Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 31 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Alcoolisme

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par christel75, 8 Août 2018.

  1. christel75

    christel75

    Inscrit:
    10 Avril 2018
    Bonjour,
    J'accompagne un patient qui souffre d'alcoolisme depuis fort longtemps. Après plusieurs séances qui lui ont apporté un mieux-être, il a pu identifier les contextes ou les relations propices à développer son mal-être et son addiction.
    Cependant, il est régulièrement repris par cette addiction qui est plus forte que sa volonté.
    Un hypnothérapeute aurait-il un témoignage ou des conseils à me donner pour le traitement de l'alcoolisme ?
    Merci d'avance,
    Christel
     
  2. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    IComme pour toutes les addictions, travailler sur le contexte ou sur le symptôme en lui-même ne suffit pas. Il est vraiment conseillé de chercher et travailler sur la cause
     
  3. crocro42

    crocro42

    Inscrit:
    15 Avril 2017
    oui, il faut refaire le recueil d'information
     
  4. christel75

    christel75

    Inscrit:
    10 Avril 2018
    Merci à Christophe et à Croco pour vos réponses.
    J'ai fait une anamnèse assez longue et détaillée.
    J'ai également fait des séances en hypno-analyse.
    Parmi les causes, la principale semble être le climat particulier de son enfance, avec une mère "toxique"...
    Il a pu dire beaucoup de choses en état hypnotique, notamment que c'est à cause de sa mère qu'il est devenu homosexuel et qu'il s'est mis à boire très jeune parce qu'il ne pouvait exprimer autrement son "mécontentement" par rapport au climat spécial de son enfance où sa mère régnait à la maison, entre tyrannie, caprices et crises (troubles de l'humeur ? bipolarité ?)...
    Il a aujourd'hui 55 ans... et un parcours de vie affective assez dur (séropositif, isolement social progressif à cause de l'alcool)... seul son emploi a pu lui offrir une stabilité et un cadre structurant. C'est déjà ça... mais maintenant il faut encore sortir de cette dépression... En plus de l'hypno-analyse, j'ai réalisé des séances en hypnose humaniste pour renforcer sa confiance en lui en douceur, j'ai fait plusieurs enregistrements en hypnose classique à écouter à la maison et j'ai conseillé la mise en place de nouvelles activités après discussions avec lui (reprise du sport et de la musique)... mais cela ne semble pas suffire...
    Vos conseils ajustés seront les bienvenus.
     
  5. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Personnellement je vérifierais qu'il n'y a pas de gros problème qui empêcherait une régression en associé (genre arrêt cardiaque, décompensation ou autre chose qui pourrait mettre la personne en danger) et je travaillerais sur une technique genre changement d'histoire de vie ou mieux, un réemprinting...on peut aussi faire un protocole de deuil par rapport à la relation à la mère et tout ce qui empoisonne encore par rapport à cette relation... on peut aussi travailler en éricksonienne en travaillant une métaphore personnalisée sur les causes voire même une métaphore emboitée pour cacher la métaphore thérapeutique au milieu d'autres...
     
  6. osez

    osez

    Inscrit:
    1 Mai 2017
    christel75, son alcoolisme, le symptôme est devenu identitaire, il ne se guérit pas, il s'accompagne et il devient un sinthome.
    Christophe a fait déjà une réponse assez complète par rapport à ta demande.
    Où il en est de l'estime qu'il a pour lui ? Quel est le regard qu'il a sur la femme ? (cette dernière question est hors sujet pour l'instant ! )
    Déjà ce que tu fais c'est super, tu l'accompagnes dans des nouvelles activités, très important, de plus tu lui sers de béquille face à son isolement
    Oui, refaire une anamnèse ciblée sur le comportement du syndrome Séga ;-) ( c'est plus fort que toi ou ta volonté) , rechercher la micro-stratégie.
    Pour info, j'avais entendu une théorie qui disait que l'homosexualité pouvait venir entre-autre du syndrome inversé d’œdipe, c’est à dire , c'est parce qu'il aime de manière sexuelle sa mère (bien sur dans le refoulé inconscient de l'enfance) qu'il ne peut coucher qu'avec des hommes pour rester fidèle à sa mère .
    Patience et longueur de temps, dans l'amour et la bienveillance...
     
  7. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    C'est clair que, déconstruction, reconstruction, consolidation, ça ne va pas se faire sur 2 séances...
     
