Formation Hypnose

Euthanasie

  • Initiateur de la discussion xorguina
  • Date de début
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
On vois ici le malaise induit par un carcan législatif, c'est très douloureux avant on laissait le dieu de la technique ( le corps médical ) décider et là tout le monde s''en mèle.

personnellement, j'ai un grand malaise...
car pour faire les choses légalement ....
Il 'agis ici tout de même de laisser un être dans un état végétatif simplement mourir de faim, MAIS...
est t'on vivant ou peut on parler d'un homme ?

Donc c'est la seule façon légale de le faire...
à un détail près non évoqué ici... Et j'en profite pour le rappeler à chacun de vous :
Une telle situation peut arriver à chacun :
au delà des croyances et en plein respect d'aspect religieux décidez MAINTENANT, de la possibilité de donner ses organes...
Il est difficile certes de se projeter dans le pire pour chacun d'entre nous.
Lasser le choix à ses proches peut conduire aux pires situations.

Reste en effet ses pression sur le corps médical.
Et les personnaliser sur une seul personne .
Cette affaire s'envenime depuis des années et on se refile la patate chaude,
Le dossier est maintenant complètement pourris et il est impossible d'en sortir par le haut.

L'efficacité des milieux intégristes est puissante, (j'y ai gouté merci !)
et ce climat est dégueulasse !
Toutes les peurs archaïques, les fantasmes ressortent.
à vrais dire, c'est vraiment de l'hypnose pour le coup.

Ayant baigné dans ce milieux, j' ai vraiment l'impression que il y a une forme de spécificité chez les catholiques...
l'absence de lâcher prise
Un refus de faire le deuil, ou plus probablement un déni complet, une sidération, à quoi bon inventer le concept de la vie éternelle au sommet des cieux pour ceux qui restent, pour se retrouver dans une béchamel pareil ?

Il manque aussi dramatiquement de possibilité de rites et de libertés de se créer des passages ou des cérémonies spirituelles en dehors des croyances.
Ce type est un héros, cette France royaliste et encore napoléonienne devrais lui accorder l'ordre national du mérite ou même une légion d'honneur à titre posthume.
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Le juridique et la technique vont tuer l'humanisme,
dans une grande liquidation de l'inutile.

:(
 
F
fredhypnose
Membre
messages
17
Points
1 110
Prudence à dit:
Le mot "mort" fait pas mal peur d'ailleurs, on préfère parler d'accompagnement en fin de vie que vers la mort. Et on isole les morts et les personnes en fin de vie, on perd nos rites et rituels ce qui rend les deuils plus difficiles.
Je partage cette vision.
 
Régis22
Régis22
Membre
messages
19
Points
1 060
Localisation
Louargat
Moi aussi Fredhypnose!
 
C
collinmad
Membre
messages
92
Points
1 610
Age
52
jeangeneve à dit:
On vois ici le malaise induit par un carcan législatif, c'est très douloureux avant on laissait le dieu de la technique ( le corps médical ) décider et là tout le monde s''en mèle.

personnellement, j'ai un grand malaise...
car pour faire les choses légalement ....
Il 'agis ici tout de même de laisser un être dans un état végétatif simplement mourir de faim, MAIS...
tu sais en fin de vie on ne nourrit plus les malades et on a constate que ca n'occasionnai pas de soufrance suplementaire que du contraire:ils ne souffrent plus de l'inconfort lies a la digestion
est t'on vivant ou peut on parler d'un homme ?

Donc c'est la seule façon légale de le faire...
à un détail près non évoqué ici... Et j'en profite pour le rappeler à chacun de vous :
Une telle situation peut arriver à chacun :
au delà des croyances et en plein respect d'aspect religieux décidez MAINTENANT, de la possibilité de donner ses organes...
Il est difficile certes de se projeter dans le pire pour chacun d'entre nous.
Lasser le choix à ses proches peut conduire aux pires situations.

On peut aussi militer pour que les organes soient donnes par défaits c'est a dire que si on a pas refuse le don d'organe ,c'est qu'on laccepte (c'est ce qui se fait en Belgique)

Reste en effet ses pression sur le corps médical.
Et les personnaliser sur une seul personne .
Cette affaire s'envenime depuis des années et on se refile la patate chaude,
Le dossier est maintenant complètement pourris et il est impossible d'en sortir par le haut.

Totalement d'accord.

L'efficacité des milieux intégristes est puissante, (j'y ai gouté merci !)
et ce climat est dégueulasse !
Toutes les peurs archaïques, les fantasmes ressortent.
à vrais dire, c'est vraiment de l'hypnose pour le coup.

Ayant baigné dans ce milieux, j' ai vraiment l'impression que il y a une forme de spécificité chez les catholiques...
l'absence de lâcher prise
Un refus de faire le deuil, ou plus probablement un déni complet, une sidération, à quoi bon inventer le concept de la vie éternelle au sommet des cieux pour ceux qui restent, pour se retrouver dans une béchamel pareil ?

Il manque aussi dramatiquement de possibilité de rites et de libertés de se créer des passages ou des cérémonies spirituelles en dehors des croyances.
Je pense que gentillement ,ca commence a venir...
Ce type est un héros, cette France royaliste et encore napoléonienne devrais lui accorder l'ordre national du mérite ou même une légion d'honneur à titre posthume.
 
C
collinmad
Membre
messages
92
Points
1 610
Age
52
Prudence à dit:
Le mot "mort" fait pas mal peur d'ailleurs, on préfère parler d'accompagnement en fin de vie que vers la mort. Et on isole les morts et les personnes en fin de vie, on perd nos rites et rituels ce qui rend les deuils plus difficiles.
Je pense que parler d'accompagnement de fin de vie n^'est ni hypocrite,ni ne reflete la peur :Car moi comme infirmiere je suis capable d'accompaner des personnes jusqu'à l'ultime seconde de leur vie:mais pas au dela.
D'aileurs personellement je ne suis pas sure que la mort existe (en dehors du corps) et en meme temps je ne suis pas sure qu'elle ne soit pas definitive (apres la mort plus rien'')je ne suis donc pas capable d'accompagner quelqu'un vers un endroit que je ne connais pas..Je suis juste la pour la fin du voyage ici...Et c'est deja pas mal...Je laisse au pretre ou au specialiste de la vie eternelle ou d'une autre forme de spiritualite le soin de s'occuper de l'accompagnement vers la mort...Et je peux temoigner que ces specialistes sont beaucoup moins present que nous en fin de vie...
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
la 1ere réunion des associations de procrastinateurs de France n’aura pas lieu

Deux Vincent à dix ans d'intervalle et qui se ressemblent étrangement :

Ont-ils vraiment eu leur mot à dire ?
 
Dernière édition:
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
surderien à dit:
la 1ere réunion des associations de procrastinateurs de France n’aura pas lieu

Deux Vincent à dix ans d'intervalle et qui se ressemblent étrangement :

Ont-ils vraiment eu leur mot à dire ?

Merci...
là franchement je vote en touche..
à ce stade impossible d y voir clair, on est en pleine désinformation, rumeurs exagérations
les commentaires sont désespérants je ne comprend pas par exemple le lien fait avec le projet de loi...
pour ce cas cela ne résout rien...
ces décision se prennent en équipe, je ne vois pas par exemple comment c'est possible de s'assoir sur l'avis du personnel soignant
comme le prétend l'interwieuvé et cela sur des mois.
il y a un maximum d'incoérances.

Quid du secret médical ?

L'homme n'est qu'un singe, il y a qu'a voir comment il grimpe aux rideaux :(
moi le premier.
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Toute la difficulté de la vocation médicale
c'est de protéger la vie sans jamais donner la mort
que ce soit le jour de la naissance ou le jour de la mort.

Lorsqu'on a compris cela, le mot euthanasie n'appartient pas au vocable médical.
 
Dernière édition:
Prudence
Prudence
Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
collinmad à dit:
Je pense que parler d'accompagnement de fin de vie n^'est ni hypocrite,ni ne reflete la peur :Car moi comme infirmiere je suis capable d'accompaner des personnes jusqu'à l'ultime seconde de leur vie:mais pas au dela.
D'aileurs personellement je ne suis pas sure que la mort existe (en dehors du corps) et en meme temps je ne suis pas sure qu'elle ne soit pas definitive (apres la mort plus rien'')je ne suis donc pas capable d'accompagner quelqu'un vers un endroit que je ne connais pas..Je suis juste la pour la fin du voyage ici...Et c'est deja pas mal...Je laisse au pretre ou au specialiste de la vie eternelle ou d'une autre forme de spiritualite le soin de s'occuper de l'accompagnement vers la mort...Et je peux temoigner que ces specialistes sont beaucoup moins present que nous en fin de vie...
Je n'ai pas parlé d'hypocrisie. Pour la peur, oui, je pense effectivement qu'il y a une peur de la mort et du mot mort qui fait qu'on ne parle pas d'accompagnement vers la mort. Mais ce n'est pas le cas pour tout le monde. Je pense juste que si on évite si souvent le mot c'est que derrière il y a une peur, un malaise. Quand les gens disent "il/elle est parti(e)" au lieu de "il/elle est mort (e)" etc.
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Lorsqu'une personne me dit qu'il n'y a rien après le mort, je lui explique que dans notre monde cartésien, s'il y a du rien c'est qu'il peut forcément aussi y avoir du quelque chose !
Et là on retombe dans l'infini des possibles...

Et sur ce plan, les expériences NDE laissent présager qu'on est bien à l'âge de pierre et que tout reste à découvrir...

:cool:
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
collinmad à dit:
Je ne suis pas au fait de ce qui se passe en France mais je peux constater que tu ne donnes le tord qu'au "corps medical"
Pas d'injure sur la mere de cet homme...pourtant c'est elle qui refuse ,fait appelle a la justice ect...
Le systeme medical a des failles c'est vrai...Mais le patient (et sa famille) fait partie du systeme :c'est meme lui le centre de ce systeme.
Il (sa famille) a une bonne part de responsabilite dans tout cela...
Si nous prenons compte d'une hierarchie alors oui je donne "tord " non au corps médical en entier mais aux dirigeants du corps médical, ceux qui le gouverne et font les lois
Pour la mère, plus difficile pour moi de ne pas être en empathie

En tout premier une mère a du mal a accepter que son enfant parte avant elle , n'étant pas dans la "logique"

Pourtant en donnant la vie à son enfant nous savons très bien lui donner la mort...

Secondo, ses croyances : Ces parents sont catholiques il me semble ; il est donc impossible pour eux d'aller à l'encontre de leur religion , pensant que c'est la volonté de dieu .

Et oui, ils ont aussi leurs moindre responsabilité et tellement plus compréhensible

beaucoup moins pour moi pour ce qui est de la hierarchie qui nous domine .
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
surderien à dit:
Lorsqu'une personne me dit qu'il n'y a rien après le mort, je lui explique que dans notre monde cartésien, s'il y a du rien c'est qu'il peut forcément aussi y avoir du quelque chose !
Et là on retombe dans l'infini des possibles...

Et sur ce plan, les expériences NDE laissent présager qu'on est bien à l'âge de pierre et que tout reste à découvrir...

:cool:

Oui

J'encourage à créer des sages femmes de la mort

Celles qui aideront à l'autre naissance
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
çà existe depuis bien longtemps : ce sont les passeuses d'âmes

Dans bien des hôpitaux, des cliniques, des structures pour personnes agées, se transmet cette capacité, non pas de donner la mort mais d'accompagner le passage vers l'au-delà +++

:cool:
 
  • J'aime
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Oui, exact .

Celles dont je parle, seraient des hommes et femmes qui aideraient leurs patients à mourrir

Les aider à mourrir par l'euthanasie par exemple, encadrés,soutenus, respectés, afin de les aider à justement passer leurs âmes à leurs nouvelles re/naissancesssssss

Si nous agissions plus en adéquation avec la mort, je suppose que les passeurs d'âmes auraient moins de boulot

Et que les entités accepteraient plus facilement d'être mort physiquement

Ils s'attacheraient moins .

Et nous avec ...

:cool:
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Personnellement je pense que lorsque les personnes sont en règle avec leur conscience, elles n'ont pas besoin qu'on leur donne la mort : elles meurent simplement, naturellement, automatiquement lorsqu'elles sentent ce moment présent.
Elles n'ont besoin ni d'exterminateur pour les liquider, ni même de passeur d' âme pour les accompagner.
 
undy
undy
Membre
messages
319
Points
2 460
Localisation
Villeurbanne (France)
Dans le cadre d'un jeu vidéo (on fait avec ce qu'on a hein), j'ai été exposé au problème de l'euthanasie du point de vue du politicien/gouvernant de nation.
Cela amène la question suivante:
"Est-il plus facile de supporter le manque de reconnaissance des personnes à qui on a refusé l'euthanasie jusqu'à pouvoir les soigner, ou bien de supporter les reproches de ceux qui ont survécu pour voir arriver un traitement qui ne peux plus être utilisé?"
Cela fait un peu "colle du bac de Philo", mais je pense que c'est réellement un des problèmes auquel font face les politiques.
 
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
Face au retour au rien, il est possible de poser une "masse" de questions ouvertes et d'induire bien des croyances. (hypnose)
Un mouvement de plusieurs scientifiques commence à avoir beaucoup d'échos en suisse.
probablement suite au brain projet, qui lui même fait maintenant polémique chez les scientifiques.

Le transhumanisme propose de transposer son esprit dans un ordinateur et dans une mémoire de masse et de le faire vivre insi.
pour ceux qui restent ?
Avoir un être cher dans une clef USB comme solution ultime à l'attachement ?
La science prétend souvent qu'elle est la science au delà de toute croyances.
Cela me rassure, je ne suis pas le seul à chercher et à débloquer !

Auras t' il assez de silicium pour tout le monde ?
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
jeangeneve à dit:
Face au retour au rien, il est possible de poser une "masse" de questions ouvertes et d'induire bien des croyances. (hypnose)
Un mouvement de plusieurs scientifiques commence à avoir beaucoup d'échos en suisse.
probablement suite au brain projet, qui lui même fait maintenant polémique chez les scientifiques.

Le transhumanisme propose de transposer son esprit dans un ordinateur et dans une mémoire de masse et de le faire vivre ainsi.
pour ceux qui restent ?
Avoir un être cher dans une clef USB comme solution ultime à l'attachement ?
La science prétend souvent qu'elle est la science au delà de toute croyances.
Cela me rassure, je ne suis pas le seul à chercher et à débloquer !

Auras t' il assez de silicium pour tout le monde ?
Voir le film Transcendance...


Je l'ai vu au cinéma hier soir : l'aboutissement final du Blue Brain Project !

Le chercheur en informatique meurt et son esprit continue de fonctionner immortalisé, intégré, dans son super ordinateur, connecté à tout l'univers par l'électronique d'internet, et son intelligence s'expanse en refaisant le monde.

Exactement ce qu'on subit actuellement dans le fonctionnement hospitalier qui éloigne de l' humanisme au lit du malade par la standardisation technique et la rentabilisation informatique : la médecine se pilote désormais d'elle-même dans la salle centrale par moniteurs interposés.

Tout comme je ne peux plus faire moi-même la vidange de ma voiture car l'ordinateur de bord exige d' être réactualisé électroniquement.

Déshumanisation, rentabilisation, illusion...
 
Dernière modification par un modérateur:
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
L'esprit est énergie et continue de vivre après la mort .


Encore faut il accepter de mourrir !

Beaucoup accepte de mourrir (non attachement )pour ne pas rester prisonnier d'un corps (matière ), d'un système, de croyances (illusions)

Et les politiques aiment à laisser le monde avec ces gens, animaux, nature, prisonnier (pouvoir perverse )de leurs corps (médical ) de leurs systèmes (politique dominante ), croyances (religions ) .
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
surderien à dit:
Personnellement je pense que lorsque les personnes sont en règle avec leur conscience, elles n'ont pas besoin qu'on leur donne la mort : elles meurent simplement, naturellement, automatiquement lorsqu'elles sentent ce moment présent.
Elles n'ont besoin ni d'exterminateur pour les liquider, ni même de passeur d' âme pour les accompagner.
Et tu sais pertinement que ce n'est pas le cas de tous et encore moins d'une majorité et plutôt une toute petite minorité



Imagine les passeurs d'âmes refuser l'aide demandé !

Qu'arrive t'il a ses âmes ? et ! qu'arrive t'il a ces passeurs qui refusent leurs missions d'âmes acceptés avant incarnation ?

Refuser l'aide à mourrir , à passer est inhumain car contraint à la souffrance .
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
jeangeneve à dit:
Face au retour au rien, il est possible de poser une "masse" de questions ouvertes et d'induire bien des croyances. (hypnose)

Quand bien même !

Face au retour au rien, je préfèrerais le rien à un rien

Car ce rien serait l'ultime attachement (souffrance) à un rien (neutre ) .
 
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
Cà en est ou cette histoire ?
des suites à l’arrêt de la cour européenne ?
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Pas de news pour l'instant.

Je vous tiens au courant .
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Le Docteur Bonne maison à tenté à sa vie en voulant se suicider .
Je n'en sais pas plus .
Je suis réellement triste pour lui et sa famille ainsi que tout ses collègues , ami(e)s et âmi(e)s qui l'ont soutenu
Face à de telles pressions comment ne pas désesperer même si l'on sait être juste dans l'adversité des hors cadre, loi .
L'extrème de l'acte pour démontrer que là encore le suicide est un choix conscient ?

Courage l'âm(i)e , courage, ne baisse pas les bras sur ton but , tu es et resteras le pionnier !
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Ce n'est pas de l'hypocrisie, c'est juste une question difficile d'éthique +++
La mort sur ordonnance, ce n'est pas pour les médecins, c'est pour les bourreaux.
Et il n'y a plus de bourreau en France depuis qu'on a interdit la peine de mort.
 
xorguina
xorguina
Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Combien prescrive des doses de cheval d'hypnovel plus morphine alors qu'ils savent que le coeur lachera ?

Je ne les vois pascomme des bourreaux mais comme des laches sous l'emprise de leurs pères, leurs sectes, leurs lois

Sous l'étiquette d'une éthique de serment d'hypocrate c'est une pure et simple hypocrisie
 
Prudence
Prudence
Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
Je pense qu'il y a une différence entre soulager la douleur avec des produits qui présentent un risque et tuer. Mon point de vue a beaucoup changé depuis mon stage sur la fin de vie avec une excellent formatrice: elle accompagne quotidiennement des personnes en fin de vie, c'est son travail, dans cette zone géographique elle nous expliquait qu'ils avaient la chance d'avoir un vrai service de soin palliatif (et pas un pseudo): avec très peu de personnes, où le but n'était plus de soigner mais d'accompagner avec le plus possible de confort vers la mort. Elle nous disait que si les choses étaient faites correctement dans le respect du patient et avec le soulagement comme but premier il n'y avait pas besoin d'euthanasie. Certes, on sait que la morphine est dépresseur respiratoire et que si on augmente les doses la mort peut survenir plus rapidement, mais on soulage la douleur, on ne tue pas directement. Pour certains il y a une différence entre soulager même si ça présente un risque vital (d'accélérer l'arrivée du décès) et tuer.
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
xorguina à dit:
Mon Oncle est décédé Samedi dans la nuit après une chute qui le faisait énormément souffrir.
Ils lui ont prescrit de la morphine mais également de l'hypnovel , DIEU MERCI !
Désolé pourle décès de on oncle, Xorg
Dans son cas précis, les produits et les doses choisies ont probablement été strictement adaptées pour le soulager et l'accompagner au mieux.

On est pas dans le cadre de l'euthanasie où la mort est résolument provoquée.
Nio dans l'hypocrisie non plus.
 
  • J'aime
Pas inscrit ?
Vous n'avez pas de compte ? 
S'inscrire maintenant
ou Inscrivez-vous en utilisant
Nouveaux messages
Votre avis nous intéresse !

Posez vos questions, échangez et partagez votre point de vue sur le forum transe-hypnose.com

Hypnopraticien
Rejoindre la communauté maintenant
Haut