Formation Hypnose

Compassion, oui... mais pas trop.

  • Initiateur de la discussion hibou13
  • Date de début
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Pour ce qui est des conseils que je donne

La personne vient me voir pour avoir une solution à un voir plusieurs problèmes qu'il a
Il ne veut pas d'une thérapie, d'une analyse, il veut une réponse directe à ses questions, ce que j'essaye aux mieux de lui donner

Pour ça, je m'aide de mes outils : la radiesthésie, le magnétisme, mon intuition, ma claire audience, mes autres supports quand le besoin se fait sentir

C'est pas tjrs évident pour moi tu sais et mon éthique et intégrité sans parler de ma tendance perfectionniste (rigide) ont parfois raison sur ma médiumnité

J'ai entendu parfois des choses que je n'ai pas pu dire et pourtant si celà m'est canalisé c'est que celà doit être dit mais la detresse humaine et ceux que les humains sont capables de faire peut être parfois effrayant

C'est pour ça qu'aujourd'hui avant de prendre quelqu'un en consultation médiumnique, je demande si je peux le faire afin de me prévenir de chocs encore trop violent à ma propre sensibilité ainsi qu'à celle de la personne

Il faut avoir du caractère, de la ténacité et beaucoup de confiance en soi pour affirmer être médium, perso, je ne le dis pas à la légère.

En magnétisme c'est pas pareil, je peux cacher ce que j'entends car la personne vient pour des maux physiques

En radiesthésie c'est aussi pareil point de vue cellulaires ou géobiologique

Pourtant, je peux aussi mesurer le taux vibratoire car la mémoire parle tout étant énergie, vie à différents degrès.
 
hibou13

hibou13

Membre
messages
1 736
Points
7 160
Ici je ne parlais que d'hypnose et ouvrait ce débat dans ce sens.
Le terrain de ton propos est bien différent... Y allez c'est ouvrir une boite de pandore ou vont ce confronter croyances, spiritualité etc etc... délicat.
D'autant plus délicat que déjà les thérapeutes ont déjà tendance à ce "bouffer le nez école contre école", alors!!! (notre amie méta en profite déjà)
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Lorsque le "guérisseur" regénère l'énergie d'une personne malade, il prend la force de son mal et, en échange, il lui transmet de l' énergie guérissante

Le "guérisseur" ne se contente pas d'ex-pulser le mal mais il le capte et reconvertit en lui-même cette "force" du mal en " bonne énergie" pour la ré-stituer ainsi au patient suivant.

Lorsque la personne malade comprend cela, elle hérite alors de cette capacité ex-orciste.

C'est la capacité des êtres de lumière. Mais ce secret reste bien gardé.
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Je sais Hibou, je ne suis pas dupe, je la ressens trop bien ou plutôt trop mal ;)

Suis désolée, je ne voulais pas dériver de trop dans ton post mais il m'est difficile de parler compassion, empathie et travail dans le cadre de l'hypnose , je ne peux parler que de ma propre expérience avec mes outils à moi hypnotique .
 
hibou13

hibou13

Membre
messages
1 736
Points
7 160
Pas gras-veux, c'est nature-elle, suis pas contre-arié ;)
Je peux parler magne-et-tisme, mais en privé, du moins pas dans ce fort-homme.
(ta vue tu déteint surmoi) mdr:D
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Lorsqu'un médium connecte son "inconscient" avec celui d'en face, une super hypnose s'opère +++.
Mais ce n'est pas transmis dans les livres ni dans les formations conventionnelles...
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
MDR je nous aime :D

Dov à laissé une petite place sur ce forum...pit être pour je/nous art iculer et fusionner le tout ? ;)
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
surderien à dit:
Lorsqu'un médium connecte son "inconscient" avec celui d'en face, une super hypnose s'opère +++.
Mais ce n'est pas transmis dans les livres ni dans les formations conventionnelles...
Je le crois puisque l'ai expérimenté plusieurs fois !!! sans parler des synchros et zazard qui se connectent à l'inconscient collectif voir un i vers elle en réponses qui mettrait encore plus de bordel profond au sujet lol
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
surderien à dit:
Lorsque le "guérisseur" regénère l'énergie d'une personne malade, il prend la force de son mal et, en échange, il lui transmet de l' énergie guérissante

Le "guérisseur" ne se contente pas d'ex-pulser le mal mais il le capte et reconvertit en lui-même cette "force" du mal en " bonne énergie" pour la ré-stituer ainsi au patient suivant.

Lorsque la personne malade comprend cela, elle hérite alors de cette capacité ex-orciste.

C'est la capacité des êtres de lumière. Mais ce secret reste bien gardé.
Je ne prétendrai pas être être de lumière(suis encore dans mon corps physique) tout en sachant être lumineuse ;)

En magnétisme animal, je prends le mal et ensuite le purifie en passant mes mains sous l'eau afin d'évacuer
En magnétisme canal , je laisse passer au travers de mes mains une énergie autre que la mienne, rien à faire sinon de canaliser
En radiesthésie, je me sers de mon énergie après avoir cherché avec le pendule pour faire "bouger" les cellules dans le sens souhaité. (principe de la momification exposé sur le forum )

En médiumnité, je n'exorcise pas d'entité et ne suis pas passeuse d'âmes

Pas encore ? assez FeuOeauRairTerreEther à combattre et aussi en empathie car de ce côté là si tu es trop compatissante, je te raconte pas les trucs que tu te colles sur l'aura...
 
Bruno F.

Bruno F.

Membre
messages
19
Points
950
Age
61
Localisation
Ambérac
Les définitions du dictionnaire n'appellent pas d'interprétations.
Définition du mot: compassion
langage soutenu pitié, commisération, sympathie pour les maux dont souffre autrui
Définition du mot : empathie
(psychologie) faculté de s'identifier à autrui, de ressentir les sensations d'un autre

On peut exprimer ses condoléances à un ami sans pleurer avec lui. On peut ressentir la douleur de quelqu'un sans en souffrir justement parce que l'on a fait sa thérapie et que l'on a acquis le détachement nécessaire pour apporter notre aide à autrui. C'est à mes clients que je donne les mouchoirs. Je n'en ai pas besoin même si parfois on entend des histoires atroces.

Quant à la compassion c'est un des éléments du Grand véhicule si je ne me trompe pas ;-)

Pour les relations d'inconscient à inconscient il est utile de se poser la question sur les rêveries psychanalytiques entre le patient et son analyste. Il y a un moment où on ne sait plus qui est le sujet ni qui est l'objet. C'est en général le signe d'une très belle séance. Il suffit souvent de l'intuition d'un mot saisi dans le discours du patient. D'où vient il donc?

Débat intéressant. On voit que les personnalités comme les méthodes sont différentes, donc enrichissantes. Merci.
 
Lauly

Lauly

Membre
messages
72
Points
1 710
Localisation
Lyon
Bonsoir à Tous,
C'est peut-être juste la différente entre "sympathie" et "empathie"… comprendre le problème de l'autre, sans en être submergé…
Bonne nuit

(hibou, vous ne me tirez pas les oreilles ce soir, je suis très très sage… ;) pas trouvé mieux que ce site pour échanger sur l'Hypnose, et comme je n'ai pas réussi à annuler… rien n'est hasard, dit-on...)
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Le comportementaliste s'imprime du comportement de la personne pour lui restituer en miroir un comportement "thérapeutique".
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Dans l'étude des relations interindividuelles, l'empathie est souvent distinguée de la sympathie, de la compassion et de la contagion émotionnelle, par le fait que la réponse empathique aux états affectifs d'autrui se produit sans que l'on ressente soi-même la même émotion, ou même une émotion quelle qu'elle soit. En toute rigueur, l'empathie émotionnelle peut ne pas être du tout dirigée vers le bien-être d'autrui à l'inverse de la sympathie. Ainsi faire acte de cruauté requiert une capacité empathique pour connaître le ressenti, en l'occurrence la souffrance, d'autrui afin d'en tirer un plaisir.
L'empathie se différencie de la contagion émotionnelle dans laquelle une personne éprouve le même état affectif qu'une autre sans conserver la distance entre soi et autrui comme il est observé dans l'empathie. Le fou rire est un exemple de contagion émotionnelle : un sentiment de gaité est ressenti par les deux individus.
Les théories modernes distinguent également l'empathie de la sympathie. Cette dernière consiste aussi à comprendre les affections d'une autre personne, mais elle comporte une dimension affective supplémentaire : alors que l'empathie repose sur une capacité de représentation de l'état mental d'autrui indépendamment de tout jugement de valeur, la sympathie est une réponse motivationnelle qui repose sur une proximité affective avec la personne qui en est l'objet, et vise donc à améliorer son bien-être. En cela elle se différencie de la compassion qui ne possède pas cette composante poussant à agir pour améliorer le sort d'autrui mais se résume à une affliction pour les souffrances d'autrui. Dans l'interprétation de Lauren Wispé, « Dans l'empathie le soi est le véhicule pour la compréhension [d'autrui], et il ne perd jamais son identité. La sympathie, par contre, vise à la communion plus qu'à l'exactitude et la conscience de soi est réduite plutôt qu'augmentée. »[12]
Toujours selon Wispé : « L'objet de l'empathie est la compréhension. L'objet de la sympathie est le bien-être de l'autre. […] En somme, l'empathie est un mode de connaissance ; la sympathie est un mode de rencontre avec autrui. »[13].
Bonjour Bruno ,
Merci à toi d'échanger et donner ton avis sur le sujet très interressant certe ;)
Marie à "souffert avec " son fils...de là est montré la capacité de compassion
Tu as tout à fait raison, étant bouddhiste, la compassion est une des voies qui mènent à la libération de la souffrance dont celle des boddhisatvas qui en font le voeux .
Ce que je veux dire c'est qu'il existe tjrs une notion de souffrance alors qu'elle n'existe plus dans l'empathie (ni bien ni mal d'où neutralité )
Doit on réellement souffrir pour comprendre l'autre ?
Non, biensûr...et pourtant nous devons commencer par elle afin de nous garder des méfaits que peuvent causer l'empathie
C'est une évolution de conscience .
(Après les taux bovis ne prouve bien évidement rien mais il m'apporte une petite confirmation disons .)
Je ne pleure pas non plus quand je ressens et entends des choses effrayantes, c'est aussi moi qui donne les mouchoirs et la thérapie aussi .
Le miroir, se mettre à la place de l'autre sans souffrir c'est l'empathie, une plus grande force que la compassion :p
Biensûr que ma pratique bouddhiste entre quelque part en contradiction , comme d'ailleurs mon catholicisme mais c'est pas grave et je cherche pas à avoir raison ou tord...je fais mon petit chemin dans ce sens y étant particulièrement attaché
De plus l'égrégore collectif "souffrance"changera automatiquement puisque tout est mouvement alors je m'inquiète pas pour le rythme de cette danse ;)
Je suis ravie de lire que tu comprends très bien ce que je veux dire quand je parle d'inconscient à inconscient = même longueur d'onde :)
D'où ça vient ?
Selon moi, c'est quand les deux personnes ne font plus qu'un...une fusion ou au delà du mental les énergies plus hautes se rencontrent en synchronisation et peuvent se capter...alors comme dans un mvt d'envoit et renvoit se mélange les idées qu'on capte par l'intuition et pas le mental
C'est aussi un de mes outils de claire audience . Aller chercher au delà de mots, du conscient les informations, causes qui aideront à la compréhension quand je peux entrer dedans .

Au plaisir...gratitude.
 
Bruno F.

Bruno F.

Membre
messages
19
Points
950
Age
61
Localisation
Ambérac
Merci beaucoup pour ce message très bien documenté. Les symboles sont toujours d'une valeur inférieure à ce qu'ils représentent. Ainsi sont les mots. L'interprétation que l'un ou l'autre va donner est comme l'interprétation d'un symbole. J'utilise souvent l'exemple de ma main en thérapie pour travailler sur les représentations. Si je montre le dos de ma main à mon client, il voit ma main. De là découle tout un dialogue basé sur l'anamnèse et sa problématique spécifique. Il travaille sur ses propres représentation de sa problématique. Une fois que j'ai validé qu'il a bien intégré et visualisé cette représentation je retourne ma main et je lui montre ma paume. Je lui demande alors "est-ce toujours ma main"?
Toujours selon Wispé : « L'objet de l'empathie est la compréhension. L'objet de la sympathie est le bien-être de l'autre. […] En somme, l'empathie est un mode de connaissance ; la sympathie est un mode de rencontre avec autrui. »
Il me semble que l'on est très proche de notre rôle de thérapeute. Connaitre le sujet pour le comprendre, communiquer (quelque soit le plan) avec le sujet pour lui apporter le bien-être qu'il est venu chercher.
J'aurai donc tendance à dire que l'un ne va pas sans l'autre sinon on se retrouve dans la réaction du psy que j'ai citée plus haut. En respectant la souffrance des autres pour ce qu'elle est pour eux et en nous mettant à l'abri de leurs propres émotions nous pouvons les aider à prendre le recul nécessaire pour qu'ils les évacuent.
Belle journée à toutes et tous.
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Oui, dans l'évolution de conscience il n'y a pas de cassure, c'est une continuité

C'est un peu comme votre ligne tu temps...le passé le présent le futur alors qu'en fait tout est présent ;)

On est sur cette ligne et au lieu de séparer on tends a intégrer le tout pour le transMuter/former dans la continuité de ce mvt

et oui, le vrai voyage consiste à rencontrer l'autre (comprendre) puis (responsabiliser) pour son PLEIN att ITUDE

Belle journée également ensoleillée de partout .
 

Vous aimerez:

Nouveaux messages
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut