Formation Hypnose

Personne très anxieuse avec violences passées

Nayatowa

Membre
Bonjour,

Je viens vers vous car j'ai besoin de vos conseils : une dame est en demande d'aide car très anxieuse au quotidien. Trentenaire, elle n'arrive plus à savourer le moment présent et attend la prochaine catastrophe. Elle se dit anxieuse depuis toujours, mais lorsque je souhaite qualifier le "toujours", elle me répond que cela date de in utéro (qui plus est, sa mise au monde qui a du être déclenchée, sachant que la date de conception n'avait pas pu être calculée). Elle prend beaucoup de situations de manière catastrophique, n'arrive pas à relativiser, culpabilise si elle doit mettre fin à une relation sentimentale et se sent déchirée si on la quitte.
C'est aujourd'hui une jeune femme installée professionnellement, en couple, qui fait le maximum pour avancer. Mais elle a vécu une enfance très difficile, avec une maman qui était violente vis à vis d'elle, dépressive, la faisant manger de force (la maman a perdu un enfant juste avant elle). Culpabilité d'avoir du frapper sa maman lorsqu'elle avait 15 ans. Aujourd'hui en consommation de cannabis, une fois le soir pour… dormir. Sa demande est de ne plus vivre dans l'anxiété permanente, ne pas tout prendre avec autant d'émotions, et pouvoir profiter du quotidien. Et enfin, elle souhaite arrêter le cannabis, mais je pense en effet que le cannabis se traitera en dernier.

Je pensais travailler sur la remodélisation d'histoire de vie, mais je ne peux pas revenir à chaque situation de violence vis à vis d'elle. Idem pour les submodalités. En fait, pour chaque élément avec lequel je souhaite travailler, je me trouve confrontée au fait qu'il a eu lieu une multitude de fois vis à vis des violences, de l'obligation de manger etc... C'est pour cela que votre expérience m'aiderait beaucoup.
Merci à vous.
 

Nayatowa

Membre
Dernier point, je souhaitais travailler l'enfant intérieur, mais j'ai conscience que ca ne sera pas suffisant, une étape. Je vous laisse me donner votre avis.
 

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Bonjour
Merci de nous exposer votre cas.
Alors oui ,il y a plusieurs pistes comme vous le pressentez
Oui il y a beaucoup de choses"à ses dires":in utéro,l'enfance....le conjoint,le sommeil,le cannabis....
Alors si je comprends bien ,elle veut tout changer et se reformater....et vous n'avez pas peur de cette énorme tâche....votre côté chevaleresque peut être?
Je lui demanderais de m'expliquer ce qui l'angoisse au quotidien,ce que ça lui fait das son corps et comment elle le combat,ses stratégies....ses réussites même partielles...
Et puis je terminerais en lui demandant d'imaginer ,la plus petite chose qu'elle va pouvoir faire pour amorcer le changement.Rien qu'une toute petite tâche a faire d'ici la prochaine fois.
Dans mes cours les anxieux sont les personnes qui ont peur de l'avenir,alors il va falloir y aller sur la pointe des pieds

Si non ,vous pouvez lui changer sa perception du passé,mais à quoi bon?balayez le en lui demandant d'oublier tout ce qu'elle veut oublier ,pour ne garder que les bons souvenirs et les lui faire décrire pour qu'elle les vive dans son corps.
 

Nossolar

Moderateur
Membre de l'équipe
Bonjour,

Culpabilité d'avoir du frapper sa maman lorsqu'elle avait 15 ans.
Tout d'abord, j’espère que cette personne est consciente qu'elle est une victime, si ce n'est pas le cas il faut travailler la dessus, cela désamorcera une partie de sa culpabilité.

mais je ne peux pas revenir à chaque situation de violence vis à vis d'elle.
Bien sur que non, je n'en vois pas l'intérêt.

Sans doute lui faire voir que sa maman, n'était pas si méchante que cela (oui cela risque de choquer au début, la colère risque de monter) lui faire comprendre que sa maman, a fait son possible avec ce qu'elle avait(perte d'un enfant et probablement ne jamais avoir su en parler correctement), c'est a dire que sa maman avait elle même des blessures, blessures qu'elle n'a pas su guérir, que sa fille, elle est au bon endroit pour justement guérir ses propres blessures du a sa maman.

Avant de faire le travail que je viens de dire(qui peu prendre plusieurs séances), lui demander si elle en veux a sa maman (une sorte de vengeance qu'elle aurait vis à vis de sa mère, mais qu'en général on s'interdit de faire a ses propres parents, ce qui donne souvent naissance a de l'anxiété).

Je pense donc que le conflit fille-mère (voir fille-père ? au fait il dit quoi et fait quoi dans l'histoire ?) est toujours présent, ce qui à mon avis est une forte charge émotionnel et donc conduit a une bonne partie de son anxiété.

L'hypnose conversationnel est a mon avis plus adapté dans ce genre de situation.

Voilà pour mon avis.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Plusieurs possibilités je pense:

Globale, quitter son carcan de stress pour partir dans une bulle de bien être idéal et infini:
Dés qu'une idée négative, stressante pointe son nez, se switcher dans une sensation de bien être super top
Passer d'une idée à une sensation, d'un automatisme non raisonnable de sa raison pour se transposer en émotion super agréable

Ça se travaille en se créant des ancrages et à l' usage, çà devient automatiquement génial
Bon j'ai du mal à trouver une suite car je me suis pris dans mon ancrage hypnotique thérapeutique favoris...

Sea, superhypnosis, and sun...

:cool:

Autre technique s'inspirer du choc post traumatique : cf le livre de Matthieu Langlois : médecin du raid, où il montre comment dans chaque situation qui pourrait devenir super traumatisante. Il se transpose dans un vécu de situation antérieure qui a super bien fonctionner et qui le fait refonctionner aussitôt au mieux dans la situation présente +++

On peut aussi conseiller à la personne, un bouquin qui se rapporte le plus à sa problématique ( un vieux bouquin de Dolto sur l'éducation de l'enfant par exemple) qu'elle reprojettera dans la réussite de ses propres enfants par exemple...

Adapter ses idées au fil des idées de l'autre en feed back: pour apprendre à les anticiper: c'était peut être là, la clef de la nouvelle psychanalyse de Françoise Dolto ?

C'était aussi une pro de la prévention des traumatismes de base...

Big bisous...

:rolleyes:
 

Nayatowa

Membre
Bonjour
Merci de nous exposer votre cas.
Alors oui ,il y a plusieurs pistes comme vous le pressentez
Oui il y a beaucoup de choses"à ses dires":in utéro,l'enfance....le conjoint,le sommeil,le cannabis....
Alors si je comprends bien ,elle veut tout changer et se reformater....et vous n'avez pas peur de cette énorme tâche....votre côté chevaleresque peut être?
Je lui demanderais de m'expliquer ce qui l'angoisse au quotidien,ce que ça lui fait das son corps et comment elle le combat,ses stratégies....ses réussites même partielles...
Et puis je terminerais en lui demandant d'imaginer ,la plus petite chose qu'elle va pouvoir faire pour amorcer le changement.Rien qu'une toute petite tâche a faire d'ici la prochaine fois.
Dans mes cours les anxieux sont les personnes qui ont peur de l'avenir,alors il va falloir y aller sur la pointe des pieds

Si non ,vous pouvez lui changer sa perception du passé,mais à quoi bon?balayez le en lui demandant d'oublier tout ce qu'elle veut oublier ,pour ne garder que les bons souvenirs et les lui faire décrire pour qu'elle les vive dans son corps.
Bonjour à tous et je vous remercie de vos réponses.

Oui, effectivement, beaucoup de choses à dire… et à faire. Raison pour laquelle il n'est pas simple de savoir par quoi commencer pour ne pas aller à "contresens", c'est pour cela que j'ai sollicité vos expériences, car cela fait un certain temps que je trouve ici des réponses pertinentes. J'avais d'ailleurs cherché sur le site une expérience similaire avant de poster, mais je n'ai rien trouvé d'assez proche, à mes yeux.
Il a été clairement expliqué, et cette personne est tout à fait en accord avec cela, que ca se fera par étape ; et qu'il y aura un travail d'observation entre les séances, avec des objectifs, avoir un travail humain mais visibilité de progrès… ou pas ? On ne peut pas savoir à l'avance comment les choses évolueront mais elle sait que c'est à elle d'avancer et de progresser, avec un guide professionnel, même si je pense que nous allons parfois aller "en haute montagne".
Merci beaucoup Moune, sur la notion de combat et de stratégie, réussites partielles, ce sont des éléments que je vais inclure. Je pensais bien lui demander effectivement comment ou sur quoi elle pourra voir qu'elle a fait un progrès d'ici la prochaine séance. C'est effectivement un travail à deux que nous devons faire, à mes yeux.
Je ne souhaite pas lui proposer d'oublier, (est-ce d'ailleurs possible n'est-ce pas…. ) mais dans une séance ultérieure, réduire l'impact de certains souvenirs avec les submodalités, ou d'un souvenir peut-être. Mais je pense qu'il y a beaucoup à faire avant.
Merci à vous.



