Formation Hypnose

ARRET DU TABAC EN 1 SEANCE...

Gaelic

Membre
Hypno-transe à dit:
Je ne parle pas d'un cas personnel, mais je généralise les possibilités d'une addiction, d'une compulsion qui sous-entend pour moi bien d'autres peurs, croyances...

Et comme dirais Katia, je ne crois pas au consultation arrêt du tabac, d'ailleurs au tél, je suis sans ambiguïté dans mon approche, en disant que je fais avant tout de la thérapie, si la personne ne prend pas RDV, alors je pense qu'elle peut traiter son sevrage seule, si c'est pas le cas elle reviendra !
Eh bien vous pratiquez à votre manière, et d'autres thérapeutes pratiquent à leur façon. Tout ça est valable, et nous avons peut-être des clients différents. Tant mieux.
Je comprends bien que l'approche psychothérapeutique marche bien.

Seulement, je ne fais pas de psychothérapie avec une personne qui n'en a pas besoin et n'en fais pas la demande. Je laisse la porte ouverte.
 
A

Anonymous

Invité
Gaelic à dit:
Hypno-transe à dit:
Je ne parle pas d'un cas personnel, mais je généralise les possibilités d'une addiction, d'une compulsion qui sous-entend pour moi bien d'autres peurs, croyances...

Et comme dirais Katia, je ne crois pas au consultation arrêt du tabac, d'ailleurs au tél, je suis sans ambiguïté dans mon approche, en disant que je fais avant tout de la thérapie, si la personne ne prend pas RDV, alors je pense qu'elle peut traiter son sevrage seule, si c'est pas le cas elle reviendra !
Eh bien vous pratiquez à votre manière, et d'autres thérapeutes pratiquent à leur façon. Tout ça est valable, et nous avons peut-être des clients différents. Tant mieux.
Je comprends bien que l'approche psychothérapeutique marche bien.

Seulement, je ne fais pas de psychothérapie avec une personne qui n'en a pas besoin et n'en fais pas la demande. Je laisse la porte ouverte.
Je comprends votre position vu l'annonce marketing de votre site, mais l'effet garanti 100% en une séance, c'est un peu comme les crèmes anti-rides, où les crème amaincissantes... :?
 

Gaelic

Membre
Vous avez dû mal lire mon site alors, parce que je dis bien que certaines personnes doivent revenir une 2è ou une 3è fois. C'est ça ma garantie : le fait de revenir gratuitement s'il le faut.

Quand à savoir si l'arrêt du tabac est possible en 1 séance... je ne comprends pas que vous posiez la question en fait.

Des statistiques, j'en ai, sur plus de 600 personnes, et c'est 80% de réussite.

Je suis d'accord avec vous pour dire qu'un thérapeute promettant 100% de réussite serait irraisonnable.
 
A

Anonymous

Invité
Gaelic à dit:
Vous avez dû mal lire mon site alors, parce que je dis bien que certaines personnes doivent revenir une 2è ou une 3è fois. C'est ça ma garantie : le fait de revenir gratuitement s'il le faut.

Quand à savoir si l'arrêt du tabac est possible en 1 séance... je ne comprends pas que vous posiez la question en fait.
Et bien si vous lisiez les différents échanges de ce topic, vous aurez la réponse à mon interrogation...

Des statistiques, j'en ai, sur plus de 600 personnes, et c'est 80% de réussite.
Et je devrais vous croire à 100% garanti ? :roll: désolée j'ai vraiment du mal...

Je suis d'accord avec vous pour dire qu'un thérapeute promettant 100% de réussite serait irraisonnable.
 

Gaelic

Membre
D'un autre côté, on peut trouver des schémas erronés, des blessures du passé, un manque de confiance en soi ou d'estime de soi chez quasiment tout le monde.

Alors on peut transformer tout le monde en client à long terme. Ce qui est assez lucratif.
 

Gaelic

Membre
Ca ne me dérange pas que vous ne me croyez pas, je n'ai pas à vous convaincre.
D'autant plus que je pense que votre approche est bonne !
 
