Du paradigme de l'éducation

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par xorguina, 17 Novembre 2011.

  1. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    http://www.youtube.com/watch?feature=pl ... bCEtIviBDI
     
  2. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Comment se fait-il qu'à l'heure où un nombre considérable de personnes sur cette Terre est bilingue, trilingue ou plus, tout le monde se borne à ne voir qu'une seule réponse à une question.

    Hypothèse : si un objet ou un être selon qu'on est en France, au Québec, en Chine, aux Etats-Unis ou en Angleterre, au Congo ou en Algérie ne porte pas le même nom (pas la même écriture, pas la même prononciation), une question ou un problème ne peut, de la même manière, avoir plusieurs possibilités ?
     
  3. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Bonjour Xorguina !

    J’ai trouvé votre vidéo très intéressante ! Très bien faites, elle relate beaucoup d’idées très intéressantes ! Par exemple, je partage tout à fait le point de vue que, plus il y a de solutions face à un problème, plus l’individu sera flexible, et plus il aura de chance d’avoir la meilleure solution compte tenu du contexte. Pour aller de A à C, la seule solution n’est pas B ! Il y en a au moins mille… Maintenant d’après l’étude réalisée dans ce documentaire nous perdons la notre créativité avec l’âge et, principale cause à cela : l’éducation. Un peu comme si l’auteur avait voulu dire : nous perdons en intelligence avec l’âge… ou, au minimum, nous perdons en flexibilité. Je ne sais pas de quelle manière l’étude a été réalisée au juste, mais cela m’étonne et ce n’est pas vraiment ce que j’en pense. La deuxième chose qui ne m’a pas convaincu, c’est qu’un individu en groupe sera plus performant qu’un individu seul : en réalité beaucoup de grandes découvertes, cf Einstein, Marie curie, ou plus proche de nous, shapiro avec l’EMDR, ont été réalisées par des personnes seules (et un peu de chance).

    Alors je me suis demandé : quelle est cette part de génie que les enfants ont et que nous perdons à l’âge adulte ? En fait, je ne crois pas que nous devenions moins flexible avec l’âge (encore que, pour certains…) mais seulement plus conformiste ! Conformiste dans le sens ou nous devenons capable d’être créatif en utilisant (seulement) les données utiles. Les plus intelligent, ou murs émotionnellement, parviendront ainsi a partir de données conformistes à avoir des idées flexibles voire révolutionnaires. C’est, par exemple, exactement le cas d’Einstein : il est parti de la science pour la révolutionner. Un enfant ne pourrait pas partir de la science par manque de connaissances … alors, y a-t-il vraiment un intérêt à être capable d’en faire plus avec moins ?

    D’un autre coté, je crois que je devais avoir 17 ans lorsque j’écrivais quelque part : « Toute théorie, aussi idiote semble-t-elle, mérite d’être sérieusement considérée ». J’ai toujours gardé ce principe, justement, pour éviter de perdre ma flexibilité. La connaissance à elle seule, ne suffit pas. La flexibilité, à elle seule ne suffit pas. Les deux sont utiles, parfois l’une, parfois l’autre, souvent les deux ensemble…
     
  4. Le sujet est très intéressant et je partage tout à fait cette phrase, mais la flexibilité c'est quoi au final, celle-ci est difficilement applicable sur un plan collectif à cause de l'éducation, les mentalités, ...

    Mais nous faisons partie d'un système donc collectif, et un système est beaucoup moins flexible qu'un individu à lui seul. Si on pouvait fonctionner sur un système collectif flexible, cela remettrait beaucoup de choses en cause, le "pouvoir"... et si c'était le cas alors on rentrerait dans une ère de maturité émotionnelle, la connaissance associée à la flexibilité.

    Pour moi, le génie n'a que faire de sa notoriété, il souhaite avant tout être proche de ses valeurs, connaissances, apprentissages et le partager avec ceux qui le souhaitent contrairement à l'opportuniste qui n'a d'autres buts que d'asseoir son pouvoir par son savoir.

    D'après la vidéo la flexiblité serait orientée vers la pensée divergente qui offre de multiples possibilités de raisonnement, néanmoins j'y mettrait une parenthèse, pour moi flexibilité ne rime pas avec fourre-tout...

    Bien sûr on pourrait développer le sujet d'une façon plus approfondie, car il y a beaucoup à dire (cf vidéo)j'ai adoré l'animation de la vidéo...
     
  5. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Je soupçonnais que nos visions n'étaient pas si éloignées...
    Votre remarque de la flexibilité face au plan collectif est intéressante : elle rejoint un peu Fritz Perls, lorsqu'il disait qu'on ne peut être heureux lorsqu'autour de soi, on a que des gens malheureux
    Valikor, d'ailleurs, qu'en pensez vous ?
    Concernant le génie qui n'a que faire de sa notoriété, je crois qu'effectivement, l'humilité est plus le signe de l'intelligence (de la maturité émotionnelle ou même simplement de la confiance en soi) qu'un style m'as-tu vu
    Et oui, la flexibilité, celle qui n'est pas un fourre tout, celle qui est utile, doit s'allier à la connaissance, c'est ce que je voulais souligner dans mon précédent post.
    Enfin pour revenir sur l'aspect social du problème, j'aurai bien imaginé que la vidéo en vienne a poser également le problème sous sa forme "libéralisme, capitalisme" fondamentalement générateur de toutes nos crises actuelles.
    Si je n'y crois plus, je n'investis plus (en argent ou en énergie), je deviens rigide (donc perte de flexibilité) et donc, sur le plan social (si tout le monde fait pareil), l'argent perd son intérêt et tout le système économique se bloque : c'est ça, la crise....
    Le vrai changement ne peut venir que de l'intérieur de chacun... Révolution psychologique ??? ;-)
     
  6. Je suis ravie Ivan que nos opinions se rejoignent et ce dernier message que je partage bien évidemment... :wink:

    Mais ma curiosité me pousse à vous demander pourquoi faire appel à Valikor ? :roll:
     
  7. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    C'est par rapport à son post, concernant les niveaux de bien-être. Son expérience semble lui montrer qu'il est possible d'augmenter le niveau de bien-être d'une personne dès lors qu'elle est en dessous de 7-8 selon son échelle. J'aimerais connaitre le lien qu'il fait entre l'affirmation de Perls et son expérience.
     
  8. Ah OK, oui l'échelle d'évaluation des émotions, je l'utilise également, mais avec Valikor, nous n'avons pas tout à fait le même point de vue, son application n'est pas, à mon avis, suffisamment structurée, mais je me suis déjà exprimée sur son post... :D

    PS: Moi ce qui me plait c'est la thérapie multiréférentielle, celle qui ne s'inscrit dans aucun courant de pensée, mais qui intègre toutes les approches autant la Gestalt que la l'hypnoanalyse, etc..
     
  9. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    coup de bol je passais pr là...

    effectivement, les études montrent que le bonheur est en partie relatif à son entourage...
    si vous vous estimez mieux loti que votre entourage, cela contribuera à votre bonheur.
    néanmoins, attention : une étude américaine montre que les couples matérialistes rencontrent plus de problèmes de couple :)

    quand on apprendra à l'école aux enfants à se construire et à faire le tri sur le caractère des parents, on aura vraiment une révolution psychologique...
     
  10. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    si pour une personne, son niveau social par rapport aux autres est important à ses yeux, alors oui, cela aura une influence certaine...

    si elle s'en fout, alors très peu d'influence...

    c'est pareil pour tout : le fait d'avoir des enfants par rapport à ses amis, d'etre marié, en couple ou pas par rapport à eux...
     
  11. Mais Valikor, votre discours c'est du simple bon sens .. :roll:
     
  12. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    certes mais on aurait tendance à l'oublier en psycho....
     
  13. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    En tout cas, en y réfléchissant, j'avais effectivement constaté - concernant le lien entre bonheur individuel et entourage - que tout dépend également de l'orientation d'esprit. On peut améliorer son bonheur individuel, même dans des condidtions difficiles : il suffit par exemple de moins se préoccuper des conditions (ou des autres, si c'est les autres qui représentent ces conditions difficiles). Mais Perls avait raison : je ne crois pas effectivement qu'il soit possible d'être entièrement heureux avec un entourage malheureux.
     
  14. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Etre heureux...Etre entièrement heureux

    Est-ce que çà peut vraiment durer dans la durée ?

    Le bonheur n'est il pas totalement subjectif en fonction des paramètres du moment ?

    Le bonheur n'est ce pas simplement de savoir profiter de ce qu'on a ?

    Etre malheureux...Etre totalement malheureux ?

    Simplement juste l'erreur du contraire ?

    Le malheur, l'insatisfaction de toujours regretter ce qu'on a pas ?

    :roll:


    Simplement une question d'éducation ???

    :?:
     
  15. Il est toujours plus facile de se plaindre, d'accuser les autres, que de se remettre en cause, de se poser les bonnes questions, d'agir en fonction... :idea:
     
  16. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Si si, le bonheur existe.
    Le bonheur maniaque, dans le trouble bipolaire, par exemple...

    Bon, faut en payer le prix... D'ailleurs, de nos jours, on n'a plus rien pour rien
     
  17. Le bipolaire est un maniaco dépressif, avec ses pics d'euphorie et ses pics de déprime...

    On est bien loin du bonheur... :?
     
  18. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    sauf pour un égocentrique.... il ne restera pas avec cet entourage là...
     
  19. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    c'est très clair, sinon la société irait bien mieux.
     
  20. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Bonjour Ivan !

    Je l'ai trouvé interressante également et c'est pour celà que je 'ai posté, car je trouve qu'elle pourraît faire partie d'une approche plus " r/evolution/aire " de ce système de pensée.

    Il me semble que la vidéo dit qu'un individu peut rester seul s'il en sent le désir pour avancer à son rythme, mais je n'en suis pas sûre :roll:

    Dans ce système actuel, on ne laisse pas la place à la créativité et les enfants sont très jeune soumis a des lois dites d'éducations..humm

    Je trouve qu'il n'y a aucune place pour la créativité, en fait je crois qu'elle fait peur !

    Les gens créatifs sont un peu à part et la société n'aime pas que l'on soit à part...

    Pourtant, nous avons crée cette société et nous en avons la responsabilité aujourd'hui, alors comme vous tous, rien ne sert de s'en prendre aux autres, mais plutôt nous changer nous !

    Nous avons opté pour le pouvoir, domination, lois et nous rendons compte au combien celà nous a déshumanisé, rendu égoiste, le partage n'existant que très rarement voir pas du tout parce qu'en contre partie en attente de.. et nous mourrons de faim, de soif, de froid (en 2011 l'essen/ciel vital n'est tjrs pas crée pour les 7 milliards que nous avons atteints depuis Octobre sur notre terre)

    J'aspire grandement au pouvoir, mais celui de l'amour, celui qui nous uniras sans pensées régionales, nationales, mondiales, raciales, politiques, économiques (ou avez vous vu des économies d'ailleurs ? lol ) gouverne/ment/ales (tout est dit dans le ment)

    Je pense comme la vidéo, nous naissons avec "plus" de capacité mais nous les "perdons", plutôt, nous les oublions....

    Ne dit 'on pas que jusqu'à l'âge de 7ans un enfant voit et entends des choses que très peu adulte voit ? qu'ils ont encore un pied dans le divin !

    J'y vois là une sorte de formatage conscient pour ceux qui nous gouverne et veulent éduquer nos enfants a être des bon moutons blancs, dociles en se foutant même du petit pourcentage de moutons noirs qui protesteront, après tout, nous restons des moutons !!

    L'éducation des parents jouent également un rôle, là, je le vois plutôt inconscient, si on pense pour une généralité...les parents apprenant à leurs enfants ce que leurs parents, société et convenance leur ont appris..

    Il y a aussi l'âge des parents...bien souvent nous élevons nos enfants alors que nous sommes encore des enfants, jeunes adultes ..( dans certaines cultures, ce sont les grands parents qui éduquent les enftans, pour que les parents puissent travailler et encore s'amuser aux joies de la vie)..

    Nous devons nouséduquer en ayant des pensées d'amour , de partage, et de respect...nous devons nous éduquer à laisser libre cour à notre créativité, imagination pour que l'uthopie d'un monde meilleur pour tous ne soit finalement qu'une solution que nous n'avons pas encore essayé .

    [​IMG]



    [​IMG]
     
  21. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Merci xorguina pour ces remarques !

    Effectivement, la vidéo semblait dire que c’est l’éducation qui nous formate et que, en quelque sorte, c’est de sa faute si nous perdons notre génie créatif. Peut-être aussi, c’est vrai, la créativité fait peur. Et puis, comme vous dites, il y a toute cette notion de docilité qu’il ne faut pas perdre de vue.

    Ce sont des questions que je me suis posé également, notamment en essayant d’y trouver des réponses satisfaisantes. Il y a une petite métaphore, celle du champ en friche dont personne ne s’occupe, qui me semble à ce sujet intéressante. Que se passe-t-il avec un champ en friche ? La plus pire expression du Darwinisme ! Ce sont les mauvaises herbes qui prennent le pouvoir et, semble-t-il, beaucoup plus facilement que les plans de tomates ou les cerisiers. C’est là tout le problème : éduquer sans tuer la créativité, mais éduquer tout de même !

    Je discute souvent avec quelques personnes plutôt révolutionnaires : « il faut changer tout le système », me disent-elles. « D’accord. Et par quoi allez-vous le remplacer ? Quel système serait plus efficace ? ».

    Si nous donnons libre cours à la créativité de nos enfants ne risquons-nous pas d’en faire de futurs délinquants ? N’en déplaise à Carl Rogers, c’est parfois l’impression que j’en ai. A mon sens, les enfants ont besoin d’être éduquer, en préservant leur créativité, certes, mais ils ont besoin d’être éduqué. La vraie question qu’il faut se poser, je pense, réside dans ce qu’est une bonne éducation. Une éducation respectueuse, mais porteuse de valeurs. Il en va de même pour notre système libéraliste et capitaliste : qu’est-ce qu’un bon système, dès lors que l’on sait que l’homme est biologiquement déterminé par la loi du plus fort ? Comment respecter la liberté des hommes, leur créativité, tout en gardant à l’esprit l’importance qu’il faut voir a ce qu’ils puissent également acquérir des valeurs ?

    L’amour ou la haine sont des sentiments importants. Quand une personne va mal, il y a toutefois plus de chance qu’elle développe de la haine que de l’amour. A mon avis, il est beaucoup plus difficile d’être bon et juste, que d’être mauvais. Par conséquent, être bon et juste relève à mon sens de l’intelligence, de la maturité émotionnelle, de la culture et du savoir, beaucoup plus que de la seule libération de la créativité….
     
  22. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Merci à toi Ivan de pouvoir un peu communiquer sur le forum avec ouverture d'esprit !

    Tu parles du champs mais as tu regardé en forêt ? tout y semble prendre sa juste place , végétaux, animax, insectes ,ce qui rends la terre en vrai couscous, une terre fertile à souhait :wink:

    Comme je l'ai dit, l'éducation oui, mais une éducation avec sagesse, celle de nos anciens n'est selon moi pas a renier entièrement, leur système éducatif (je pense aux indigènes, grand parents qui éduquent leurs petits enfants) me semble plus judicieux, les parents, jeunes souvent, n'étant pas assez mûr , éduquer, pour éduquer à leur tour.

    Il me semble que la créativité fait peur et n'est pas vraiment proné pour une seule raison, elle rends responsable de ses actes par le fait que l'on est un peu plus présent dans ce que l'on fait ? plus conscient ? plus attentif et celà permets un résultat unique qui vient de soi et nous reconnecte à la confiance, possibilité autres que formatées.


