Formation Hypnose

Ce qui est encore plus épanouissant que le sexe, c'est

Abde65

Membre
Bonjour,

Idem, je partage les points de vue Leo et Dbuffault qui mettent l'accent sur la fct première reproductrice du sexe. Et pour assurer sa descendance, la nature a mis le plaisir dans l'acte sexuel...le raffinement que l'Homme ( et la femme) a pu y associer par la suite est tout à son honneur...

Comme Dbuffault le disait, qu'entend t on d'abord par épanouissement, est ce la même définition pour tous ??

J'ai un autre point de vue Ivan, lorsque vous écrivez :"....quand Léo dit, ce n'est pas le sexe qui est épanouissant, c'est comme s'il disait ce n'est pas le plaisir qui est épanouissant "..Je ne suis pas d'accord avec celà.

Pour ma part, je considère que si le plaisir (sexuel ou autre) fait partie des bons moments de ma vie, je ne considère pas le plaisir comme épanouissant à proprement parler.

Le plaisir est pour moi une sensation agréable, mais n'est pas forcément épanouissant, je me rappelle mes cuites, franchement c'était pas très épanouissant même si pendant l'ivresse j'avais du plaisir.
Sur le sexe, la jouissance après l'acte me laisse détendu certes mais puis je dire que c'est épanouissant ??


Car pour moi, l'épanouissement est un état de bien être dynamique dans lequel on est en parfaite harmonie avec son milieu, et où ce milieu nourrit toutes les parties de mon être spirituel, intellectuel et physique.

Alors pour répondre à la "piquante" question initiale d' Hypnomed :

"Ce qui est encore plus épanouissant que le sexe, c'est ? "

En partant du postulat que je suis en parfaite santé, que mes conditions de vie me satisfassent pleinement ( cadre de vie, nourriture...), que mes proches aient aussi celà, que je puisse me consacrer pleinement à ce que j'aime faire...alors ????


Pour moi, aujourd'hui ce serait d'avoir du temps disponible avec le libre arbitre auquel j'arrive à accéder aujourd'hui afin de progresser dans ce chemin propre à l'homme qu'est la spiritualité, avoir le temps de jouir pleinement dans ce stade 5 de la pyramide de Maslow (Besoin de s'accomplir) c'est je crois Intemporelle qui avait mis un lien sur ce Mr Maslow que je connaissais et ce lien me l'avais remis en mémoire.

Oui, en partant du postulat que je suis en parfaite santé, que mes conditions de vie me satisfassent pleinement ( cadre de vie, nourriture..), que mes proches aient aussi ceux là ( allez même ceux que j'aime moins pour avoir bonne conscience ) alors je sais que le fait de baiser à couilles rabattues ne m'apportera pas l'épanouissement auquel j'aspire.....avoir du temps sûrement plus, et je le consacrerais entre autres moments de sexe à l' Etude.

Bonne soirée,
 

papusza

Membre
Qu'est ce qui vous épanouit mis à part le plaisir ?

Le plaisir d'un travail bien fait, le plaisir dun bon repas le soir, le plaisir partagé autour d'un feu de camp, le plaisir dans l'intimité.

Un travail épanouissant est un travail où vous avez envie de retourner le matin, une sexualité épanouissante est celle que vous avez de recommencer.

Pas plus compliqué que cela !

La spiritualité est aussi une façon de se faire plaisir, d'aller vers des aspirations plus "hautes".

Pourquoi le nier ?

Que ce soit pour certains dans le sexe, dans les pâquerettes, la spiritualité, l'étude, l'aspiration au bonheur est universelle.

Alors dans un "pieu" on peut trouver comme dans le reste une part de bonheur, qui est fait de ces mille et une choses.
 

Abde65

Membre
Sans jouer sur les mots Papuza, il y a juste une erreur de sens.

Je peux dire que l'épanouissement m'amène du plaisir mais ce n'est pas le plaisir qui m'épanouit.

Bon, c'est pas grave si on est pas complètement d'accord, au bout d'un moment sans céder çà m'ennuie de couper les cheveux en 4...c'est pas épanouissant et mon Ego s'en porte pas plus mal d'arrêter de débattre.
En tout cas, intéressante et bonne question à l'auteur. ( moi quand je relis ce que j'ai dis plus haut, je suis complètement d'accord avec moi...maintenant faut que j'aille dormir)

Bonne nuit.
 
