1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

CR de séance de PNL 3/6: positions de perceptions et pardon

Discussion dans 'PNL et Modélisation' créé par corfinas, 29 Juin 2010.

  1. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Hello,

    Voici un troisième extrait de mon mémoire de maitre praticien en PNL. C'est un compte-rendu de séance que j'ai menée. C'est une séance de PNL "classique", le cas traité était à mon avis plus proche du développement personnel que de la thérapie étant donné que le thème général était "la PNL au service de l'expression scénique" mais les techniques sont transposables.
    Bonne lecture.


    Christine, bientôt 50 ans, fait du théâtre depuis plusieurs années mais cette année, dans la troupe, il y a du nouveau.

    En effet, de nouveaux membres sont arrivés, très « libres », très « extravertis », ils sont souvent dans une ambiguïté, entre humour et jeu de séduction, rire et allusion sexuelle. Cela mets Christine mal à l’aise, elle rentre « dans sa coquille » et se sent « coincée ». Par rapport à cela, elle veut arriver à se « dégager », se « sentir libre », « lâcher prise ».

    Cet objectif dépend d’elle, s’octroyer ce droit à la liberté. Elle se demande d’où viennent ces contraintes internes : « De l’éducation ? » On fait ensuite la différence entre deux objectifs potentiels : d’un coté, « se lâcher », elle, et de l’autre, se sentir bien quand les autres « se lâchent ». Christine préfère travailler sur son lâcher-prise à elle. Elle espère aussi que le lâcher-prise dans le cadre du théâtre lui permettra aussi de lâcher prise dans d’autres domaines de sa vie. Cela lui apporterait de la connaissance de soi, une facilité à créer des liens avec les autres plus rapidement. Ce qui contribue à son bien-être, à sa sérénité, à son bonheur.

    L’inconvénient potentiel pourrait être un rejet des autres si elle se lâchait trop. Cela dit l’objectif reste d’être soi-même, de lâcher prise, malgré cette peur du regard des autres. Je lui demande depuis quand date cette peur du regard des autres : « Cela vient-il du passé ? Justement de l’éducation ? »

    « Tiens c’est curieux » me dit-elle, « Je suis de petite taille (ndr : environ 1m50), et constamment, j’ai entendu des réflexions sur ma taille, toute ma vie, depuis que j’ai 5 ou 6 ans, même encore maintenant et moi ça me donne le sentiment de ne pas être acceptée, d’être rejetée. » Et justement un des nouveaux arrivants dans la troupe du théâtre, Bernard, lui a fait une réflexion qu’elle ne comprend pas : « Ah ben tiens, t’as pas grandi depuis la dernière fois ! » Que des enfants ou des ados puissent ne pas être très tendres entre eux, elle arrive à le comprendre mais de la part d’adulte, là vraiment elle ne comprend pas, d’autant plus venant d’un homme d’une quarantaine d’année, elle trouve cela irrespectueux. Cela lui renvoie un message désagréable : « T’as pas le droit d’être toi-même. »

    Je lui propose alors deux pistes de travail, soit « revenir » dans le passé à l’âge où elle était enfant et faire un travail à ce niveau là pour en bénéficier aujourd’hui, soit de travailler sur le présent, par exemple, sur la réflexion : « Ah ben tiens, t’as pas grandi depuis la dernière fois ! » Elle préfère travailler sur la situation actuelle, ça l’interpelle plus, le ton de sa voix monte quand elle me reparle de la réflexion de Bernard. Je choisis alors de travailler sur les positions de perception.

    On se lève donc et on place sur le sol de la pièce trois papiers : un pour sa position à elle, un pour Bernard et un pour une position de recul, une position « neutre », méta.
    Les trois papiers forment un triangle équilatéral d’environ 2 mètres de côté.

    Je place Christine sur son papier à elle et je l’invite à se plonger dans la situation de la réflexion : « On est près de l’entrée, on arrive pour se dire bonjour … Bernard arrive et dit, en guise de bonjour : « Ah ben tiens, t’as pas grandi depuis la dernière fois ! ». » Elle me dit qu’alors, ça la prend aux tripes, elle fait un effort pour intégrer ces nouveaux, pour que tout se passe au mieux et elle entend cette réflexion, ça ne va pas.

    On va ensuite sur la position méta, on est extérieur, on voit Christine et Bernard de l’extérieur. Bernard rit, il sourit alors que Christine a l’air comme « flashée ».

    Ensuite je place Christine dans le rôle de Bernard, je l’invite à parler à la première personne en tant que Bernard, Christine prend une voix grave, une démarche un peu « masse toc » et dit : « Ok, je suis Bernard, je suis rustique mais je m’en fous, je veux qu’on m’accepte comme je suis, j’ai envie de m’imposer, d’être comme je suis. » Je l’invite à continuer : « Bon alors Bernard, tu arrives, tu vois Christine, tu lui dis : « Ah ben tiens, t’as pas grandi depuis la dernière fois ! » … Qu’est ce que tu ressens ? Qu’est ce que tu veux quand tu dis ça ? » Christine dans le rôle de Bernard me répond qu’elle a envie de faire rire les autres, de détendre l’atmosphère, de montrer son humour. Cela lui apporte un sentiment d’être important, d’exister : « Si les gens rient, ils m’aiment. »

    On retourne en position méta, après avoir vu les deux points de vue, on voit que Christine et Bernard ont des histoires différentes. Bernard, foncièrement très gentil, a besoin d’être aimé malgré sa maladresse. Christine, elle, entend depuis toujours des réflexions sur sa taille.

    On repasse dans la position de Christine et je la replace dans la situation : « Tu es vers l’entrée, Bernard arrive … » Christine me donne des explications rationnelles à la situation : « Bernard a besoin d’attirer l’attention mais quand même il y a des limites à l’humour, on doit avoir de la finesse. »

    On retourne alors en position méta pour enrichir le jeu de rôle. Si Bernard manque de finesse, on va aller lui en apporter. Je demande si c’est bien cela qui manquerait à Bernard dans la situation. Christine s’étonne qu’on puisse aller apporter une ressource à Bernard : « Il n’est pas là ! » Je précise alors que c’est un jeu de rôle et que je pense que ça va être enrichissant et intéressant de le faire. Christine accepte de se prêter au jeu et cherche donc les ressources, que, à son avis, il faudrait à Bernard : « Finesse, discernement, d’accord, il a besoin d’être aimé, sa stratégie c’est l’humour mais il faut de la finesse, du discernement. » Comme le besoin de se sentir aimé ressort, après vérification des besoins de Bernard, je décide de faire un empilement d’ancre sur deux ressources : finesse/discernement et sentiment d’être aimé. Je demande donc à Christine de chercher une expérience dans sa vie où elle a fait preuve de finesse et de discernement. Après réflexion, elle retrouve le souvenir d’une situation difficile dans l’éducation de son fils, elle me donne quelques détails, et je l’invite à se replonger dans cette situation au moment où elle a fait preuve de cette finesse et de ce discernement, elle s’associe à ce souvenir, j’ancre avec ma main sur son épaule. On passe ensuite à la deuxième ressource, le sentiment d’être aimé, là, c’est très rapide, elle retrouve vite un souvenir, ferme les yeux et a le visage illuminé, j’ancre aussi avec ma main sur son épaule, pour créer une « super » ressource mélange de finesse, de discernement et du sentiment d’être aimé.

    Puis on repasse sur la position de Bernard, j’invite Christine à se replonger dans le rôle de Bernard, retrouver la démarche « masse toc ». On se replonge dans la situation vers l’entrée du théâtre et je réactive l’ancre. Je demande à Christine de revivre la scène avec la « super » ressource en plus. La scène change, Bernard arrive, il sort la même blague « Ah ben t’as pas grandi depuis la dernière fois ! » et ajoute un message positif du genre : « Mais ça tombe bien parce que j’aime bien les petit’s bouts d’femmes ! » Christine, sortant du rôle de Bernard, rigole puis semble assez perdue dans ses réflexions : « C’est un exercice intéressant et en même temps irréel … enfin pas si irréel que ça … »

    Pour finir, on retourne voir le point de vue de la position de Christine, je précise que la ressource nous a enrichis même quand on retourne à sa position à soi. Christine voit maintenant clairement le comportement de Bernard comme un appel à affection.

    Je conclue en faisant un pont vers le futur. Je demande à Christine d’imaginer la prochaine répétition au théâtre : « Bernard arrive … » Christine me dit que son regard sera complètement différent sur Bernard, elle pense aller vers lui, lui faire un geste d’affection, le prendre par l’épaule ou le bras par exemple.

    Elle me confie qu’elle a trouvé cet exercice très intéressant et assez surprenant par son résultat. Elle me semble très satisfaite, elle est très souriante. Fin de la séance.
     
  2. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    supert,
    donc en gros par la suite, chaque fois que l'on se serviras de son problème de verticalité elle en trouveras bien-être, discernement et finesse!
    le tout avec un geste d'affection

    ce qui va inciter Bernard a continuer

    superbe
     
  3. ludo_b

    ludo_b Membre

    Inscrit:
    14 Avril 2010
    Messages:
    82
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1260
    Merci de partager ces séances avec nous :)
    Par contre, même si Bernard a besoin de reconnaissance il ne recherche pas forcément de l'affection.
    Il se pourrait qu'il garde sa cuirasse et n'apprécie pas ces marques d'affection qui pourraient justement "stigmatiser" sa faiblesse. Elle va donner à Bernard ce qu'il attend mais en utilisant sa carte à elle, son mode de fonctionnement et ses "attentes".
     
  4. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Hello Ludo et Jean,

    En fait c'est le double effet kiss cool de cette technique, c'est qu'effectivement on fait une projection sur la carte du monde de l'autre à partir de notre carte. Et justement ça nous montre les creux de notre carte à nous et les comble. A mon avis, il est probable qu'elle ne lui fera pas de geste d'affection, mais par contre, à mon avis, elle restera secure devant Bernard et par effet de systémique je pense que Bernard va changer aussi.

    a+
     
  5. Métaphore

    Métaphore Invité

    Donc j'ajoute mon grain de sel et je suis quand même d'accord avec Ludo, même si je comprends ce que vous dites sur le coté sécure devant Bernard... car comme disait Ludo, Bernard risque de ne pas apprécier son geste affectif et de nouveau Christine va se retrouver en position de "rejet"...

    D'ailleurs dans cette phase :


    :arrow: Christine dans le rôle de Bernard me répond qu’elle a envie de faire rire les autres, de détendre l’atmosphère, de montrer son humour. Cela lui apporte un sentiment d’être important, d’exister : « Si les gens rient, ils m’aiment.

    On peut se demander si vraiment elle est dans le rôle de Bernard, si ce ne sont pas ses propres émotions à elle ou bien son ressenti qu'elle a de Bernard ?... :roll:
     
  6. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6095
    J'aime reçus:
    450
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    le principe d'apprendre du jeu de rôle à quelqu'un de "pro" du théatre a quelque chose d'étonnant !

    pas étonnant que çà déclenche du truc !

    génial !
     
  7. Métaphore

    Métaphore Invité

    Je viens de relire la séance, et il est possible que l'effet systémique sera suffisante..

    Néanmoins le "rejet" ressenti de part sa petite taille est très vite remontée quand vous lui avez évoqué le passé ? donc c'est qqchose de bien ancrée pour elle et se sent donc agressée dès qu'on lui renvoie ce schéma à la figure.

    Mais pour une seule séance, c'est bien menée.

    Combien de temps dure une séance en général ?

    Une question, que pensez vous si on avez mis en scène les mêmes personnages mais d'une façon dissociée, c'est à dire la mettre en hypnose et qu'elle visualise une scène de théatre, et voir Chistine et Bernard jouer au lieu d'un jeu de rôle ?



    PS : Au fait vous avez des nouvelles de la personne du 2ème CR ?
     
  8. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    beau boulot !

    attendons les résultats avant de se perdre en conjectures...
     
  9. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Hello,

    Merci pour vos compliments.

    En fait, à mon avis, c'est ses projections à elle mais la technique marche avec ça justement. Je l'ai testé sur moi cette technique et c'est nos manques à nous qui nous arrivent et que l'on traite et c'est bien le but finalement.

    Là on a fait un pas, en une séance d'une heure. A un moment je lui tends une perche pour voir jusqu'où on va aujourd'hui:

    Je lui propose alors deux pistes de travail, soit « revenir » dans le passé à l’âge où elle était enfant et faire un travail à ce niveau là pour en bénéficier aujourd’hui, soit de travailler sur le présent, par exemple, sur la réflexion : « Ah ben tiens, t’as pas grandi depuis la dernière fois ! » Elle préfère travailler sur la situation actuelle, ça l’interpelle plus, le ton de sa voix monte quand elle me reparle de la réflexion de Bernard. Je choisis alors de travailler sur les positions de perception.

    Et elle choisis l'option sur la situation actuelle et moi je l'accompagne dans cette direction.

    Non et de celle ci non plus, dés que/si j'en ai je vous le dirai.

    a+
     
  10. Métaphore

    Métaphore Invité

     
Chargement...