Il y a des gens qui parviennent facilement à arrêter de fumer et d'autres non, quelles seraient les différences ?

Certains y arrivent là où d'autres ont besoin d'aide.

Rien n'est jamais infaillible comme méthode, je suis donc surprise...???
 

amrita

Membre
Bonsoir,

La plupart des fumeurs ont commencé à fumer pour différentes raisons, paraitre, faire comme les copains etc.... Je n'ai jamais rencontré de fumeur qui avait commencé pour calmer une angoisse...

Je travaille sur un objectif, si la personne me dit que son objectif c'est arrêter de fumer et bien je travaille sur "arreter de fumer"!

Donc, pour moi c'est un comportement qui avait une raison d'être lorsque le fumeur a commencé et dont il n'a plus besoin. C'est pour cette raison que je traite cela comme une habitude et si c'est possible en une séance pour la plupart des cas. (Je rejoins tout à fait Gaélic pour les taux de réussite) Pour d'autres cas il y a effectivement besoin de plus de séances !

Comme pour la technique des phobie qui fait prendre de la distance avec l'élément phobique et bien je fais prendre de la distance avec l'élément tabac, et je vais agir comme si je m'occupais d'une personne qui va participer à une compétition sportive... je la booste un maximum.

Katia, votre papa n'a pas subi toutes les propagandes qui disent que c'est difficile d'arrêter, qu'il faut se faire aider.... du coup il a eu envie d'arrêter et il l'a fait ! Mais les jeunes aujourd'hui ont tellement été formatés dans des croyances qui nourrissent les labo !
 

Oratorioo

Membre
L'arrêt du tabac n'est pas ma spécialité première, je n'atteins pas le chiffre de Gaelic en nombre de clients,
mais j'ai pu néanmoins aider jusqu'à maintenant un peu plus de 100 personnes à cesser de fumer.

Ce que je peux dire c'est qu'il est évidemment possible d'arrêter de fumer dés la première séance d'hypnose.
Pour ma part, je propose deux séances : un premier entretien "motivationnel" suivi, une ou deux semaines plus tard,
de la séance d'hypnose proprement dite.

Il y a bien sûr des échecs, mais les réussites sont bien supérieures aux 25% cités plus haut.

Le thérapeute doit être sûr de lui et des capacités de son clients pour arrêter de fumer
( à rapprocher de l'effet pygmalion en pédagogie)

Bien sûr, dans certains cas, des problèmes psychologiques importants sont présents,
on parlera alors de thérapie...
 
A

Anonymous

Invité
Gaelic à dit:
Ca ne me dérange pas que vous ne me croyez pas, je n'ai pas à vous convaincre.
D'autant plus que je pense que votre approche est bonne !
Idem je pense que mon approche est même meilleure... :D
 

mindy

Membre
Je pense que la meilleure approche consiste à résoudre le problème du patient, si possible rapidement et à moindre coût.

Si je peux aider un patient à arrêter de fumer en 1 ou 2 séances, je ne vais pas m'en priver et surtout l'en priver. Je rejoins Oratorioo et Gaelic sur le fait qu'on peut aider efficacement des fumeurs en 1 à 3 séances pour une grande majorité d'entre eux. Si le patient a des problèmes qui l'empêchent de cesser de fumer alors j'en parle avec lui et oriente le travail sur ces blocages mais c'est très loin de constituer la majeure partie des patients. Ainsi s'il s'avère que le patient a les ressources nécessaires pour arrêter rapidement, je trouverais peu pertinent de détourner sa demande, ça occasionnerait pour lui un surplus d'investissement aussi bien financier que personnel, investissement qui ne motivait pas sa demande initiale.

