Formation Hypnose

TAC

  • Initiateur de la discussion Hypnoval
  • Date de début
H

Hypnoval

Membre
messages
11
Points
290
Bonjour

j'ai un cas d'anorexie (sa grand mere l a traité de baleine bleue petite, elle etait un peu rondelette) qui arrive et une dame qui n'arrete pas de grignotter, le pain surtout et le chocolat. Pour moi c'est dû à son stress donc on gère deja le stress.

Je suis un peu en panne d'inspiration si vous avez des idées, orientations je suis preneuse.

merci et bonne journée
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
2 896
Points
7 360
Localisation
France
lisez Nardone c’est le spécialiste des anorexiques
 
Dernière édition:
Alpha-therapie

Alpha-therapie

Membre
Pro
messages
70
Points
1 660
Localisation
42430 Saint-Just-en-Chevalet, France
bonjour et le recueil d'information ? qu'est -ce que vous avez relevé?
 
H

Hypnoval

Membre
messages
11
Points
290
Merci pour la lecture du livre de Giorgi Nardone.
@alpha thérapie, je ne comprends pas la question vous parlez pendant l'anamnèse ?
 
Alpha-therapie

Alpha-therapie

Membre
Pro
messages
70
Points
1 660
Localisation
42430 Saint-Just-en-Chevalet, France
Oui, je parlais
de l'anamnèse :)
 
Quantum

Quantum

Membre
Pro
Animateur
messages
71
Points
1 910
Age
63
Localisation
Barneville-Carteret, Manche, Normandie, France
Merci pour la lecture du livre de Giorgi Nardone.
@alpha thérapie, je ne comprends pas la question vous parlez pendant l'anamnèse ?
Bonjour Hypnoval, du coup, c'est votre question : "vous parlez pendant l'anamnèse ?" que je ne saisis pas. Car oui bien sûr que nous échangeons ensemble durant cette phase. Peut-être que votre question est mal posée ?
 
H

Hypnoval

Membre
messages
11
Points
290
Bonjour

Pendant l'anamnèse et pendant les discussions durant le seance je sais que cette jeune fille a ete un peu ronde petite et qu'elle avait une grand mère qui la traitait de baleine. Cela l'a profondement choqué. Sa grand mere continue toujours à la critiquer sur tout.
Elle fait de l'anorexie ne veut pas grossir et je ressens qu'elle ne veut pas que son corps change. Ne voudrait elle pas grandir ?
Voilà en résumé tres rapide.
Donc ma question j'aurai besoin d'idées de métaphore pour l'aider dans cette anorexie.
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
2 896
Points
7 360
Localisation
France
faite une métaphore avec le conte du vilain petit canard ou de la chrysalide qui se transforme en papillon
 
  • J'aime
Mireille Grandadam

Mireille Grandadam

Membre
Pro
messages
7
Points
690
Localisation
Mulhouse, France
Bonjour

demandez lui, qu’elles sensations à t elle dans son corps, à ce moment là....( une boule à la gorge, ou une oppression à la pointrine etc...) puis demandez lui quel souvenir, lui revient ou elle avait cette sensation , le souvenir le plus lointain....et bingo chez moi sa marche à tous les coups. Puis je travaille sur le souvenir le plus lointain...
belle journée
 
H

Hypnoval

Membre
messages
11
Points
290
Mireille à quelle moment ? « la sensation qu elle a a ce moment là ? »
Les demandes en conversationnelle et le travail en hypnose je présume ?

merci à tous ! Merci Moune
 
Mireille Grandadam

Mireille Grandadam

Membre
Pro
messages
7
Points
690
Localisation
Mulhouse, France
en pensant à cette situation oui.
oui très juste en hypnose conversationnelle
belle soirée
 
Luna64

Luna64

Membre
messages
4
Points
360
Bonsoir Hypnoval pardon de réagir tardivement,quel âge à votre « cas »?
L approche serait différente pour moi si c est une ado ou une adulte .
 
Luna64

Luna64

Membre
messages
4
Points
360
Bonjour,voici un article avec ses sources évidemment car il n est pas de moi ,mais Qui est complet et qui pourra vous aider je l espère.Il reprend la métaphore citée par moune.
Bonne séance.

LES PETITS ANGES ET LES SAINTES

Lorsque nous travaillons avec l’hypnose, nous apprenons à écouter nos sensations, nos impressions, nous utilisons nos propres métaphores des problèmes de nos patients, nous posons des hypothèses sur les processus en jeu afin d’élaborer une stratégie thérapeutique.

Au delà de tout ce que les jeunes filles peuvent nous dire sur les « cause » de leur état, au delà de ce qui peut être relayer par les médias, l’anorexie semble pouvoir être définie comme une impossibilité pour ces jeunes filles d’accéder à un statut de jeune femme :
Etre autonome des parents, être dans la possibilité de faire des rencontres amicales et amoureuses, d’avoir une sexualité épanouie (et non purement « instrumentale », sans aucun ressenti agréable) etc.…

Nous considérons que cela est le seul critère de succès de la thérapie avec ces jeunes filles.
Cependant, l’accession à ce statut de jeune femme ne peut se faire que par plusieurs étapes qu’il convient de respecter, car cela nécessite l’acquisition d’un certains nombres de compétences que ces jeunes filles n’ont pas forcément au début de la thérapie.
Le non respect de ces étapes risque de réduire à néant tout progrès.
Il ne suffit pas de prendre un appartement pour être autonome (certaines jeunes anorexiques habitent hors du domicile parental mes viennent tout le temps chez les parents).
Il ne suffit pas d’avoir un ami, voir de coucher avec lui pour être une femme. Certaines anorexiques ont officiellement une vie sexuelle, mais elle peut être vécue de façon très négative.

Si toutes nos jeunes patientes anorexiques sont dans l’impossibilité d’accéder de façon satisfaisante à leur statut de femme, les deux profils que nous avions déjà vu émerger prennent ici toute leur importance.
La relative stéréotypie des situations auxquelles nous avons été confrontés nous ont inspirés deux définitions métaphoriques de l’anorexie chez les jeunes filles : LES PETITS ANGES ET LES SAINTES.

Toutes les deux sont de façon systématique « impliquées » dans des enjeux relationnels du couple parental. Nous faisons l’hypothèse que l’une et l’autre et ce, dés leur enfance viennent « stabiliser » (homéostasie) un désaccord parental. Le maintient de cette de cette homéostasie est presque parfait jusqu'à l’adolescence ou de fait, avec les revendication d’autonomie, prémices au départ futur de la jeune fille, apparaît un déséquilibre relationnel avec un risque pour le couple parental de se retrouver à devoir gérer par lui-même ses conflits. Les « petits anges » et « les saintes se retrouvent dans une situation de double lien très puissant qui pourrait se résumer de la façon suivante : « Je grandit et j’abandonne mes parents à leur sort (trahison) ou je reste dans mon rôle auprès d’eux au prix d’un arrêt du processus de l’adolescence (loyauté).

Bien évidemment, cette hypothèse ne représente qu’un aspect du problème mais elle semble avec le recul trouver une certaine pertinence au vu de l’issue des stratégies que nous avons pu mettre en place avec ces jeunes filles.

Les petits anges

Ces jeunes filles donnent à voir une maigreur souvent affichée sans aucune féminité, leur donnant un aspect « pré pubère ».
Leur démarche est caractéristique, à petits pas, le bassin est figé, rigide et la gestuelle est pauvre.
Elles sont en retrait dans la relation au thérapeute voir parfois mutiques.
Elles sont quasiment anesthésiées, elles ont peu de ressentis physiques.

Si dans le détail, leurs histoires sont apparemment différentes, toutes sans exception ont très tôt étés « le petit rayon de soleil de la maison » ; petites filles sages, bonnes élèves (ce qu’elles sont souvent au moment de la première consultation). Elles sont très impliquées dans la mésentente du couple parental (qui est systématiquement présente à l’observation du couple parental même si leur discourt peut être tout autre). En alliance très forte avec leur mère, le père est présenté soit comme quelqu’un de très passif, sans personnalité, ou au contraire très autoritaire voir décrit comme un tyran domestique. (Si le petit ange peut donner à voir un conflit fort avec sa mère, pour peu que l’on s’autorise à se détacher du discours officiel, l’alliance mère/fille reste très forte.


Les saintes

Les jeunes filles présentent un amaigrissement qui peut être important mais « sélectif ». La silhouette reste résolument féminine ainsi que la gestuelle.
Elles sont plutôt confortables dans la relation au thérapeute, la proximité est possible sans retrait ni crainte.
Elles sont vêtues avec une recherche esthétique évidente, (contrairement aux « petits anges »), mais il est aussi courant de les voir porter des tenues de camouflages que nous avons déjà évoquées.
Elles ne sont pas anesthésiées, l’essentiel des ressentis désagréables se concentre sur les attributs de la sexualité avec un vécu de « saleté à l’intérieur ».

Il est frappant de constater à quel point, la encore, les processus à l’œuvre sont stéréotypés :
Les jeunes saintes sont officiellement parfaites en tout, sages et bonnes élèves du moins jusqu’à l’adolescence.
Le couple parental et la famille donnent à voir le même souci de la perfection. Il existe une mésentente dans le couple parental mais elle est activement dissimulée aux regards extérieurs, et si elle est visible, elle est systématiquement attribuée aux difficultés de la jeune « sainte ».
Celle-ci est toujours impliquée dans le conflit parental mais d’une façon très différente des « petits anges » : Il existe une alliance très forte, une connivence qui ne nous échappe pas à l’observation de la jeune fille et de ses parents, avec le père, alliance dont la mère est totalement exclue.

Les « saintes » rentrent dans le processus de l’anorexie après l’émergence de la puberté et elles sembles bloquer cette évolution naturelle après en avoir expérimenté certains aspects ( sortie avec des amies, flirts,sexualité) nous retrouvons alors des signes de menace sur l’homéostasie du couple parental.


LES STRATEGIES THERAPEUTIQUES : DE LA CHRYSALIDE AU PAPILLON


Il est impossible de décrire en détail toutes les stratégies thérapeutiques qui peuvent être mises en œuvre. Elles sont développées dans le livre « GUERIR DES TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES ». Nous nous contenterons d’en décrire les grands principes.

Notre expérience des processus de l’anorexie nous a appris qu’il convient de regarder les objectifs de thérapie de façon globale en se « décentrant » du symptôme ; hormis dans les cas de dénutrition grave ou le pronostic vital peut être en jeu.
La reprise de poids, même si elle est pointée comme le premier objectif pour les parents plus que par les jeunes filles, ne peut être considéré comme une finalité de thérapie.
Nous considérons que le succès thérapeutique consiste à aider ces jeunes filles à sortir de leur statut de « petit ange » ou de « sainte » pour accéder à un vécu de jeune femme, et ce, de façon durable.
La stabilisation de l’amaigrissement, la reprise de poids, le départ (plus ou moins réussi) de chez les parents sans réelle autonomisation ne sont que des changements de type I.
L’accession au statut de jeune femme autonome s’accompagne toujours de profonds remaniements pour la jeune fille, pour le couple parental et la fratrie si elle existe. A ce titre la prise en compte de la dimention familiale dans la thérapie est utile.

Cependant, si nous nous concentrons dans un premier temps sur la thérapie individuelle avec ces jeunes filles, notre compétence à observer nous permet de nous fixer des objectifs simples pour éviter de rentrer dans la confusion :
Accéder à la maturité sexuelle et relationnelle nécessite l’acquisition de compétences psychologiques et physiologiques. L’hypnose se révèle être à ce titre, un outil remarquablement pertinent, pour peu que le thérapeute respecte un certain nombre d’étapes fondamentales qui permettent à une petite fille ou à une adolescente de devenir une femme. Les « petits anges » sont moins compétentes que les « saintes » en matière de féminité ; se désengager des enjeux du couple parental ne peut être travaillé d’emblée sous peine d’échec : combien de fois des thérapeutes ont d’emblée et de façon directe proposé à leur patiente de « couper le cordon avec une mère trop envahissante pour que les choses aillent mieux ?


La première étape du travail semble se situer au niveau du corps, dans une stratégie de réassociation. Il faut être persévérant et ne pas hésiter à proposer les mêmes interventions d’une séance à l’autre (le vécu y est de toute façon toujours différent pour la patiente).
La réassociation entraîne toujours une levée progressive des anesthésies, il n’est pas rare d’observer un retour des règles sans que le problème de l’aménorrhée n’ait jamais été abordé !
Ce travail de réassociation doit nécessairement s’accompagner, pour les saintes d’un apprentissage du « nettoyage de sont intérieur » (vécu de saleté).

Ce n’est que dans un deuxième temps que sera abordé, souvent de façon indirecte, le renouveau hormonal avec les modifications physiques et psychiques qu’il induit. Ce travail est bien évidement plus ardu pour les « petits anges » qui entrent dans la nouveauté que pour les « saintes » qui ont déjà partiellement expérimenter cet état. A ce stade, l’homéostasie du couple parental est mise à mal de façon inéluctable.


 
Vous aimerez:
erina69
  • Question
  • erina69
Réponses
0
Affichages
809
erina69
erina69
Raph
  • Question
  • Raph
Réponses
17
Affichages
2 K
dide70
dide70
P
  • Question
  • phusis
Réponses
11
Affichages
4 K
phusis
P
Nouveaux messages
Axiome
  • Question
  • Axiome
2 3
Réponses
73
Affichages
551
dide70
dide70
dide70
  • Question
  • dide70
2 3 4 5 6
Réponses
171
Affichages
1 K
dide70
dide70
D
  • Question
  • DUCOS
Réponses
0
Affichages
24
DUCOS
D
Débat du mois
>> Vous aimez cette page ? Inscivez-vous pour participer
Haut