1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

CR de séance PNL 1/6: négociation entre parties et métaphore

Discussion dans 'PNL et Modélisation' créé par corfinas, 13 Juin 2010.

  1. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Hello,

    Voici un premier extrait de mon mémoire de maitre praticien en PNL qui vient d'être validé par l'Ifpnl. C'est un compte-rendu de séance que j'ai menée. C'est une séance de PNL, mêlée avec de l'hypnose "conversationnelle", le cas traité était à mon avis plus proche du développement personnel que de la thérapie étant donné que le thème général était "la PNL au service de l'expression scénique" mais les techniques sont transposables. Bonne lecture.


    Sandrine a environ 30 ans, elle pratique le théâtre, entre autres, pour faire comme une « soupape » dans sa vie et l’aider sortir de son travail prenant.

    Son objectif est justement lié à la frontière entre son travail et le théâtre. Elle souhaite, juste avant les répétitions et les spectacles, arriver à plus faire le vide, se décharger de ses préoccupations et des émotions liées au travail. Ainsi, se décharger pour être « neutre » lui permettrait de charger ensuite les émotions du personnage, sans résistance, naturellement. Quand elle y arrive, elle arrive alors à « être » le personnage et là c’est « juste magique », « wahou » « c’est le plaisir du jeu » me dit-elle, le visage comme éclairé : yeux grands ouverts, front lisse et mâchoires relâchées. En plus du plaisir, cela lui apporte une grande satisfaction personnelle.

    Les autres n’interviennent pas dans cette problématique. L’inconvénient d’atteindre son objectif serait d’être dans un état de relâchement total qui pourrait être associé à une perte d’énergie et d’efficacité dans sa vie en général. Cet inconvénient est tout de suite relativisé car elle me dit qu’en ce moment elle est plus relâchée, notamment au travail, et que cela se passe tout aussi bien, voire mieux. L’obstacle serait lié à la difficulté de faire un sas entre le travail et le théâtre.

    Les territoires de sa partie professionnelle et de sa partie comédienne semblent parfois difficiles à situer, une négociation entre parties semble adaptée. En l’invitant à se centrer pour être plus en contact avec chacune de ses parties, Sandrine arrive à me donner les fonctions positives, les buts recherchés par chacune de ses deux parties.

    D’un coté, la partie travail, qui cherche l’efficacité, l’excellence, lui donne de la reconnaissance de soi, de la confiance qui mène à un bien-être, une détente.

    De l’autre coté, la partie comédienne, est comme un rappel à l’ordre dans sa vie, une soupape, qui lui permet de « sortir du trou », lui procurant détachement, lâcher-prise. Cela lui donne du plaisir et une sensation de complémentarité dans sa vie, ainsi, elle ne se sent pas enfermée, elle garde des voies, s’autorise à se donner du temps libre. Les choix, les opportunités, la liberté contribuent alors à son bien-être, à son bonheur.

    Reconnaissant que ces deux parties portent des fonctions positives et importantes pour elle, elle admet que chacune de ses deux parties accepte de laisser la place à l’autre dans son domaine d’activité, à condition que l’autre fasse de même, c'est-à-dire que chacune intervienne uniquement dans son propre domaine.

    Sandrine me dit alors qu’il se passe quelque chose, désignant son front et son ventre, elle dit : « C’est plus zen. » Son regard me semble perdu dans le vague.

    Pour renforcer le résultat, je propose alors à Sandrine de se détendre sur sa chaise et se plonger dans le contexte du sas temporel et géographique, entre le travail et le théâtre. Elle se rend aux répétitions « un petit bout à pied, un petit bout en métro, il y a les gens, l’air, le fait de marcher, des fois je mange un peu ». En l’associant à ce contexte, elle ferme les yeux, je lui propose d’imaginer une valise, dans laquelle on dépose tout ce qui sert au travail et qui est inutile au théâtre : les dossiers, les ordinateurs, les téléphones, les collègues … C’est une valise magique, une valise de théâtre … La valise une fois remplie peut être déposée à l’entrée du théâtre, ou sur le chemin vers le travail, la valise est en sécurité, tout le monde retrouve toujours sa valise, elle ne contient des choses importantes que pour nous …

    En revenant ici et maintenant, un peu émue, elle me dit que ça été difficile au début de mettre les choses dans la valise, elle ne voulait pas et puis ma voix l’accompagnant, elle a rempli la valise, et puis après elle a ressenti un apaisement, elle désigne son plexus. « C’est une jolie image » dit-elle. « C’est chouette, je pourrai même m’en resservir après une journée de travail normale quand je rentre chez moi. »
    Grand sourire, fin de la séance.
     
  2. Métaphore

    Métaphore Invité

    Bravo Corfinas pour votre validation.

    Donc ce mémoire reprend l'intégralité d'une séance menée en face à face, c'est bien ça ?

    Effectivement, cette séance ressemble plus à de l'hypnose conversationnelle, néanmoins à un moment donné j'ai eu l'impression que vous vous engagiez vers les états du moi, mais vous n'avez pas été jusqu'au bout, je me trompe ? ou n'étais ce pas votre but ?

    Car je me demande comment un déclic a pu se faire s'en laisser s'exprimer réellement ces 2 parties dont elle vous fait part.

    :arrow: Sandrine me dit alors qu’il se passe quelque chose, désignant son front et son ventre, elle dit : « C’est plus zen. » Son regard me semble perdu dans le vague.

    Une question : n'était-ce pas intéressant de savoir ce qu'exprimait son front et son ventre ? que se passait-il à ce moment là pour elle ?

    Merci pour ce partage.
     
  3. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Hello,

    Merci. En fait dans mon mémoire il y a une demi-douzaine de compte-rendu de séance comme celui ci.

    Les compte-rendus sont plus ou moins complets car pendant les premières séances je n'avais pas encore de dictaphone, je prenais des notes pendant la séance et je faisais mon CR après avec mes notes, c'est le cas de cette séance là.

    C'est peut-être pour ça que l'expression de chaque partie vous semble un peu "court". En tout cas, effectivement je pense que l'expression de chaque partie est importante, j'y veille et j'y veillerai les prochaines fois.

    Par contre pour ce qui se passe dans le front et le ventre, je ne sais pas si c'est intéressant de le savoir ou pas, vu que c'est après le "déclic", est ce qu'une prise de conscience à ce moment là n'aurai pas nui à l'efficacité de la séance par excès de rationalisation ?

    a+
     
  4. Métaphore

    Métaphore Invité

    Mais justement, j'ai un peu de mal à comprendre ce qui a pu l'amener à cette harmonisation, vu que l'échange des parties d'elles n'ont pas pu s"exprimer. Ce serait donc une prise de conscience uniquement ?, mais comment en être sûre ?

    A la limite, vous allez dire que l'essentiel c'est qu'elle est retrouvée son sourire et son ressenti de zénitude, qui confirme l'intégration des 2 parties, mais ne pourrait-on pas dire qu'il s'agit d'une thérapie de surface ?... je ne remets pas du tout en cause votre stratégie, je me pose des questions c'est tout... :D Néanmoins il est probable que pour cette personne ce recadrage était suffisant à concilier les 2 parties, que c'était le but de sa démarche et qu'elle a obtenu.
     
  5. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    Son travail lui convient il ?

    Elle est encore dans son travail après son travail. N'est ce pas plutot le travail qui pose problème ou la gestion des émotions lié à celui ci ?

    Le théatre est une sorte de compensation à son mal être ?
    Cela va t'il suffire ?

    Vous l'avez aidé à faire une transition plus heureuse, mais comment vit elle son travail, ça aurait été interessant de le savoir
     
  6. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    En fait ce qui m'est apparu dans cette séance, c'était une sorte de "conflit de territoire" entre la partie comédienne et la partie travail. C'est pour ça que j'ai fait une "négociation entre parties" dont la clé est "Reconnaissant que ces deux parties portent des fonctions positives et importantes pour elle, elle admet que chacune de ses deux parties accepte de laisser la place à l’autre dans son domaine d’activité, à condition que l’autre fasse de même, c'est-à-dire que chacune intervienne uniquement dans son propre domaine."

    Un peu comme quand on fréquente des gens de différents horizons qui ne supportent pas entre eux, la première chose à faire, en tout cas c'est l'option qui m'est apparue ici la plus adaptée, est de ne pas les voir en même temps.
    Après on peut se demander si un échange entre eux ne seraient pas bénéfiques ou alors si l'un d'entre eux n'a pas des problèmes à régler, peut-être ... mais dans un premier temps, simplement compartimenter les deux est bénéfique.

    a+
     
  7. Métaphore

    Métaphore Invité

    Moi ce qui me gêne, c'est que justement cette personne était bien consciente de ce problème de départ que vous appelez "conflit de territoire", mais moi je me demande à quel moment cette négocation a pu se faire, quelle est la dynamique qui a pu la déclencher, car dans votre récit, je ne vois pas... :roll:

    :arrow: Reconnaissant que ces deux parties portent des fonctions positives et importantes pour elle, elle admet que chacune de ses deux parties accepte de laisser la place à l’autre dans son domaine d’activité, à condition que l’autre fasse de même, c'est-à-dire que chacune intervienne uniquement dans son propre domaine.

    Oui mais comment, puisqu'un dialogue n'a pas été instauré entre ceux deux parties ?

    Il me manque une chainon pour bien comprendre la stratégie mise en place ?
     
  8. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Le conflit de territoire n'était pas si conscientisé que ça au départ, c'est ce qui est apparu dans la détermination d'objectif.

    Et dans cette négociation, finalement c'est nous qui négocions avec chacune d'elle qu'elle reste à sa place mais elle ne négocient pas entre elles directement, il n'y a pas de dialogue entre les deux parties, ce n'est pas ce que l'on cherche.
     
  9. Métaphore

    Métaphore Invité

     
  10. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Je préfère dire "première étape" ou "première chose à faire" plutôt que "thérapie de surface" :wink:
     
Chargement...