Formation Hypnose

l'aptitude au bonheur

Je finis par croire que l'aptitude au bonheur est innée, qu'en somme

on l'a ou on l'a pas, qu'on est heureux ou qu'on ne l'est pas.


Que j'ai bien des doutes que cela puisse s'apprendre
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
katia (zoulouk) à dit:
Je finis par croire que l'aptitude au bonheur est innée, qu'en somme

on l'a ou on l'a pas, qu'on est heureux ou qu'on ne l'est pas.


Que j'ai bien des doutes que cela puisse s'apprendre
je crois que c'est une croyance qui permet de ne plus se poser de question.

(mais qui, parallèlement, entretient le doute...)

:roll:
 
[align=justify]Autre croyance, ma croyance : le bonheur n'est qu'un mot tapi, transi, agonisant.. en attente de ressuscitation. A celui ou à celle qui le désire d'aller à sa découverte, de le débusquer et de lui donner (en)vie. Le bonheur ne s'apprend pas, il se prend (sur soi)... et se reprend.
 
Et celui qui ne le prend pas sur lui, il fait quoi ?

Comment acceder à quelque chose que l'on est ou a, alors que certains ont oublié qu'ils l'avaient ou ne l'ont pas ?

Et celui qui a cette aptitude, il a alors de la chance ?

J'ai donc l'impression que cette aptitude est tres inegalement répartie, et que si on va bien, on n'y comprend rien à ceux qui vont mal, parce que l'on va bien.

Replique souvent faite sur le forum...

Alors ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Ceux qui sont heureux souhaitent le rester

Ceux qui sont pas heureux voudraient l'être

mais aider les gens malheureux à devenir heureux çà peut faire devenir malheureux les gens heureux...

parce qu' être malheureux c'est plus contagieux que d'être heureux ?

:roll:
 

xorguina

Membre
Tout est éphémère, les soucis comme les plaisirs, c'est pas temporaires, ça passe...on peut déjà se dire ça, ça peut aider .

Cependant , faire ce que l'on aime est signe de liberté alors qu'aimer ce que l'on fait est signe de bonheur .

Alors je pense qu'il ne faut pas accuser le puit d'être trop profond si l'on a prit une corde trop petite ;)

 

jeangeneve

Membre
le bonheur, c'est un mot, juste un mot.
est issu du latin augurium qui signifie : accroissement accordé par les dieux à une entreprise

"Dieu l'accorde"
carramba encore lui !
 
Etre heureux ou etre malheureux, c'est un faux problème.

Juste un mot, le bonheur comme le dit Jeangeneve.

Vivre, avoir de l'élan, du désir... se frayer

son chemin,

aprrécier son parcours dans ses hauts, ses

bas, inevitables variations, savourer les

bons moments, apprendre dans les plus

mauvais


C'est peut être ça que nous pouvvons apprendre ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
il y a des gens qui ont tout pour être heureux et qui sont malheureux

il y a des gens qui n'ont rien pour être malheureux et qui sont malheureux

Il y a des gens qui on tout pour être malheureux et qui sont heureux

il y a des gens qui n'ont rien pour être heureux et qui sont heureux


la présence de multiples éléments dans l'environnement est à l'origine des ressentis

les éléments de l'environnement sont déclencheurs de ressentis

ces afférences forment le « cue-system »

accéder à ce système permet de gérer ses afférences pour avoir le ressenti souhaité 

à l'arrangement, au ré-agencement du « perçu » de ces éléments afférents pour favoriser les uns ou les autres de façon dirigée

certains en ont intuitivement l'expérience de façon innée,

pour d'autres l'hypnose sera l'outil qui leur permettra cette acquisition.

8)
 

jeangeneve

Membre
je suis désolé mais de quoi on parle ?

une aptitude, je visualise ce que c'est mais...

le Bonheur là, je sèche !

la joie je vois (aussi), mais alors bonheur c'est le trou (noir)
la seule correspondance c'est "tôt le matin.

ce serais pas un de c'est mots magique à placer en hypnose conversationnelle ?

parce que là je ne sait pas de qui on parle, même en chosifiant
cela concerne quel zone du cerveau ?
ou se trouve ce lieu-dit ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
jeangeneve à dit:
Le bonheur, là je sèche !
cela concerne quel zone du cerveau ?
ou se trouve ce lieu-dit ?
c'est plutôt un non dit.

pas de zone dans le cerveau mais des éléments extérieurs au cerveau qui s'agencent de manière virtuelle pour créer un ressenti tout aussi virtuel et transitoire

mais qu'on peut intérioriser et garder dans son météostat mental

rester dans la joie ou dans la tristesse

ou alterner sa météo émotionnelle en fonction de la météo extérieure

et que c'est bonheur aussi, de vivre au rythme du temps...


bon, je sors, profiter de la pluie, c'est si bon pour mes salades...

:lol:
 

xorguina

Membre
Faire ce que l'on aime= liberté
Aimer ce que l'on fait=bonheur.

Le bonheur je le vois comme la sève qui nourrit l'arbre .

L'amour étant les racines .

Le bonheur ne peut couler librement sans l'amour .

C'est une profondeur plus ancrée, déjà innée, à retrouver.

Pas a apprendre car déjà là et en tout le monde .

Je pense que la profondeur vient de l'attention que l'on porte à l'intention .

Si l'intention est de faire ce que l'on aime alors l'attention que l'on porte à cet intention doit être intègre ...c'est à dire qu'elle se doit d'être honnête sur son intention : faire que ce que l'on aime .

Alors qu'aimer ce que l'on fait c'est comprendre que l'attention qui est porté sur l'intention est aimer tout ce que l'on fera, dira, pensera, donc pas que ce que l'on aime , pas de jugement, pas de division, dualité ,mais le tout .

La différence est donc dans l'attention que l'on porte à la profondeur de l'intention qui doit être honnète (intègre) et qui est bon pour l'éthique de l'être de tout être .

Je sait pas si c'est plus clair expliqué comme ça
:wink:
 
katia (zoulouk) à dit:
Et celui qui ne le prend pas sur lui, il fait quoi ?
Il va prendre des forces et revient.


katia (zoulouk) à dit:
Et celui qui a cette aptitude, il a alors de la chance ?
Non, il est simplement plus persévérant, plus audacieux.

katia (zoulouk) à dit:
J'ai donc l'impression...que si on va bien, on n'y comprend rien à ceux qui vont mal, parce que l'on va bien.
En fait tout dépend du "self" de l'heureux aventureux. Une personnalité bien dans son être au monde partagera avec les autres ses habilités à débusquer le bonheur.

katia (zoulouk) à dit:
Solidarité !
 
Toute thérapie réussie, consiste, fondamentalement, à augmenter la propension à être heureux.

La joie, c'est un instantané du bonheur, c'est un bonheur qui n'a pas duré. De fait, se poser la question du bonheur, c'est se demander comment faire pour faire durer la joie plus longtemps.

Rendre la joie plus intense ? Hum, c'est pas ce qui va la faire durer, au contraire... Elle ne fait que s'essouffler plus vite.
En profiter avec modération ? Moui, ça peut aider... mais parfois, quand elle repart, elle n'est plus là et on aurait mieux fait de l'accepter telle qu'elle se présente.

Qu'est-ce qui provoque une joie durable ? Alors que tout passe, tout lasse, comme le disent certains... Comment faire pour avoir, ne serait-ce que de petites joies, sans cesse renouvelées ? Comment faire pour maintenir ce sentiment, sans qu'il s’essouffle ? Comment faire pour entretenir la permanence du bonheur dans un monde ou tout change constamment ? Comment faire pour avoir du changement, tout en conservant toujours le même sentiment (de bonheur)... et surtout, sans que celui s’essouffle...

C'est surement vrai, Katia, coté bonheur on est vraiment pas tous logés à la même enseigne. Certains n'ont pas besoin de se poser ces questions, ignorent la réponse et sont heureux. D'autres ne trouveront jamais la réponse, et d'autre encore la trouveront.

La vérité est dans la passion.

Bien à toi !
;-)
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Haut