1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Hypnose, thérapie et relation patient/thérapeute

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par thérapie29, 3 Juin 2013.

  1. thérapie29

    thérapie29 Membre

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Messages:
    673
    J'aime reçus:
    17
    Points:
    1680
    Localité:
    Quimper

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bon, voila un débat d'ouvert;
    Comment installer le"rapport de confiance", la relation thérapeutique, indispensable pour pouvoir ensuite accompagner le changement. Je pose la question car aux fil des topics je me suis rendu compte que ça n'était pas évident pour tout le monde.(ne vous sentez pas tous viser, hein?)
    Certain arrive même à casser le rapport avant qu'il ne s’installe, ce qui est normalement impossible (vous commencez à connaître mon humour, là faut pas souligné, c'est une blague) à moins de fermer une porte fermer!
    Je ne parle pas technique avancer de synchronisation, mais déjà l' alphabet de la bonne communication. Les bases de la relation.
    Déjà, Bonjour, je vous entends, reformulation de la demande...
    à vous!
     
  2. HYPNOMED

    HYPNOMED Membre

    Inscrit:
    9 Mai 2010
    Messages:
    311
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1490
    avoir confiance soi-même pour donner confiance.

    être en congruence çà coule de source en thérapie.

    Yes !
     
  3. thérapie29

    thérapie29 Membre

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Messages:
    673
    J'aime reçus:
    17
    Points:
    1680
    Localité:
    Quimper
  4. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    etre ds l'acceptation de l'autre
     
  5. thérapie29

    thérapie29 Membre

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Messages:
    673
    J'aime reçus:
    17
    Points:
    1680
    Localité:
    Quimper
    bien sur, intégrer et accepter son modèle du monde. Congruence
     
  6. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3728
    J'aime reçus:
    452
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    L’honnêteté.
    Le respect de ce qu'est l'autre et de sa manière de penser.
    La forme également, dire que l'on comprend et que l'on ne partage pas l'avis exprimé c'est bien différent que de dire "tu as tort".
    Une position basse ou égale.
    L'acceptation de ce qu'est l'autre, de ce qu'il amène avec lui, des émotions qui doivent s'exprimer mais aussi des silences et des choses qui ne sont pas prête à être dites.
    Être présent et soutenir si besoin tout en laissant de la place à l'autre pour qu'il soit lui même.
    Proposer des pistes sans rien imposer.
    Être là tout en respectant des temps de retrait.
    S'adapter au langage de la personne, à son système de représentation, donner des exemples qui lui parlent.
    Créer un cadre rassurant mais qui laisse des grandes ouvertures.

    Je vois la relation comme quelque chose de fluide dans un contenant fixe (plus ou moins rigide). Comme de l'eau dans un verre, ou de l'air dans un pneu.
     
  7. thérapie29

    thérapie29 Membre

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Messages:
    673
    J'aime reçus:
    17
    Points:
    1680
    Localité:
    Quimper
    ah, ben là on a de très bonnes pistes et on a presque tout.
    Jean.François Marquet me disait: soit confortable. Prend le meilleur fauteuil et soit à l'aise.
    Inversement si t'es pas congruent, détendue, pas la peine, ça coince.
    J’irai un peu plus loin Que toi, Prudence, plutôt que:
    Proposer des pistes sans rien imposer.
    zéro solution, zéro conseil.
    Mais là on est plus dans les techniques que dans la relation à établir.
    la relation, c'est comme la vaisselle, on ne peut pas prendre d'avance, et il faut le faire à chaque fois. On peut pas l'installé et dire: ça s'est fait, ensuite....et ne plus s'en occuper.

    Évidemment il reste:
    synchronisation, reformulation, feed-back.
    Bon, un peu facile pour vous trois de répondre à ce topic mais j'essaye de faire avancer les choses, quoi. Et c'est pas "juste joué sur les mots" que de dire à minima: Bonjour. Plutôt que : t'a tord, t'es nul je suis mieux...Et voilà que je m'emporte.
    désolé, hum.
     
  8. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3728
    J'aime reçus:
    452
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Je ne sais pas, je présume que ça dépend. Certaines personnes ne veulent pas ou ne sont pas prêtes à évoluer de suite et on d'abord besoin d'être écoutées. Après, je sais que certains font du "zéro solution, zéro conseil" mais je ne me vois pas dans cette branche là. A voir aussi ce que tu entends par là, parce qu'on a pas forcément la même idée de ce que ça représente. Pour moi le "zéro solution, zéro conseil" c'est le mec qui ne fait que des renvois/écho/maintient de communication, qui n'introduit rien du tout ou carrément refuse de te répondre.

    Je pense aussi que ça dépend des personnes et des thématiques: j'ai pas mal parlé avec des personnes qui avaient été dépressives et pour qui l'absence d'introduction de quoi que ce soit de la part du thérapeute (psychanalystes) avait été aggravant de leur problème. Comme si elles arrivaient en disant qu'elles ne savaient pas faire fonctionner leur machine à laver et que la personne leur répondait en boucle "et ça vous fait ressentir quoi?" (dans le cas où elle répond) alors qu'elles veulent juste du linge lavé. Ces personnes évoquaient des thèmes d'engluement, de grande fatigue, d'obscurité, l'impression de ne pas voir clair, de ne pas entendre, de ne pas comprendre, de pédaler dans la choucroute etc. et elles avaient besoin d'un répondant solide en face et elles se sont retrouvée face à du renvoi vers leur propre "mou" avec l'impossibilité de reprendre une impulsion pour "redémarrer".

    Mais je pense que ça dépend des cas: des clients, des thérapeutes (on a pas tous les mêmes capacités), et des situations.

    Sinon j'aime bien ton parallèle avec la vaisselle! :D
     
  9. thérapie29

    thérapie29 Membre

    Inscrit:
    10 Février 2013
    Messages:
    673
    J'aime reçus:
    17
    Points:
    1680
    Localité:
    Quimper
    zéro solution, zéro conseil" n'est pas ne rien faire et que écouter ou reformuler. Mais si, par ex. la personne a une croyance limitante et qu'on fait un protocole comme "la marelle des croyances", on apporte zéro solution, zéro conseil, idem pour une stratégie d'objectif (1ere séance!), un changement d'histoire, recadrage spatial, lieu sur, switch, réification d'une angoisse, métaphore... core process...le changement s'installe au niveau émotionnel avec zéro conseil, zéro solution... c'est ça que je veux dire.
    Il n'y a pas loin entre : conseiL... position haute... jugement...et mise en place d'une résistance (le mot tabou!).
     
  10. Hubert Chatelée

    Hubert Chatelée Membre

    Inscrit:
    16 Août 2012
    Messages:
    213
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1390
    Bien sûr on peut utiliser les techniques de synchronisation PNL...
    Et mettre artificiellement le patient en confiance.
    Mais je pense que le plus important et le plus efficace est d'être réellement en "tri sur l'autre", c'est à dire faire un effort d'abstraction de tous les préjugés, les convictions, la morale et les évidences que l'on a pour comprendre le patient.
    Un patient compris est souvent déjà un patient en confiance,
    et le comprendre permet d'orienter une stratégie thérapeutique.
     
Chargement...