1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Différence entre hypnose et méditation

Discussion dans 'Vidéo - MP3 - Livre Electronique' créé par hibou13, 25 Février 2016.

  1. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Article de Marie-Pierre Preud'homme

    4 différences entre l’hypnose et la méditation?

    Première des différences entre l’hypnose et la méditation : les états des conscience.
    En hypnose, auto-hypnose, nous sommes dans un état modifié de conscience (EMC)
    tandis qu’en méditation de type pleine conscience, l’objectif est justement d’atteindre la pleine conscience, c’est à dire non altérée de la réalité.

    Deuxième différence : la posture.
    En méditation, nous adoptons une posture exigeant un tonus musculaire, de la vigilance, par exemple avec le dos maintenu bien droit, les jambes en tailleur (ou certaines postures *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***) ou assise sur un tabouret, un coussin de méditation. Il y a maintient de la conscience du corps. En hypnothérapie, l’assise est relâchée, avec une invitation au confort, voire à la relaxation, même si elle n’est pas nécessaire, le corps peut se faire oublier.

    Troisième différence, le traitement de l’information.
    En hypnothérapie, l’état modifié de conscience permet une hyper réceptivité de l’information et la réception de suggestions. On peut aussi travailler la modification de perception d’informations en vue de désensibiliser de traumatismes.En méditation, l’information, les sensations sont accueillies, il s’agit de les accepter et de les observer avec le plus de neutralité possible.

    Quatrième différence, les ondes cérébrales.
    Les ondes électriques cérébrales durant la pratique de la méditation et de l’hypnose sont mesurables et présentent des différences.
    Les ondes Bêta (13 Hz et davantage) : état de veille en activité, concentration, intentions spirituelles, affirmations.
    Les ondes Alpha 8 à 12 Hz : correspondent au rêve éveillé, à la méditation, à une hypnose très légère, à la visualisation…
    Les ondes Thêta 5 à 7Hz : correspondent à la visualisation lucide, c’est le début de la phase vibratoire, états de transe hypnotique profond, état hypnagogique.
    Les ondes Delta 0,5 à 4 Hz : guérison, conversion de rêve, sommeil profond.

    Pas que des différences entre l’hypnose et la méditation … point commun entre méditation et hypnose.
    L’hypnose et la méditation peuvent viser des objectifs thérapeutiques similaires.

    La méthode de Jon KabatZinn intègre scientifiquement la méditation pleine conscience pour réduire le stress et la douleur.

    L’Act Therapy, Acceptance & commitment therapy – thérapie de l’acceptation et de l’engagement (Russ Harris) est considérée comme thérapie de pleine conscience sans la méditation. Elle enseigne des compétences de pleine conscience dans le contexte des valeurs et de l’action engagée.

    L’hypnose, induit une hyper réceptivité de l’information.Les suggestions peuvent atteindre des couches profondes de l’inconscient.
    Ainsi, le but des suggestions peut être :

    • la modification d’un comportement « réflexe « gênant, comme les addictions : cigarette, alcool, *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
    • la transformation d’une sensation désagréable comme la douleur
    • la potentialisation de ressources physiques ou mentales, …
     
  2. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880
    Article de Jean-Marc Benhaiem
    Directeur du Diplôme Universitaire d’Hypnose médicale à la Pitié Salpêtrière, Médecin hypnothérapeute à Ambroise Paré et à l'Hôtel Dieu (Paris)

    Hypnose, méditation: pourquoi ces thérapies fonctionnent

    Depuis une dizaine d'années, les thérapies non médicamenteuses, telles que l'hypnose et la méditation, se développent et trouvent une légitimité. Les troubles anxieux, les dépressions, les troubles alimentaires, les addictions et les douleurs sont leurs principales indications.

    Ces deux approches proviennent de deux cultures et de deux continents différents.

    La méditation s'est largement inspirée du Bouddhisme. Pour séduire les occidentaux, elle devient laïque et change de nom. La "*** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***" est née. A vrai dire, le Bouddhisme n'étant pas une religion, nul besoin de croire pour se lancer dans la méditation. Il y a plusieurs façons d'y entrer. La recherche d'un mieux être personnel incite à fréquenter régulièrement les Dojos où l'on peut méditer à heures fixes et en groupe, soutenu par un rituel. L'entrainement et la régularité sont conseillés. L'autre entrée passe par la souffrance ou le besoin de sortir d'une dépression récurrente ou d'une douleur chronique. Là aussi, la méditation doit se pratiquer au quotidien en suivant certaines règles bien précises. Les occidentaux ne sont pas formés à ces approches qui privilégient le corps, la posture et la réduction de la pensée. Ils sont même entrainés à l'inverse en se désintéressant du corps en faveur du mental. Toute thérapie qui agit dans ce sens ne peut obtenir que de bons résultats au vu de l'origine des souffrances qui se situe dans une activité démesurée de la pensée. La recherche clinique sur la méditation confirme cette hypothèse et rapporte de nombreux travaux prouvant l'utilité d'y recourir.

    Plusieurs principes bien identifiés sont contenus dans les pratiques méditatives.

    • faire disparaître l'ego
    • l'équanimité
    • rester dans le présent
    • faire une expérience
    • réduire l'intellect
    Malgré des bénéfices bien établis pour cette thérapie, on observe une certaine réticence en France, aussi bien à prescrire ce soin, qu'à le pratiquer. L'origine extrême orientale de ce soin, fait qu'il reste étranger, voire étrange pour nos concitoyens à la recherche d'un soulagement. Il faut dépasser ces réserves pour pouvoir s'y adonner.

    L'hypnose est née en France au XVIIIème siècle. Son étrangeté ne provient donc pas de son origine mais de ses incursions dans le monde du spectacle. Les réticences sont d'un autre ordre. Il faut braver certaines croyances issues du music-hall pour aller vers l'hypnothérapie. De nombreux travaux scientifiques valident sa pratique en médecine et en psychiatrie. L'hypnose ne repose pas sur un entrainement ou sur des exercices mais en priorité sur "retrouver un chemin déjà connu" et avoir plaisir à s'y aventurer. Elle pointe sur la constatation que l'individu n'est pas à sa place, ou n'est pas présent à son corps. Pour retrouver cette place, il est proposé à la personne de perdre toute prétention et toute volonté. Le "moi" agissant et contrôlant est mis en veilleuse. L'inaction ressemble au non-agir du Zen. Le mouvement qui apparaît est semblable aux mouvements d'une personne qui nage. Elle s'adapte et ne s'oppose pas. Elle fait une avec les éléments extérieurs. Pour l'hypnose aussi, certains principes sont essentiels pour induire un changement.

    • quitter le raisonnement
    • pas de jugement
    • ne pas s'opposer
    • trouver un accordage avec le thérapeute
    • pas de regard sur soi
    • favoriser les réflexes, la vitalité, l'instinct de conservation.
    Les principes ont une ressemblance certaine entre hypnose et méditation. Plusieurs études affirment que les différences sont notables. La méditation propose un effort, une régularité, une implication morale affirmée. Tandis que l'hypnose joue sur l'absence d'effort, une mise en retrait de la personne qui se laisse faire par son environnement, son contexte de vie.

    Dans les deux cas, une immobilisation est nécessaire. Elle favorise une confusion des sens qui ouvre sur un éventail de possibilités grâce à une mise en sommeil des émotions telles que la plainte, les regrets ou la dramatisation.

    Ces deux approches ont plus à gagner à se croiser qu'à s'opposer. Hypnose et méditation mettent en évidence l'existence de deux états ou de deux modes différents d'attention. Le soulagement n'est pas accessible en mode contrôle/intellect, mais il devient possible en mode élargi /sensoriel. Dans ce mode, le langage n'apporte plus rien. Ce qui est ressenti est au-delà des mots. C'est un mode d'attention non focalisée donc indéterminée. Les longues heures passées à méditer ou les longs silences d'une séance d'hypnose poursuivent le même objectif, changer de mode par l'ennui et l'inaction pour que la personne, qui voudra bien s'y prêter, retrouve sa sensibilité première. Guidée par cette sensibilité, elle parvient à s'éloigner de ce qui la blesse, et à se rapprocher de ce qui la tient en vie. Elle est de nouveau à sa place.
     
    Singin apprécie ceci.
  3. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3724
    J'aime reçus:
    449
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Qui dit ça?
    Quand on voit le nombre de demandes d'aide en AH sur le forum et des personnes qui parlent de mois, d'années d'apprentissage et de pratique pour l'AH. Pratiquant les deux je ne les reconnais pas dans ces phrases.

    Je ne reconnais toujours pas ni la méditation ni l'hypnose là dedans. Je pratique plutôt l'un comme l'autre au repos mais il m'arrive de pratiquer l'un comme l'autre en activité, en marchant, en faisant du sport, en mangeant pour la méditation etc.

    On passe au singulier sans précision de si une des deux disciplines est abandonnée. En tout cas je ne reconnais pas la méditation dans une "confusion des sens" au contraire, car elle est pour moi souvent un regard porté sur ces sens, un observation attentive et une pleine connexion sensorielle.

    Ca me gêne un peu, je me souviens d'un concept de "wu" associé à du "non-être" et d'après mes lectures on est sur des concepts assez complexes qu'on ne peut pas réduire à ça. Je me demande aussi s'il n'y a pas confusion entre le zen et le zazen, parce que le zazen est plutôt une forme de méditation assise (celle avec un zafu) immobile alors que le zen est un état et la nature de bouddha et donc dans l'éveil.

    Je ne saisi pas bien. Si on dit que le but est d'atteindre la pleine conscience c'est que le reste du temps ce n'est pas le cas, donc c'est bien un état modifié de conscience non?

    Comme dit plus haut je ne partage pas cet avis. Les street hypno et les hypno de spectacles pratiquent essentiellement en dynamique. Et en méditation on peut aussi pratiquer assis ou allongé et y compris en yoga notamment avec la posture savasana et le yoga nidra. D'ailleurs fait amusant le yoga nidra a été repris en sophrologie et en hypnose, j'ai d'ailleurs un projet d'enregistrement à faire.

    On peut aussi accueillir ce qui se passe en hypnose, rien n'oblige à utiliser un état en suivant certains... préceptes d'écoles? Ceci dit c'est vrai qu'en hypnose j'ai l'impression qu'on travaille plus le changement alors qu'en méditation on est plus dans l'accueil mais de manière non systématique.

    Pour le quatrième point je n'ai pas d'avis.

    +1

    Merci pour ce post très intéressant Hibou. Qu'en penses-tu?
     
    Hyp974 et Singin aiment ça.
  4. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880
    Je pense qu'il n'y à pas d'article parfait en se domaine. Ceux ci m'on semblé intéressant (pédagogiquement), mais il y manque des précisions comme souvent quand il s'agit de comparaison (pour le premier article surtout).
    Par exemple, dans ta première remarque, si l'on est dans un contexte de méditation "classique" bouddhiste (genre chiné-lhaktong) et dans le cadre d'une séance d'hypnose (classique également) par un thérapeute alors ce qui est dit est tout à fait valide. L'une demande un travail perso, un apprentissage et l'autre demande simplement à accepter la relation avec le praticien.
    Je pense que globalement le premier article ne traite que de l'hypnose par séance (et n'évoque l'AH que pour évoquer l'état de conscience). Que la comparaison ce fait avec la méditation classique bouddhiste.
    La remarque 6, au sujet de la posture, prend alors tout sont sens. (elle le dit d'ailleurs dans le texte) Elle parle d'H thérapie et non de street ou de spectacle et reste dans la pratique de méditation "classique".

    Dans ces deux pratiques, il existe pas mal de "branches", de méthode plus ou moins dérivées, pour moi cela implique au moins deux choses. (pour en parler ou en débattre)
    Ne pas opposer de véto au nom d'un exemple d'une pratique "atypique existante", d'un cas particulier ou d'un niveau de pratique hors du commun.
    Utiliser un vocabulaire connu et reconnu (pour communiquer) pour décrire un phénomène. Sinon on ne sait plus de quoi nous parlons et aucun échange n'est possible.
    Cela peut paraître bête, mais préciser de quoi on parle, d'ou et pourquoi. (surtout si l'on sort des pratiques non codifiés).

    On peut opposer au second article de Benhaiem certaines critiques ou discussions (à propos de l'allusion au zen par exemple) mais dans le fond et en quelques lignes je le trouve très juste.
    Le réduire par exemple au débat possible sur "l'immobilisation nécessaire" serait passer à coté de la volonté pédagogique du texte et d'un argument valide dans ce but.
    Cela ne veux pas dire que la réalité du mouvement n'existe pas dans les pratiques méditative ou hypnotique.

    Ce sont des textes d'information et de pédagogie et non un travail de thèse. Ils ne sont donc pas exhaustif par nature.
    En tout cas bien meilleur que ce que l'on peut lire dans hypno-actu ou bien d'autres bêtises copié-collé de journal en journal.
     
    naturolife apprécie ceci.
  5. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3724
    J'aime reçus:
    449
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Oui, je suis assez tatillonne :oops:.
    Comme tu dis je les ai trouvés intéressants et de bien meilleure qualité que les bêtises qui circulent et ce qu'on laisse passer avec le bot hypno-actu.
     
  6. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Merci pour ces infos pour moi très pertinentes
    Mais plus çà va, plus je pense qu'il n'y a pas de différence entre les deux pour accéder à l'éveil et à la pleine conscience.
    Le Tout c'est de savoir y parvenir
    C'est le travail d'une vie ou de plusieurs ...
    ;)
     
    Dernière édition: 26 Février 2016
Chargement...