    Je ne suis pas une révolutionnaire mais une évolutionnaire. La différence est que je suis consciente que ceux qui se révoltent, protestent, manifestent ect jouent le rôle du mouton, noir mais tjrs moutons qui a eu peur du loup et qui a crée un berger pour les proteger, être bon avec eux et leur donner à manger . En contre partie le berger nous prends la laine...oui mais voilà, ils remarquent aujourd'hui que le berger prends beaucoup plus de laine et ne donne pas assez a manger, alors ils protestent après le berger qu'ils auraent voulu bon. bref...la pyramide : bourreau, victime sauveur...berger, loup, mouton .

    je ne veux donc pas changer le système, je désire me changer moi d'abord.

    J'évite toute consomation superflus...je regarde les étiquettes, provenance....je partage ce que j'ai avec ceux qui m'entourent, famille, amis, voisins, enfants et parents des enfants et même parfois des inconnus si j'ai autre que de l'argent sous la main.
    Je respecte l'humain, j'évite toutes pensées négatives et surtout celles qui sont à mon avis limitées...régionales, nationales (frontières) le racisme, la politique....

    Je pratique le plus possible la créativité de toute sorte, même dans mes petits plats...c'est tjrs meilleurs avec imagination et amour :wink:
    Je plante mes légumes et respectent toute vies !

    Celà ne fait pas de moi une révolutionnaire, ni un être à part, je vis simplement je trouve, du plus près de la nature, de ma vrai nature.


    Si nous avons peur que nos enfants soient des délinquants, alors par projections, ils le seront....toute façon si les gosses aujourd'hui sont plus violent c'est parce que nous le sommes et regardons beaucoup de violence, et en avons beaucoup en nous ,alors faut pas s'étonner.

    Je ne pense pas que l'homme soit régit par la loi du plus fort...c'est vrai que c'est ce que l'on voit mais est ce vraiment notre être ?

    Je pense que notre évolution passerait par là en premier...une fois que l'homme à ses besoins de survie assouvis (manger, boire, dormir sous un toit) il n'a plus raison d'être agressif...le reste fait partit intégrante du pouvoir de domination, compétition ect qui n'a pas lieu d'être...tjrs à mon avis hein !

    Une fois que tu as de quoi mangé, pourquoi voler ?
    Une fois que tu as de quoi boire, pourquoi tuer ?
    Une fois que tu as de quoi dormir au chaud, pourquoi regarder son voisin ?

    Si les valeurs humaines étaient en priorité le partage, une éducation à promouvoir ? les vrais valeurs humaines seraient .

    Mèèèèèè(mouton noir lol) aujourd'hui comme dirait Sacha guitry : Nous ne pensons qu'à l'argent. Celui qui en a pense au sien, celui qui n'en a pas pense à celui des autres. :oops:

    La créativité n'aurait t'elle pas de valeur pour toi tout aussi intelligente et mature d'une bonne et juste émotion d'amour de soi m'aime pour notre propre bien être ainsi que celui de chacun ? hummm

    Dans la créativité, je ressent fortement le partage, déjà envers soi, parce que l'on communique avec d'autres parties de nous et aussi avec les autres, quand on l'offre, quand on le montre, quand on partage des idées de créations.
     
  23. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Tiens, cette discution me ramène à cette simple pensée ancrée en moi et pourraît la résumer de nous éduquer dans l'être et plus dans l'avoir.

    Et je tiens a partager avec vous les mots d'un autre qui peuvent s'y meler, sachant que je suis responsable de ce que je dis, mais pas responsable de ce que vous pouvez comprendre :D

    Ta raison d'être profonde

    « Dès que vous dépassez le plan de la survie, les questions du sens et de la raison d'être se mettent à avoir une importance primordiale dans votre vie. Beaucoup de gens se sentent pris par la routine quotidienne qui semble priver leur vie de sens. Certains croient qu'ils sont passés ou passent à côté de leur vie. D'autres se sentent extrêmement limités par les exigences familiales et parentales, par leur situation financière ou par leur situation de vie. Certains autres sont minés par le stress et d'autres encore par l'ennui. Certains sont pris par l'activité effrénée, d'autres par l'apathie. Nombreux sont les gens qui aspirent à la liberté et à l'expansion conférées par la prospérité. De nombreux autres jouissent déjà de la liberté qu'accorde la prospérité et découvrent malgré tout que celle-ci ne suffit pas à donner un sens à leur vie. Aucun prétexte extérieur ne peut servir à découvrir notre vraie raison d'être, qui ne peut se situer sur le plan concret. Notre vraie raison d'être ne concerne pas ce que nous faisons, mais ce que nous sommes. Elle concerne notre état de conscience.

    La chose la plus importante à réaliser est la suivante : votre vie a une raison d'être intérieure et une raison d'être extérieure. La raison d'être intérieure est primordiale et concerne l'Être. La raison d'être extérieure est secondaire et concerne le faire. Celles-ci sont si entremêlées qu'il est presque impossible de parler de l'une sans parler de l'autre.

    Votre raison d'être profonde, c'est de vous éveiller. Aussi simple que ça ! C'est la raison d'être que tous les humains de cette planète ont en commun puisque c'est la raison d'être de l'humanité. Cette raison d'être fait essentiellement partie de la raison d'être du Grand Tout, de l'univers et de son intelligence. Quant à votre raison d'être extérieure, elle peut changer avec le temps et varier beaucoup d'une personne à l'autre.Trouver sa raison d'être profonde et se syntoniser sur elle est ce qui nous permet de manifester notre raison d'être concrète. Sans cette syntonisation, vous pouvez certes accomplir un certain nombre de choses par l'effort, la détermination, la combativité, le travail acharné ou la ruse. Mais, aucune joie n'émane de ces accomplissements, qui finissent invariablement par la souffrance sous une forme ou une autre.

    Aussi longtemps que vous serez inconscient de l'Être, vous chercherez une signification seulement dans la dimension du faire et du futur, autrement dit dans la dimension du temps. Et toute signification ou satisfaction se transformera en déception à un moment donné et sera invariablement détruite par le temps. La signification que nous trouvons sur ce plan n'est que relativement et temporairement vraie.

    Je ne dis pas qu'aider les autres, prendre soin de vos enfants ou viser l'excellence soient des choses sans valeur. Pour bien des gens, ces activités constituent une importante partie de leur raison d'être dans le monde concret. Mais cette raison d'être extérieure est toujours relative, instable et impermanente. Cela ne veut pas dire qu'il faut vous abstenir de vous engager dans ces activités. Cela veut dire que vous devez les harmoniser avec votre raison d'être première et intérieure pour donner un sens plus profond à ce que vous faites.

    Si vous ne vous alignez pas sur votre raison d'être première, tout objectif que vous vous donnerez, même si c'est de créer le paradis sur Terre, sera un produit de l'ego et sera détruit par le temps. Tôt ou tard, il mènera à la souffrance. Si vous ne tenez pas compte de votre raison d'être profonde, peu importe ce que vous ferez, même si cela a l'air de nature très spirituelle, l'ego s'immiscera dans le comment et le moyen viendra corrompre la fin. Le dicton qui dit que "La route vers l'enfer est pavée de bonnes intentions" met le doigt sur cette réalité. Autrement dit, ce ne sont ni vos activités ni vos objectifs qui sont primordiaux. C'est l'état de conscience dont ils émanent qui l'est. L'accomplissement de votre raison d'être première jette les bases d'une nouvelle réalité, d'une nouvelle Terre. Une fois que les bases sont là, votre raison d'être extérieure prend une forte coloration spirituelle, étant donné que vos objectifs et intentions ne font qu'un avec la pulsion évolutive de l'univers.

    Lorsque vous considérez ce que vous faites [à l'instant] ou ce que vous êtes comme la principale raison d'être de votre vie, vous éliminez le temps. Ceci vous donne un pouvoir incroyable. L'élimination du temps dans ce que vous faites crée un lien entre vos raisons d'être intérieure et extérieure, entre l'être et le faire.Lorsque vous éliminez le temps, vous éliminez l'ego. Quoi que vous fassiez, vous réussirez merveilleusement bien, puisque le faire devient le point central de votre attention, puisqu'il devient un canal par lequel la conscience arrive jusqu'à ce monde. Il y a donc de la qualité dans ce que vous faites, même dans le geste le plus anodin, comme tourner les pages de l'annuaire du téléphone ou vous déplacer d'une pièce à une autre. La raison d'être à tourner les pages a comme seul objectif de tourner les pages. L'objectif second est de trouver un numéro de téléphone. La raison d'être à passer d'une pièce à une autre est de passer d'une pièce à une autre. L'objectif second est d'aller chercher un livre. Dès que vous saisissez le livre, ce geste devient votre objectif premier.

    C'est à partir des petites choses que l'on honore et dont on prend soin que les grandes choses naissent. La vie de chacun n'est vraiment faite que de petites choses. La grandeur est une abstraction mentale, le fantasme favori de l'ego. Il y a un paradoxe qui veut qu'honorer les petites choses du moment présent, au lieu de poursuivre l'idée de grandeur, serve de fondation à la grandeur. Le moment présent est toujours petit dans le sens où il est toujours simple. Mais au fond de lui se cache le plus grand des pouvoirs. Le moment présent ressemble à l'atome. Il est une des plus petites choses existant, mais qui détient un pouvoir énorme. C'est seulement lorsque vous vous syntonisez sur le moment présent que vous avez accès à ce pouvoir. Ou, plus justement dit, c'est lui qui a accès à vous, et par vous, au monde. C'est de ce pouvoir dont Jésus parlait quand il a dit : "Ce n'est pas moi, mais le Père en moi, qui fait le travail. Je ne peux rien faire de moi-même." (Jean, XIV, 10) L'anxiété, le stress et la négativité peuvent vous couper de ce pouvoir. Et l'illusion que vous êtes dissocié de ce pouvoir régissant l'univers tout entier refait surface. De nouveau, vous vous sentez seul, à vous battre contre quelque chose ou à essayer d'accomplir ceci ou cela. Mais pourquoi l'anxiété, le stress et la négativité sont-ils apparus ? Parce que vous vous êtes détourné du moment présent. Et pourquoi avez-vous fait cela ? Parce que vous avez pensé que quelque chose d'autre était plus important. Vous avez oublié votre raison d'être première. Une petite erreur, une mauvaise interprétation créent un monde de souffrance.

    Alors, soyez loyal envers la vie en étant loyal envers votre raison d'être intérieure. Dès que vous devenez présent et, par conséquent, total dans ce que vous faites, vos gestes se dotent d'une force spirituelle. Au début, il n'y aura pas de changement notable dans ce que vous faites. Il y en aura seulement dans le comment. Votre raison d'être première est maintenant de permettre à la conscience de transpirer dans ce que vous faites. Alors que la notion de raison d'être était auparavant toujours associée au futur, une raison d'être plus profonde apparaît qui peut seulement être trouvée dans le présent, par la négation du temps.

    Quand vous rencontrez des gens, au travail ou ailleurs, accordez-leur votre attention totale. Vous n'êtes plus principalement là en tant que personne, mais en tant que champ de conscience, de Présence vigilante. La raison qui vous a originellement fait entrer en contact avec l'autre personne (acheter ou vendre quelque chose, demander ou donner des renseignements, etc.) devient secondaire. Le champ de conscience créé entre vous deux devient la principale raison d'être de l'interaction. Cet espace de conscience devient plus important que ce dont vous parlez, plus important que les objets ou les pensées. L'être humain devient plus important que les objets de ce monde. Cela ne veut pas dire que vous négligez ce qui doit être fait sur le plan pratique. En réalité, le faire se déroule non seulement plus facilement, mais plus puissamment lorsque la dimension de l'être est reconnue. Le faire devient ainsi secondaire. L'avènement de ce champ unifié de conscience entre les êtres humains est le facteur le plus essentiel dans les relations sur la nouvelle Terre. »

    Eckhart Tolle
     
  24. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Je me suis dis : au fond, ça se tient ! Mais non. Décidemment non. J'observe depuis trop longtemps les gens pour ne pas être profondément convaincu de la rivalité darwienne entre eux. Une fois que l'on a mangé, on a faim d'autre chose (sauf si l'on dors... ). Une fois qu'on a bu, on a soif d'autre chose. Etc. C'est normal.
    Si j'ai raison dans ce que j'explique et que ne suis pas d'accord avec toi, tu penseras que tu as tort ; ou alors, tu penseras que tu as raison de ton coté, ou encore tu penseras que tu as plus raison que moi. Et c'est normal.
    Une manière plus intelligente, plus mure, (parmis d'autres) est de se dire : je viens d'apprendre quelque chose. Ou encore : il peut apprendre quelque chose de moi... Mais on en revient, finalement, à la même chose. Et c'est normal.
    A mon avis, la seule manière de sortir du rapport de force c'est d'affronter "ensemble" un tiers (la nature, un autre etc...). Dans une logique darwinienne, on pourrait penser que l'amour, ce n'est "que" ça.

    Ton texte sur l'être est bien écrit. Prenant.
    J'ai toujours eu quelques difficultés avec les idées du genre "ce que je suis de bien au fond de moi"... mais bon... pourquoi pas ! ;-)
     
  25. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Tu as raison dans le sens que les gens en veulent tjrs plus....peut être alors est ce là, dans le partage, que nous comblerons cet appetit pour ne pas dire le faire taire...une autre éducation a prendre en compte ?

    Si je partage mon pain avec toi parce que tu as encore plus faim, en demanderas tu encore ? et si oui et que je t'en redonne encore, arrivera t'il un moment ou tu seras rassasié et peut être honteux de voir que ce que tu as demandé en trop tu ne peux le manger ? le gaspiller en le jettant ????mais par contre, tu pourras avoir l'idée de le partager à ton tour ? et là, tu n'es plus dans le besoin de demander plus que ce que tu as, tu n'es plus dans l'avoir encore et encore mais dans l'être .

    tu vas me dire que ce n'est pas ce qui se passe et c'est vrai, ce n'est pas le cas.....mais si nous nous éduquions a faire attention au superflux, a ce beson intensif de surconsomation et à partager, si celà était notre devise..

    Une devise qui nous éduquerait dnas le sens que :rien est à toi personnellement, tout est a tout le monde : terre, eau, nourriture...rien que celà pourraît alors changer ,à mon avis, la donne :wink:
     
  26. Je n'ai pas tout lu en détail, mais la dernière ligne du post de Xorguina, me dit qu'au final on en revient toujours du même : LE RESPONSABILISME de tout un chacun, être responsable de sa vie, de soi même amènera la maturité/intelligence émotionnelle, tout se rejoint à chaque instant...

    Néanmoins j'ai envie de demander à Xorguina, allez vous au puits pour boire ? je suppose que non, donc il faut adapter notre vie avec notre époque ce qui ne veut pas dire : ne pas être responsable, c'est là ou l'amalgame se fait entre la surconsommation et vivre avec notre temps...

    On peut être dans le progrès, l'avancée en tout genre mais être respectueux des choses, des gens, etc...
     
  27. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
     
  28. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Je le repette, nous n'avons besoin de rien , nous avons déjà tout à notre portée, la terre est riche et la modernité nous a apporté

    un confort et une rapidité qui devrait être plus efficace dans l'aide , dans le partage pour tous !

    Juste a changer de mentalité, a retourner le cerveau qui nous fait croire que nous sommes en manque de tout .

    Une évolution qui continue .



    C'est pas entrain de se faire par la responsabilisation de chacun par l'open-information notamment d'internet

    qui ouvre les esprits et participe à cette évolution exponentielle spontanément intégrative ?


    8)
     
  29. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
     
  30. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009



    Que le point du coeur soit le contact ...(source consciente qui transperce par sa réalité ce monde d'illusion)...sur lequel la force pose léger léger la feuille de son arbre de vie, une par une,
    des consciences intelligentes se révèlent, se relèvent ! et forment l'instant éphémère d'une création, d'autres arbres de vie... la Lumière informative n'est pas celle des mots… ni des morts…

    elle est dans l'instant du souffle, du geste… et le verbe se fait chair…

    j'ai pas dit cher :lol: chuuuuuuuuuuuuuu

     
Chargement...