Agoraphobie

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Chirine, 31 Janvier 2014.

  1. Chirine

    Chirine

    Inscrit:
    8 Janvier 2014
    Bonsoir à tous ^^

    Je vais probablement avoir 2 agoraphobes en séances d'hypnose bientôt. Une à qui ça arrive par intermittence et dans certaines conditions et une autre qui ne peut pas sortir plus de 10 minutes de chez elle.

    Je voulais savoir si vous aviez des conseils sur les choses que je pouvais mettre en place pour les aider, et en général (si vous en aviez déjà eu en séance), en combien de temps on peut voir une amélioration (jusqu'à 5 séances, ou plus ? ). Ce sont mes premières phobiques, donc je ne suis pas très sûr de moi pour trouver ce qu'il faut comme protocoles ou phrases intéressantes...


    Je vous remercie par avance pour vos conseils (en espérant ne pas déranger en le faisant)
     
  2. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Hum...mon premier conseil à vous donner est que vous allez travailler un cas d'agoraphobie, pas un agoraphobe. Si vous le définissez vous-même comme agoraphobe, comment peut-il changer si c'est ce qu'il est ? ;)
    Personnellement, j'aime bien travailler les phobies avec des ancrages qui ramènent un état de calme. Cet ancrage servira lors des visualisations dans les séances d'hypnose mais également "in vivo" quand la personne sera confrontée à l'élément phobique. Tranquillement, l'inconscient va apprendre et reprogrammer un nouveau pattern !

    Avec cette méthode, je vois de bons résultats assez rapidement ! :)
     
  3. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Si j'ai été suivie ? Ça veut dire quoi ça ? Tu questionnes encore mes compétences ??
     
  4. Chirine

    Chirine

    Inscrit:
    8 Janvier 2014
    Max-ence, je ne suis pas sûr que ce soit la peine de répondre vu ce que je qualifie comme une agressivité permanente, mais lorsqu'on me parle directement... malheureusement.. je réponds toujours.

    "J'ai l'impression que vous vous intéressez qu'aux symptômes, faut creuser un peu, car souvent derrière le symptôme, il y a autre chose."

    C'est évident, mais premièrement, comme je l'ai écrit dans mon message je n'ai pas encore eu de rendez-vous, donc je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec ces personnes. Ce qui fait que je souhaite des conseils, que j'adapterais ensuite en fonction de ce que les clients me diront au cours de l'anamnèse. Ensuite, je ne suis pas psy pour discuter du pourquoi du comment, c'est un travail que l'inconscient fait. C'est ce qui fait la différence entre l'hypnose et la psycho, c'est que les clients n'ont pas besoin de raconter leur vie en long en large et en travers. Si ils ont besoin de comprendre exactement ce qu'il y a derrière (ce qui est somme toute de tout intérêt également), les psy sont fait pour ça.

    Deuxièmement, même avec un diplôme on peut vouloir avoir l'avis de personnes qui ont plus d'expérience, pour moi c'est même logique. Oui j'ai mon petit cahier avec l'expérience que j'ai eu en formation, mais ça ne veux pas dire que je n'ai plus rien à apprendre des autres. C'est en écoutant qu'on acquiert des connaissances, pas en se basant sur ses prétendus connaissances, ce serait bien prétentieux. En tout cas c'est ainsi que je le vois.

    Diane V : je parle d'agoraphobe sur le forum, je ne vais certes pas les appeler ainsi, je sais à quel point les mots peuvent être autant créateurs que destructeurs. J'ai donc utilisé ces termes pour que la discussion soit plus claire ici ^^.
    Donc vous utilisez les ancrages, est-ce tout ? Vous n'utilisez rien d'autre au cours de l'hypnose elle-même ?
     
  5. Chirine

    Chirine

    Inscrit:
    8 Janvier 2014
  6. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    C'est parfait, je voulais juste être sûre ;) Ça me fait penser à la mère d'un client qui a pointé son fils en disant, et en répondant à sa place, "Mon fils c'est un nerveux". Aouch ! Recadraaaage

    En fait, ma façon de faire (et là je parle de MA façon pas LA façon) c'est qu'à la première séance on fait un topo sur la raison de consultation, démystification de l'hypnose, on se fixe un objectif ... ensuite, première séance d'hypnose qui servira à "installer" l'ancrage (que j'appelle signe-signal) de calme. Evidemment je fais du travail thérapeutique au travers, dépendamment de ce que la personne m'a dit :) La personne repart, si elle le veut, avec l'audio de la séance si elle désire changer son signe-signal ou juste la ré-écouter pour le plaisir.
    Les séances subséquentes servent à faire un retour sur comment ce sont passées les "rencontres" avec l'élément phobique, on ajuste au besoin, et si le signe-signal est bien ancré on débute les visualisations!

    Je ne sais pas si je me suis bien exprimée ? :)
     
  7. Chirine

    Chirine

    Inscrit:
    8 Janvier 2014
    Merci pour l'explication c'est très clair :)

    Quand tu parles des visualisations, c'est en incorporant à chaque fois l'élément phobique, en mettant un cadre où la personne à accès aux ressources qui avait été ancré pour y faire face ?
     
  8. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    J'incorpore l'élément phobique selon une certaine gradation...par exemple, si la personne a peur des chats, on va graduer ça en 3 éléments, par exemple :
    3- voir une photo de chat
    2- être dans la même pièce qu'un chat
    1- un chat la touche

    C'est un exemple bien sûr :) au fur et à mesure que la personne est à l'aise avec la situation la moins anxiogène, elle verra des résultats "in vivo" également.
    Je me rappelle entre autre une cliente extrêmement phobique des serpents et elle habite en campagne sur un terrain où il y a beaucoup de couleuvres. En 3 rendez-vous elle a vu une énorme différence dans ses réactions, elle n'y croyait pas elle-même. Son mari était très fier d'elle, et elle aussi. De réaliser qu'elle avait un contrôle sur sa peur lui a redonné une belle confiance. C'était touchant de la voir au dernier rendez-vous me dire à quel point elle était fière et ne regrettait pas de s'être écoutée !
     
  9. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    c'est un agoraphobe mais il a "osé" venir jusque chez toi consulter !

    Peut-être partir de cette capacité et élargir ses possibilités par des ancrages et des suggestions: que penserais tu de m'accompagner (virtuellement) à traverser la place de... (remplie par la foule) lors de la fête de...-phrases à reconstruire d'une manière métaphorique différente, bien sûr adaptées au contexte du consultant- et explorer ses ressentis et réactions pour qu'il se les ré-approprie différemment ?

    le considérer comme phobique ou comme une personne au comportement un peu trop bloqué par la "sécurité" et qu'on peut aider à comment gérer différemment les choses ?

    Diane me semble souligner que lorsque quelqu'un s'est ancré dans une personnalité, "phobique" "dépressif" "schizo" il se "catalogue" à vie et ne s'en sort plus de son étiquette.

    Simplement accéder métaphoriquement à son étiquetage "erroné"...

    Ce ne sont là que des propositions qui te proposent d'en faire trouver d'autre en miroir à ton consultant...

    Tiens nous informé de tes choix

    Si tu n'as pas peur d'attraper ici la forum-phobie...

    :cool:
     
  10. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    toutes les phobies se classent en niveau de gravité
    1.les phobies "légères ou accidentelles"
    2.les phobies profondes et évolutives (de la peur des serpents vers une agoraphobie..par ex)

    l'ancrage ou remplacement temporaire d'une sensation par une autre est un très bon début
    pour engager la thérapie( comme en parle diane)
    mais dans les pathologies plus "graves" on aperçois très vite
    qu'un recadrage ne vas pas être une solution permanente
    quand "l'origine" profonde du "mal" n'as pas été résolue
    ex: traumas ou héritage phobique
    il faut donc s'engager dans une thérapie plus profonde ou le rôle play
    la visitation du trauma pour en comprendre le lien a la phobie
    la négociation pour un abandon de l’ancrage phobie
    et autres techniques
     
  11. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    toutes les phobies se classent en niveau de gravité

    Paf l'étiquetage est sans appel.
    Pas souple l'hypnothérapeute !

    :(
     
  12. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    vous reprenez les mêmes schémas et faites aux autres ce que vous critiquez:

    Paf l'étiquetage est sans appel.
    Pas souple l'hypnothérapeute !

    au lieu de questionner ,de discuter,de comprendre mes arguments
    vous renvoyez la discussion a des attaques perso
    votre modération est tout a fait critiquable
     
  13. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    En fait je suis plutôt d'accord avec Paul Elie, dans le sens où certaines phobies sont plus "intenses" que d'autres. Si on prend le cas de l'agoraphobie ... certains pourront fonctionner relativement bien en société et d'autres ne seront carrément pas capable de sortir de chez eux. Un de mes profs d'hypnose m'a même déjà parlé d'une cliente que son "lieu de sécurité" était sous son lit...
    Alors, oui je crois qu'on peut, sans étiquetter la personne mais bien la phobie, parler de gravité !
     
  14. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Max-ence ... c'était pas nécessaire de dire ça et n'apporte strictement rien de pertinent à la demande initale de Chirine ...
     
  15. Nodylion

    Nodylion

    Inscrit:
    13 Juillet 2011
    Les ''simples phobies'' et les phobies sociales sont un peu différentes : là où les 1eres ont une cause bien définie (serpent par ex) et peuvent être résolues en 1 séance, les 2des sont souvent plus vagues et peuvent cacher un autre problème, et nécessitent plus souvent plusieurs séances.
    Et pour ces phobies, oui, il y a des degrés de gravité.
    Généralement dans le modèle comportemental-cognitif on traite en 2 phases :
    1- appendre à se relaxer puisqu'une part du problème vient du fait que la personne angoisse à propos de son angoisse ; là tu peux utiliser des ancres, ressources, etc.
    2- exposition gradée ; là tu peux utiliser l'imagerie et ce que Diane te conseille
    Après tu peux aussi travailler sur leurs croyances (soi, autres, monde)
    Pour info, l'agoraphobie n'est pas juste la peur de la foule ou de sortir mais plus précisément la peur d'avoir une crise d'angoisse en public dans un endroit d'où on ne peut pas s'échapper rapidement/facilement.

    Je ne sais pas quelles méthodes tu connais en dehors de l'hypnose, mais tu peux te tourner vers les thérapies cognitivo-comportementales, qui ont de bons résultats pour ce genre de problématique, et/ou vers l'ACT.
    Tu peux aussi allier tout ça avec le Swish, le changement de comportement et d'autres techniques en fonction de tes clientes.
     
  16. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Considérer la "gravité" de la phobie selon son "objet" me paraît bien décevant

    on en revient à la psychanalyse du serpent venimeux phallique et de l'agoraphobie, type phobie sociale grave d'auto-exclusion ?

    Je pensais que l'intérêt de l'hypnose c'était précisément de développer une stratégie rapidement efficace en évitant les classifications et les prises en charge conventionnelles.

    J'ai dû me tromper de forum ?

    :eek:
     
  17. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Pour info, la phobie ce n'est pas juste la peur de l'objet ou de la situation mais plus précisément la peur d'avoir une réaction incontrôlable type crise d'angoisse
    là cela m'irait mieux...
    Et la stratégie hypnotique permet précisément de remodéliser le processus réactif.

    :cool:
     
  18. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Ben mes professeurs de soins infirmiers en psychiatrie doivent être vraiment des incompétentes, car moi on m'appris que la phobie est une peur incontrôlée et illogique envers un objet ou une situation :)
    C'est bien sur que la peur d'avoir peur fait partie de la phobie, là-dessus on est d'accord ! :)
     
  19. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Précisément, et la peur d'avoir peur est indépendante de l'objet ou de la situation support !
    Le transfert sur un autre objet ou situation est ensuite possible si on ne résout simplement que la peur de l'objet et pas la peur d'avoir peur +++
     
  20. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Bah ça dépend....personnellement j'ai une phobie de l'eau, je n'ai pas peur d'avoir peur nécessairement mais l'idée d'être dans un canot me terrifie. Si je règle ça, ce que je ne suis pas prête encore à faire, ça sera réglé, je ne crois pas que ça se transfère que je me mette à avoir peur de chiens à la place :)
     
  21. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Diane, difficile de commenter ici votre cas perso :)
    Peut-être que si vous ne ressentez pas le besoin de le régler c'est qu'il ne vous paralyse pas au point de ne pas pouvoir trouver de compromis stable ?
    Alors c'est tant mieux.
     
  22. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Bah en fait si je ne suis pas prête à le régler c'est que de toute façon à la base je ne suis pas fan des activités nautiques, même avant que la phobie se développe je n'avais simplement pas d'intérêt! Mais bon, c'est pas important ni intéressant haha!
    En parlant de mon cas c'était pour dire que si c'est mon cas, je ne suis sûrement pas la seule ! :)
     
  23. Nodylion

    Nodylion

    Inscrit:
    13 Juillet 2011
    Je crois que tu m'as mal lu.
    Je dis que
    1- les phobies sociales sont différentes des autres phobies, et que
    2- il y a des degrés dans les phobies sociales
    Tu m'as l'air bien plus versé dans l'art de l'interprétation psychanalytique française que moi, donc joker.
    Cela montre bien qu'il n'y a pas qu'une unique pratique de l'hypnose (des hypnoses ?) et je trouve que c'est tant mieux.
    Mais si tu n'es surderien sauf du fait que c'est ta pratique qui est la bonne, tant pis.

    Chirine demandais des pistes et je lui ai donné mon avis.
    Je ne pense pas que le forum a besoin de voir un nouveau sujet dégénérer en guerre d'écoles (mais après tout, c'est toi le modérateur)
     
  24. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Les guerres d'écoles, que je qualifierai plutôt de joutes techniques d'écoles, obligent à argumenter et à savoir assurer face aux patients contradicteurs qui poussent au delà des limites...

    :D
     
  25. DianeV

    DianeV

    Inscrit:
    6 Août 2009
    Je suis bien d'accord, mais on peut comparer les façon de procédés en restant poli et ouvert, et surtout en prenant en compte qu'il n'y a pas qu'une méthode infaillible de travailler et de penser ;)
     
  26. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    je pense que je suis resté assez poli et ouvert sur ce forum si l'on compare à certains...

    Bien que ce soit parfois difficile sur un forum d'hypnose car l'hypnose monte facilement au nez lorsqu'elle commence à agir et lorsqu'on veut absolument garder le contrôle sur son action...
    Participer à un spectacle d'hypnose c'est un type d'hypnose
    Pratiquer l'hypnothérapie c'est résoudre -l'idéal du thérapeute-le problème complexe le plus fondamental, celui qui n'a pas pu être résolu par les thérapies conventionnelles et là c'est bien autre chose.
    Guérir de la peur de la peur (la mort) c'est simultanément transmettre le bonheur du bonheur (la vie) :
    à un "haut" niveau de pratique régulier de la thérapie globale, on y est, et ce ne sont pas les formations théoriques du plus haut niveau qui peuvent transmettre cette capacité
    les patients le comprennent lorsqu'ils ont cherché partout et qu'ils n'ont pas trouvé et que moi je parviens en quelques mots à leur expliquer le pourquoi

    J'en reviens au sujet de départ à l'agoraphobie car tout se tient : la phobie c'est peut-être là le plus haut degré de peur de la peur de perdre tout ce qu'on a soi-même par rapport à l'autre, au monde extérieur qui va nous bouffer et on peut en devenir boulimique, dépressif et touti quanti l'agoraphobie c'est aussi la peur de soi-même à travers l'autre, la peur de sa propre annihilation finale
    c'est comme la peur d'écrire des messages sur un forum que l'autre pourrait contester, remettre en question voire détruire mes connaissances, mon fragile équilibre border-line, c'est comme de risquer de sortir car on remettrait en question mon aspect extérieur, mon langage, ma tronche, mon équilibre psycho-physio-pathologique...
    Oser faire des spectacles d'hypnose et se donner en spectacle c'est régler son problème de relation à l'autre et à la vie aussi logiquement que moi lorsque je fais des conférences de médecine grand public (gratuites pour des associations) je mets les personnes en hypnose avec mon sujet de santé original et te résous en même temps les problématiques des sujets en face de par le sujet que j'explicite ( quelques uns viennent me confier aussi des choses bien plus complexes qui les minent discrètement après la fin...)
    c'est çà l'hypnothérapie en miroir et n'importe quel bon pédagogue de primaire peut le transmettre à des enfants pour leur enseigner l'équilibre
    s'ils préfèrent ensuite se faire peur en gardant leur liberté d'être des délinquants SDF ce sera leur choix.( note du thérapeute : phrase volontairement déclenchante de feed back )
    je soigne tous les jours des SDF délinquants, drogués, prostitués, je sais de quoi je parle.

    Ils sont dans une hypnose morbide dont ils ne peuvent plus se sortir.

    J'ai eu la chance de comprendre la clef de cette hypnose morbide, en mettant en parallèle ce que je vois en live et ce que je vis sur ce forum
    mais mon mode d'expression est le mien, provocatif car volontairement mobilisateur
    c'est alors ainsi que j'explore l'autre et qu'il m'en apprend le plus
    mais je ne suis pas Métaphore car j'explique encore et encore le savoir pour que vous en appreniez autant que moi en me/vous remettant en question pour me montrer que je ne sais pas tout :(autant que vous.

    Et essayer de comprendre et de me souvenir que la clef du bonheur, que la clef du bonheur du bonheur on ne l'apprend pas qu'en formation (!) mais qu' on la vit simplement partout sur les forum et dans la rue (+++)

    La street hypnosis c'est alors un bon début pour combattre son agoraphobie , et d'explorer sa peur...

    Ouf c'est enfin sorti.

    :)
     
    Dernière édition: 2 Février 2014
  27. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    eh bien!
    et vous qui conseillez régulièrement aux forumeurs de se soigner!
    c'est vous qui me faites peur.... ( quand au futur de ce forum!)
    surtout sachant la position que vous vous êtes fabriqué
    en tant que médecin thérapeute,
    je ne ferai pas de commentaires sur vos propos limites,laissant aux lecteurs
    le soin de juger sur pièces ce qui est provoc et ce qui est réalité
    bref, a mon sens, vous n'avez rien a faire en tant que modo ici au vue de vos propos
    si intolérant, et dans le jugement a l'emporte pièce....
    >>>>>Pratiquer l'hypnothérapie c'est résoudre -l'idéal du thérapeute-le problème complexe le plus fondamental, celui qui n'a pas pu être résolu par les thérapies conventionnelles et là c'est bien autre chose.
    celle la c'est.....super!
    et j'attends avec impatience ce que vos mots vont inspirer.....
     
  28. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    désolé , max , mais ça n'as rien a voir!
    si tous les thérapeutes devraient être "sains" ou ne pas être "malades",pour pouvoir aider a guérir
    il n'y aurai pas beaucoup d'espoir!:)
    le therapeute,justement doit avoir la force, de ne pas juger....en fonction de problèmes perso
    prendre de la distance, pour s'ouvrir au problèmes du client
    diane ne prendra pas la main du client pour aller prendre un bain...
    ce qu'elle a sont des outils qu'elle utilise en fonction d'une problematique
    qui avec l'experience donne certain resultats connus ...
    +l'improvisation au cas par cas....
    mais je ne crois pas quelle va lui raconter sa vie!
     
  29. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    pour revenir aux phobies...
    pour moi toutes les phobies sont "sociales" a partir du moment ou elles vous empêche d'avoir un fonctionnement
    "social" "normal"...
    ce qu'il faut savoir, a mon avis est que la phobie....comme addiction
    devient très rapidement, si pas résolue par le subconscient
    une béquille, un style de vie...
    et peut se transformer...dans le temps par une phobie + grave+ débilitante
    une phobie en cache une autre, dit elle même cache l'origine...
    cette escalade on la retrouve, au sommet de toutes phobies

    l'agoraphobie solution ultime pour ne pas faire face a toutes autre peur
    ou conséquence d’échec de phobie "mineure"
    car a quoi sert une phobie?
    a éviter un danger réel (ou imaginé)

    l'important avant tout est de conquérir la confiance , pour explorer un sujet très privé
    ou de toutes façon le but ultime est une certaine transformation
    une idée d'omelette ou il faudra casser des œufs!
    si on a peur de casser certains œufs ....pas d'omelette!
     
  30. Chirine

    Chirine

    Inscrit:
    8 Janvier 2014
    Meilleure Réponse
    Rebonjour, et désolée d'avoir mis du temps à revenir ^^

    Toutes vos interventions sont très intéressantes pour moi même si cela peut créer quelques conflits, mais c'est en argumentant chacun nos avis qu'on peut aussi les faire évoluer, donc j'apprécie pour ma part l'échange que vous menez .

    Concernant les 2 agoraphobes pour en revenir à la première intervention de Surderien, l'une a cette phobie par intermittence et seulement dans certaines circonstances, donc je penses effectivement qu'il serait intéressant de tester la street hypnose avec elle, après avoir fait au moins une séance en cabinet où j'aurais commencé à travailler sur les ancrages. Il est possible qu'il y ait effectivement un problème de croyance ou d'un passé négatif qui amène cette phobie seulement à certains instants.

    Pour l'autre c'est un degré de phobie beaucoup plus important. Elle ne peut pas sortir de chez elle plus de 10 minutes. Donc il est clair (désolée je ne sais plus qui a fait cette remarque), que si je vois que le trouble est profond et que malgré les protocoles proposés en hypnose/pnl, elle ne va pas mieux, je lui parlerais effectivement d'aller suivre une thérapie. Encore faudrait il qu'il y ait des psy (des bons) qui se déplacent à domicile.

    Pour ce qui est des thérapies cognitives et comportementales, je n'en connais que ce que j'en ai étudié en Fac de psycho. Et encore j'étais à paris 7 qui est très porté psychanalyse donc ce thème a été survolé largement par rapport aux autres universités. Mais j'imagine qu'au final les techniques ne sont pas très éloignées du concept de la PNL non ?

    Je pensais par exemple à la technique du Cercle d'excellence qui serait facile de reproduire dans la rue (pour la première) ?

    Pour la deuxième, pour que la phobie soit aussi forte j'imagine qu'il y a un traumatisme derrière (ce que je saurais si elle se décide à tenter l'aventure de l'hypnose). Donc je me demandais, pour une personne qui ne sors pas de chez elle, est-il plus intéressant de commencer par l'ancrage ou par un travail sur le traumatisme (ligne du temps, dissociation etc etc...) ? J'aurais tendance à choisir la deuxième solution, et si le temps reste et que le premier travail s'est bien déroulé, suivre avec l'ancrage histoire de faire un doublé en finissant par du positif ancré . Et puis suivre pour la prochaine séance avec la visualisation comme Diane la proposé. Et au cours de cette séance si ça se déroule bien, tenter de sortir un peu avec elle en lui apprenant à respirer correctement si il y a monté d'angoisse et en réactivant l'ancrage.

    Votre avis sur ces possibilités ?

    Autre question, pour la deuxième personne qui ne sort pas du tout, à quel moment est-ce que vous considérez qu'il est positif de tenter de sortir sans qu'un possible échec remette en cause le travail entamé ? Doit on le tenter lorsque la personne le demande elle-même ou après un certain nombre de séance ?
     
Chargement...