1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Euthanasie

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par xorguina, 25 Juin 2014.

  1. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
  2. lod

    lod Membre

    Inscrit:
    23 Juin 2014
    Messages:
    35
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    750
    que pensez - vous de "l'acharnement thérapeutique" affaire Lambert , Bonnemaison" suicide assisté , acharnement thérapeutique ,euthanasie, soins palliatif.........................?

    coucou xorguina , un peu moins d'hypocrisie. Décision en effet "sage". A quand, l'arrêt du "déni" dans cet société face à la fin de vie , loi leonetti 2005. Cela , fait belle lurette que lorsque le patient est en fin de vie en soins palliatif certains ont choisi l'arrêt de l'acharnement en aidant mais bien sûr sans le dire : " l'ange de la mort": 12 décembre 2013 l'affaire de l'aide -soignante d'une maison de retraite près de Chambéry ..... Combien d'autres affaires , pour faire façe à la vérité ? Vous en pensez quoi ?
     
  3. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    455
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Meilleure Réponse
    Sous des motifs de transparence, ne risque-t-on pas de protocoliser l'euthanazie, en définissant juridiquement des critères d'extermination ?
     
  4. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    455
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Quel critère d'extermination retenir ?

    Lorsque la personne ne parvient plus à trouver l'hypnose de vivre ?
    Mais certains vivent toute leur vie sans hypnose.

    Lorsqu'un malade n'arrive même plus à sourire ?
    Mais certains ne sourient jamais.

    Lorsqu'une personne ne communique plus ?
    Mais même les plantes vertes communiquent si on a la main verte...

    Peut on donner la mort par hypnose ?
    Faire aider à faire comprendre à la personne qu'elle a le droit de lâcher et de s'en aller ?

    J'ai "assisté" à plusieurs dizaines de départs pour le "grand voyage"
    Certains refusent obstinément de partir.

    Les infirmières m'avaient interpellé pour un vieil agriculteur solitaire, en bout de course de son cancer pour lesquelles elles étaient démunies +++
    Triste spectacle de cet homme cachectique torturé par sa fin.

    J'ai été le voir vers 20 heures, dans son lit il était crispé dans l"angoisse de l'arrivée de la nuit.
    Je l'ai écouté et il m'a écouté, mais on a pas eu besoin de se dire grand chose rien qu'en se regardant...
    Il m'a demandé ce qu'on pouvait faire pour lui
    et on a parlé de la nature, je lui ai expliqué que même en médecine c'est la nature qui souvent, avait le dernier mot, et qu'il ne fallait pas l'oublier, savoir se confier à elle...

    Il a souri et s'est endormi avec son hypnotique et ses anti-douleurs.

    Quand je suis arrivé le lendemain matin, l'infirmière m'a dit qu'on l'avait trouvé mort dans son lit.

    Je pense qu'il avait gardé son sourire.

    Certains diront qu'une petite séance d'hypnose avait suffi à l'aider ?
     
    Dernière édition: 26 Juin 2014
    Victoire apprécie ceci.
  5. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Je suis son affaire depuis quelques années
    J'avais déjà déposé içi mes pensées à ce sujet qui sont aidantes jusqu'à la fin du corps physique .
    Après tout, nous l'avons bien admis pour les animaux .

    Certain(e)s continuent à aider au repos (de l'âme) après cette fin

    Il a fallu 7 ans, 7 longues années pour passer de la prison à l'acquittement

    Il faut bien ce temps à une évolution de conscience et ainsi passer d'une extrème à l'autre

    Ce jugement est un appel aux politiques pour qu'ils reprennent la loi et accepte et prennent les demandes des patients en consédération

    J'y vois une grande humanité compassitante .

    Je me souviens de mes 21 ans dans l'aile des sida , à cet époque pas de tri thérapie et ils tombaient tous comme des mouches

    La honte de cette maladie, les patients, famille démunies devant la mort certaine.

    J'en garde un souvenir fort

    J'ai tenu des mains jusqu'au dernier souffle pour ne pas les laisser mourrir seul et pourtant ses infirmières qui venaient de faire leur piqure savaient que leurs coeur lacherait cette fois çi et j'en ai vu d'autres encore avec lequel je me suis souvent intérieurement rebellée



    Alors OUI je dis OUI à la fin de l'acharnement thérapeutique !et soutient notre Docteur Bonne Maison et fini cette hypocrisie afin que le corps médical puisse prendre légalement leur responsabilité vis à vis des patients

    Je souhaite que le Docteur Bonne Maison réintègre le corps médical.

    Cet homme ne conçoit pas sa vie professionelle sans être auprès de ses patients, comment le pourrait'il ?

    Si ce n'est pas le cas, il a souhaité devenir hypnothérapeute !!!
     
