Prudence

Ressource Hypnose et communication positive dans la gestion de la douleur 2014-04-30

gestion douleur hypnose communication positive hypnoanalgésie analgésie hypnosédation anesthésie

  1. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
  2. Meilleure Réponse
    C'est bien construit, mais pour ma part, incomplet mais si les références sont nombreuses, car au final vous ne dites pas comment faire disparaître la douleur en hypnothérapie, (où alors j'ai zappé...)je ne parle pas de gestion de douleur, mais la cause de la douleur, ce qui provoque la plupart du temps le symptôme récurrent...
     
  3. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    La cause de la douleur il faut voir le problème médical derrière, on ne peut pas tout arranger par l'hypnose: si vous avez la jambe cassée elle restera cassée mais il est possible de diminuer ou de stopper la douleur.
    Pour les différentes possibilités j'ai fait un tableau qui présente ceci:
    [​IMG]
     
  4. Oui j'ai bien compris, mais vous parlez de quoi exactement ? de l'hypnose ou d'une fracture ? je fais la différence entre la gestion d'une douleur et guérir une douleur récurrente type douleur lombaire ou tensions cervicales récurrentes(entre autres) sans cause physiologique.

    Votre tableau ne m'apprend pas grand chose, ce n'est pas la communication positive qui apportera une guérison à une fibromyalgie, juste un soulagement temporaire... Dans la vie il y a toujours une cause à effet, mais je n'essaie pas de vous convaincre juste d'élargir un point de vue.
     
  5. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Je ne parle effectivement pas de guérison mais de soulagement, c'est bien le thème de cette synthèse.

    Sans rapport et suite à l'échange de quelques MP, je vais commencer à travailler sur un autre document sur le même thème mais plus simple et surtout beaucoup plus court.
     
  6. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Prudence présente un maping synthétique du panel des possibilités

    Pour faire disparaitre la douleur, on recours à une des possibilités, ou " à plusieurs " en cocktail associatif
    En algologie complexe, on va même associer plusieurs thérapeutes pour que le cocktail soit encore plus "lytique"

    Le principe de base disait ma grand-mère c'est que l'on arrive à faire penser à autre chose...

    Ma grand-mère arrivait toujours à nous faire penser à autre chose, à nous dissocier, à nous sortir de cette contre-hypnose de la douleur et du négatif qui nous vampirise

    Elle m'a transmis le truc et Prudence retransmet tout aussi gracieusement ces méthodes que l'on qualifie d'hypnose ( partir dans autre chose qui fait sortir du conventionnel en échec )

    Je l'en remercie vivement
     
    Dernière édition: 2 Mai 2014
  7. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Merci Surderien.
    Je suis pas mal d'accord avec ta grand-mère et toi, c'est pour ça que je vais faire une version plus simple, moins de théorie plus de pratique pour s'aider et aider les personnes que l'on peut. Distraire un enfant qui s'est cogné, soulager un mal de tête (même si ce n'est que partiellement), limiter sa consommation d'antalgique, augmenter son confort de vie et se rendre compte qu'on a un grand pouvoir sur notre vie.
     
  8. Le soulagement c'est bien, la disparition d'un symptôme récurrent c'est mieux et c'est possible. Maintenant dire :on ne peut pas tout arranger par l'hypnose, je ne sais pas de quoi vous parlez, mais moi je parle d'hypnothérapie qui une thérapie efficace à la base pour traiter la détresse émotionnelle, les douleurs psychosomatiques (douleurs récurrentes).

    La distraction est évidemment un détournement de la douleur qui fonctionne très bien chez les enfants, chez les adultes un peu moins, après il y a douleur et douleur, si c'est juste un choc ponctuel, OK pour la communication positive si c'est une douleur qui date de plusieurs années on utilise d'autres moyens...
     
  9. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    A mon avis vous compliquez des choses simples par manque de pratique.
    L'hypnose est un outil mais pas une panacée.
     
  10. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Le but premier c'est d'éviter qu'une douleur s'enkyste et crée une mémoire neuropathique sans fin ( un ancrage négatif qui s'allume sans arrêt en alerte)
    Un mécanisme épigénétique bien connu des algologues.
    Apprendre à gérer la douleur.
    Que la douleur soit la plus courte et la plus supportable possible.
    :)
     
  11. Surprenante remarque pour un modérateur !o_O

    En matière thérapeutique, j'ai un long parcours professionnel, donc je pense que votre commentaire est un jugement sur ma personne un peu hâtif sans savoir ce que je pratique, qui je suis ...

    Mon approche sur le sujet n'est peut être pas conforme à vos convictions, néanmoins cela ne remet pas en cause mes principes de bases...
     
  12. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Effectivement si on peut éviter la sensibilisation à la douleur... C'est pour cela que j'avais laissé la partie traitant de la physiologie de la douleur, elle prend aussi tout son sens face à des personnes qui "tiennent le coup" en forçant et qui partant d'une bonne intention aggravent et entretiennent le problème.
     
  13. Prudence, j'ai pas l'impression que nous parlons de la même chose, vous parlez de la gestion de la douleur, moi je parle du traitement d'une douleur chronique (x années)...

    Une douleur chronique est toujours l'expression d'un malaise plus profond, c'est ça aussi le but de l'hypnothérapie, d'aller à la rencontre de la mise en place de la douleur.

    L'algodystrophie par exemple a été traité par un confrère que je connais en quelques séances, en allant à la rencontre de la douleur (souvent en hypno analyse)...

    En espérant que mon message est plus clair.
     
  14. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    J'ai posté une synthèse sur la gestion de la douleur, vous enchainez sur le traitement, ce n'est pas le sujet dont je parle. Vous pensez que toute douleur chronique est toujours liée à un problème psy, je ne partage pas cet avis.
    Vous pouvez poster un sujet sur le traitement de la douleur et de ses causes psy en hypno si ça vous tente.
     
  15. zoulouk2

    zoulouk2

    Inscrit:
    16 Avril 2010
    Pour cause de fractures très récente, j'ai expérimenté la douleur, surtout dans l'attente de l'opération. Sous le plâtre, c'était l'enfer, comme un feu qui dévore. Les médicaments distillés dans la perf ne changeaient en rien la situation. Enfin il n'y avait plus de solution thérapeutique proposée, plus de soulagement possible.. Ill a suffi d'un coup de fil et d'entrer dans une colère noire, pour que toute douleur cesse immédiatement. L'esprit occupé ailleurs, j'aurai pu marcher avec une fracture ! Donc je sais à qui penser pour avoir un anti douleur à ma portée !

    Occuper l'esprit ailleurs, dans quelque chose qui l'émeut, le motive + + + (pas forcément que la colère), et la douleur s'en va au second plan pour être oubliée... On ne guérit rien, mais le calvaire est évité sans chimie.

    Bien sûr, il ne s'agit pas de masquer un symptôme.

    L'anesthésie en gant, je l'ai déjà testé à plusieurs reprises avec succès.

    Par contre, il me semble opportun d'agir rapidement, et non attendre le paroxysme de la douleur, car plus la douleur est forte, plus ça peut être difficile de s'en déconcentrer !!
     
  16. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Je suis tout à fait d'accord avec toi Katia, prévenir, commencer à agir tôt, stopper avant que ça flambe. J'ai pensé à toi justement en faisant le tableau, je te revoyais sur le canapé pendant qu'on parlait anesthésie dentaire et locale ^^.
     
  17. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Le cas des blessés amputés lors d'un accident et qui ne ressentent leur douleur que lorsqu'ils voient que leur membre est coupé est aussi assez étonnant...
     
  18. zoulouk2

    zoulouk2

    Inscrit:
    16 Avril 2010
    Quand on voit que le pied n'est plus dans l'alignement de la jambe, et que l'os se fait la malle, on a l'impression d'avoir une jambe, et que le pied est ailleurs, par exemple à deux ou trois mètres, sans connexion... Ce qui est de l'autre coté de la fracture et qui ne tient plus (ou que très partiellement) ne fait plus partie du tout... On est en plusieurs morceaux, le principal et le secondaire.
     
  19. EricL

    EricL

    Inscrit:
    29 Avril 2014
    Y aurait t-il comme un problème d'énoncé, au niveau des dffèrents types de douleurs et de leur cause. Qui feront varier les approches envisageables du tout au tout ?
     
  20. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Ce n'est pas seulement les différents types de douleurs et leurs causes qui font varier les approches mais ce que l'on préfère individuellement. A cause de mon mémoire, de ce que j'étudie si on me dit "douleur" je pense en priorité à l'hypnose et à la gestion de la douleur, pour un anesthésiste ce sera peut être "dérivé morphinique", "antalgique", pour une personne qui souffre de douleurs chroniques "ho non pas encore, je ne vais plus... je vais..." etc. Confronté à une douleur certains vont se demander si ce n'est pas un problème de stress, d'autres vont prendre un cachet, d'autres vont tout faire pour ne pas y penser, d'autres vont se plaindre et bien sûr les moyens sont cumulatifs.
    Là je ne me suis pas penchée sur les causes mais sur la gestion.
    Pareil pour les approches, je n'ai travaillé que sur l'hypnose et la communication positive.
    Il y a différentes approches tant sur les causes (physiologique, psychologique, karmique...) que sur les traitement/gestion (hypnose, antalgiques, respiration, psychogénéalogie, reiki, magnétisme...).

    Surderien, j'avais entendu parler de ce type de choses mais sans... données concrètes, juste des faits rapportés occasionnellement (avec des blessures par balle où le délai d'apparition de la douleur aurait été assez long), tu confirmerais donc ce type de choses?

    Katia, effectivement, la peur (si c'est bien ce à quoi tu fais allusion) est une composante importante dans la douleur.
     
  21. C'est ce que je me disais aussi... mais je pense que Prudence reste trop dans le théorique à cause de son mémoire, ça reste dans une démarche trop intellectuelle et moins dans une approche émotionnelle, sachant que l'émotion déclenche le ressenti, vous êtes d'accord avec cette idée ?
     
  22. Pour ma part, je dirais que oui, la gestion de la douleur est une chose que le praticien apprend à son patient en pratiquant l'auto hypnose, le traitement d'une douleur chronique est un autre travail.
     
  23. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Un mémoire est un mémoire. Ce n'est ni une thèse, ni un livre. Un mémoire ne traite pas d'un sujet de façon totalement exhaustif.
    Il énonce le contexte général du sujet, effleure l'ensemble des aspects mais privilégie un angle particulier. Ici la communication positive dans la gestion de la douleur.
    Ce qui n'est pas suffisamment développé au gout de certain, n'est donc ni un oubli, ni une méconnaissance, ni même le reflet des pratiques de l'auteur, juste un aspect.
    Il n est pas juste alors de laisser entendre que prudence serait ignorante ou limitée au contenu de son doc sous prétexte qu'elle ne developpe pas un sujet.
    Si ce sujet intéresse développons le en exposant exemples/demarche thérapeutique etc mais pas en opposition stérile.
     
  24. Milton17

    Milton17

    Inscrit:
    12 Février 2013
    Merci beaucoup pour ce partage
     
Chargement...