1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Mes débuts / La peur de l'echec.

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Fred COR, 15 Juin 2015.

  1. Fred COR

    Fred COR Membre

    Inscrit:
    6 Novembre 2014
    Messages:
    59
    J'aime reçus:
    31
    Points:
    2230
    Localité:
    Montpellier

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour,

    Certifié praticien depuis 15 jours,
    Je propose des séances à mon entourage.

    Hier, entre anamnèse (1h) et séance (40 min) plus débrif 25 min, (je sais c'est pas bien mais mon sujet à tenu à en parler après - au final cela a été positif)

    Bref 2h05 !!!

    Est-ce normal ?
    Cela va-t-il se stabiliser ? Se réduire ?
    Je tiens quoi qu'il en soit, lorsque je prévois de faire une anamnèse afin de préparer ma séance, à faire une courte séance de travail "universel" (en gros par rapport au pb du sujet, demander à son inconscient de chercher des ressources internes et de les mettre en oeuvre pour commencer à insuffler un changement positif ((((ceci est un résumé bien sûr !)))))
    Ceci afin de permettre au sujet d'avoir goûter à l'hypnose, puisqu'il est là pour ça, et pour moi de mettre un ancrage pour faciliter la prochaine séance.


    De plus, pour l'instant, et c'est une chance, je n'ai eu que des succès...
    D'accord je ne dois être qu'à une 10aine de séances.
    Mais la peur de l’échec commence à devenir de plus en plus pesante :
    Je m'attendais à avoir quelques échecs et je trouvais cela normal, car encore en apprentissage !
    Mais justement, le fait d'avoir que des résultats positifs, pour l'instant, me déstabilise et en même temps que je prends confiance en moi, j'ai cette peur de l’échec qui grandi...
    J'ai presque le besoin d'avoir un échec pour que cette pression "à la con" (pardon) disparaisse.

    Vos avis ? des conseils ?
    Merci :)
     
  2. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1557
    J'aime reçus:
    416
    Points:
    4880
    Je te donne mon avis
    Pour moi le plus dur à gérer est l'anamnèse en fonction de la personnalité du consultant. Certain, et c'est compréhensif, ressentent le besoin de s’étaler sur leur histoire.
    Il nous faut cependant garder une certaine "autorité" dans le débat (avec doigté).
    Ensuite, difficile de porter jugement sur la durée. C'est en grande partie relatif à ton orientation thérapeutique et à la façon de déterminer l'objectif de la séance.

    Quand à la peur de l'échecs, je connais moi aussi et j'ai une façon de lutter contre.
    -Il faut constamment garder en mémoire que nous ne sommes pas des dieux et que nous sommes sur un terrain humain et donc non rationnel, qu'il faut donc admettre que nous pouvons prendre une mauvaise orientation.
    -Il faut toujours s'auto évaluer après une séance (même réussie), il y à toujours mieux à faire, un autre angle...
    -Il faut s’appliquer à bien être clair avec le consultant sur l'objectif, d'éventuels signes d’effets imprévisibles.
    -Il n'y à pas d'échecs, il n'y à que des effets attendus qui n'arrivent pas. C'est l'occasion de travailler sur sa démarche et l'opportunité d'éclaircir des choses avec le consultant.
    Car en dehors d’aspects purement technique hypnotique, il c'est forcement passé quelque chose à analyser avec le consultant.

    Voila ce qui me viens dans l'instant
     
  3. Fred COR

    Fred COR Membre

    Inscrit:
    6 Novembre 2014
    Messages:
    59
    J'aime reçus:
    31
    Points:
    2230
    Localité:
    Montpellier
    Merci de tes réponses. :)
     
  4. jamesmamx

    jamesmamx Membre

    Inscrit:
    27 Mars 2015
    Messages:
    318
    J'aime reçus:
    106
    Points:
    3380
    Localité:
    Lyon
    Rien à dire de plus :)

    L'échec est quelque chose de positif pour le professionnel car il lui rappelle que rien n'est jamais totalement acquis.
     