A mon sens, un thérapeute compétent sait s'inspirer des méthodes qui fonctionnent en évitant de rejeter ce qui pourrait lui permettre de s'améliorer. Ouverture d'esprit et humilité constituent 2 des qualités de tout bon thérapeute.
:wink:
 
Eh bien je vais rejoindre Gaelic, Amrita Mindy...
Comme ils l'ont rappelé, quand on commence à fumer, souvent à l'adolescence, c'est le plus souvent pour des raisons qui n'ont rien à voir avec un problème psychologique.
On peut considérer que l'on a associé la cigarette aux moments de bien-être pendant des années, et que la dépendance physique, même si elle est peu importante, a permis de renforcer la dépendance psychologique.
La plupart des personnes qui consultent veulent se délivrer de cette dépendance et n'ont aucun problème psychologique qu'ils n'ont pu résoudre ou qu'ils soient incapables de résoudre.
Leur problème c'est la dépendance à la cigarette, et bien souvent ils n'ont aucun besoin ni aucune envie que l'on aille fouiller dans leur passé à la recherche d'un hypothétique traumatisme.
D'ailleurs n'oublions pas que la nature est bien faite, et que bien souvent les traumatismes se réparent tout seul. L'hypnose, l'auto hypnose est un état naturel réparateur dont tout le monde bénéficie spontanément.
Il n'y a que quand ça bugg vraiment que le recours à un thérapeute est nécessaire. Ce serait se donner une importance démesurée que de véhiculer l'idée que l'immense majorité des fumeurs ne peut se libérer de cette addiction sans psychothérapie préalable censée régler des problèmes le plus souvent inexistant.
J'ai parfois l'impression que certains professionnels, sans doute victimes d'un enseignement trop inspiré de la psychanalyse ou d'autres vieux concepts, se complaisent à faire douter leurs patients de leurs capacités à résoudre leurs propres problèmes, à les faire douter d'eux-mêmes sous prétexte de leur rendre ensuite leur autonomie.
Sans doute s'imaginent-ils aussi qu'une hypnothérapie à visée anti-tabac s'apparente à quelques injonctions directes et messages post hypnotiques.
Visiblement ils ignorent que c'est toujours l'occasion de mobiliser ses capacités, de renforcer l'estime de soi, et d'ouvrir au patient la porte sur de multiples possibilités, de lui permettre de les explorer dans un processus qui se rapproche plus du développement personnel que de la thérapie. L'hypnothérapie anti tabac induit souvent des changements positifs qui vont bien au delà du simple arrêt de la cigarette.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Personnellement je prends en charge des patients qui ne sont pas demandeurs d'arrêt : du tabac, de l'alcool, des drogues et là çà change tout car il faut trouver la faille provocative qui va déclencher la motivation

le fumeur qui consulte, qui prend contact pour, est dans une démarche radicalement opposé car il a, ou il est en recherche, d'une bonne raison d'arrêter et est dans l'ouverture au changement

les différences de prises en charge s'expliquent alors de par les différents profils des personnes concernées

8)
 

valikor

Membre
aller, j'y vais de ma contribution perso.
à mon cabinet:
-8 fumeurs sur 10 mettent environ deux séances. Ils sont moyennent stressés, moyennent anxieux, vont moyennement bien, ont moyennement confiance en eux, ressentent très fréquemment que cela détressent ou détend de fumer... donc travail du vécu et de la personnalité avant travail sur le tabac.

-1 sur 10 n'a besoin que d'une seule séance car il va bien, n'est ni stressé, ni anxieux (c'est pas donc son caractère) et a confiance en lui. En général, il ressent que fumer ne détend pas, ni ne le déstresse... Il n'arrive en général pas tout seul à arrêter car il ne sait pas changer ses traits de caractère (il ressent très souvent, très fortement que cela fait partie de lui de fumer).

-1 sur 10 arrive en très mauvais état en pensant que cela va l'aider à s'en sortir pour aller mieux d'arrêter de fumer, en général cela peut prendre 3 séance ou plus avant d'arriver au résultat désiré (va bien + arrêt).

je présente tout cela avant de commencer. en général ils sont d'accord même pour ceux qui s'étaient fait un énorme film (et donc beaucoup d'attente) sur la première séance... en général ils sont aussi assez anxieux (= se font du soucis, s'inquiètent, se font des films, s'angoissent, ressassent, ont besoin de contrôle et de sécurité). Même après avoir compris et accepté, ils seront assez déçus qu'on ait pu travailler sur le tabac la première fois, même en ayant lu mon site qui explique cela dans tout les sens...

pour infos, voici les statistiques officielles :
un enfant qui a deux parents non fumeur n'a que 30% de devenir fumeur plus tard;
un enfant qui a deux parents fumeurs a 70% de devenir fumeur plus tard....
 

thérapie29

Membre
Hubert Chatelée à dit:
La plupart des personnes qui consultent veulent se délivrer de cette dépendance et n'ont aucun problème psychologique qu'ils n'ont pu résoudre ou qu'ils soient incapables de résoudre.
Leur problème c'est la dépendance à la cigarette, et bien souvent ils n'ont aucun besoin ni aucune envie que l'on aille fouiller dans leur passé à la recherche d'un hypothétique traumatisme.
D'ailleurs n'oublions pas que la nature est bien faite, et que bien souvent les traumatismes se réparent tout seul. L'hypnose, l'auto hypnose est un état naturel réparateur dont tout le monde bénéficie spontanément.
Il n'y a que quand ça bugg vraiment que le recours à un thérapeute est nécessaire. Ce serait se donner une importance démesurée que de véhiculer l'idée que l'immense majorité des fumeurs ne peut se libérer de cette addiction sans psychothérapie préalable censée régler des problèmes le plus souvent inexistant.
J'ai parfois l'impression que certains professionnels, sans doute victimes d'un enseignement trop inspiré de la psychanalyse ou d'autres vieux concepts, se complaisent à faire douter leurs patients de leurs capacités à résoudre leurs propres problèmes, à les faire douter d'eux-mêmes sous prétexte de leur rendre ensuite leur autonomie.
Sans doute s'imaginent-ils aussi qu'une hypnothérapie à visée anti-tabac s'apparente à quelques injonctions directes et messages post hypnotiques.
Visiblement ils ignorent que c'est toujours l'occasion de mobiliser ses capacités, de renforcer l'estime de soi, et d'ouvrir au patient la porte sur de multiples possibilités, de lui permettre de les explorer dans un processus qui se rapproche plus du développement personnel que de la thérapie. L'hypnothérapie anti tabac induit souvent des changements positifs qui vont bien au delà du simple arrêt de la cigarette.
+1;
je rajoute même qu'à force de chercher un éventuel trauma, émotion non évacuer, problème psychologique... on peut le crée de toute pièce.Freud a trouvé 100% de personne traumatisé sexuellement. Soit par suggestion soit le patient se conforte à se qu'on attend de lui.
Bref, on fait un problème là ou il n'y en a pas.
Pas réparer se qui n'est pas cassé dit la thérapie brève.
L'hypnothérapie anti tabac peut même faire appelle à une nouvelle identité et à un respect des valeurs de la personne.
http://www.therapeute-finistere.fr/les- ... apeutique/
 

Gaelic

Membre
Merci à tous pour vos contributions.

J'ai plusieurs amis/collègues hypnothérapeutes (ericksoniens pour la plupart, même si les style sont variés) qui me rapportent à peu près les mêmes choses :
- certains travaillent sur 1 à 3 séances en travaillant principalement sur le tabac
- certains travaillent sur 2 à 6 séances en travaillant sur le renforcement des ressources (confiance en soi, etc...)
Certains sont vers 60% d'efficacité, et quelques-uns montent à 80%.

Un formateur que je connait et respecte est dans les 80% en 1 à 2 séances. Nous obtenons les mêmes résultats, mais la méthode est différente.

Bref, l'arrêt du tabac rapide (1 à 4 séance) semble être le cas le plus général. Après, chaque praticien adapte selon son style et ce qui lui parait important.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
un enfant qui a deux parents non fumeur n'a que 30% de devenir fumeur plus tard;
un enfant qui a deux parents fumeurs a 70% de devenir fumeur plus tard....


D'où l'intérêt dans la prévention de travailler sur l' "identité" du ou des parents qui va modéliser les comportements, les contre-comportements, et l'identité des enfants.

Un peu plus de formation actualisée des enseignants dans ce sens ferait du bien dans cette société qui part en vrille (= dont les valeurs familiales motivationnelles partent en vrille...)

:?

Dis tonton pourquoi tu tousses ?
 

Philou13

Membre
d'accord avec Gaelic et Hubert ....et d'autres
Au cours de la première consult je fais un point sur l'état psychique du patient ...Pas la peine chez un déprimé d'en repasser une couche par exemple ...Dans mon discours je fais en sorte de faire prendre conscience à un patient que la cigarette n'est pas le remède à l'anxiété ...Libre au patient de traiter ou pas ses "problèmes" s'il en a avant d'arreter le tabac
 

xorguina

Membre
Super !

donc dans ce que je comprends, il est tout a fait possible d'arrêter de fumer et rien que celà en une voir 2 scéances

par contre pour pouvoir tenir dans la durée, il vaut mieux accepter de continuer quelques scéances pour rétrouver, l'estime de soi, la confiance et autres qui renforceront et appuieront l'arrêt définitif du tabac

j'ai bien compris ?
 

Gaelic

Membre
S'il y a un gros problème de confiance/estime de soi, ca demande bien sûr à être investigué. Tout dépend, c'est un peu différent pour chacun.

Si la personne se dit "je n'y arriverai jamais" et qu'on sent que c'est une croyance forte, liée à des émotions ancrées, alors oui, il faudra travailler dessus.

Mais même ça peut se faire très rapidement.

D'ailleurs, toute séance d'arrêt du tabac doit avoir comme effet implicite ou explicite un renforcement des ressources (niveaux logiques, recadrage, métaphores, travail sur l'identité, etc...).
 

xorguina

Membre
Ok Gaelic, je comprends bien et c'est pas vraiement l'approche que j'ai eu ou alors j'ai rien compris bref...

pour le script, j'ai beaucoup aimé cette approche de croisement de route

j'ai imagnié cette route gauche bien goudronné et ouai ;)

l'autre, droite était en terre et nu pied...mon imagination au fil de la lecture est bien partie ;)

merci
 

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
Une séance peut suffire, d'ailleurs plein de personnes arrêtent sans rien, sans séance.

Chacun va essayer de faire au mieux.

Perso je fais une séance unique qui dure de 1 et quelque à 2 heures avec une partie anamnèse, explication du tabagisme et de l'hypnose puis la partie hypnose. Et je précise que la personne peut avoir besoin de refaire une séance. Et je reste à dispo dans les premiers jours pour du soutient téléphonique si besoin. En ce qui me concerne je n'ai pas encore de statistiques à fournir.
 
A

Anonymous

Invité
Oualala, quelle effervescence sur mon topic...bon j'ai tout lu mais j'ai juste envie de rebondir sur ces 3 messages :

mindy à dit:
Si je peux aider un patient à arrêter de fumer en 1 ou 2 séances, je ne vais pas m'en priver et surtout l'en priver. Je rejoins Oratorioo et Gaelic sur le fait qu'on peut aider efficacement des fumeurs en 1 à 3 séances pour une grande majorité d'entre eux. Si le patient a des problèmes qui l'empêchent de cesser de fumer alors j'en parle avec lui et oriente le travail sur ces blocages mais c'est très loin de constituer la majeure partie des patients.
Voyez vous moi c'est la majeure partie des mes patients, je parle que de ceux qui consultent pour arrêt du tabac et j'en ai pas eu énormément, tous ont beaucoup de choses à régler, et tous un un trouble anxieux généralisé avéré.

Pour exemple parmi les autres, une patiente vient me consulter en début d'année pour ce motif, au fur et à mesure j'apprends qu'elle souffre de trichotillomanie d'où une anxiété excessive.

Elle me dit qu'elle ressent la pression de ses collègues de travail qui ont arrêté de fumer et qu'elle fume encore, (se dévalorise, se culpabilise), etc... je lui ai expliqué que si je travaillais uniquement sur cet aspect, il y a de fortes chances qu'elle subisse un échec, et elle me dit qu'effectivement elle a déjà vu un hypnothérapeute qui en une séance lui a stoppé l'envie de fumer pendant environ 5 mois mais a repris la cigarette. Je lui ai donc expliqué le pourquoi du comment de mon travail qu'elle a très bien compris et accepté.

Après 5 séances, elle me dit qu'elle est suivi par un psychanalyste et me demande une dernière séance pour l'arrêt du tabac, étonnée je lui demande pourquoi ce choix, elle me dit qu'à la 5ème séance c'était trop dur pour elle, qu'elle ne se sentait pas prête de travailler sur elle de cette façon, étonnante réponse mais j'ai accepté, et la dernière séance a été orienté sur l'arrêt du tabac (bon je vous passe les détails)
3 mois après je lui ai envoyé un mail, elle ne fumait toujours pas, à ce jour je n'ai pas repris contact avec elle, mais je pense que je vais le faire juste par curiosité...

Tout ça pour dire qu'il est impossible de tenir dans la durée, si on ne travaille pas sur des aspects plus profonds qui maintiennent cet état de dépendance...
Hubert Chatelée à dit:
D'ailleurs n'oublions pas que la nature est bien faite, et que bien souvent les traumatismes se réparent tout seul. L'hypnose, l'auto hypnose est un état naturel réparateur dont tout le monde bénéficie spontanément.
Les traumastimes se réparent tout seul ? , :shock: alors là bravo de cet exploit, j'ai jamais vu ça encore !!! je ne sais pas par qui vous avez été formé... :?

Il n'y a que quand ça bugg vraiment que le recours à un thérapeute est nécessaire. Ce serait se donner une importance démesurée que de véhiculer l'idée que l'immense majorité des fumeurs ne peut se libérer de cette addiction sans psychothérapie préalable censée régler des problèmes le plus souvent inexistant.
J'ai vraiment l'impression que nous n'avons pas les mêmes patients..., mais annoncer d'emblée une garantie à 100% pour un arrêt définitif de la cigarette, cela m'apparait plus que mensonger sans même connaître la personne, même si cela peut arriver, c'est très loin pour moi d'être une idée à véhiculer...

xorguina à dit:
donc dans ce que je comprends, il est tout a fait possible d'arrêter de fumer et rien que celà en une voir 2 scéances
Arrêt oui, définitivement, je doute fort que ce soit une option pour tous, loin de là!

par contre pour pouvoir tenir dans la durée, il vaut mieux accepter de continuer quelques scéances pour rétrouver, l'estime de soi, la confiance et autres qui renforceront et appuieront l'arrêt définitif du tabac

j'ai bien compris ?
Oui je pense que c'est une bonne réflexion, au final cela peut amener vers 10 séances, 15, voire plus...

Encore un autre exemple, une de mes patiente m'a raconté être allée voir un thérapeute pour l'arrêt du tabac en une séance, définitive, conséquence consommation excessive d'accol, thérapie d'un an pour cette addiction, puis elle m'a contacté pour surcharge pondérale.
Au final quand on ne traite qu'un symptôme, il semble que d'autres apparaissent, si on ne traite pas la personne dans sa globalité. En 3 mois de thérapie avec moi, perte de 18 kg pour cette patiente, sans travailer directement sur la problématique. Estime de soi regagnée, travail sur les schémas erronés...bref...
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Oui je pense que c'est une bonne réflexion, au final cela peut amener vers 10 séances, 15, voire plus...

c'est çà qu'on appelle le dérapage hypnotique ?

