1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

CR de séance de PNL 2/6: squash visuel

Discussion dans 'PNL et Modélisation' créé par corfinas, 18 Juin 2010.

  1. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Hello,

    Voici un deuxième extrait de mon mémoire de maitre praticien en PNL. C'est un compte-rendu de séance que j'ai menée. C'est une séance de PNL "classique", le cas traité était à mon avis plus proche du développement personnel que de la thérapie étant donné que le thème général était "la PNL au service de l'expression scénique" mais les techniques sont transposables. Bonne lecture.

    Adeline, dans la trentaine, pratique le théâtre depuis plusieurs années. Elle souhaite aujourd’hui « lâcher plus ». C'est-à-dire passer d’un jeu qu’elle ressent comme intérieur à un jeu plus extérieur. Elle veut mettre plus d’énergie dans la voix, dans la gestuelle, donner plus au public et aux autres acteurs. Pour elle, la générosité, le don, c’est l’essence même du jeu.

    Elle a déjà atteint une fois son objectif lors d’une représentation où elle avait eu de bonnes sensations et de bons retours après le spectacle. Elle voudrait pérenniser cet état. Lors de cette représentation, la fatigue et l’intégration de réflexions personnelles lui avaient permis de « se lâcher plus ». Cependant cela représente une forme de mise en danger, une peur de se dévoiler, de se présenter au monde, le risque étant d’être alors vulnérable ou rejeté.

    Cette problématique lui apparaît comme une « dualité », d’un coté l’envie de donner plus et de l’autre la peur de se dévoiler, avec, en plus, l’envie d’éviter un compromis « neutre », peu attrayant. Le squash parait alors approprié. Une partie dans chaque main.

    D’un coté, une partie de sa personnalité qu’elle nomme « enfance » et qui veut « donner plus », cette partie apporte joie, amusement, spontanéité, ce qui contribue à être soi-même, à un bien-être psychologique, à une forme de sérénité, à des relations plus vraies avec les autres, à un épanouissement et à être en accord avec sa vie.

    De l’autre coté, la partie qui veut la protéger, nommée « protection ». Cette partie lui apporte de la sécurité, sécurité qui lui permet de rester en vie.

    Les deux parties contribuent donc au même but de « vie ». La partie « enfance » peut être symbolisée par un point d’interrogation, celui qui montre le potentiel, le possible. La partie « protection » peut être symbolisée par un cube, une boîte moderne, où elle serait rangée, dedans, cachée du monde et des autres et ainsi protégée. L’enfance a une qualité d’ouverture qu’elle pourrait apporter au cube. La protection a une qualité de prudence utile à l’enfance. J’attire alors l’attention d’Adeline sur le fait que les deux parties contribuent au même but de « vie ». La dualité apparaît « s’empêcher de vivre pour rester en vie. »

    L’intégration peut alors avoir lieu. Sur mon invitation, pieds bien à plat au sol, les mains posées sur les cuisses, paumes vers le haut, les mains décollent et commencent à se rapprocher. Adeline a les yeux clos, elle me semble très centrée sur elle-même, dans une attitude de relaxation posée. Le mouvement des mains est lent, par petits « à coups », comme dans une lévitation hypnotique de la main, j’accompagne alors le rapprochement et l’intégration de façon assez miltonienne, en abaissant le ton de ma voix : « A leur rythme … progressivement … » Adeline prend son temps, puis quand les mains se touchent, je l’invite à poser ses mains sur son plexus toujours : « A son rythme … progressivement … » Après la pose des mains sur le plexus, je me demande si la peau de sa gorge n’est pas un peu plus rouge qu’au début et je calibre des déglutissements. Adeline a toujours les yeux fermés. Elle repose ensuite tout doucement les mains sur ses genoux, s’étire, se frotte le visage, avant de revenir vraiment « ici et maintenant » en ouvrant les yeux. Fin de la séance.
     
  2. laurenzo

    laurenzo Membre

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Messages:
    1625
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    2190
    Salut Corfinas,

    As-tu eu un retour de cette personne? Depuis cette séance, sent-elle un changement dans son jeu?
     
  3. Métaphore

    Métaphore Invité

    Déjà la séance se déroule non seulement sur le même thème que le précédent mais aussi sur la même problématique, je me trompe ?

    Corfinas, je vais apporter mes questions habituelles, et là vraiment je m'interroge sur plusieurs étapes.

    La 1ère : La partie « enfance » peut être symbolisée par un point d’interrogation, celui qui montre le potentiel, le possible. La partie « protection » peut être symbolisée par un cube, une boîte moderne.

    Qui a défini ces choix ? vous ? elle ? Et pourquoi la partie "enfance" devrait être symbolisée par un point d'interrogation, je trouve ça plutôt gênant cette association...

    Car comment cette partie "enfance" peut amener la joie, la spontanéïté si elle est représentée par un point d'interrogation, un point d'interrogation ne représente pas un ancrage positif et sécurisant... :roll:

    Ensuite comment l'intégration est-elle possible entre un point d'interrogation (pour moi, manque de repère) et une boîte moderne.

    J'ai du mal à comprendre l'intégration émotionnelle ?...

    Mais je compte sur vous pour me l'expliquer...
     
  4. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Ca c'est la vraie bonne question, malheureusement je n'ai pas encore de réponse, je lui ai envoyé mon mémoire la semaine dernière en demandant justement s'il y avait eu un changement et si oui lequel, et pas de réponse jusqu'à présent, je vous dirai si j'ai des news.
    a+
     
  5. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    A mon avis la problématique est proche avec des différences.

    Proche dans le sens où là aussi deux parties de la personnalité ne s'entendent pas très bien.

    Et différente dans le sens où là il y a "conflit" entre les deux parties dans le même contexte, le théâtre, alors que dans le cas de Sandrine, le travail et le théâtre avait chacun leur contexte, ce qui permettait un "cloisonnement" (négo entre parties), là le "cloisonnement" n'est pas possible donc on "résous" le conflit avec le squash.

    Dans le cas de Sandrine on aurai pu aussi faire un squash mais, comme je l'ai compris, son objectif était plus sur la limite, la séparation entre les deux c'est pour ça que j'avais fait la négo entre parties pour "cloisonner".

    C'est bien sur Adeline qui m'a donné ces symboles et leur signification pour elle, moi je vérifie juste que c'est un symbole qui est relié à du positif pour elle, pour ne pas biaiser le squash.

    a+
     
  6. Métaphore

    Métaphore Invité

    Donc vous avez considérez que le choix de Adeline sur le point d'interrogation représentait un ancrage positif sur "l'enfance"? hum... :roll:

    Pour moi cette séance représente un vrai point d'interrogation, sur le simple fait qu'elle ait choisi ce symbole ...


    :arrow: Cependant cela représente une forme de mise en danger, une peur de se dévoiler, de se présenter au monde, le risque étant d’être alors vulnérable ou rejeté.

    Cette problématique lui apparaît comme une « dualité », d’un coté l’envie de donner plus et de l’autre la peur de se dévoiler,


    Justement s'il y a "dualité" avec une représentation d'un point d'interrogation sur "l'enfance" pour moi l'ouverture vers le potentiel, ou le possible me paraît un leurre sans régler qqchose d'autre.

    Ce point d'interrogation représentant l'enfance ne pouvait-il pas être justement lié à une problématique de l'enfance ?

    Excusez moi, mais je reste sceptique sur l'intégration émotionnelle.

    J'espère que son retour sur la séance vous donnera plus satisfaction que mes doutes... mais je concluerais sur le même sentiment que j'ai précédemment évoqué...

    Mais il est certain qu'une séance ne résoud pas une problématique même avec une apparence simple.
     
  7. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Hello,

    D’un coté, une partie de sa personnalité qu’elle nomme « enfance » et qui veut « donner plus », cette partie apporte joie, amusement, spontanéité...

    La partie « enfance » peut être symbolisée par un point d’interrogation, celui qui montre le potentiel, le possible.

    La partie "enfance", représente pour elle le coté "liberté", "léger" face à l'autre partie "protection" avec le cube. Je ne vois vraiment pas ce qui vous dérange, pour moi, c'est sa version contextualisé du dilemme extrêmement classique entre liberté et sécurité. Si vous trouvez que le point d'interrogation symbolise un manque de repère, c'est que pour moi vous chercher de la sécurité dans la partie liberté alors qu'il n'y en a pas et que c'est normal, c'est comme si vous me disiez que le cube symbolise l'étouffement, ben oui, naturellement. Sans liberté, on étouffe, sans sécurité, on se perd. Dans ce protocole d'abord on sépare, d'un coté la liberté et de l'autre la sécurité, et ensuite on rassemble "par le haut", vu que les deux sont nécessaires à la vie.

    a+
     
  8. Métaphore

    Métaphore Invité

    Si vous voulez corfinas, c'est ce qu'on appelle la PNL, pour moi cela représente une communication qui ne s'arrête qu'à la surface d'une problématique, mais certainement pas à la profondeur exprimée par ce point d'interrogation et comme rien n'a été vérifié en fin de séance, rien ne vous permet de savoir si l'intégration a bien été faite...

    C'est vrai que j'accorde une grande importance à la symbolique (psychologie Jungienne) néanmoins, j'aurais vérifié si cette symbolique exprimée par Adeline sur l'enfance, était vraiment un ancrage positif.

    Enfance = liberté = Point d'interrogation, tout ça me laisse perplexe...

    Maintenant ce n'est que ma perception de la séance.

    Corfinas qu'est ce qui confirme pour vous que l'intégration a bien été faite ? Ses étirements ? se frotter le visage ?... :roll:

     
  9. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Le fait que je n'ai pas d'autres retours que des petites manifestations physiques ne plaide pas en ma faveur certes, cependant dans cette technique, le symbole n'est pas un ancrage de ressource, c'est juste un support visuel d'une partie de la personnalité, ici la liberté qui pour elle vient de l'enfance.

    Ce n'est pas une équivalence: Enfance = liberté = Point d'interrogation

    Mais plutôt: enfance => liberté => point d'interrogation et cela dans un contexte

    La PNL propose des techniques concrètes pour avancer, tout de suite, en une séance, faire un pas, apparemment pour vous ce n'est pas suffisant, qu'est ce que vous voulez que je vous dise ?

    Comment auriez vous vérifier "la profondeur" de ce symbole ? Qu'est ce que ça vous aurai apporté ?
    Qu'auriez vous fait sur cette problématique (en une séance) ?

    a+
     
  10. Métaphore

    Métaphore Invité

    J'ai bien compris Corfinas, qu'en une séance, en choisissant une technique comme celle que vous nommez"squach visuel" je n'ai pas ce type de vocabulaire dans ma formation, bref, on ne peut que travailler que sur une surface du problème, vous êtes d'accord ou pas ?

    Il est possible que cette séance soit un succès mais j'ai un doute, perso, j'utilise plusieurs techniques en même temps suivant comment se déroule la séance et les réactions du sujet, c'est difficile de rester sur une technique.

    Mais moi pour le coup, j'aurais utilisé l'échelle "valikorienne" :lol: , au début et à la fin. Puis entre j'aurais creusé sur le point d'interrogation, et l'investigation est large. Mais voilà on n'est plus dans une "unique" technique.

    Mes remarques ne doivent pas être prises comme des critiques, mais un échange, néanmoins je pense qu'il sera difficile de se comprendre étant donné les différentes dans nos formations.
     
Chargement...