    Vine73000, nanoub et Fred COR aiment ça.
  5. moune

    moune Membre

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Messages:
    925
    J'aime reçus:
    250
    Points:
    3730
    Localité:
    France
    Les échecs viennent du manque de motivation du patient qui est venu sans réelle conviction ou qui n'y croit pas et va mettre toute son énergie pour que ça ne fonctionne pas.,comme dirait ma prof:" les non acheteurs ou les visiteurs",le but étant de les rendre acheteurs;à vous de savoir gérer les résistances au changement.Et puis de toute manière, il faut savoir tenir compte des bénéfices secondaires: ils n'en sont pas toujours conscients.
    Par contre,plus de deux heures pour une séance,il existe des formes plus rapides,regarde du côté des thérapies brèves,ou des nanos inductions
     
  6. jamesmamx

    jamesmamx Membre

    Inscrit:
    27 Mars 2015
    Messages:
    318
    J'aime reçus:
    106
    Points:
    3380
    Localité:
    Lyon
    Je ne suis pas d'accord avec toi; Il n'y a pas de mauvais patients, juste de mauvais thérapeutes. De même qu'il n'existe pas de résistances du patient.
     
  7. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1557
    J'aime reçus:
    416
    Points:
    4880
    A mon avis, il n'y à pas de mauvais patient..... peut être, mais en tout cas une personne qui viens contraint par un conjoint, un parent, un contexte et qui vous défit, reste en attente, ou cherche la contradiction systématique avec vous ( si si ça existe)
    J'en est même vue venir et qui savent mieux que toi, te démontre qu'il savent, que tu risque de ne pas savoir, que c'est foutu d'avance etc....
    Et ben, soit tu peux avec eux conclure un pacte minimum de collaboration et alors tu peux faire quelque chose, soit non et la tu peux toujours te brosser!
    Et dans ce cas, le thérapeute n'est pas forcement mauvais.
    Nous (hypnothérapeute) proposons une démarche ou l'accord du consultant est primordiale, s'il ne l'est pas, il ce trompe de porte! Nous ne sommes ni psychologue ni psychiatre et le consultant doit être volontaire.
    Cela n'exclu pas une négociation, une explication et une acceptation sur un objectif finalement, mais il est des cas ou c'est pas possible.
    Et dans ces cas, je ne culpabilise pas, ni ne me remet en cause
     
    Prudence apprécie ceci.
  8. moune

    moune Membre

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Messages:
    925
    J'aime reçus:
    250
    Points:
    3730
    Localité:
    France
    oui je suis entièrement d'accord avec toi,essayer de les convaincre à trouver une entente est souvent une perte de temps et d'énergie,on peut les orienter vers un autre professionnel pour rester courtois,de toute manière quand le patient arrive avec des croyances il ne faut pas s'y confronter mais composer avec;maintenant avec internet bien souvent leurs connaissances sont plus approfondies que les nôtres,mais s'ils sont là c'est qu'il y a un dysfonctionnement quelque part...
     
  9. jamesmamx

    jamesmamx Membre

    Inscrit:
    27 Mars 2015
    Messages:
    318
    J'aime reçus:
    106
    Points:
    3380
    Localité:
    Lyon
    Je préfère de loin un patient qui est radicalement opposé à l'hypnose plutôt qu'un patient qui y croit comme un remède magique.

    Celui qui ne croit pas à l'hypnose et qui n'en veut pas, qu'il soit venu dans votre cabinet seul ou par la contrainte, est tout de même dans l'attente de quelque chose.
    Il vient vous voir en disant "n'essayez pas l'hypnose sur moi, je n'y crois pas" ; Il vient de vous donner une information capitale et ne pas l'écouter serait pure folie.
    Alors vous lui proposerez des exercices de concentration ou de relaxation, vous ne prononcerez jamais le mot hypnose ou transe. La séance prendra fin, le patient pensera toujours que l'hypnose ne marche pas mais vous aurez fait vos suggestions thérapeutiques à l’abri de toute pseudo-résistances.

    Depuis que j'ai abordé une vision différente sur les patients et leurs croyances (vision acquise grâce aux travaux de Milton Erickson et Richard Bandler) j'obtiens de très bons résultats avec les patients, même "résistants".

    vous pouvez consulter cet article qui présente quelques exemples de Erickson : *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
     
    Vine73000 apprécie ceci.
  10. moune

    moune Membre

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Messages:
    925
    J'aime reçus:
    250
    Points:
    3730
    Localité:
    France
    Merci pour cet article, il est très intéressant
     
Chargement...