1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Controler !!

Discussion dans 'Sophrologie - Bien être et Développement Personnel' créé par Siff, 20 Mai 2007.

  1. Siff

    Siff Membre

    Inscrit:
    20 Mai 2007
    Messages:
    1
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    830

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    J'ai trop envis de controler les gens :( , je veux dire par exemple , essayer d'hypnotiser quelqu'un et le pousser à faire quelque chose.

    Ps : je veux apprendre ceci juste pour essayer de diriger les gens que j'aime dans le bon sense . par exemple , je veux que mon père arret la clope ...
     
  2. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Et pourquoi déresponsabiliser les gens que tu aimes ? Chacun a son cheminement...

    Pour cheminer dans la compréhension de ton désir voici une jolie histoire :

    Les trois portes de la sagesse

    Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès
    d'un Vieux Sage.

    "Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda le Prince.

    "Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche
    pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi."

    Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.

    Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire

    "CHANGE LE MONDE"

    "C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas." Et il entama son
    premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

    Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :
    "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas".
    "C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise." Et il disparut.

    Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire

    "CHANGE LES AUTRES".

    "C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration." Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent.

    Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :
    "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactionset de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses."
    "Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers
    ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir." Et le Vieil Homme disparut.

    Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots

    "CHANGE-TOI TOI-MEME".

    "Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire," se dit-il. Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser."

    "C'est bien," dit le Sage.

    "Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise." "C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple
    e chemin parcouru." Et il disparut.

    Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait

    "ACCEPTE-TOI TOI-MEME."

    Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens. "Quand on combat
    on devient aveugle, se dit-il." Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui :
    ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer.
    Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

    "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même.
    J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement."

    "C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte."

    A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut

    "ACCEPTE LES AUTRES".

    Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il étaitmaintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

    Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" demanda ce dernier.
    "J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux.
    J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement."
    "C'est bien," dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse.
    Tu peux franchir à nouveau la 2ème porte.

    Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut

    "ACCEPTE LE MONDE".

    Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard ?
    Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

    "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde.Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement."

    C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde." Un profond sentiment
    de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita.

    "Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence".

    Et le Vieil Homme disparut.
     
  3. natacha911

    natacha911 Membre

    Inscrit:
    19 Mai 2007
    Messages:
    6
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1060
    Elle est effectivement très jolie... Merci de l'avoir partagée avec nous...
     
  4. Joey

    Joey Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Messages:
    258
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1590
    est un mot trop fort et qui fait peur.

    "influencer positivement quelqu'un pour qu'il s'améliore" auraient été des termes plus judicieux pour faire passer ton message et justifier ton intention positive.
    C'est ce que le thérapeute fait, c'est ce que l'enseignant fait, c'est ce que chacun essaye de faire avec les gens qu'il aime, car cela s'appelle aussi "aider quelqu'un".

    D'ailleurs tu peux remercier Magicstarlight pour sa réaction et sa jolie histoire car il a essayé de t'aider et ceci va sans doute t'influencer dans ta démarche.

    Sachant aussi que cette aide, ce conseil, cette histoire, possède quelque part son opposé, son inverse, son contraire, histoire qui mele l'action au changement positif plutôt que l'acceptation inconditionnelle de tout, et histoire qui peut être toute aussi jolie à entendre.
     
  5. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Le "con trop laid" fait peur en effet mais à juste titre, non ?

    Car n'est-ce pas une illusion du mental que le con-trôle ?

    L'influence positive oui, avec toute la patience du jardinier qui sème les graines sans attendre quelque chose de chacune d'elles....Se détachant de son geste dès que celui ci est acomplis...Et comtemplant le coeur heureux les fleurs et les fruits de ces graines mûries. Le jardinier accompagne ses graines mais ne les possède pas...

    Contrôler sa graine comment faire ? La déterrer chaque jour pour voir ce qu'elle devient ?Et ainsi ne pas la laisser grandir à son rythme ? Peut être même l'anéantir en croyant bien faire....

    Agir et non réagir, être présent, fuir sa sécurité...La souplesse de l'esprit...
     
  6. nicog

    nicog Membre

    Inscrit:
    10 Novembre 2005
    Messages:
    128
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Localité:
    lyon
    francis lalanne est sur le forum :lol: bienvenue
     
  7. Joey

    Joey Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Messages:
    258
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1590
    L'évolution naturelle d'une graine est de donner un fruit.
    Quelle est l'évolution naturelle d'une phobie? de se renforcer :!:

    L'homme n'est pas une fleur et c'est tant mieux car l'homme à la faculté d'apprendre et apprendre rapidement même.

    Pas de contrôle total, mais d'influence.
    Isoler des parametres, agir sur eux, pour arriver à notre but, l'amélioration mentale de la personne.
    Mettre la graine dans de la bonne terre, couper les mauvaises herbes autour, placer les graines idéalement par rapport au soleil, rajouter dans la terre quelques nutriments favorisant sa croissance, éloigner les petites betes dévoreuses, arroser régulièrement...
    N'est ce pas ce que fait un bon jardinier :?:
     
  8. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    J'utilisais la graine pour symboliser l'influence, non l'humain donc oui,
    Par contre vouloir absolument faire pousser ses graines dans la terre d'un jardin voisin...J'ai des doutes sur les réactions du voisin s'il s'en aperçoit...A moins de les semer secrétement et anonymement...L'influence positive : tout un art pour ne pas braquer l'égo et respecter l'écologie de chacun...

    Au fait, sommes nous bien ici dans une optique de partage et de respect ?
     
  9. ArtOfInfluence

    ArtOfInfluence Membre

    Inscrit:
    5 Février 2007
    Messages:
    86
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1560
    Localité:
    Belgique
    Tu as raison de vouloir que ton père arrête la clope, et d'essayer de trouver des moyens de l'influencer dans ce sens. C'est bon pour lui et pour les autres. S'il est du genre à ne pas vouloir reconnaître le tort que ca lui fait et aux autres, organise une visite dans un service ce cancérologie pour lui montrer des mourrants en phase terminale.
    Tu trouveras plein de ressources sur internet pour t'aider, mais si tu es débutant, essaye simplement de et
    1. lui faire expliquer sa première expérience avec la cigarette, comme c'est dégueulasse (avec tous les détails du ressenti)
    2. lui rappeler sans cesse tout ce qu'il ne sait déjà plus faire ou qu'il ne pourra bientôt plus faire(courir, bander, sourire avec de belles dents blanches...)
    3. lui rappeler sans cesse que ses petits enfants qui ne voudront pas venir lui rendre visite parce que ca pue....
    de 1 à 3 c'est le bâton. Pour la carotte s'il arrête
    4. Tout ce qu'il va économiser
    5. Les années de vises en bonne santé qu'il se réserve
    6. l'admiration de son fils d'avoir pu surmonter une telle épreuve que d'arrêter à fumer.
    7. etc, etc, etc...

    Un petit conditionnement de base quoi!

    Sinon Derren Brown raconte dans un doc comment il s'y est pris avec un ami, cherche sur internet ou achète son livre, ca te donnera des idées.
     
  10. Paul Elie

    Paul Elie Membre

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    Messages:
    4347
    J'aime reçus:
    21
    Points:
    3530
    Localité:
    lacaune
    le bon sens ...n'est ce pas un peut prétentieux de prétendre avoir la vérité? le bon sens?
    et si vous étiez dans l'erreur?
    vous semblez vouloir quelque chose d'impossible:
    contrôler les autres...
    ce qui est un langage fasciste.
    vous semblez avoir des problèmes vous même avec la colère peut être?
    il serait beaucoup plus efficace pour vous de montrer l'exemple au lieu d'essayer d'asservir, car vous rencontrerez des obstacles a votre besoin de contrôle.... et vous attirez des inimitiés.
    votre père a peut être un problème avec la clope, et vous avez vous un problème avec votre père?
    la solution serait de lui interdire de fumer en votre présence... ou de refuser d'être avec lui tant qu'il ne respectera pas votre désir de ne pas être intoxiqué par sa fumée!
    plus efficace a mon avis.
    oublier cette histoire de contrôle... l'hypnose est a l'antipode du contrôle
    l'hypnose est le contraire du contrôle( sur les autres!)
    c'est une reprise en main du self control.
     
Chargement...