:shock:


à ce jour je n'ai pas repris contact avec elle, mais je pense que je vais le faire juste par curiosité...

C'est çà qu'on appelle le raccolage hypnotique ?

:shock:
 
Je m'interroge sur la fiabilité des stats, arrêt de tabagisme, car comment avoir les chiffres exacts, un patient consulte et après, s'il reprend qu'en savez vous, ou même s'il a réussi à arrêter ? Vous dira t'il vrai à un entretien téléphonique ???

Je ne suis pas si sure...

Tout le monde arrête un certain temps, d'ailleurs même si ce n'est que 5 minutes.

Hypno-transe est à Paris, à Paris ça ne doit pas être simple de ne pas être stressé :)
 
A

Anonymous

Invité
surderien à dit:
Oui je pense que c'est une bonne réflexion, au final cela peut amener vers 10 séances, 15, voire plus...

c'est çà qu'on appelle le dérapage hypnotique ?

:shock:
Décidément vous ne comprenez pas tout dès la 1ère lecture, relisez plusieurs fois, ça devrait le faire ... :lol:

à ce jour je n'ai pas repris contact avec elle, mais je pense que je vais le faire juste par curiosité...

C'est çà qu'on appelle le raccolage hypnotique ?

:shock:
:shock: je ne vois pas le rapport, je parlais contact par mail, pour savoir simplement où elle en est, (vu qu'elle préfère sa psychanalyste...) c'est juste pour mes statistiques perso... pour le raccolage y a en qui font plus fort 100% garantie en une séance, quelle arnaque !!!
 

Philou13

Membre
d'accord avec toi katia les stats c'est un peu aléatoire sur la durée ..
de toute façon l'important c'est d'arréter :1 semaine 1 mois ou 2 jours ...qu'importe ...
Je pense qu'il y a autant de fumeurs atteints de pathologie mentale que de névrosés ou d'anxiété généralisée abstinents ...POur moi tout l'interet des thérapie brèves c'est justement de redonnner au patient le choix de reprendre sa vie en main et de laisser le changement petit à petit transformer ses modes de pensée ...
 
A

Anonymous

Invité
Philou13 à dit:
d'accord avec toi katia les stats c'est un peu aléatoire sur la durée ..
de toute façon l'important c'est d'arréter :1 semaine 1 mois ou 2 jours ...qu'importe ...
Je pense qu'il y a autant de fumeurs atteints de pathologie mentale que de névrosés ou d'anxiété généralisée abstinents ...POur moi tout l'interet des thérapie brèves c'est justement de redonnner au patient le choix de reprendre sa vie en main et de laisser le changement petit à petit transformer ses modes de pensée ...
Vous croyez au miracle Philou ?... moi pas vraiment, ma propre expérience peut être... :roll: ; mais aussi ceux de mes patients !

Thérapies brèves ne veut pas dire 3/4 séances, M. ERICKSON affirmait également cela, on a trop tendance à l'oublier...

Mais certains pratiquent la PNL dernière génération, alors là; on est dans 4ème dimension... :lol:
 
Hypno-transe à dit:
Après 5 séances, elle me dit qu'elle est suivi par un psychanalyste
5 séances pour découvrir cela??!!!
Il y a comme un problème dans l'anamnèse et dans la relation de confiance entre thérapeute et patient!
Hypno-transe à dit:
ceux qui consultent pour arrêt du tabac, tous ont beaucoup de choses à régler, et tous un un trouble anxieux généralisé avéré.
Comme disait le bon Docteur Knock: Tout bien portant est un malade qui s'ignore... Affirmer que tout fumeur souffre d'un trouble anxieux généralisé, c'est bien mal connaître les mécanismes de l'addiction.
Hypno-transe à dit:
au final cela peut amener vers 10 séances, 15, voire plus...
Là c'est sûr que l'on n'est plus dans la thérapie brève...
Je me demande même si on est encore dans la thérapie, ou si,
comme le Docteur Knock, on rentre dans la catégorie gourou.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut