Formation Hypnose

Et si l'inconscient n'existait pas ?

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Intemporelle à dit:
Et bien Surderien, votre message m'apparaît pertinent et très clair ... peut être un de vos premiers messages aussi clairs pour moi... :D

Mais alors pourquoi donc tant de gens sont si mal, nous ne sommes pas notre propre informaticien... :roll:
A partir de 6 ans la méthode d'utilisation est plus ou moins bien adaptée...

En fonction des éléments apportés par la famille, l'éducation, l'environnement etc...

La gestion mentale commence seulement à être enseignée à l'école !

http://www.youtube.com/watch?v=7yB6XM12 ... re=related

http://andre.montagne.free.fr/gestion_mentale.html

http://www.youtube.com/watch?v=GkewPB9i ... re=related

:p
 

jeangeneve

Membre
Ivan.67 je ne sait pas d'ou vous tennez que c'est contre indiqué pour les troubles dépressifs :?:

plusieurs études universitaires démontre le contraire et recommande la MBCR !
surtout dès le deuxième ou troisième épisode.
rappelons que après un troisieme épisode il y a un taux de rechutte cyclique de 94%.
ce taux descend à 50% après une initiation a la MBCR...

Eluno, tiens je me sens moins seul dans mon raisonnement

quand a intemporelle ....
on parle PNL... c'est post éricksonnien...

je le reconnais c'est bien trop simpliste pour être intégratif
on s'en fout, le travail avec les parties démontre juste que cette théorie, cette supposition, on peut même dire modélisation a un sens .
puisque en PNL cela se vérifié tous les jours ...

vous perdez toute crédibilité ...
 
I

Intemporelle

Invité
surderien à dit:
Intemporelle à dit:
Et bien Surderien, votre message m'apparaît pertinent et très clair ... peut être un de vos premiers messages aussi clairs pour moi... :D

Mais alors pourquoi donc tant de gens sont si mal, nous ne sommes pas notre propre informaticien... :roll:
A partir de 6 ans la méthode d'utilisation est plus ou moins bien adaptée...

En fonction des éléments apportés par la famille, l'éducation, l'environnement etc...

La gestion mentale commence seulement à être enseignée à l'école !

2x4j à Lyon

http://andre.montagne.free.fr/gestion_mentale.html

http://www.youtube.com/watch?v=GkewPB9i ... re=related

:p
Ma question n'en était pas vraiment une, mais seulement la curiosité de votre réponse, j'irais lire les liens dès que j'en aurais le temps.

Bonne journée.


Quant à Jeangenève, no comment... :?
 

Eluno

Membre
Intemporelle à dit:
Un peu simpliste comme raisonnement... :roll: même ERICKSON ne dit pas ça...
J'aurais aussi pu faire un texte plus détaillé et argumenté pour convaincre, mais l'envie ne me vient pas.
J'ai tendance à aller à l'essentiel, et je ne pense pas que mon raisonnement soit si impertinent que ça.
Après, quand on pratique la PNL, la théorie des parties, on la voit tous les jours.

jeangeneve à dit:
Eluno, tiens je me sens moins seul dans mon raisonnement
La pratique m'a montré que ça semble valable comme théorie.
 
Eluno : vous parlez d'un conscient manipulateur. C'est pas faux... mais j'avais envie de dire : et pourquoi ce ne serait pas l'inverse ? Un inconscient manipulateur qui fait croire qu'une conscience existe.

Jeangeneve : la pleine conscience contre indiquée pour les trouble dépressif ? J'ai lu ça quelque part. Je ne dis pas que je cautionne, mais l'article était rédigé par un cognitiviste, me semble-t-il. Probablement même que l'idée était surtout de mettre en garde sur les difficultés de s'appropier la méthode, lorsque mentalement, on va déjà trop mal.

