Formation Hypnose

homosexualité

  • Initiateur de la discussion Paul Elie
  • Date de début
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
une personne se présente dans votre cabinet....avec une problématique
et vous découvrez que les causes sont en rapport avec sa sexualité... qui semble être réprimée....
cette personne est homophobe et homosexuelle!
que faire?
dilemne! qund vous savez que le mieux etre de cette personne depend de l'acceptation de ce quell est reellement!
 
K

Karash

Membre
messages
2
Points
580
Age
41
Bonjour,
Alors pour ma part je doit être bisexuel, ou du moins je le suis devenu par événement un peu traumatisant. Je ne suis pas du tout homophobe, j'ai des amis homo, ceci étant j'ai vraiment du mal à me dire que je vais devoir me mettre à 4 pattes pour arriver à un épanouissement. Aussi les mecs ca ne me fait pas bander du tout. Alors je pensais que l'hypnose pouvait faire disparaître çà. Ca me pose pas mal de problème identitaire. Aussi je tiens à préciser que mes parents n'ont jamais été contre ou homophobes et que je n'ai pas de problème vis à vis de la société ou des préjugés étant donné que c'est presque tendance on va dire, sans vouloir me justifier.
 
zoulouk2

zoulouk2

Membre
messages
291
Points
3 060
Euh, pourquoi insister ?
 
nadinegestalt

nadinegestalt

Membre
messages
78
Points
1 460
Age
48
Il y a certaines croyances généalogiques qui doivent rentrer en ligne de compte.
Tu n'es pas obligé de "devoir te mettre à 4 pattes" mais tu peux juste avoir envie : ça change tout !
Maintenant, un homme avec un homme semble poser souci chez les hommes parce qu'il y en a un qui va être "sous", qui va être "moins", qui va être soumis. Et ça c'est difficile chez l'homme qui est l'image de la virilité, de la force .... dans notre société.
Ensuite, un homme est sensé pénétrer, ... et prendre le contrôle en quelque sorte. Or l'homme qui se laisse pénétrer, c'est celui qui se laisse faire, c'est celui chez qui on pénètre alors que dans sa base de données, ça ne semble pas prévu (ça se sont les croyances de base). Et je pense (ça c'est ma ma croyance du coup) que gérer l'intrusion chez quelqu'un qui n'est pas vraiment sensé vivre cela complique les choses, l'intrusion étant l'extérieur qui rentre à l'intérieur, un phallus inversé en quelque sorte. Le taux de suicide chez les hommes homosexuels est pour cela assez révélateur à mon avis.
 
hibou13

hibou13

Membre
messages
1 736
Points
7 160
ceci étant j'ai vraiment du mal à me dire que je vais devoir me mettre à 4 pattes pour arriver à un épanouissement
La classe!
 
K

Karash

Membre
messages
2
Points
580
Age
41
ben je me dis si j'essai je suis fixé, mais l'idée me déplaît et c'est comme si je le refoulais une sorte de désir malsain. Ce qui étrange c'est que avant cet événement traumatisant qui est arrivé quand j'avais 28 ans à l'époque, l'idée ne se posait même pas. Donc il y a une cause et une conséquence que j'ai du mal à accepter et qui a eu une répercussion sur mon mental et donc mon identité sexuelle, ce qui assez pertubant dans la vie de tous les jours. Ca pourrait s'apparenter un peu de la schizophrénie. Et c'est malsain de ne pas l'assumer.
 
nadinegestalt

nadinegestalt

Membre
messages
78
Points
1 460
Age
48
Le plus important est de lâcher le regard des autres.
Si c'est traumatisant, ce n'est pas bon. Si tu n'en avais pas conscience avant, j'ai envie de dire c'est que tu n'en avais pas besoin !
La cause du malaise : le traumatisme. La conséquence : une culpabilité qui gangrène ta pensée. Une culpabilité qui génère un "plaisir" malsain qui t'entraîne dans des questionnements que tu n'aurais pas si tu n'avais pas vécu la situation.
Si tu as subi, ça ne veux pas dire que tu apprécies.
Et c'est sain de ne pas assumer ce que l'on n'a pas envie
 
zoulouk2

zoulouk2

Membre
messages
291
Points
3 060
Je pense à une lecture, la Marquise d' O de Kleist, un roman (pas très long) , qui pourrait vous ouvrir des horizons de compréhension... ou de déclic... C'est iconoclaste, je préviens, émotionnellement c'est du lourd, l'histoire accroche, à lire jusqu'au bout... Pour moi, un chef d'oeuvre, dans ce qu'il ose dire, qu'on soit en phase ou non, ce livre interpelle et surtout vis à vis dun traumatisme vécu, là ça pose question, en plein dans le mille. On est sur de l'hétéro, mais bon, le sexe des protagonistes ne change rien à l'affaire.
 
hibou13

hibou13

Membre
messages
1 736
Points
7 160
Bonjour Karash
Un avis qui n'engage que moi et qui est peut être à coté de la plaque...
Pour moi tu tourne autour du pot (sans allusion). En clair, tu es hétéro, tu as vécu un événement et depuis tu te pose des questions sur cette attirance homo que tu refuse.?

A te lire j'ai l'impression que tu n'as pas d'amis homo , si c'était le cas tu ne parlerais pas comme ça et tu n'envisagerais pas l'homosexualité que par l'acte sexuel ou alors tu n'as pas vraiment compris.
A te lire, (toujours), on ne sais pas si ce qui t'es arrivée est traumatisant par une éventuelle violence ou par la révélation d'une pulsion qui te tracasse envers un homme (d'ou la tentation).

Si c'est le cas (pulsion) dit toi que cela ne remet aucunement en cause ton identité sexuelle. Si tu es hétéro, une "pulsion" n'est pas le signe d'un "virement" vers l'homosexualité, ni même vers la bi-sexualité (du moins pour l'instant dans ce que tu dit). A l'inverse des homos peuvent avoir ponctuellement une relation hétéro sans pour autant le devenir.
Pratiquement tout les hommes, même s'ils ne l'avoue pas, on eu cette tentation, cette question en tête. Certain sont passé à l'acte "pour voir", et alors ? Ce fut positif, négatif selon les cas, mais le plus souvent ce ne fut qu'une expérience.
Liée une envie, une pulsion ou un acte à la remise en cause de son orientation sexuelle est (pour moi et d'autres) le résultat de l'influence de l'éducation, de la morale de notre société.
Nous sommes à ce sujet programmé, par tout un tas de conventions (mariage, fidélité, religion, condamnation de certain acte comme la sodomie (bien que cela évolue) hétérosexualité, normes).
L'hétéro "de base" perçoit l'homosexualité comme la reproduction d'une vieille conception du couple classique mais entre homme. Pour lui il y à donc un homme qui fait la femme et un mec (et parfois s'inverse) d'ou les âneries du genre : qui domine, qui est soumis....qui est à 4 pattes etc... Ceci pour expliquer la répulsion affiché de ceux qui ne savent que superficiellement ce qu'est l'homosexualité. Non, et pour résumer, l'homosexualité est d'abord question d'amour!
Cette envie, pulsion etc... n'est qu'une envie, une pulsion que tu réalises ou pas, que tu fantasmes ou oublie. Cela reste qu'une possibilité d’expérience sexuelle, qui, si tu la vie, te seras agréable ou pas.
Mais en aucun cas une remise en cause de ta virilité, de ta masculinité, ni de ton hétérosexualité.
 
  • J'aime
Zenemoi

Zenemoi

Membre
messages
15
Points
860
Localisation
Lyon
Bonjour, il me semble que cette personne pourrait tirer bénéfice d'une séance "processus de peur des senois",
Toutefois ... je me demande comment elle a formulé son objectif ? Quelle est la problématique "pretexte" à sa venue ?
 
Vous aimerez:
nattur
  • Question
  • nattur
Réponses
1
Affichages
507
moune
moune
L
  • Question
  • lojong
Réponses
5
Affichages
2 K
Hypnopotam
Hypnopotam
A
  • Question
  • apo77
2
Réponses
45
Affichages
28 K
AC.NLP.13
A
Nouveaux messages
D
  • Question
  • DOUCEURDHYPNOSE
Réponses
20
Affichages
261
Bulle de savon
B
A
  • Question
  • Alx00
Réponses
23
Affichages
139
dide70
dide70
D
  • Question
  • DUCOS
Réponses
2
Affichages
75
surderien
surderien
>> Vous aimez cette page ? Inscivez-vous pour participer
Haut