I

Intemporelle

Invité
papusza à dit:
L'épanouissement vient d'où ?

Pour moi d'aimer (la vie, sa vie... )
Je suis plutôt d'accord avec ça qu'avec tout le reste.

Je pense que l'auteur du topic a mis un peu d'ironie, et de fantaisie dans cette question qui en a fait réagir plus d'un, c'est très intéressant...

Bon je suis loin de partager ce que dit Léo, trop Freudien à mon goût... même si évidemment le sexe n'apporte pas tout et heureusement finalement...

C'est l'équilibre des choses de la vie qui apporte l'épanouissement, son travail, le sexe, le sport, la lecture, etc; etc... l'individu travaillant 18h00 sur 24h00 n'ayant aucune activité sexuelle ne sera pas épanoui, j'en suis certaine...

Le type qui passera son temps à b... ne sera pas non plus épanoui...

L'EQUILIBRE des choses*, bien nourrir chaque partie de nos besoins amène la satisfaction et donc l'épanouissement. (cf MASLOW)

Alors évidemment par rapport à la question initiale, et bien je dirais tout le reste, mais j'ai du mal à dissocier amour et sexe, donc quand il y a de l'amour il y a une forme d'épanouissement.... :D, mais c'est surtout vivre en accord avec soi même, et non avec les diktats du monde extérieur.


PS : *La logique émotionnelle, vous connaissez ? un livre simple à lire qui résume bien cela :

La connaissance des processus de la Logique Emotionnelle définit des règles simples permettant d’améliorer nos comportements lorsqu’apparaît l’émotion.


http://www.psychologies.com/Moi/Se-conn ... -crocodile
 

papusza

Membre
Le type qui passera son temps à ba... et à bo... sser...18h sur 24, risque peu d'être épanoui. Eh, oui !

Vous êtes une femme, alors vous associez amour et sexe, ce que font la plupart des femmes.

Bien que n'ayant pas lu ce livre, comment apprivoiser son crocodile, que je vais me procurer, mes demons interieurs sont symbolisés par le crocodile. Depuis toujours.

Et je lui parle dans mes rêves. :wink: Je l'apprivoise. 8)
 
I

Intemporelle

Invité
papusza à dit:
Le type qui passera son temps à ba... et à bo... sser...18h sur 24, risque peu d'être épanoui. Eh, oui !

Vous êtes une femme, alors vous associez amour et sexe, ce que font la plupart des femmes.

Un peu macho(ça fait 2 fois... ) de dire " ce que font la plupart des femmes"... :?

Et vous les hommes, cette association ne vous parle donc pas ?
 

papusza

Membre
Je viens de lire "le vol nuptial" d'Alberoni.

Le rapport au sexe et à l'amour est différent entre l'homme et la femme. Pour la femme, le sexe et l'amour sont mélés et pour les hommes plutôt dissociés.

En un autre langage, les hommes sont plus enclin à faire l'amour sans aimer, ce qui est plus difficile pour une femme, voire impossible pour certaines. (mais pas sure..)

Ca reste des généralités néanmoins.

C'est un classique, mais peut être plus exact ?

Ce pourquoi le sexe pour Leo (?) est que le sexe, donc pas épanouissant en soi, parce que dénué de la partie "amour" que la femme y rajoute. :idea:
D'où l'idée de saleté aussi.
C'est à dire que Léo ne mentionne pas la même chose quand il parle de sexe, que quand c'est moi qui le fait. Alors que la même chose nous épanouit, mais c'est dit autrement.
Une pratique sexuelle pour une pratique sexuelle ne me vient pas à l'idée. Il y a plus d'élaboration autour, de notions de complicité, de partage etc... enfin qui se rapproche de l'amour. (la même chose donc ) Et séparer les choses ne me convient donc absolument pas.

La distinction que Leo fait ne correspond pas à une structure de pensée féminine, si l'on peut dire.
 
I

Intemporelle

Invité
papusza à dit:
Je viens de lire "le vol nuptial" d'Alberoni.

Le rapport au sexe et à l'amour est différent entre l'homme et la femme. Pour la femme, le sexe et l'amour sont mélés et pour les hommes plutôt dissociés.

En un autre langage, les hommes sont plus enclin à faire l'amour sans aimer, ce qui est plus difficile pour une femme, voire impossible pour certaines.

