel?

    D'autre part, l'ado s'affirme aussi par opposition a ses parents. Je pense que certains conflits sont nécessaires et engagent l'ado vers une plus grande autonomie.
     
  16. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Ce qui est assez amusant, c'est que tu écrives : "Que vous le vouliez ou non, les conflits, le non respect de l'autorité, le mal de vivre, la crise... sont liés inconsciemment à ce passage."

    Et que deux lignes en dessous tu dises :

    Citation:Est-ce que l'Autorité n'est pas "respectée" : parce qu'elle n'est pas... exercée ?

    Ca c'est un autre débat ! :cry: :D
     
  17. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Et, je pense que le "lièvre" soulevé par Mandrille du "projet de vie de l'ado ", constitue un aspect des plus intéressants.

    Dès l'instant où une jeune Personne est motivée par un "projet" qui la passionne, elle va, obligatoirement, essayer de franchir tous les obstacles y compris et surtout ceux de sa scolarité.

    Je mettrais donc "en premier" l'absence de projet et de passion, comme cause de l'échec scolaire.

    Et même comme cause d'échec... professionnel. :p
     
  18. Joey

    Joey

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Ce sont de fortes croyances culturelles. Demandez donc autour de vous ce qu'est l'adolescence, je suis certain que les termes précités vous seront livrés rapidement.

    Effectivement, ceci se référe plus à la façon d'exercer l'autorité parentale, le "comment faire", quelle autorité?, la place du laxisme? l'autorité affirmée? le droit des enfants...

    Est ce que tous ceux qui évaient un projet ou étaient passionnés ont réussi leur scolarité?

    La motivation est certainement un élément déterminant c'est pourquoi je pense qu'il est important de recadrer l'école comme un outils, une aide pour s'affirmer, trouver du travail... donc recadrer sur l'utilité de l'école.
    L'école ne doit pas être un obstacle, mais une aide, un moyen, un outils.
     
  19. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Beaucoup de... mots.
    Et beaucoup de portes entrouvertes à... défoncer, non ? :D

    Les "motivations" et un "projet de vie" sont, il me semble, bien plus compliqués que les "y'a ka", non ?

    C''est le groupe social entier qui est... perturbé, bien sûr.
    Mais depuis la naissance ( ? ) de leur monde, les humains n'ont ils pas toujours "évolué" de crise en crise, de guerre en guerre, à travers de perpétuels conflits et par suite avec des "morts" et des "inadaptés" qui restent et resteront "sur le carreau" ? :D
     
  20. itachi

    itachi

    Inscrit:
    26 Mars 2008
    D'après votre discussion, qui est assez amusante à lire d'un point de vue externe :D, l'adolescence serait caractérisée par les mots "mal de vivre", "crises", "non-respect" de l'autorité"...

    Il y a, durant chaque étape de la vie, des états différents, de nouveaux défis, mais c'est vrai que ce "complexe du Messie", comme on dit en Anglais, n'existe que durant (ou rarement en dehors de) l'adolescence.
    Pour moi, malgré toutes les difficultés, la recherche de soi, et les confrontations parents/jeunes (essentiels au développement), c'étaient des bons moments.

    Peut-être savez vous qu'avant le 19ème, il n'y avait pas d'adolescence ? Ou plutôt, on ne le considérait pas comme différent du reste de l'enfance...
    Le regroupement de jeunes du même âge, l'éducation, et les moments de liberté étaient plus rares, ce qui ne permettait pas ce que nous appelons "adolescence". :shock:
    Les hormones ca existait déjà, bien sûr :lol: , mais pas tellement cette période de "recherche de soi". C'était l'âge, 18 ou 20 ans (en fonction des société, parfois même 25 ans) qui permettait d'entrer dans le monde adulte. Avant d'avoir atteint cet âge là, on n'avait pas réellement à prendre des résponsabilités et les parents étaient les "maîtres absolus" quant aux décisions à prendre.

    L'adolescence n'est donc que la définition que la personne s'en fait, et ce n'est donc pas surprenant que cela soit un tel sujet de controverses! :roll:

    (Les choses nouvelles sont toujours les plus discutées :D )
     
  21. denverss

    denverss

    Inscrit:
    21 Mars 2008
    Tu vas "rigoler" (jaune ? :p ), Itachi, mais je suis partisan de la hiérarchie claire et ferme, en société / et de... "l'arbitraire" , dans les décisions.

    Ca évite, selon moi, la "chienlit".
    Et les Personnes, quoi qu'on en pense ( si la collectivité l'accepte en tant que "valeur commune" ) ne sont PAS davantage "frustrées" que par des sempiternelles remises en question de TOUT et par des "discutailleries" d'où, en fait, il ne sort quasiment rien. :D
     
  22. itachi

    itachi

    Inscrit:
    26 Mars 2008
    exact! :D
     
  23. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Qu'on le souhaite très fort ou non, on est fait d'une certaine façon.

    L'adolescent mâle n'est pas comme l'adolescente. Mais parlons du mâle ici. À l'adolescence, chez le mâle, il est connu qu'il recherchera un mentor. Mentor qu'il devrait avoir eu depuis longtemps et un mentor mâle... Est-ce qu'il a ça? Je veux dire, un mentor digne de l'être? Quelqu'un qui réussit, qui lui semble solide?

    La solution est là... Peut-on compenser cette absence? Je sais pas du tout... :shock:
     
  24. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Et en général je serais plutôt d'accord avec Denverss
     
  25. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    L'adolescence est une période très perturbante pour un jeune, a fortiori lorsque, comme c'est bien souvent le cas aujourd'hui, celui-ci vit dans un univers totalement déstructuré !

    Pourtant, nombreux sont les adolescents qui, soumis à de telles affres, s'en sortent; ils ont juste trouvé, un jour, sur leur chemin, la bonne personne de référence digne de confiance.

    Cette personne "ressource" est bien souvent un enseignant chargé d'un cours d'histoire, de moral ou de religion; ce peut être également, pour certains jeunes inscrits dans l'enseignement technique ou professionnel, un professeur de théorie et/ou de pratique dont le charisme est tel qu'il parvient à les remotiver, bref, à leur redonner confiance.

    Eh oui ! Chez le jeune qui se trouve en difficulté, c'est bien souvent "le manque de confiance en soi" et, de façon concomitante, "l'image négative de soi", qui créent le classique "mal être".

    Montrer à un jeune qu'on s'intéresse à lui, lui tenir un discours ouvert et constructif, voilà peut-être une amorce de réponse à la question du "Que peut-on faire face à un adolescent qui clame son désarroi !"

    Et si la personne qui s'intéresse au jeune a, de par son statut particulier ou son poste privilégié, le temps de dialoguer régulièrement avec lui, alors "toute suggestion verbale" prononcée à haute voix ou à voix basse par ce "guide" ou "ce mentor" aura, sur l'adolescent éveillé en position d'écoute, un impact non négligeable.
     
  26. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Ben oui mais qui a le temps de s'intéresser aux jeunes? Faut bien consacrer TOUTES nos heures de "PRODUCTIVITÉ" à faire PROFITER les actionnaires de toute cette belle société INDUSTRIALISÉE.

    C'est à faire vômir quand on y pense trop. Mais faut bien si l'on veut que ça commence à changer. :?
     
Chargement...