1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Compassion, oui... mais pas trop.

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par hibou13, 4 Juin 2014.

  1. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    On lis souvent la nécessaire compassion envers son client comme une qualité indispensable à l'exercice de la thérapie.

    Certes, il est nécessaire d'être animé d'un intérêt pour son prochain, d'être ouvert aux autres, à leur langage, leur vie, leur soucis. Sans jugement, avec écoute et gentillesse.
    Cependant, il me semble qu'il ne faut pas tomber dans l’excès de compassion. J'ai lus parfois des témoignages à la limite du ressenti, du partage de la douleur avec le client.
    Je pense qu'il conviens d'avoir une retenue, de justement conserver un certain recul nécessaire à la compréhension sans ce laisser entraîner par trop d'émotions.
    Le client doit s'exprimer, parler de sa douleur, cela n'implique pas une attitude d'approbation systématique ou un discours de consolation. Il y à les amis, la famille pour cela, ce n'est pas le rôle principal du thérapeute. Une juste bienveillance doit suffire.
    Quel sera la qualité d'une écoute influencé par un trop plein d'émotion ?
    Quel sera la pertinence d'un recadrage influencé par l'envie de consoler ?
    En ce domaine, comme en d'autre, un juste équilibre doit être trouvé.

    Vos réflexions ?
     
  2. zoulouk2

    zoulouk2 Membre

    Inscrit:
    16 Avril 2010
    Messages:
    293
    J'aime reçus:
    23
    Points:
    2130
    Tout comme les hommes politiques brillants, les thérapeutes brillants sauront jouer de leur émotivité pour apporter le meilleur à leur patient, consoler parfois, compatir d'autres fois, provoquer à d'autres moments.. etc... en fonction de la personne. Quand un patient est motivé par sa guérison rencontre un médecin ou thérapeute motivé par son métier avec son savoir faire et être, tout se passe généralement au mieux.
     
  3. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3724
    J'aime reçus:
    449
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Question très intéressante (tout à fait le genre qu'on partage pendant les HypnoIntervision ^^). Pour moi il ne faut pas se laisser embarquer dans l'émotion mais... comprendre, écouter, essayer de se représenter le vécu de l'autre (sans le vivre), à la fois être suffisamment proche mais pas trop, et savoir jouer sur les distances. C'est aussi variables en fonction des écoles et toutes ne sont pas du même avis sur cette distance. Pour moi il y a tout ce qui est les problèmes que j'appelle "d'écho": un écho c'est quand on sur-réagit face à une situation parce que ça fait écho à d'autres fois, à du passé, à son histoire personnelle etc. En tant que thérapeute c'était très important pour moi de nettoyer mes "échos", de faire attention à ne pas en recréer des nouveaux et surtout de ne pas en faire en tant qu'accompagnante: si on est dans son histoire ou dans son passé on n'est pas avec l'autre et au présent. Je me pose aussi la question... du "rocher", parfois il me semble que le thérapeute peut être comme un rocher sur lequel le client peut avoir besoin de s'appuyer un instant (attention à ne pas accepter la moule = dépendance) ou de le voir comme quelque chose de fixe, de sûr; si le thérapeute part en live, je pense que ça peut être perturbateur pour le client qui compte sur ce professionnel. Mais en même temps parler à un mur froid ça n'aide pas des masses non plus. Comme souvent pour moi c'est une question d'équilibre, de juste milieu et d'adaptation aux personnes et aux moments.
    Par contre par rapport à Katia je ne parlerai pas d'émotivité mais de sensibilité. Pour moi un thérapeute émotif en séance c'est un problème, alors que sensible c'est un atout. Être sensible a ce que nous dit l'autre (verbal, para-verbal, non-verbal) mais sans se faire impacter.
    Après ça chacun fait comme il peut et veut, mais perso c'est comme ça que je vois les choses.
     
    Victoire apprécie ceci.
  4. Victoire

    Victoire Membre

    Inscrit:
    26 Mars 2014
    Messages:
    72
    J'aime reçus:
    6
    Points:
    1030
    Savoir prendre le recul suffisant tout en étant attentif à l'autre.
    Un peu comme les rails chacun sur son fil: je t'accompagne et je te donne le soutien quand tu en as besoin (traverses)
     
    Prudence apprécie ceci.
  5. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Repérer lorsqu'on va passer en mode compassionnel
    le choix d'y entrer ou non
    trouver la meilleure attitude pour aider l'autre sans se plomber soi-même
    capital en thérapie
     
  6. Victoire

    Victoire Membre

    Inscrit:
    26 Mars 2014
    Messages:
    72
    J'aime reçus:
    6
    Points:
    1030
    D'où l'intérêt d'avoir fait un travail sur soi.... et de continuer à le faire
     
  7. zoulouk2

    zoulouk2 Membre

    Inscrit:
    16 Avril 2010
    Messages:
    293
    J'aime reçus:
    23
    Points:
    2130
    Si tu ne sais pas nager, ne te jette pas à l'eau pour secourir celui qui en entrain de se noyer
    Si tu sais nager, jette toi à l'eau sans prendre le risque de couler à deux
    Appelle du secours s'il y a besoin
     
    Prudence apprécie ceci.
  8. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    trouver la meilleure attitude pour aider l'autre sans se plomber soi-même :
    Méthode livegard : bouée ou gilet encordé à emporter avec soi.

    :cool:
     
  9. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Je m'interroge sur cette phrase Hibou : Une juste bienveillance doit suffire

    Quel est pour toi la valeur de la juste bienveillance ?
    Qui peut dire au fond ce qui est juste ou pas ?

    Je suis quelqu'un de très empathique et je ferme bien souvent ma bouche a ce que je peux voir et qui pourtant m'est dicté

    Je ne peux pas vraiment dire que c'est juste les paroles de la personne qui me font réagir , c'est aussi ce que j'entends

    En fait je pense que celà double la sensation du ressentit et mène direct à une émotion qui peut être accompagné par des réactions physiques, frissons, froid, chair de poule, bouffée de chaleur, étouffement, toux etc

    Celà est varié selon l'énergie de la personne...elle me parle de différentes façons à la fois

    J'ai ses paroles, ses gestes, comme vous et j'ai aussi ce que j'entends et la réaction de mon corps

    Ma protection ? Moi m'aime par ma foi.

    Si j'ai ça c'est pas pour rien et si les gens viennent c'est qu'ils sont guidés à moi, en bref, pas de hasard , cette COmPASSION m'habite naturellement puisqu' INnée
     
  10. hibou13

    hibou13 Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Messages:
    1554
    J'aime reçus:
    414
    Points:
    4880
    Quel est pour toi la valeur de la juste bienveillance ?

    trouver la meilleure attitude pour aider l'autre sans se plomber soi-même :
    J'ai pas mieux que surderien pour te répondre
    Remplacer le mot juste par l'idée d'équilibre peut être.
    Le thérapeute n'est ni le meilleur ami, ni le curé, ni là pour pleurer avec le client, ni là pour valider...
    Mais il n'est ni hautain, ni indifférent, ni donneur de leçon, ni dans le jugement ...non plus
     
Chargement...