Bonjour,

Tout d'abord, j’espère que cette personne est consciente qu'elle est une victime, si ce n'est pas le cas il faut travailler la dessus, cela désamorcera une partie de sa culpabilité.

Bien sur que non, je n'en vois pas l'intérêt.

Sans doute lui faire voir que sa maman, n'était pas si méchante que cela (oui cela risque de choquer au début, la colère risque de monter) lui faire comprendre que sa maman, a fait son possible avec ce qu'elle avait(perte d'un enfant et probablement ne jamais avoir su en parler correctement), c'est a dire que sa maman avait elle même des blessures, blessures qu'elle n'a pas su guérir, que sa fille, elle est au bon endroit pour justement guérir ses propres blessures du a sa maman.

Avant de faire le travail que je viens de dire(qui peu prendre plusieurs séances), lui demander si elle en veux a sa maman (une sorte de vengeance qu'elle aurait vis à vis de sa mère, mais qu'en général on s'interdit de faire a ses propres parents, ce qui donne souvent naissance a de l'anxiété).

Je pense donc que le conflit fille-mère (voir fille-père ? au fait il dit quoi et fait quoi dans l'histoire ?) est toujours présent, ce qui à mon avis est une forte charge émotionnel et donc conduit a une bonne partie de son anxiété.

L'hypnose conversationnel est a mon avis plus adapté dans ce genre de situation.

Voilà pour mon avis.
Bonjour,

Je dois préciser que cette personne a fait une psychothérapie qui est à présent terminée. Puisqu'elle souhaite venir, c'est que tout n'est pas terminé bien évidemment, mais je pense qu'un certain travail a été fait. Maintenant, à moi de savoir lequel. L'anamnèse va être longue et riche d'informations. Je vais bien sûr m'assurer de cette notion de victime, je l'avais bien en tête, mais merci de me confirmer que je n'ai pas tort de remuer le couteau dans la plaie… Je n'ai pas d'infos sur le papa pour le moment, alors que c'est un point très important. Oui l'hypnose conversationnelle sera les fondations des séances.

Merci de cette aide supplémentaire !

Plusieurs possibilités je pense:

Globale, quitter son carcan de stress pour partir dans une bulle de bien être idéal et infini:
Dés qu'une idée négative, stressante pointe son nez, se switcher dans une sensation de bien être super top
Passer d'une idée à une sensation, d'un automatisme non raisonnable de sa raison pour se transposer en émotion super agréable

Ça se travaille en se créant des ancrages et à l' usage, çà devient automatiquement génial
Bon j'ai du mal à trouver une suite car je me suis pris dans mon ancrage hypnotique thérapeutique favoris...

Sea, superhypnosis, and sun...

:cool:

Autre technique s'inspirer du choc post traumatique : cf le livre de Matthieu Langlois : médecin du raid, où il montre comment dans chaque situation qui pourrait devenir super traumatisante. Il se transpose dans un vécu de situation antérieure qui a super bien fonctionner et qui le fait refonctionner aussitôt au mieux dans la situation présente +++

On peut aussi conseiller à la personne, un bouquin qui se rapporte le plus à sa problématique ( un vieux bouquin de Dolto sur l'éducation de l'enfant par exemple) qu'elle reprojettera dans la réussite de ses propres enfants par exemple...

Adapter ses idées au fil des idées de l'autre en feed back: pour apprendre à les anticiper: c'était peut être là, la clef de la nouvelle psychanalyse de Françoise Dolto ?

C'était aussi une pro de la prévention des traumatismes de base...

Big bisous...

:rolleyes:
Bonjour,

Je pense que l'ancrage de bien être effectivement lui sera des plus utiles. Peut-être même l'utiliser au plus tôt et pouvoir ainsi le renforcer au fur et à mesure des séances, de sorte à apporter un "super-outil" puissant ? Le livre de Matthieu Langlois m'intéresse fortement, je vais le prendre et le travailler.

Ce que je crains, vis à vis du livre de Dolto, c'est peut-être qu'elle voit tout ce qui n'a pas été fait pour elle, et que cela ravive les traumatismes ? Mais je n'ai peut-être pas tout saisi de cette proposition ?

Merci beaucoup !
 

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Oui, effectivement, beaucoup de choses à dire… et à faire
ça dépend de ce qu'elle attend et de ce qui sera possible.....

cette personne a fait une psychothérapie qui est à présent terminée
Comment peut elle affirmer cela?Mieux vaut dire:"je ne vais plus chez le psy,pour x ou x raisons!"

L'anamnèse va être longue et riche d'informations
Gardez en tête qu'en hypnose ,nul besoin de s'étendre sur une anamnèse approfondie
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Ce que je crains, vis à vis du livre de Dolto, c'est peut-être qu'elle voit tout ce qui n'a pas été fait pour elle, et que cela ravive les traumatismes ? Mais je n'ai peut-être pas tout saisi de cette proposition ?

L'idée générale c'est d'ouvrir un horizon différent

C'est ce que Dolto à déclenché en éducation : une révolution des comportements: avoir le droit de choisir, en expérimentant son comportement, le plus adapté, et savoir en changer...

Au fil du temps...

Se rendre compte que lorsqu'on est enfin conscient d'avoir commencé sa "psychothérapie" on va la continuer naturellement toute sa vie, en l'enrichissant spontanément, en feed back avec son environnement...

Parfois même en devenant soi-même un/une super psychothérapeute anonyme...

;)
 

Nayatowa

Membre
Bonjour,

Merci de ces compléments de réponse. J'ai attendu d'avoir concrétisé le rendez-vous avant de revenir vers vous, et éviter de la dispersion. Effectivement, la notion de victime n'est pas intégrée chez elle, car cela signifie qu'elle estime sa maman coupable. Nous avons donc entamé un travail sur ce point qui doit se poursuivre. Je travaille en hypnose conversationnelle, mais l'étape du fauteuil qui n'a pas été simple au premier abord lui a énormément apporté en terme de possibilités.
Je vais lui proposer d'explorer Dolto, c'est quelqu'un qui recherche les connaissances, qui est ouvert, intelligente et la proposition est pertinente. J'ai bien mieux saisi le sens à présent ;)
Et pour répondre à Moune, ce n'est pas elle qui a dit que sa psychothérapie était terminée, c'est moi qui ai mal saisi au moment de notre premier entretien. Elle a déménagé, raison pour laquelle les séances se sont arrêtées.
Néanmoins, les crises de violence qu'elle peut avoir sont assez fréquentes, au risque de perdre son compagnon . C'est un élément qu'il faut réussir à apaiser… le fameux contrôle des émotions qu'elle ne gère pas du tout !!!
 

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Elle a déménagé
Je rebondirai sur cela.Un déménagement est un départ vers autre chose?Que voulez vous y mettre dedans?.....La faire se projeter vers l'avenir et non travailler le passé qui est derrière elle et que l'on ne peut changer.Lui demander au quotidien de photographier les "bons moments",ceux où elle se sent bien(même si c'est d'être heureuse en ayant rangé son placard,fait son ménage ou la vaisselle..peu importe...le sourire de son enfant,son mari qui boit une bière devant le foot à la TV...
Si vous travaillez sur le passé,il faut lui faire changer l'image de sa mère ,pour la transformer en mère aimante,la câlinant,....je ne suis pas sûre qu'elle y adhère?Et puis ensuite comment lui redonner confiance en elle?En se créant un avatar(de ce qu'elle aurait souhaité être) dans le passé qui va après se projeter dans le futur et vérifier que maintenant,riche de cela elle est différente?
 

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pour sa mère lui faire réfléchir sur les bons moments qu'elle a vécu avec elle...car dans tout bourreau il y a une part d'humanité!
 

Nossolar

Moderateur
Membre de l'équipe
pour la transformer en mère aimante,la câlinant,....je ne suis pas sûre qu'elle y adhère?
ouch c'est quasiment impossible ça, cela ne serait pas du tout congruent avec la réalité de ce que la fille a vécu.

Néanmoins, les crises de violence qu'elle peut avoir sont assez fréquentes, au risque de perdre son compagnon . C'est un élément qu'il faut réussir à apaiser… le fameux contrôle des émotions qu'elle ne gère pas du tout !!!
A mon avis il faudra travailler sur les deux en même temps, crises de violence et sentir ses émotions, lui faire comprendre que son vase n'est jamais vide, du coup la moindre goutte d'eau fait déborder et donc la crise de violence arrive très, trop vite...apprendre a vider le vase, le niveau colère est sans doute bien rempli.

A voir si la patiente le veux, les poupées/marionnettes thérapeutique peuvent être ok, histoire de vider son vase....
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Haut