  6. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3728
    J'aime reçus:
    452
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Il y a quelques mois j'ai fait un stage sur l'accompagnement des personnes en fin de vie et en deuil, très intéressant, très enrichissant et il m'a permis de voir certaines choses différemment, de repenser ma définition de l’euthanasie et son utilité en fonction des soins palliatifs, de vrais soins palliatifs.
    Dans la médecine moderne on perçoit souvent la mort comme un échec, un échec des soins mais je ne le conçois pas comme ça. Pour moi la mort est inéluctable, inévitable et on se dirige vers dès que l'on nait, c'est bien la seule chose dont on puisse être 100% sûr dans la vie: un jour on va mourir. Entendre des phrases comme "on est jamais trop jeune pour mourir" m'a fait du bien, reconfirmer que la mort fait entièrement partie de la vie, qu'elle est naturelle, et qu'elle peut arriver à tout moment. En se replaçant dans ce genre de pensées alors je pense qu'on peut se tourner vers une vision des soins palliatifs: on arrête de tenter de soigner et on accompagne, on accompagne en cherchant le maximum de confort, pas les soins curatifs, non, mais de bien être, et si pour stopper la douleur il faut utiliser des produits qui peuvent raccourcir l'espérance de vie alors ok. Ce n'est pas de l'euthanasie mais du bien être qu'on procure, même si ça peut provoquer la fin un plus rapidement.
    J'étais plutôt pour l'euthanasie dans le sens où le but c'est de mettre fin aux souffrances. Mais je ne suis plus sûre parce que qui décide qu'une vie vaut la peine d'être vécue? Quel message transmet-on concernant la valeur de la vie (et la question a son importance sociale quand on voit les effets pervers de la peine de mort)? Ne peut-on mettre en œuvre d'autres moyens pour apaiser les souffrances? Quitte à risquer la vie, mais dans ce cas on est dans une balance bénéfice-risque et non pas dans de l'euthanasie.
    C'est un sujet que je trouve difficile et pour l'instant j'ai beaucoup plus de questionnements que de réponses. Et j'en remercie sincèrement ma formatrice.

    Concernant cette affaire médiatique j'approuve un des commentaires que j'ai lu suite à l'article sur Rue89, la personne disait en substance qu'on ne le tuait pas, qu'il était mort en 2008. Je ne pense pas que ce soit une affaire d'euthanasie mais d'acharnement thérapeutique. On ne tue pas la personne quand on la débranche on la laisse mourir naturellement.

    L'histoire de Surderien me rappelle une femme âgée que j'ai vue pendant plusieurs jours avant son décès à l'hôpital. Il n'y avait pas de communication orale, mais je suis restée plusieurs heures dans sa chambre juste parfois à lui tenir la main. Elle était semi-consciente: elle réagissait à certains stimuli mais c'était très vague, et pourtant rien que de sentir ma main elle réagissait, elle serrait un peu la main, sa respiration se calmait etc.
    Je n'ai pas d'expérience dans ce domaine (ou si peu) mais j'ai l'impression qu'on se fait une image de la mort terrible, forcément très douloureuse et que rien n'apaise mais je n'ai pas l'impression que ce soit vraiment ça. J'ai vraiment peu d'expérience mais d'après ce que j'ai entendu dire de personnes qui ont plus d'expérience ça peut au contraire se passer bien, tout en douceur, et parfois il suffirait de médicaments, de soutien moral, d'une présence, d'une écoute, de quelqu'un capable de rêver pour améliorer les choses.
     
  7. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Les soins palliatifs ont été mis en place quand ? 2000 ou 1999 il me semble, disons 2000

    Depuis 2000 on mets des protocoles de "fin de vie" qui vise à améliorer cette qualité de vie ? qu'on les patients en fin de vie

    C'était déjà dans l'air, sans en avoir l'air...

    Il a fallu que certains toubibs OSENT !!! (car il y en a eu d'autres toubibs qui ont fait de la tolle ! pour défendre leur éthique et surtout leurs intégrité !!! ) A FIN que justice soit rendue aux patients et au Docteur Bonne Maison

    Jugement UNIQUE dans l'histoire de la médecine et pas peu fière qu'elle se passe au PAYS BASQUE :)

    Ils vont enfin pouvoir écouter leurs patients et ne plus s'acharner bêtement.

    Suis contente qu'on ne s'acharne plus ni sur les bêtes ni sur les humains ....
     
  8. lod

    lod Membre

    Inscrit:
    23 Juin 2014
    Messages:
    35
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    750
    c'est vrai tout ça . Et si on reste dans une logique d'accompagnement dans la vie , "maternité"= naissance , " organismes sociaux"= accompagnement dans la vie de tout les jours.

    Alors pourquoi pas inventer : "l'accouchement de la mort" = fin de vie / vieux jours ; aidés où pas par : hypnotiseur et pourquoi pas magnétiseur ainsi que bien sûr médecins ,infirmières ; psy pour le dernier accompagnement ?Mais tout ça n'est pas gratuit ............................................
    Mais , il faut le temps au temps . On n'en n' est encore qu' à la pensée (que faire? Avons-nous le droit? oui mais non? avec tous , vous croyez?
    et les croyances ? On n'est pas des animaux ? etc....................................et donc il y aura encore des couacs............. même si ponctuellement...........................................
     
  9. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Figure toi que justement je pensais que ce mot "euthanasie" n'était pas adéquate

    Je me disais en remontant mes tomates ce matin que c'est état nazi était justement tout ce temps d'acharnement thérapeutique

    Et en cette matière, les nazis ce sont bien acharné et nous avons continué

    C'est peut être dur ce que je dis, mais c'est le fond de ma pensée

    Alors oui, inventons un autre mot !
     
  10. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3728
    J'aime reçus:
    452
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Le mot "mort" fait pas mal peur d'ailleurs, on préfère parler d'accompagnement en fin de vie que vers la mort. Et on isole les morts et les personnes en fin de vie, on perd nos rites et rituels ce qui rend les deuils plus difficiles.
     
    Régis22 apprécie ceci.