Ca reste des généralités néanmoins.
C'est un classique, mais peut être plus exact ?
Oui c'est vrai c'est un classique mais la réalité, car je pense qu'effectivement nous ne sommes pas programmés de la même façon. Comme je disais précédémment la pulsion sexuelle chez l'homme est bien plus mécanique que chez une femme puis passe d'abord par l'émotion des sentiments...
Un exemple tout simple, un homme contrarié par une journée de boulot stressante, aura besoin d'un acte sexuel pour se libérer de cette tension, alors qu'une femme par la même contrariété n'aura aucune envie de faire l'amour, peut être un calin tendre, mais pas sexuel ; c'est là l'éternelle différence entre les hommes et les femmes... je parle évidemment d'individus sains et pas des individus fonctionnant sur une dépendance affective où là la confusion est totale entre désir, sentiments, sexe...



Ce pourquoi le sexe pour Leo (?) est que le sexe, donc pas épanouissant en soi, parce que dénué de la partie "amour" que la femme y rajoute. :idea: (et pas tous les hommes)

Je pense qu'au fond les hommes ont besoin de cette partie féminine comme dirait JUNG (anima) le côté mécanique ne répond qu'à un besoin physiologique chez l'homme qui perd de son importance avec les années qui passent mais pas l'amour :D
PS : une femme est capable de quitter son compagnon de vie quand ça ne va plus du tout, même si elle n'a personne d'autre dans sa vie, un homme très rarement...
 
I

Intemporelle

Invité
papusza à dit:
Ce pourquoi le sexe pour Leo (?) est que le sexe, donc pas épanouissant en soi, parce que dénué de la partie "amour" que la femme y rajoute. :idea:
D'où l'idée de saleté aussi.
Cela me fait penser aussi à toutes ces très jeunes filles qui peuvent regarder des films pornos ou expérimenter le sexe sans avoir la maturité nécessaire, elles sont souvent très déçues, trouvent cela même dégoutant, et cela peut être même une expérience traumatisante pour certaines, car l'image de la sexualité à 16 ans n'est pas la même qu'à 30, 40, 50 ans,...

Ah l'amour !!!!
 

papusza

Membre
Les femmes, toujours d'après "le vol nuptial" ont une exigence plus haute que le partenaire masculin. L'homme très tôt a appris à ne plus rêver, il s'est fait éconduire très tôt à l'école par les filles. Son exigence est moins élevée, se contentera plus facilement d'une situation qui pour lui sera vivable, et non plus pour la femme qui a besoin de rêver... et qui pense plus avoir la capacité de les réaliser. (ailleurs)

Pour les jeunes filles, je ne sais pas trop... je pense qu'elles sont avides de connaitre leur corps et de faire les expérimentations qui s'y rattachent. Tout dépend avec qui ça se passe, et dans quelles conditions.

Là où je vois du danger, ce sont ces filles plutot jolies qui galerent pour gagner trois sous, qui ont envie de fringues, de sorties, de niveau de vie, qui vont aller vers l'escort girl, vers les pratiques sexuelles payantes, en ne se et rendant pas compte des conséquences. L'idée de l'argent facile. Filles entre 18 et 25 ans)
 
I

Intemporelle

Invité
papusza à dit:
Les femmes, toujours d'après "le vol nuptial" ont une exigence plus haute que le partenaire masculin. L'homme très tôt a appris à ne plus rêver, il s'est fait éconduire très tôt à l'école par les filles. Son exigence est moins élevée, se contentera plus facilement d'une situation qui pour lui sera vivable, et non plus pour la femme qui a besoin de rêver... et qui pense plus avoir la capacité de les réaliser. (ailleurs)

Pour les jeunes filles, je ne sais pas trop... je pense qu'elles sont avides de connaitre leur corps et de faire les expérimentations qui s'y rattachent. Tout dépend avec qui ça se passe, et dans quelles conditions.

Là où je vois du danger, ce sont ces filles plutot jolies qui galerent pour gagner trois sous, qui ont envie de fringues, de sorties, de niveau de vie, qui vont aller vers l'escort girl, vers les pratiques sexuelles payantes, en ne se et rendant pas compte des conséquences. L'idée de l'argent facile. Filles entre 18 et 25 ans)
C'est un autre débat... néanmoins je ne pense pas que quelque soit sa plastique, on s'aventure dans cette perte d'estime de soi même pour 3 francs 6 sous, comme on dit... (une anamnèse en dirait long...)
 

xorguina

Membre
Je suis une femme et même si je ne me vois pas avoir une relation sexuelle sans amour, sentiments pour l'homme, il m'est arrivée de la faire sans aucun sentiment .

J'en avais l'occasion, l'envie...j'ai pris du plaisir et voilà tout.

Il n'y avait pas d'amour, il n'y avait que de l' attirance sexuelle de deux corps .
Une attirance magnétique qui peut être aussi forte qu'un sentiment mais qui à la difference d'un sentiment n'est que le moment présent assumé d'une énorme pulsion sexuelle.

Parfois mon animus prend le dessus , je l'accepte et n'en retire aucun regret ni remords.

Je ne vois pas le sexe comme quelque chose d'épanouissant en Soi non plus...


Par contre, il m'aide à m'épanouir...parce que Perso, il m'en faut plus pour m'épanouir :lol:

Donc pour répondre à la question :

Le sexe est pour moi qu' UN des outils qui sont à ma disposition pour me permettre d' acceder à l'épanouissement....parce que je le vaux bien. :D

 
Je assez d'accord avec toi, Xorg.
Si plusieurs personnes voient le sexe autrement... ou éventuellement, ont une conception différente de la notion d'épanouissement... je me suis tout de même interrogé : qu'entend-t-on par épanouissement ? Et la meilleure illustration me semble être la fleur qui lorsqu'elle s'ouvre, s'épanouie...
Du coup le sexe reste-t-il épanouissant ? Voilà qui me permet finalement d'être entièrement précis : oui, en tout cas, en ce qui me concerne... Qu'il s'agisse de l'acte ou de la sexualité, j'ai le sentiment que la sexualité m'ouvre a l'autre, m'ouvre aux autres.... C'est non seulement le cas du sexe, mais également, d'une manière plus générale, le cas du plaisir : lorsque je me sens bien, j'ai envie de communiquer, je suis plus souple, plus ouvert etc...
Définitivement, dans ce sens, le sexe est donc épanouissant (en tout cas de mon point de vue...)
 

Leopoldine

Membre
Ivan.67 à dit:
Je assez d'accord avec toi, Xorg.
Si plusieurs personnes voient le sexe autrement... ou éventuellement, ont une conception différente de la notion d'épanouissement... je me suis tout de même interrogé : qu'entend-t-on par épanouissement ? Et la meilleure illustration me semble être la fleur qui lorsqu'elle s'ouvre, s'épanouie...
Du coup le sexe reste-t-il épanouissant ? Voilà qui me permet finalement d'être entièrement précis : oui, en tout cas, en ce qui me concerne... Qu'il s'agisse de l'acte ou de la sexualité, j'ai le sentiment que la sexualité m'ouvre a l'autre, m'ouvre aux autres.... C'est non seulement le cas du sexe, mais également, d'une manière plus générale, le cas du plaisir : lorsque je me sens bien, j'ai envie de communiquer, je suis plus souple, plus ouvert etc...
Définitivement, dans ce sens, le sexe est donc épanouissant (en tout cas de mon point de vue...)
Je trouve la précision importante, la question devient qu'est ce qui rend le sexe épanouissant ? ce qui me semble plus juste.
Communication, echange, partage, plaisir sont les valeurs qui portent l'épanouissement.
j'ai envie d'ajouter ëtre au présent, et avec toutes ses dimensions ( corps, emotions, esprit).
 

xorguina

Membre
Oui Ivan...le sexe est UN des outils qui me permet le complet épanouissement , mais il ne peut , à lui seul, être l'épanouissement de mon être .

Tout comme ta fleur qui ne se suffira pas de sa fécondation, elle s'épanouira aux contacts de la lumière, de la chaleur, de l'eau etc

 

Leo Lavoie

Membre
Quelques mois de ma vie, j'ai du travailler comme préposé aux bénéficiaires dans un grand hôpital de Montréal. Pour nos amis d'Europe cela veut dire "aide infirmière" en quelque sorte.

N'eut été du fait que cela ne payait pas assez pour nourrir mes enfants qui étaient très petits alors, j'aurais continué dans ce travail. Ce travail m'épanouissait. C'était aussi dans le temps ou l'on prenait le temps de bien faire les choses avec respect dans nos hôpitaux.

Le fait de devoir laver des gens en perte parfois totale d'autonomie. De les laver de la tête aux pieds. De voir des gens de toutes les formes, surtout des vieillards, nus, vulnérables, amputés, démunis, souvent dans leur défécations et urine, parfois gênés et penauds, parfois à me gueuler dessus, se fier à mes bons soins pour leur toilette.

Les faire manger avec soin. D'essayer de voir Dieu dans chacune d'elle et de réussir. Moi qui n'avait jamais eu ce genre d'obligation avant et ce genre de proximité avec qui que ce soit (la seule proximité que je connaissais c'était celle qui était intime et sexuelle, bien sûr, avec mon épouse).

Cette expérience là, m'épanouissait. Elle me faisait me dépasser. Passer par dessus mon ego, mon confort psychologique. J'en tire encore quelque chose aujourd'hui. Je suis une personne qui a pris de la maturité à cause de cette expérience là... Voilà ce que je pense que veut dire le mot "épanouissant".
 
I

Intemporelle

Invité
Je pense Léo que ce qui a été épanouissant pour vous, c'est le côté honorable et dévoué, le rapport avec l'humain dans sa plus grande vulnérabilité.

Moi je ne vois rien d'épanouissant à laver des vieillards baignant dans leur urine, etc... bref je comprends ce que vous voulez dire c'est un dépassement de vous même dans l'humilité.

Pour moi l'épanouissement est une forme de grande générosité qui donne une autre dimension (passer par dessus son ego) , mais je pense qu'on peut trouver cette forme d'épanouissement dans des situations bien différentes que celles que vous évoquez.
 
Leo Lavoie à dit:
Quelques mois de ma vie, j'ai du travailler comme préposé aux bénéficiaires dans un grand hôpital de Montréal. Pour nos amis d'Europe cela veut dire "aide infirmière" en quelque sorte.

N'eut été du fait que cela ne payait pas assez pour nourrir mes enfants qui étaient très petits alors, j'aurais continué dans ce travail. Ce travail m'épanouissait. C'était aussi dans le temps ou l'on prenait le temps de bien faire les choses avec respect dans nos hôpitaux.

Le fait de devoir laver des gens en perte parfois totale d'autonomie. De les laver de la tête aux pieds. De voir des gens de toutes les formes, surtout des vieillards, nus, vulnérables, amputés, démunis, souvent dans leur défécations et urine, parfois gênés et penauds, parfois à me gueuler dessus, se fier à mes bons soins pour leur toilette.

Les faire manger avec soin. D'essayer de voir Dieu dans chacune d'elle et de réussir. Moi qui n'avait jamais eu ce genre d'obligation avant et ce genre de proximité avec qui que ce soit (la seule proximité que je connaissais c'était celle qui était intime et sexuelle, bien sûr, avec mon épouse).

Cette expérience là, m'épanouissait. Elle me faisait me dépasser. Passer par dessus mon ego, mon confort psychologique. J'en tire encore quelque chose aujourd'hui. Je suis une personne qui a pris de la maturité à cause de cette expérience là... Voilà ce que je pense que veut dire le mot "épanouissant".
Léo, comme je vous le disais, je suis également d'accord avec vous. En fait, ce que vous décrivez correspond à un épanouissement "au sens noble " ou "fort" du terme. Il est bien évident qu'un tel épanouissement n'a plus rien à voir avec une quelconque forme d'épanouissement sexuel.
Ce que je tentais d'expliquer de mon coté, c'est que, malgré tout, il y a dans la sexualité une part d'épanouissement. Je trouvais que "vous y alliez fort" en disant que "sexe" et "épanouissement" ça n'a rien à voir.
Par rapport à l'épanouissement que vous décrivrez il y a peut-être peu de rapport... même si "peu", ne signifie pas "pas du tout".

Si l'on défini par exemple la spiritualité comme "ce qui est différent de l'ordinaire", on pourrait même ajouter, que l'épanouissement que vous décrivez est plus spirituel que l'épanouissement sexuel. D'un autre coté, malgré tout, il y a des sexualités très spirituelles...

D'ailleurs pour en rajouter une couche, la sexualité est génératrice de transe... C'est une merveilleuse manière de s'hypnotiser. Ici encore, c'est non seulement spirituel, mais également épanouissant.... puisque, comme de nombreuses transes... il ne s'agit pas seulement d'un vague état de somnolence. Non ?
C'est l'aboutissement de nombreux processus complexes de relâchements successifs ; la presque fusion de deux êtres, une sorte de co-construction, de communion, d'alliance, de pensée créatrice...

Arf... ;-)
 
tout dépend si on est névrotique ou non..
si on est névrotique, la sexualité fait refouler son enfant intérieur, donc le divin.
c'est à cause de ça que la sexualité est diabolisée par l'église...

Le chemin pour réparer ce qui justifie une névrose (L'amour véritable révèle les manques anaclitiques et les interdits non intégrés dans la conscience) et connecter le coeur et le sexe est très difficile pour un névrosé. (faire une catharsis par l'Amour non génitale avec tout le désir libidinal d'un enfant.. contacter les énergie périnatale et décharger des heures et des heures de pleurs intenses... et pour le névrosé... une analyse longue et fastidieuse pour franchir la peur de cette étape)

or la structure névrotique est la norme..
 

papusza

Membre
On peut connecter le coeur avec tout ce que l'on fait, c'est mieux que de ne pas le faire.
Avec le sexe donc aussi, tout comme dans le soin aux personnes hospitalisées.

C'est cette dimension supplémentaire qui est facteur d'épanouissement.
 

undy

Membre
Pour revenir à un truc que j'ai discrètement évoqué dans mon post précédent, on est dans la section "Les différents types de suggestions et métaphores".
Or, si en partant de là, on se dit que la suggestion correspondante serait "Ce qui est encore plus épanouissant que le sexe, c'est..." suivi d'une liste, à qui pourrait s'adresser une telle "suggestion".

La réponse qui me paraît la plus évidente, ce serait quelqu'un qui a un problème avec le sexe qui prend trop de place et/ou d'importance dans sa vie, auquel cas tous les posts qui disent "le sexe c'est bien, c'est épanouissant" ou autre n'aiderait pas à la problèmatique.

Après, il y a la possibilité que le topic aie simplement été placé dans une section au hasard (je cherche à le savoir dans le nouveau topic d'Hypnomed), mais dans le cas contraire, ça pourrait être un point important.
 

xorguina

Membre
Perso, et ayant vécu ce que dit Léo, ce qui m'épanouit le plus c'est tout ce qui est lié à la créativité :)
 
I

Intemporelle

Invité
xorguina à dit:
Perso, et ayant vécu ce que dit Léo, ce qui m'épanouit le plus c'est tout ce qui est lié à la créativité :)
Je ne vois rien de vraiment créatif dans l'expérience de Léo... :roll:

Leo Lavoie à dit:
Le fait de devoir laver des gens en perte parfois totale d'autonomie. De les laver de la tête aux pieds. De voir des gens de toutes les formes, surtout des vieillards, nus, vulnérables, amputés, démunis, souvent dans leur défécations et urine, parfois gênés et penauds, parfois à me gueuler dessus, se fier à mes bons soins pour leur toilette.

Cette expérience là, m'épanouissait.
Donc chacun trouvera son épanouissement suivant son parcours personnel et son niveau d'évolution...
 
balancé comme ça... dans le contexte mais hors fil de discussion
copié collé d'un brouillon de texte sur un livre que je prépare..


Le Christ disait "aimez vous les uns les autres" et "laissez venir les enfants à moi, seul ceux qui sont pareils à des petits enfants entrerons au royaume de Dieu"..
Tout devient clair pour la conscience quand on comprend que Dieu... c'est l'Amour que l'on ressent quand on a encore son âme d'enfant et que Dieu le Père représente la paternité, la puissance, la connaissance, la transcendance...
L'âme d'enfant se contacte par le contact, la sensualité d'une étreinte avec toute l'énergie du désir affectif, l'envie d'étreindre et d'être étreint... l'énergie de l'Amour est intimement associée aux besoins vitaux du corps de l'enfant incarné dans la vie... hélas, cette énergie est souvent pervertis par le conflit entre la sexualité de l'adulte, le sensualité de l'enfant avec ses parents et ses proches, et le traumatisme de naissance qui ont provoqué des besoins jamais pleinement acceptés dans la conscience, faute de pratiques pour y revenir plus tard en conscience entière.

Le besoin de contact que nous avons tous, en plus du besoin ordinaire, provient aussi et surtout du non accomplissement de ces expériences corporelles qui nous construisent.

"Aimez vous les uns les autres" passe peut être bien par quelque chose de plus concret que gestes et paroles pour l'enfant que nous sommes encore au fond de nous: se prendre dans les bras est le plus naturel, mais c'est devenu un tabou...
Toujours à cause de la peur de contacter des perversions tapies au fond de nous, devenues... la bête... Le dragon des profondeurs... tout ce qui alimente les mythologies. Le diable est ce qui divise la conscience... Ne serait ce pas surtout ce qui nous divise entre "l'adulte" et notre noyau infantile, l'ange?

Ne vous y trompez pas... Les fondations de la conscience sont Jouir (Naître) et Mourir (transcender).
Et une réelle prise de conscience se fait bien... corps et âme...

La conscience s'appuie sur une structure mentale en relation avec les autres êtres, mais dont les fondations qui incluent la sensualité,dont la compensation se symbolise dans la sexualité, en personnalité, relation et destin...
"Ce qu'on ne veut pas savoir de soi même fini par arriver de l'extérieur sous forme de destin" (phrase exprimée par Jung)

Savoir et dire n'est que lire et écrire du texte sur des panneaux d'indication... Ce n'est pas vivre l'expérience sur le terrain..
Si on ne fait que savoir, ça ne suffit pas... il faut encore y vivre.

Si une expérience n'est pas accomplie pour la conscience profonde qui veut s'incarner, elle structure des répétitions sur un plan symbolique...
Ce qu'on ne fait que savoir... va se répéter d'une façon plus subtile plus profonde... car savoir n'est que cartographier le terrain... non le travailler, même si cartographier est chose nécessaire... le piège du mental est de saturer la carte de détails et d'extrapolation au point de ne plus rien voir du terrain...

Nous nous structurons tous sur un processus fondamental d'incarnation-expérience-désincarnation... cela peut s'écrire aussi comme l'attachement, la jouissance-fusion, la transcendance dans le détachement...


 
I

Intemporelle

Invité
Pieds crouteux, globalement ce texte est fort dans son expression, même si je pense que la plupart des forumeurs auront du mal à accrocher...

J'aime beaucoup ces phrases :

"Ce qu'on ne veut pas savoir de soi même fini par arriver de l'extérieur sous forme de destin" (phrase exprimée par Jung) "

"Si une expérience n'est pas accomplie pour la conscience profonde qui veut s'incarner, elle structure des répétitions sur un plan symbolique..."

"Savoir et dire n'est que lire et écrire du texte sur des panneaux d'indication... Ce n'est pas vivre l'expérience sur le terrain..
Si on ne fait que savoir, ça ne suffit pas... il faut encore y vivre. "


"Nous nous structurons tous sur un processus fondamental d'incarnation-expérience-désincarnation... cela peut s'écrire aussi comme l'attachement, la jouissance-fusion, la transcendance dans le détachement... "
 

xorguina

Membre
Intemporelle à dit:
xorguina à dit:
Perso, et ayant vécu ce que dit Léo, ce qui m'épanouit le plus c'est tout ce qui est lié à la créativité :)
Je ne vois rien de vraiment créatif dans l'expérience de Léo... :roll:

Quand tu entres dans une chambre et que tu es face à des humains , tu ne sait pas qui tu as derrière la porte, les Patients peuvent être en souffrance ou pudique etc , malgrès les gestes répétitifs d'une simple toilette, je peux t'assurer tu te trouveras pleins de créativité en toi, des astuces , des paroles pour que le P se sente mieux .

Leo Lavoie à dit:
Le fait de devoir laver des gens en perte parfois totale d'autonomie. De les laver de la tête aux pieds. De voir des gens de toutes les formes, surtout des vieillards, nus, vulnérables, amputés, démunis, souvent dans leur défécations et urine, parfois gênés et penauds, parfois à me gueuler dessus, se fier à mes bons soins pour leur toilette.

Cette expérience là, m'épanouissait.
Donc chacun trouvera son épanouissement suivant son parcours personnel et son niveau d'évolution...
Le niveau d'évolution.....c'est aussi faire abstraction de ces habitudes, gestes, paroles etc de soi et s'ouvrir à la personne en trouvant, créant des idées nouvelles....celà peut donc se pratiquer dans de différents domaines et celà est une évolution à un niveau même spirituel, car conscient que toute créativité est don de soi .
 

xorguina

Membre
D'ailleurs, il n'y a PAS de niveaux d'évolution...il y a UNE évolution et c'est tout...c'est malheureux de lire encore ça et même je ne vois absolument pas ou en est la créativité et l'épanouissement dans ce genre de raisonnement...mais bon, chacun son évolution :roll:
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut