1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

CR de séance de PNL 5/6: reimprinting

Discussion dans 'PNL et Modélisation' créé par corfinas, 10 Juillet 2010.

  1. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Hello,

    Voici un cinquième extrait de mon mémoire de maitre praticien en PNL. C'est un compte-rendu de séance que j'ai menée. C'est une séance de PNL "classique", le cas traité était à mon avis plus proche du développement personnel que de la thérapie étant donné que le thème général était "la PNL au service de l'expression scénique" mais les techniques sont transposables.
    Bonne lecture.


    Antoine est formateur, il a 36 ans et pratique le théâtre amateur, il voudrait transmettre le plus possible son émotion quand il est sur scène.

    Je commence par une détermination d’objectif, l’objectif d’Antoine est : « Incarner mon message ».

    Quand je vérifie ce qui dépend d’Antoine dans cette objectif, il répond que selon l’environnement, les gens présents, il peut avoir plus où moins de mal à exprimer ses émotions, je recadre alors en disant que c’est l’environnement qui provoque chez lui une réaction, réaction qui lui facilite ou non l’expression de ses émotions, mais que dans tous les cas, ça passe par lui. Je continue en disant que nous allons, tout en tenant compte de l’environnement, travailler avec la partie de l’objectif qui dépend de lui. Antoine est d’accord avec cela.

    Ce que lui apporterait d’incarner son message c’est de la sérénité, de la paix, de la tranquillité, de la plénitude et puis du plaisir, de la passion. Quand il parle du plaisir et de la passion, son ton de voix change, il est alors, à mon avis, en contact avec des choses importantes pour lui. Il ajoute qu’il se sentirait alors le vecteur, le médium d’un message qui le dépasse.

    Pour les critères spécifiques de l’objectif réussi, Antoine évoque alors un souvenir d’une formation particulièrement réussie où son objectif était rempli pour lui. Il racontait une histoire, les gens l’écoutaient, c'est-à-dire certains souriaient, certains yeux brillaient, ils posaient des questions (ce qui est selon Antoine un signe d’intérêt). Lors de cette formation il avait proposé un découpage, collage, coloriage et le fait de voir que certains participants à quatre pattes par terre en train de faire leur coloriage était également pour lui un signe d’implication des participants, un résultat de sa bonne expression de son message. Au niveau interne, il ressent alors une espèce de chaleur, il a l’impression que tout est bien et d’avoir réussi quelque chose.

    La vérification de l’écologie ajoute qu’il ne faut pas trop en faire, c'est-à-dire qu’il faut incarner le message de façon juste, afin de ne laisser personne sur le bord du chemin. Pour cela Antoine souhaite rester à l’écoute afin de recaler son expression et rester dans la justesse.

    Quand je lui demande quels seraient les obstacles qui l’empêcheraient d’incarner son message, tout en restant juste, Antoine me répond qu’il a du mal à faire sortir les émotions. Je lui demande ce que cela signifie quelqu’un qui fait sortir facilement ses émotions. Antoine rigole … et me dit que c’est quelqu’un de « pas solide ». Il me dit qu’il a un souvenir qui lui revient et recadre tout seul ce qu’il vient de dire en ajoutant qu’il pense aussi que quelqu’un qui pleure, c’est une chance.

    Avant de revenir sur ce souvenir, je lui demande alors si c’est un peu comme si une partie de lui pensait que quelqu’un qui exprime facilement ses émotions est quelqu’un de « pas solide » et une autre partie de lui qui pense que c’est une chance. Antoine répond que non, que ce n’est pas au même niveau. Je laisse donc la piste du squash visuel de coté pour revenir au souvenir.

    Antoine se souvient que quand il était petit, 5 ou 6 ans, il jouait au ballon avec ses camardes dans la cour de l’école et que le jeu c’était de tirer le plus fort possible des penaltys. Il se souvient de dire aux autres : « Moi je ne tire pas de toutes mes forces sinon ça serait trop. » Et puis il continue le jeu en tirant fort mais sans y mettre vraiment toutes ses forces. Je lui demande ce que ça aurait fait de tirer vraiment de toutes ses forces, il répond qu’il aurait alors pu montrer ses faiblesses.

    J’explique à Antoine que nous allons travailler à partir de ce souvenir, je lui demande de se lever et de placer une ligne de temps sur le sol de la pièce, comme une frise chronologique qui représenterait sa vie avec le passé, le présent et le futur. On se place à coté de cette ligne, sur une position de prise de recul, méta, je lui demande ce qu’il lui aurait fallu à cet époque pour que ça se passe autrement, il me dit que c’est ses parents, qui selon lui, ne lui ont pas assez apporté de sentiments de protection pour qu’il puisse se sentir suffisamment confiant à l’extérieur de chez lui. On choisit de commencer par sa mère et, si cela n’était pas suffisant, on prendrait son père après. Je lui demande quelle ressource sa mère aurait pu avoir pour remplir son besoin de protection à lui. L’amour maternel, associé, pour lui, à une attention, à des câlins, ressort comme la ressource insuffisamment présente. Je l’invite à chercher en lui ce qui pourrait ressembler le plus à de l’amour maternel. Il me parle de sa petite nièce, quand il s’en occupe, il se sent bien, il joue avec elle, en me racontant cela Antoine fait de grands sourires, ses yeux sont grands ouverts. Cela me semble convenir et je propose à Antoine de s’associer encore plus à se souvenir et d’ancrer cet état.

    On va ensuite sur la ligne de temps en se plaçant dans le rôle de sa mère, un peu avant la séance de penalty, on active alors l’ancre ressource, je lui parle comme s’il était sa mère : « Bonjour madame … vous êtes la mère d’Antoine … il a 5 ou 6 ans, vous êtes pleine de cet amour maternel …vous vous occupez de lui … il va aller à l’école jouer au ballon avec ses camardes... » Antoine a les yeux fermés, ses paupières tremblent. On change alors de position, Antoine reprend son propre rôle pour sentir cette mère avec cette nouvelle ressource plus forte en elle, il ressent la différence et dit qu’il se sent plus confiant. On avance alors un tout petit peu sur la ligne de temps pour arriver dans la cour de l’école, le ballon est là, les camardes attendent qu’Antoine tire son penalty, il ne dit rien, il tire de toutes ses forces : « Je me lâche, ça fait du bien le défoulement … » Grand sourire.

    On avance ensuite sur la ligne de temps en gardant cette sensation de confiance, de défoulement. D’autres souvenirs ressortent alors :

    Antoine est étudiant et il a une petite amie. Un autre étudiant, qui est au courant, invite la petite amie d’Antoine à dîner au restaurant, quand il l’apprend, il est plein de colère. Provocations et bagarres continuent le souvenir. En reculant un peu sur la ligne de temps pour se reconnecter à la confiance et au défoulement qui résultait de la séance de penalty, Antoine arrive alors dans d’autres conditions à cette époque de sa vie. Il me dit qu’alors il établit d’autres relations avec les autres étudiants, étant plus confiant, une sorte de respect est plus présent, il se sent soutenu et l’autre étudiant n’invite plus sa petite amie à dîner.

    On continue, ainsi, sur la ligne de temps pour arriver à l’époque où Antoine fait du théâtre, il doit préparer une scène avec d’autres, la préparation tourne au vinaigre, chacun voulant prendre ce qui l’arrange, sans négocier avec les autres. Antoine ne dit rien sur le moment et après coup, envoie un courriel à ses camarades, plein de rancune et colère. En se reconnectant à la confiance et au défoulement, Antoine crève l’abcès dés le début de la préparation.

    Antoine semble très satisfait de ces changements, il sourit. Il sort de la ligne de temps. Fin de la séance.
     
  2. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    excellent travail. le titre est tout à fait approprié.
     
  3. Paul Elie

    Paul Elie Membre

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    Messages:
    4347
    J'aime reçus:
    21
    Points:
    3530
    Localité:
    lacaune
    bienvenue au club!
    il est des nôtres....
    pourquoi les belles histoires ne finissent jamais dans une note triste?

    je vous nomme éditeur en chef du gros bouquin que nous allons peut être ecrire....je suggère un titre....
    la vie des grands fauves sous hypnose.
    ou peut être pas!
    un nouveau code? .....de conduite pour les nouveau venus?!!!!!!!

    le concombre masqué.je vais changer d'avatar.
     
  4. Métaphore

    Métaphore Invité

    :roll: Corfinas, je me demandais si les commentaires apportés vous aide vraiment et objectivement ? ...

    Perso, je ne reprendrais que votre présentation de la séance en soulignant qu'effectivement il ne s'agit pas de thérapie mais juste d'un recadrage, donc mon commentaire sur cette séance s'arrêtera simplement à une petite correction de la phrase ci-dessous :

    :arrow: il me dit que c’est ses parents, qui selon lui, ne lui ont pas assez apporté de sentiments de protection pour qu’il puisse se sentir suffisamment confiant à l’extérieur de chez lui..

    Pas à l'extérieur, mais à l'intérieur, la confiance est une ressource intérieure qui agit sur l'extérieur, mais peut être la phrase était-elle mal tournée ?... :roll:

    Je rajouterais que l'ancrage ressource (pièce nièce) était bien amené, par contre, pour moi, le superposer sur sa mère n'était pas nécessaire et peut être même pas réalisable. Imaginez que Antoine nourrisse inconsciemment un sentiment de colère ou tout autre sentiment négatif envers sa mère, cela est donc difficilement transposable. Cela reste une possibilité et non une affirmation...
     
  5. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    - Merci Valikor et Paul, oui, Métaphore, les compliments aident, que cette aide soit subjective ou objective, peu m'importe.

    - La confiance est une ressource intérieure, tout à fait d'accord, c'est la phrase qui vous a mis le doute.

    - A mon avis le sentiment négatif d'Antoine envers sa mère c'est justement cette impression de ne pas avoir donné suffisamment de protection d'où l'ancrage.
     
  6. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    je commenterais plus en détails plus tard.

    au passage : le recadrage bien mené est de la vrai thérapie.
     
  7. Métaphore

    Métaphore Invité

    J'ai bien compris le sentiment d'Antoine envers sa mère, mais ce sentiment de manque de protection enclenche beaucoup d'autres émotions sous-jacentes, mais bon... nous aurons toujours un peu de mal à nous comprendre vu que nous n'appréhendons pas les choses de la même manière... Mais je comprends ce que vous faites, néanmoins je maintiens ce que j'ai toujours dit à ce sujet.. :oops:
     
  8. Paul Elie

    Paul Elie Membre

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    Messages:
    4347
    J'aime reçus:
    21
    Points:
    3530
    Localité:
    lacaune
    eh bien notons!
    le nlp est un outil fantastique en lui même.... mais encore plus efficace
    si "administré en transe profonde!
    ce qui semble avoir été le cas ici!
    alors les choses s'accélèrent et s 'intensifient , deviennent définitives.
    on a pas besoin de faire de détails dans les sous jacences.... car un nouveau réseau...outil de fonctionnement est installé.
    ce qui va prendre en charge, remplacer un court circuit compliqué et chargé des symptômes, par la simplicité sans les effets secondaires!

    notre analyse s'il y en a une! a ce point ne compte plus...
    l'outil performant son application....on se détachera très vite de la psychologie....pour rentrer dans un autre paradigme
    celui de la théorie que vous apprenez et qui va vous désintoxiquer...
    avant que vous vous en débarrassiez!
    il faut payer ces pauvres formateurs...?

    plus vous pratiquerez.... et plus le choses vont se recentrer
    et vous decouvrerez la simplicité!
    en attendant you are a pain in the ass!
     
  9. Métaphore

    Métaphore Invité

    Mais oui Paulélie, rassurez vous comme vous pouvez...et surtout n'essayer pas de voir ou comprendre qu'il peut y avoir des lacunes dans vos pratiques, cela risquerait de vous déstabiliser... :lol:
     
  10. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Que vouliez vous donc dire ? Vous parlez de quels commentaires ?
     
Chargement...