  8. Nossolar

    Nossolar

    Inscrit:
    22 Juillet 2015
    Est-il pris en charge médicalement ?
     
  9. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Oui ok avec tout ce qui a été dit,pointer du doigt que chaque fois qu’ il incrimine sa mère il l’a rend présente dans son monde comme un boulet attaché à son pied.Pour s’en sortir ,faire l’inverse,lui proposer de boire que de la très bonne boisson ,genre grand luxe(il en boira moins car très chère et se régalera donc ne sera plus dans la frustration)
     
  10. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    Là dans ce cas je suis d'accord, mais en plus de la pnl et l'hypnose, si il a un problème d'alcool depuis longtemps il faut qu'il soit suivit pour les dommages connus de celle-ci sur le corps... foie, anémie, etc...
     
  11. christel75

    christel75

    Inscrit:
    10 Avril 2018
    Merci mille fois pour vos réponses et conseils.
    Oui, il est suivi médicalement, il m'a été envoyé par son médecin traitant.
    Plusieurs cures de désintoxication sans grands effets durables.
    Outre le traitement pour la séropositivité, il est sous anxyolitique. Je lui ai demandé de le prendre le soir après la séance quand il vient me voir et non avant.
    En exercice dissocié de réparation de l'Enfant Intérieur, au moment de l'adolescence, il a choisi une orientation hétérosexuelle et s'est marié rapidement avant de devenir père. En hypno-analyse, il a pu déverser ce qui lui tenait à coeur (colère, etc.) à sa mère. J'ai traité les émotions en EFT également à cette séance.
    Il se dit mauvais élève car il ne pratique pas les exercices de corrections énergétiques et d'auto hypnose que je lui ai enseignés.
    L'alliance thérapeutique s'est bien faite, il me fait confiance et a besoin d'un rendez-vous tous les 10 jours environ, à sa demande insistante. Son estime de lui est fluctuante, basse mais en amélioration.
    J'ai commencé un protocole en thérapie des états du moi, à suivre...
     
  12. osez

    osez

    Inscrit:
    1 Mai 2017
    Merci christel75 pour tes longues réponses qui apportent de grande information.
    A la lecture de ta dernière réponse, je me permets d’émettre l'hypothèse qu'il n'est pas homosexuel mais plutôt d'une orientation bisexuel ( ça pourrait être utile pour déculpabiliser sa différence sexuelle). Avec son histoire de vie j'ai plutôt tendance à croire qu'il a peur de la femme, ce qui a probablement favorisé son choix sexuel, d'où la question que j'avais posée avant:
    ou que pense-t-il de la femme ? Finalement au vu de votre alliance thérapeutique , la question n'est pas hors sujet.

    C'est très bien de lui avoir enseigné des exercices, maintenant que tu en as le résultat sur sa capacité à appliquer ces exercices et qu'il est en difficulté avec ça (pour lui c'est un échec= mauvais élève= culpabilité), lui foutre la paix avec les exercices ou du moins voire avec lui pour qu'il n'en fasse qu'un, si et seulement s'il y en a un qu'il se verrait bien continuer le plus souvent possible. Ce qui est important c'est qu'il puisse trouver une activité ou un loisir ou un passe-temps ( =ressource) qui nourrisse sa capacité de faire quelque chose rien que pour lui (même si c'est une activité de groupe, c'est très bien aussi, voire mieux !)

    Je vois à tes réponses christel75 que je ne t'apprends rien en disant tout ce que j'écris.
    Merci de nous partager ton "cas".
     
  13. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    il veut te voir tous les 10 jours et tu deviens sa mère de substitution ou son psy
    il ne veut pas s’entraîner,OK,alors propose lui simplement d'attendre avant de prendre sa boisson prête sur la table :10 mn,puis de plus en plus jusqu'à ce qu'il n'en ai plus envie
     
  14. christel75

    christel75

    Inscrit:
    10 Avril 2018
    Merci à nouveau pour les dernières réponses.
    Son regard sur la femme : plutôt positif à mon sens. Par exemple, il a subi des commentaires désobligeants et des discriminations (séropositivité + alcoolisme) avec le corps médical de la part des hommes et jamais de la part des femmes. Il a fait une carrière militaire et devait cacher son homosexualité, très mal vue dans ce milieu. C'était bien entendu un secret de polichinelle... Il en a souffert. Après sa retraite (précoce chez les militaires), il a rapidement retrouvé un travail mais cette fois-ci dans une équipe féminine, plus "humaine" selon lui et où il se sent respecté et accepté dans sa différence. Il dit que l'homophobie est très présente chez les hommes et moins chez les femmes. Il a deux soeurs (pas de frères) et considère qu'elles ont également subi les dégâts collatéraux provoqués par le comportement maternel (ces deux soeurs sont des mères célibataires). Très bonne complicité avec les deux dans l'enfance, relations moins satisfaisantes aujourd'hui surtout avec l'une d'elles ("cas social" pour reprendre ses mots, en rébellion permanente, assistée et sans travail depuis plusieurs décennies).
    Oui je suis bien consciente qu'à ce rythme je fais figure de mère de substitution. J'essaie d'espacer les séances mais il me dit qu'il ne se sent pas assez fort et autonome pour lutter seul et qu'il a besoin de mon soutien à cette cadence.
    Pour sa mère, il a plusieurs fois dit que c'était une femme très belle et très élégante... son sens esthétique est très développé, il remarque volontiers les objets raffinés ou délicats exposés dans mon cabinet.
    En me relisant, il y a une erreur qui s'est glissée dans ma précédente réponse : j'ai effectué l'exercice de réparation de l'Enfant Intérieur en état associé et non dissocié. Il préfère d'ailleurs les séances d'hypnose en associé, plus légères et plus oniriques.
    Au début, je lui ai fait remplir un carnet de bord avec des colonnes pour noter les informations éclairantes sur les situations où il buvait (dates, heures, type de boisson, quantités, contexte, pensées, émotions, souvenirs, images, etc.). Il a joué le jeu et s'est rendu compte qu'il avait souvent des images de grande violence et très sombres qui l'assaillaient (guerre, crimes, viols, etc.). Pourtant il déclare n'avoir rien vécu de tel ni en avoir été témoin et il ne comprend pas pourquoi ses images surgissent. Il n'est plus très assidu pour remplir ce carnet et il a fini par l'abandonner peu ou prou...
    Il s'est rendu compte que l'atmosphère chez ses parents le minait et après discussion nous avons convenu qu'il y allait un peu trop souvent (3 à 4 fois par semaine) et qu'il devait réduire ses visites. Il y va notamment pour dîner avec eux et pour leur rapporter des courses car ils sont âgés, ralentis et isolés. Il se relaie avec ses soeurs. Cependant,nous avons convenu qu'il n'y aille plus qu'une fois par semaine, maximum deux, et jamais le week-end ni le vendredi soir car c'est alors qu'il noie son temps libre et son week-end dans l'alcool, comme contaminé par cet environnement toxique. La dégradation physique de ses parents et la dégradation intellectuelle de sa mère (elle n'a plus toute sa tête) le minent beaucoup.
    Tout va beaucoup mieux quand il part à l'étranger en déplacement pour son travail (toujours avec des collègues) car s'il prend alors de l'alcool c'est en société et en quantité raisonnable.
    Pour les activités de groupe : il est assez rétif... j'y travaille cependant avec diverses suggestions pour le resociabiliser quand il est seul le week-end...
    Ces derniers jours il a beaucoup bu car il s'est retrouvé en congés entre ses 4 murs et sous la canicule sans avoir anticipé ses vacances avec des projets et des activités, malgré mes conseils...
    Je vais tenter le conseil de Moune : attendre 10 minutes avant de boire...
    Pour la bisexualité, en réponse à Moune : oui, c'est une hypothèse... D'autant qu'il se plaint souvent que les homosexuels qu'il a connus sont terriblement narcissiques et insupportables... mêmes termes employés pour décrire sa mère...
     
  15. christel75

    christel75

    Inscrit:
    10 Avril 2018
    Pardon... pour l'hypothèse de la bisexualité c'est en réponse à Osez et non à Moune...
     
  16. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    En tout cas et au risque de me répéter, un protocole de deuil serait surement très utile..
     
  17. osez

    osez

    Inscrit:
    1 Mai 2017
    quand on est hypnothérapeute, on peut être emmené à faire plus que sa part de psy ou d'hypno en étant la béquille du client qui est en état limite, christel75 entretien une relation anaclitique nécessaire au départ et au vu de son client. C'est un accompagnement et un chemin nécessaire pour que le client devienne autonome , car jusque-là ce sont des familles de substitutions qui lui on permis de faire vivre l'adulte qu'il est devenu mais avec une structure psychique fragile (personne dépendante qui se repose sur quelqu'un ou quelque chose ).

    ne jamais être dans le conscient, écouter ce qui ne dit pas !! :eek:
    A mon avis et cela ne vaut que mon avis, pour lui au niveau inconscient, la femme peut être très dangereuse (merci maman et aussi papa (défaillant dans ce rôle de père qu'il n'a pas pu ou su jouer son rôle de sécurité en posant son autorité) et en même temps sont magnifiques comme des tigresses

    c'est logique cette tendance, car pour les hommes (binaire et peu évolué, donc je ne fait pas une généralité) qui réagissent ainsi c'est leur archétype du masculin qui est menacé par cette différence sexuelle et particularité d'être un homme, de plus cela peut renvoyer de façon inconsciente leur part féminine qu'ils se refusent d'exprimer en voulant n'être que dur et solide ( interdiction d'exprimer sa sensibilité ).
    En partant de ce postulat l'image de la gent féminine n'est pas touchée, de plus les femmes en général se sentent moins en danger sexuellement avec ces hommes homos qui (de par ce fait et théoriquement ) ne cherchent pas de relation sexuelle avec la femme, donc elles sont plus enclin d'être comme elles le veulent (donc en sécurité) sans craindre de provoquer un désir sexuel pas du tout souhaité.

    Pour moi, son homosexualité (plutôt bisexualité) n'est absolument pas la cause de son alcoolisme mais juste une raison de plus, d'ailleurs il maîtrise plutôt bien son addiction apparemment, donc il a un réel pouvoir et un contrôle sur cette addiction (j'aurai plutôt envie de l'appeler compulsion, a vérifier ? y trouve-t-il un certain plaisir et/ou désir à boire ?). Donc pour arrêter il lui manque juste la bonne raison... :confused:

    ces films ou images sont (toujours d'après moi) que le reflet de son état intérieur, de tout ses conflits de ses parts d'enfants blessés, du feu de la colère et de la frustration non comprise qui brûle en lui et qu'il éteint provisoirement en le noyant.
    Aborder le sujet de la mort, quel est sa vision de la vie et de la mort ?

    je partage cet proposition
     
  18. christel75

    christel75

    Inscrit:
    10 Avril 2018
    Bonjour à tous,
    merci pour vos derniers messages

    eurêka ! cette fois-ci nous avons pris date pour dans 3 semaines sans que cela ne lui pose problème... il prend de l'autonomie

    eurêka bis ! le protocole de thérapie des états du moi (cf. Maggie Phillips et Claire Frederick) entamé l'avant-dernière séance et poursuivi la dernière fois semble fonctionner : il est arrivé en me disant que malgré ses 15 jours de congés à boire chez lui et sous la canicule, il a eu depuis peu un déclic intérieur et il est maintenant convaincu qu'il s'en sortira, que la boisson est derrière lui, qu'une nouvelle vie l'attend. Il était vraiment sincère et transformé. D'ailleurs la suite de la thérapie des états du moi a été très positive et l'a positivement remué (ému).

    Pour répondre à vos questions sur sa vision de la mort, dont nous avions parlé en anamnèse : il ne croit pas à l'évolution de l'âme, après la mort pour lui c'est le néant total, il n'y a rien, absolument rien, et la dégradation de ses parents le mine. J'ai bien pris en note vos conseils sur un protocole de deuil et je partage votre perspective, à suivre...

    Autre élément intéressant. Je lui avais demandé de réfléchir pour voir s'il y avait une date anniversaire qui déclenchait dans sa vie des périodes où il buvait plus que de coutume et où il se sentait encore plus dépressif. Il a trouvé : une rupture amoureuse il y a 5 ans et la date anniversaire l'été, qui atteint le sommet en termes de quantités et d'intensité (alcoolisme + dépression). Il a pourtant gardé des rapports amicaux et clairs avec l'homme en question. Je vais donc également travailler sur une blessure d'abandon dans l'enfance (ici a priori réactivée).

    Voilà... merci encore pour vos partages.
     
  19. osez

    osez

    Inscrit:
    1 Mai 2017
    Bravo ! Superbe !
    Reviens nous dire si tu le veux bien, comment ça évolue ...
    Merci pour se partage .