Je voudrais vous informer d'un post émanant de... l'univers fractal :

Ivan.67 à dit:
Le plus intéressant dans ce que vous dites, je voudrais toutefois le traduire autrement :

La vérité comme la conscience est donc "soumise" (plutôt résultante?) aux équilibres qui lui permettent de se maintenir. Si l'équilibre change, et il le fait toujours la vérité change. De même que la conscience est un ordre qui émerge de notre psychisme…
Je propose : « La conscience est le point fixe de la réalité autour duquel s’articulent nos émotions ».Il me faudra peut-être un peu de temps pour vérifier, d’un point de vue pratique, ce que vaut cette hypothèse. Mais elle semble vraiment prometteuse et j’adore ces petits instants de grande science !!!

Merci Kamou pour ces très bonnes réflexions !!!!

Est-ce que ma « traduction » à du sens pour vous ? Que vous inspire-t-elle ?
"Les points fixes", peut-être ? En tout cas cette définition cadre bien avec l'idée de pleine conscience, ainsi que toutes autres les qui semblaient s'opposer à elle.... Non ?
 
I

Intemporelle

Invité
"La conscience est le point fixe de la réalité autour duquel s’articulent nos émotions "

Ben moi j'ai encore envie de dire qu'on en revient toujours au même, les fractales, la maturité émotionnelle, le conscient, l'inconscient, bref, un point fixe ?...

Ma vision serait que la pleine conscience quand on arrive à cette dimension serait le détachement, voir le chaos, la reconstruction et ainsi de suite, de l'extérieur, mais notre conscience intérieure (et non le conscient) serait un point fixe qui graviterait autour de tous ces éléments...

Enfin pas facile d'exprimer ce que l'on ressent...

Je ne partage pas le point de vue de Eluno, on peut dire que le conscient est autant manipulateur que l'inconscient, ou ni l'un ni l'autre, tout dépend où on se place, car au final tout cela fait partie de nous, nos pulsions sont filtrées par le conscient, mais l'imbrication est bien trop complexe pour incriminer l'inconscient ou le conscient, l'essentiel est de reconcilier nos contradictions.

Mais je dirais que la notion de fractale reflète pour moi ce chaos que nous projetons autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de nous dans nos pensées...

La pleine conscience serait de prendre conscience de ces fractales en nous et de les réunir pour en faire un Etre complet, hum... ? l'équilibre se forme par le déséquilibre et ainsi de suite... comme rien n'est figé dans le temps, comment pourrions nous nous adapter si nous n'avions pas cette capacité de déséquilibre...

Cela me fait penser d'un coup à la fable du chêne et du roseau... (ah désolée pour ceux qui pensent que ça fait bizounours... :lol: , pourtant j'y fait un réel rapprochement...)
 

Kamou

Membre
Intemporelle à dit:
"La conscience est le point fixe de la réalité autour duquel s’articulent nos émotions "

Ben moi j'ai encore envie de dire qu'on en revient toujours au même, les fractales, la maturité émotionnelle, le conscient, l'inconscient, bref, un point fixe ?...
Tout sauf un point fixe. une fonction à la limite? Un plan peut être? un espace en trois, 4, 5 ou 6 dimensions mais surtout, en mouvement, dynamique. Donnons sa part au chaos.

Ma vision serait que la pleine conscience quand on arrive à cette dimension serait le détachement, voir le chaos, la reconstruction et ainsi de suite, de l'extérieur, mais notre conscience intérieure (et non le conscient) serait un point fixe qui graviterait autour de tous ces éléments...

Enfin pas facile d'exprimer ce que l'on ressent...
c'est vrai c'est pas simple.
J'en suis arrivé perso à un exercice mental.
J'essayais de me voir tel que je suis, à la base de cette aventure hypnotique. Le but était de réussir "à prendre conscience de ce que je suis". C'était la suggestion, avec aussi "me voir tel que je suis réellement" et des choses comme ça.

Impossible.
Trop immense. J'ai pensé à des souvenirs qui me caractérisent, certains que j'avais oublié et qui font partie de mon identité, qui révèlent une part de moi.

Une part de moi, justement. Comment aller au delà de la simple évocations de bouts de ma vie indépendants pour en trouver l'essence? Ce qui les lie?

Alors quelque chose de très spécial est arrivé. J'ai compris que pour me voir tel que je suis, je dois me voir me regardant me regarder. C'est la seule manière d'être fidèle à ce que je suis réellement. Je me suis alors senti comme une sphère mentale avec à l'intérieur, moi assis qui me regarde à l'intérieur de mon esprit. Alors j'ai rajouté un niveau, et petit à petit je m'éloignais du premier moi même se regardant, en même temps que je me sentais revenir à la réalité.

Pourquoi? et bien tout simplement j'ai réalisé qu'il y a une infinité de niveaux qui peuvent être construits, de vision, mais que la réalité, c'est ce que je ressens, ce que j'expérimente, c'est ce qui est là maintenant. Voilà ce que je suis. Un passé en devenir dans un présent continu. La globalité de mon être est en permanence présente en moi, je ne suis rien de fixe, au contraire, je suis de l'énergie en mouvement dans de l'énergie. Quel que soit la hauteur et la fragmentation de mon regard, quand tout est réuni je suis celui qui voit.

A cet instant, j'ai eu le sentiment d'avoir atteint un certain niveau de cohérence, peut être un avant gout de pleine conscience?


Dans la foulée j'ai eu la réalisation de la "suggestion" prochaine sur laquelle je travaillerai, un recadrage à penser...

Je respire, mon coeur bat, une infinité d'informations, d'énergie, agite mon être, certaines dont j'ai conscience, d'autres dont je n'ai pas conscience. Qu'est ce qui fait que j'ai conscience de quelque chose, qu'est ce qui fait que je n'ai pas conscience d'autres choses? la réponse première à été que le plus important pénètre le champ de ma conscience.

Le plus important? les battements de mon coeur, ma respiration, ma mémoire, il semblerait pourtant que certaines choses extrêmement importantes soient gérées en dehors du champ de cette conscience.

Alors ce n'est pas le plus important? non, ce qui touche la conscience, c'est ce dont il est important qu'elle prenne conscience. Voilà une piste...

"L'inconscient", le monde dans lequel évolue la conscience, ordonne la pertinence des choses auxquelles il lui donne accès. C'est lui qui orchestre son balai, et elle virevolte d'informations en informations, se nourrissant du nectar de ces pensées qui éclosent comme l'inconscient sème et arrose.

Il s'agit de faire une pleine confiance à l'inconscient pour nous guider dans notre trajectoire consciente. Et lui faire pleine conscience, c'est aussi faire le plein usage de notre conscience. Le laisser nous guider et découvrir, se laisser entraîner dans la danse, il met le pied devant et nous suivons.
Laisser l'inconscient mener la danse, lui faire confiance pour qu'il ai confiance en nous quand il aura besoin de nous.

Je ne partage pas le point de vue de Eluno, on peut dire que le conscient est autant manipulateur que l'inconscient, ou ni l'un ni l'autre, tout dépend où on se place, car au final tout cela fait partie de nous, nos pulsions sont filtrées par le conscient, mais l'imbrication est bien trop complexe pour incriminer l'inconscient ou le conscient, l'essentiel est de reconcilier nos contradictions.

Mais je dirais que la notion de fractale reflète pour moi ce chaos que nous projetons autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de nous dans nos pensées...

La pleine conscience serait de prendre conscience de ces fractales en nous et de les réunir pour en faire un Etre complet, hum... ? l'équilibre se forme par le déséquilibre et ainsi de suite... comme rien n'est figé dans le temps, comment pourrions nous nous adapter si nous n'avions pas cette capacité de déséquilibre...

Cela me fait penser d'un coup à la fable du chêne et du roseau... (ah désolée pour ceux qui pensent que ça fait bizounours... :lol: , pourtant j'y fait un réel rapprochement...)
ce que j'aime avec les fractales c'est qu'elles ont la légitimité d'une science et encore une grande part de mystère. On dirait qu'à écouter leur symphonie, les esprit s'autorisent quelques envolées métaphysiques qui ne répondent plus aux règles de newton pas plus qu'à celle d'Einstein :D
 
I

Intemporelle

Invité
Kamou, si j'ai bien compris l'essence de votre message, j'adore ce terme "l'essence" car je le trouve très approprié au sujet... et bien je pense que mon message recoupe le votre ou vice versa, donc nous sommes sur la même longueur d'ondes (...), car arriver à la pleine conscience, il faut savoir se détacher de la métaphysique et de nos connaissances pour s'aventurer dans un monde totalement inconnu.

Je partage totalement ce passage entre autres :

:arrow: Pourquoi? et bien tout simplement j'ai réalisé qu'il y a une infinité de niveaux qui peuvent être construits, de vision, mais que la réalité, c'est ce que je ressens, ce que j'expérimente, c'est ce qui est là maintenant. Voilà ce que je suis. Un passé en devenir dans un présent continu. La globalité de mon être est en permanence présente en moi, je ne suis rien de fixe, au contraire, je suis de l'énergie en mouvement dans de l'énergie. Quel que soit la hauteur et la fragmentation de mon regard, quand tout est réuni je suis celui qui voit.

A cet instant, j'ai eu le sentiment d'avoir atteint un certain niveau de cohérence, peut être un avant gout de pleine conscience?


On peut appeler ça "l'âme", ou "l'énergie" de votre être, qui elle représente le point fixe au delà du conscient et inconscient...

Vous avez fait une belle expérience Kamou. :D
 
Pour reprendre ma définition de la conscience je préciserais : « La conscience est un ensemble de points fixes de la réalité autour desquels s’articulent nos émotions ».
Vous me disiez : « tout sauf un point fixe » et c’est précisément la raison pour laquelle j’ai parlé de point fixe : la réalité émotionnelle, inconsciente change en permanence. Jamais nous ne nous ne baignerons deux fois dans la même eau. Etre conscient d’une pensée ça dure très peu de temps, et le fil associatif se poursuit vers autre chose… La conscience c’est l’ici et maintenant dit-on, mais autant dire que l’ici et maintenant n’existe pas. Et pourtant la conscience existe… La pleine conscience c’est se centrer sur l’ici et maintenant, ou alors, autre approche, c’est tout savoir : mais comment tout savoir puisque c’est notre inconscient qui sait.

C’est tout l’intérêt de cette définition que vous avez plus ou moins perçu, d’ailleurs…

La conscience, telle que je la présente, a pour fonction de capter les points fixes émanant de l’inconscient, du chaos, du désordre apparent. Ces points fixes forment alors un plan, un champ de conscience… et ils ne sont fixes que ce qu’ils peuvent demeurer capable d’être fixe.

En écrivant ces lignes, je suis conscient de ce que j’écris. Les points fixes, ce sont les mots, les phrases, ce sur quoi se porte l’attention et finalement la stabilité dans le chaos de mes sens, de mes émotions, de l'ambiance qui m'entoure. Qu’il s’agisse du présent ou du passé, ces points fixes crée de l’ordre : et c’est cela, la conscience.

Plus j’en parle, plus je m’aperçois que cette définition dissout les dilemmes issus des notions conscient / inconscient. Je ne serais pas étonné de vous dire dans quelques temps que je la valide (au moins personnellement)
 
I

Intemporelle

Invité
Passionnant cette conversation... :D

Ivan, j'ai l'impression que votre message se recoupe avec celui de Kamou et le mien, car il faudrait se mettre d'accord sur sur les termes : pour l'inconscient pas de problème je pense quoique..., mais après on parle de conscience ou pleine conscience et de l'esprit conscient, pour moi, ça fait 2.

L'esprit conscient est par définition le contraire de l'esprit inconscient (pour simplifier), par contre la conscience , pour moi ça représente l'âme, c'est le point fixe de notre Etre, et la pleine conscience serait justement cette projection de notre conscience (âme) dans d'autres dimensions (ou plans, comme dirait Kamou), non limitées par notre esprit conscient ou inconscient...
 
Et justement : est-ce que la définition, telle que je la propose, ne viendrait pas recouper tous ces niveaux de conscience ? Pour aller plus loin, intemporelle, imaginez ce que donne cette définition d'un point de vue évolutif (comme par exemple la pyramide de maslow).
Si conscience = dépassement de soi, alors que ce n'est qu'un ensemble de points de fixes... comment pourrait-on définir ces points fixes ? Cela vous explique, la raison pour laquelle, je trouvais limitative, la théorie de maslow, ainsi qu'un certain nombre d'autres théories qui pronent une sorte de possibilité de "complétude" de l'être humain
 
D'ailleurs, plus j'y réfléchi, plus je me dis que cette définition est au coeur du principe des gestalts. La gestalt n'apparait seulement que parce qu'elle sent des points fixes dans un ensemble. Dans une image floutée, le visage d'un homme n'apparait que parce qu'il semble fixe, ordonné en un nombre de points cohérents : il devient forme sur le fond.
Ouais ouais, y'a pas à chier...( ;-) ) elle me plait cet déf
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 à dit:
Et justement : est-ce que la définition, telle que je la propose, ne viendrait pas recouper tous ces niveaux de conscience ? Pour aller plus loin, intemporelle, imaginez ce que donne cette définition d'un point de vue évolutif (comme par exemple la pyramide de maslow).
Si conscience = dépassement de soi, alors que ce n'est qu'un ensemble de points de fixes... comment pourrait-on définir ces points fixes ? Cela vous explique, la raison pour laquelle, je trouvais limitative, la théorie de maslow, ainsi qu'un certain nombre d'autres théories qui pronent une sorte de possibilité de "complétude" de l'être humain
Et bien ravie que vous reparliez de la pyramide de Maslow, car pour le coup, je ne suis plus d'accord avec ce message.

Donc pour moi la pyramide de Maslow est très pertinente, c'est en haut de la pyramide que nous pouvons et devenons ou découvrons le monde différemment, nous pouvons à ce moment là explorer d'autres plans de conscience...

Ces autres plans de conscience ne peuvent s'expérimenter, pour moi, qu'une fois tous nos besoins primaires comblés...y compris la maturité émotionnelle, tout cela est un tout, qui fait que nous devenons un Etre unifié qui peut expérimenter d'autres dimensions. C'est l'énergie (ou âme) qui est capable d'atteindre ces plans en toute conscience, et non en élucubrations comme dans certains textes...
 
Oui, intemporelle, je suis d'accord.... et, en même temps, pas sur tout. La question est pour moi de savoir ce qu'est le haut de la pyramide et je ne crois pas que cela soit clairement définissable, si ce n'est, comme je le disais, comme un état "de flexibilité maximale". Comment un expert de la psycho, pourrait-il décemment juger de ce que fait un expert du marketing ? Quand bien même l'expert psycho se trouverait en haut de la pyramide, il ne pourrait concevoir de manière claire les besoins de l'expert en marketing... Certes, celui qui fait du marketing aurait tort parce qu'il n'englobe pas toutes les dimensions des besoins humains, mais, de son point de vue il a tout de meme raison, parce qu'il faut qu'il vende plus pour éviter la faillite de son entreprise....
 

Kamou

Membre
L'univers s'observe lui même, la conscience dont nous faisons l'expérience étant la conscience de ce regard...

ce que je reprocherai à votre définition Ivan et qui me paraît "améliorable" (c'est prétentieux, désolé...), c'est que dans "un ensemble de points fixes dans la réalité autour desquels s'articulent nos émotions" vous supposez 1 que les émotions ne font pas partie de cette réalité, et 2 qu'elles sont étrangères à la conscience.
 
Pas vraiment : je prétends, que les émotions font partie de cette réalité mais qu'elles deviennent conscience lorsqu'elles sont des points fixes
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 à dit:
Oui, intemporelle, je suis d'accord.... et, en même temps, pas sur tout. La question est pour moi de savoir ce qu'est le haut de la pyramide et je ne crois pas que cela soit clairement définissable, si ce n'est, comme je le disais, comme un état "de flexibilité maximale". Comment un expert de la psycho, pourrait-il décemment juger de ce que fait un expert du marketing ? Quand bien même l'expert psycho se trouverait en haut de la pyramide, il ne pourrait concevoir de manière claire les besoins de l'expert en marketing... Certes, celui qui fait du marketing aurait tort parce qu'il n'englobe pas toutes les dimensions des besoins humains, mais, de son point de vue il a tout de meme raison, parce qu'il faut qu'il vende plus pour éviter la faillite de son entreprise....
Ivan, vous prenez souvent des exemples peu exploitables, expert psycho/expert marketing, moi je préfère rester sur le sujet de l'évolution de la conscience, la capacité à la réalisation du Soi ou l'individuation (cf Jung), je me répète mais que ce soit la pyramide de Maslow ou la maturité émotionnelle, l'un ne va pas s'en l'autre, le haut de la pyramide n'est pas une fin en soi, c'est simplement pour expliquer que les niveaux ne s'atteignent qu'après certains besoins fondamentaux comblés, c'est uniquement en ça qu'on parle du haut de la pyramide, et qu'on peut s'ouvrir à d'autres dimensions, c'est la réalisation (non matérielle) de notre ETRE, c'est l'accès à un autre niveau de conscience, c'est pas simple de l'expliquer, il faut aussi le ressentir je pense.. ou avoir fait certaines expériences méditatives... :D
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 à dit:
Pas vraiment : je prétends, que les émotions font partie de cette réalité mais qu'elles deviennent conscience lorsqu'elles sont des points fixes
Les émotions négatives au niveau de la pleine conscience n'ont plus d'impact sur l'individu, car il est sur un autre plan de conscience. Ces émotions ne sont pas bloquantes. Il SAIT c'est tout, qu'il est une particule d'énergie se reliant à toutes les autres, est ce cela que vous appelez un point fixe ?
 
On pourrait traduire le terme de "point fixe", par point saillant, point remarquable, invariable (dans le temps par exemple). La pierre au milieu de l'eau d'une rivière qui coule est le point fixe de la réalité de l'eau de la rivière.
Pour donner un autre exemple - souhaitons-le exploitable - je penserais à la gestalt théorie :
il suffit de disposer de 4 points sur une feuille, comme ceci :

° °
° °

pour qu'on prenne conscience d'une forme carrée qui, en réalité, n'existe pas.... Cette disposition de l'esprit semble plutôt innée, d'après les tenants de la gestalt-théorie
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 à dit:
On pourrait traduire le terme de "point fixe", par point saillant, point remarquable, invariable (dans le temps par exemple). La pierre au milieu de l'eau d'une rivière qui coule est le point fixe de la réalité de l'eau de la rivière.
Pour donner un autre exemple - souhaitons-le exploitable - je penserais à la gestalt théorie :
il suffit de disposer de 4 points sur une feuille, comme ceci :

° °
° °

pour qu'on prenne conscience d'une forme carrée qui, en réalité, n'existe pas.... Cette disposition de l'esprit semble plutôt innée, d'après les tenants de la gestalt-théorie
Alors là je m'éloigne vraiment de nos échanges précédents... je ne vous suis plus du tout ... Et quel rapport vos 4 points avec la GESLTALT THERAPIE ?... :roll:
 
La gestalt thérapie repose sur la gestalt théorie. Tout le principe de fond/forme vient de là.

Vous connaissez surement ces dessins ou l'on voit deux visages qui se font face avec un chandelier au milieu. En fait on voit soit le chandelier, soit les visages... selon qu'on prenne le chandelier pour le fond du dessin, ou au contraire pour la forme du dessin.
Je soupçonnais depuis longtemps que la conscience est une gestalt de l'inconscient, mais je n'arrivais pas à comprendre comment elle s'y prenait pour l'être...

En fait, elle puise dans l'inconscient, dans les émotions, les points récurrents, les points stables, pour ainsi nous éviter l'impression d'un tourbillon émotionnel chaotique....
 

Kamou

Membre
Ivan.67 à dit:
On pourrait traduire le terme de "point fixe", par point saillant, point remarquable, invariable (dans le temps par exemple). La pierre au milieu de l'eau d'une rivière qui coule est le point fixe de la réalité de l'eau de la rivière.
Pour donner un autre exemple - souhaitons-le exploitable - je penserais à la gestalt théorie :
il suffit de disposer de 4 points sur une feuille, comme ceci :

° °
° °

pour qu'on prenne conscience d'une forme carrée qui, en réalité, n'existe pas.... Cette disposition de l'esprit semble plutôt innée, d'après les tenants de la gestalt-théorie
Je me sens d'humeur chipoteuse décidément... :p
dans la réalité de l'eau de la rivière, la pierre immobile nous rentre dedans...

mais j'adore l'image avec les carrés!! :D Et l'idée qui en découle.

Comme si notre psychisme était composé d'ouragans.
Alors dans la lune, nous sommes celui qui observe la Terre à travers les yeux des cyclones...
 
Pour l exemple de la pierre au milieu de l'eau, notre regard va s'arrêter sur la Pierre. La Pierre étant l élément différent, on va voir cette Pierre en premier. Et cette Pierre nous fait alors prendre conscience de l'eau...

(tout dépend de la taille de la Pierre néanmoins)

Pour les 4 points sur le blanc, nous voyons en premier les points, car ils sont différents du reste et nous stimulent. On les fait ressortir du reste. Ils sont l'élément intéressant. Ils sont identiques et le cerveau les relie. Et nous connaissons la forme carré, alors ça donne carré , qui est ici suggéré... Et crée, même s'il n'est pas dessiné.

Nous construisons ce que nous voyons.

En gêneral nous regardons un arbre (son tronc, branches, feuilles) dans ses formes pleines. On ne regarde pas l'espace entre ses feuilles. Si on le faisait, ça changerait radicalement notre perception du réel et les idées qui en découlent.

Notre regard se fixe sur quelque chose (nous ne sommes pas en defocalisation tout le temps, en zone floue) comme la conscience va se choisir un point de fixation, souvent le même d'ailleurs.

Toute l'astuce consiste à modifier ce point de fixation, si notre vie va mal.
 
katia (zoulouk) à dit:
Pour l exemple de la pierre au milieu de l'eau, notre regard va s'arrêter sur la Pierre. La Pierre étant l élément différent, on va voir cette Pierre en premier. Et cette Pierre nous fait alors prendre conscience de l'eau...

(tout dépend de la taille de la Pierre néanmoins)

Pour les 4 points sur le blanc, nous voyons en premier les points, car ils sont différents du reste et nous stimulent. On les fait ressortir du reste. Ils sont l'élément intéressant. Ils sont identiques et le cerveau les relie. Et nous connaissons la forme carré, alors ça donne carré , qui est ici suggéré... Et crée, même s'il n'est pas dessiné.

Nous construisons ce que nous voyons.

En gêneral nous regardons un arbre (son tronc, branches, feuilles) dans ses formes pleines. On ne regarde pas l'espace entre ses feuilles. Si on le faisait, ça changerait radicalement notre perception du réel et les idées qui en découlent.

Notre regard se fixe sur quelque chose (nous ne sommes pas en defocalisation tout le temps, en zone floue) comme la conscience va se choisir un point de fixation, souvent le même d'ailleurs.

Toute l'astuce consiste à modifier ce point de fixation, si notre vie va mal.
C'est exactement ce que j'aurais aimé dire, katia ;-)
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut