Hypnose et contrephobie?

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par stevak, 10 Avril 2012.

  1. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    Bonsoir a tous.

    J'ai une cliente qui vient me voir pour raison de phobie sociale, peur du regard et du jugement des autres, de l'autorité.
    Durant l'anamnèse, j'apprends que ses parents sont divorcés et que le père "écrasait" sa fille dans sa relation avec elle.

    J'ai fait deux séances durant lesquelles la cliente a du mal à rentrer pleinement en hypnose.

    J'ai l'impression qu'elle a une attitude contre-phobie et qu'elle ne s'autorise pas à descendre en hypnose alors qu'elle en a envie.

    Bien que ce soit possible, je ne pense pas faire ou manquer quelque chose qui fasse que ma pratique l'empeche de descendre en hypnose.
    Mais commenet pourrais-je enlever cette résistance?

    Merci pour vos aides et conseils sur ce point.
     
  2. amrita

    amrita

    Inscrit:
    1 Décembre 2010
    Bonsoir stevak,
    En l'autorisant à ne pas "entrer rapidement en hypnose" saupoudrage...

    En faisant de l'hypnose fractionnée...

    Prenez soin quand même (vous êtes un homme et elle une femme) de mettre de bons fusibles , "elle est libre si elle le souhaite d'ouvrir les yeux et revenir ici et maintenant...
     
  3. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    Bonsoir Amrita,

    Je vous remercie de votre réponse, que je vais utiliser.

    Par contre, je ne comprends pas lorsque vous dites "vous etes un homme et elle une femme", qu'est ce que cela a avoir ici?

    d'autres internautes et d'autres conseils, peut-être?

    Merci bien
     
  4. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    vous et elle luttez contre certains de ses traits de caractère, c'est tout.


    variez vos inductions, essayez confusion, approfondissez et surtout, surtout, commencez par faire le nettoyage du formatage parental....

    c'est de là que viennent les résistances....
     
  5. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Bienvenue Stevak

    Lui serait-il possible d'avoir une autre attitude face à votre "autorité" hypnotique ?

    :(
     
  6. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    :4:
    ds le mille
     
  7. amrita

    amrita

    Inscrit:
    1 Décembre 2010
    Re

    Je veux dire que, au début de ma pratique, j'ai été surprise d'entendre quelques unes de mes clientes dire que c'était agréable de fermer les yeux car j'étais une femme et avec les histoires qui circulent sur le "pouvoir de l'hypnotiseur" elles ne se sentaient pas tranquille avec un homme. D'où (peut-être) la nécessité de bien la recadrer quant à vos "pouvoirs" afin qu'elle se sente libre d'aller plus profondemment en elle....
     
  8. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    Pour rebondir sur ce que dit Amrita, ses problèmes avec l'autorité sont liés à la figure paternelle, qu'elle peut inconsciemment projeter sur vous en tant que son thérapeute.
    D'où le lien avec le rapport homme/femme qui peut (ou pas) être un des éléments de réponse.
    Le travail peut également se faire en transe légère.
    Vous pouvez contourner en lui disant : "Aujourd'hui on ne va pas faire de l'hypnose à proprement parler, je vais juste vous demander de fermer les yeux et d'imaginer que ..." et bim!
    Si elle résiste à aller en transe, autant le respecter et lui dire que c'est parfaitement normal, et la rassurer en lui disant que c'est elle qui a un contrôle complet sur la séance. Peut-être lui proposer de filmer?
     
  9. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    Bonjour à tous,

    Je suis content de recevoir des réponses concrètes et je vous en remercie.

    Je prends tous les bons conseils et ce sont des bonnes matières a reflexion.

    Au dela de tout ça, je me rends compte qu'une "méta-observation" est obligatoire pour pouvoir exercer efficacement.

    Si j'ai bien compris au sujet de l'autorité, ça serait lui faire intégrer que mon autorité de thérapeute n'est pas si importante mais que sa propre autorité a toute son importance, ceci par une position basse, en étant permissif, ou bien par des contournements du type de celui présenté par David. Cela serait susceptible de la remettre en confiance devant ma supposée autorité et en elle-même (la cliente).

    Ai-je bien compris?


    Par contre, @Valikor, qu'entendez-vous par "le nettoyage du formatage parental"?

    Ma cliente revient Lundi prochain, donc je vous ferai part de l'évolution.
     
  10. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    mp pour + de détails à venir....
     
  11. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    Difficile de vous répondre plus précisément sans voir votre patiente.
    Tout ce que je peux vous donner ici, comme tous les autres intervenants, ce sont des suggestions pour vous donner des idées à utiliser ou pas en fonction de votre ressenti pendant la séance.
    A mon avis personne ne peut juste sur un forum dire (et ce n'est pas ce qui se passe ici) : "Voilà la méthode qui fonctionnera sur votre patiente."

    Concernant votre patiente, à votre avis quels sont ses meta-programmes?
    • Référence interne ou externe?
    • Tri sur soi ou tri sur l'autre?
    • ...

    Essayez de faire une petite liste et mettez au point une stratégie en fonction de ça, ça aide souvent quand on bloque.
     
  12. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    oui, oui, je me doute bien qu'il n'y a pas la réponse idéale sur le forum :) et vous m'avez tous fourni pas mal d'outils

    A mon avis, ma patiente est auditive, référence interne, dissocié, veut aller vers plutôt que éviter, elle s'intéresse plutôt au résultat plutôt qu'a l'action. A mon avis, c'est une 6 au niveau de l'enneagramme.
     
  13. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    Deux idées par rapport aux points mis en gras :
    1. ref interne => rapport à l'autorité compliqué, donc se mettre encore plus en position basse et faire beaucoup d'indirect. Lui laisser le choix entre plusieurs possibilités : "Vous préférez rentrer en transe les yeux ouverts ou fermés? Y aller de façon dynamique ou douce?"
      Bref lui donner l'impression qu'elle a le contrôle de la séance.
    2. aller vers => lier l'obtention des phénomènes hypnotiques et l'approfondissement de la transe à la progression vers son objectif : "Et lorsque la main touchera le visage, vous fermerez les yeux et vous détendrez profondément, et vous savez que plus vous vous détendez, plus vous vous rapprochez du moment où votre objectif est atteint".
     
  14. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    merci bien pour cet éclaircissement. Je suppose que les caractères en gras sont du saupoudrage...
     
  15. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    Oui c'était du saupoudrage (vu que ça s'y prête).
     
  16. loja

    loja

    Inscrit:
    3 Février 2011
    Bonjour,

    Si la patiente est 6 enneagramme cela veut dire qu'elle osciller pour ou contre l'hypnose ou le thérapeute. Est ce que vous pouvez agir là dessus?

    Mais je ne suis pas thérapeute et je n'ai qu'une petite connaissance de l'ennéagramme... Ce ne sont que des idées théoriques.
     
  17. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    Je ne sais pas si le 6 oscille pour ou contre le thérapeute ou l'hypnose mais des indication non-exhaustives pour agir la-dessus sont citées plus haut sur ce fil de discussion.

    Cependant, il est clair que les gens de base 6 ont une forte tendance à aller voir un thérapeute pour un pb d'anxiété, de peur ou par rapport a un conflit face à l'autorité. De ce fait, je pense que le thérapeute et son "autorité" sont fortement mis a contribution. De plus, ma cliente est contrephobique, elle remet donc l'autorité en cause, de mon point de vue....Voyez le challenge qui m'attends ;)
     
  18. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    En tout cas tenez-nous au courant de la suite!
     
  19. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    oui avec plaisir, je viens de concocter un petit qqch confusionnel et metaphorique....
     
  20. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonsoir,

    En thérapie d'inspiration systémique on a coutume de considérer que le symptôme est une tentative de solution métaphorique...

    ... et la résistance, le fruit de l'interaction relationnelle entre Patiente et Thérapeute.

    (pour réduire un peu la portée de cette dernière phrase, j'ajoute : ou bien le fruit de l'insuffisance de l'influence sur le système, dudit Thérapeute - ainsi ce que d'autres courants de pensée appellent le transfert, on peut le situer comme ceci : "le T fait au P le même effet que ses proches habituels, et n'arrive pas à sortir du cadre" ...) :wink:

    Merci de nous tenir informés, bonne continuation.

    :wink:


    PS : hypnose ou pas - est-ce vraiment une question qui a trait au fond du problème de la patiente ?

    En première instance c'est plus souvent un problème du T (je n'ai pas parlé de nombrilisme ; je veux dire qu'en général ça ne vaut pas la peine d'en faire une fixation)
     
  21. Lemaléduqué

    Lemaléduqué

    Inscrit:
    1 Septembre 2006
    :wink: :roll:
     
  22. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    Bonsoir à tous.

    Comme convenu, je vous tiens au courant de la séance.

    Pour cette séance, mon objectif était de travailler sur la résistance de la cliente, le thème de la phobie sociale n'a pas été mentionnée volontairement aujourd'hui.

    En début de séance, avant de mettre la personne en transe, j'ai parler de quelqu'un en utilisant une metaphore sur les voyages d'Ulysse: "Et tout come Ulysse, il a fait un beau voyage. D'ailleurs, il vaut mieux etre Ulysse que Pénélope".

    Durant la séance proprement dite, j'ai fait beaucoup de confusion du type "il est parfois utile de se perdre en soi, afin de mieux se retrouver" ou "il faut savoir céder pour mieux s'aider". J'ai été permissif verbal et non verbalement, lui ai donner l'autorisation de s'autoriser. J'ai aussi fait une metaphore au sujet d'un oisillon qui n'osait pas voler pour la premiere fois.

    J'ai voulu faire la séance avec la cliente debout. Cela m'a paru plus judicieux afin qu'elle ressentes une différence de détente plus accentuée qu'assise ou couchée.

    Le résultat: à la fin, elle m'a dit "c'est agréable, mais bon, c'est pas le meme travail que d'habitude, c'est pas de l'hypnose" et " l'histoire de l'oisillon, ça m'a fait penser à moi".

    Elle est descendu plus profondement que d'habitude mais en bonne contrephobique, elle ne m'avoua qu'à demi-mesure qu'elle avait réussi à se detendre. Je dois dire que je me suis senti un peu frustré du fait de ce demi aveu. Je suis pourtant content qu'elle soit descendu en transe plus qu'auparavant.

    Bref, content mais avide de pratique....

    vos commentaires sont les bien venus.

    Merci
     
  23. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    PS: je viens de lire Imtemporelle et David Buffault sur un autre sujet et ça me fait réagir sur l'alchimie entre le praticien et le client....Je ne sais pas si on peut appeler ça de l'alchimie mais c'est vrai que j'ai senti une sorte de "méta-communication" différente aujourd'hui par rapport aux premières séances.
     
  24. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    Pour faire jouer son réf interne tu peux lui répondre :
    • "Comme vous le savez, nous les hypnotiseurs sommes habitués à repérer tous les indices qui montrent que la personne en face de nous est bien en état d'hypnose. Avec les séances que vous avez faites vous aussi avez du les détecter chez vous, parce qu'ils étaient bien présents. Alors à votre avis quels étaient ces signes?"
    • "Aujourd'hui tout le monde sait que l'hypnose n'est pas lié à un état de détente qui ne serait accessible que les yeux fermés et assis, c'est pourquoi nous avons fait ça aujourd'hui. En quoi votre état hypnotique d'aujourd'hui était-il différent de la dernière fois?"


    J'ai déjà eu le cas également qu'on me demande suite à une séance debout plus dynamique si on pourra faire une vraie séance d'hypnose la prochaine fois... :roll:
     
  25. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    David,

    Au sujet de la deuxieme partie de ton message, je lui ai dit qqchose de similaire. Non-verbalement, j'ai bien vu qu'elle avait noté qqch de different.

    Merci pour l'enseignement.

    PS: je vois que tu n'as citer qu'une partie de mon message et non le message en entier. Comment faire ceci?
     
  26. dbuffault

    dbuffault

    Inscrit:
    23 Février 2012
    Tu cliques sur "citer", ça copie tout le message et après tu supprimes ce que tu ne veux pas citer.
     
  27. stevak

    stevak

    Inscrit:
    9 Avril 2012
    Lol, si simple...bonne soirée
     
  28. Lemaléduqué

    Lemaléduqué

    Inscrit:
    1 Septembre 2006
    J'aime beaucoup votre nouveau look M. "stevak" :p
     
  29. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Salut Castorix!

    imaginons (cas réel en fait) une personne perd toute sa famille d'un coup, est traumatisée par le choc et commence à faire une dépression, devient de plus en plus anxieuse, ressasse de plus en plus alors qu'auparavant, elle était capable d'accepter une mort ponctuelle et de lâcher prise ...

    comment peut tu appeler cela une "tentative de solution métaphorique"?

    et si quelque soit le thérapeute, la personne n'arrive pas à changer?

    moi je dirais plutot qu'il manque quelque chose dans la stratégie du thérapeute, pour aider la personne à changer.

    et je dirais plutot que la résistance serait plutot une conséquence d'un ensemble de traits de caractère de la personne interagissant avec le contexte offert par le thérapeute et l'idée même de changer...
     
  30. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Salut Valikor :)

    Tout-à-fait d'accord pour la définition plus détaillée de la Résistance à une action du T : fruit de l'interaction entre T et P.
    C'est bien là ce que je voulais exprimer.


    C'est bien cela, ici la tentative de solution est en effet : ressasser, ce que l'on exprime parfois par "j'y pense tout le temps, j'essaie de tourner et retourner le problème dans ma tête pour trouver une solution..." (loin d'améliorer, cela rend plus pénible la situation, dira-t-on)

    Ou bien dans ce cas difficile d'un deuil multiple, il peut s'agir pour le P de repasser dans sa tête tout ce qu'il aurait pu, ce qu'il aurait du faire, se repasser l'histoire et se faire des reproches etc.

    Bien sûr de nombreuses variantes nous sont présentées tous les jours : penser et repenser encore au problème, se repasser tous les arguments allant dans un sens et dans l'autre, etc.

    Ou essayer de faire changer d'avis quelqu'un, ou encore de se faire pardonner qqe chose par son propre "bourreau" (ce qui aggrave la sujétion), etc.

    C'est là très simplement l'aspect que je considère comme étant "ce que la personne essaie de faire pour faire évoluer son problème" :shock: mais qui aggrave la stabilité du système et donc la pérennité du problème.

    Ensuite comme tu le dis, le T doit apporter un changement suffisant dans le système pour que cela crée un recadrage naturel (ou bien aux forceps, avec des tâches prescrites).

    Exemple de recadrage créé sans effort par le T : alors qu'un mari consulte et se plaint de sa femme, lui proposer de manière provocatrice qu'il divorce en invoquant les torts de son épouse. Ce faisant, comme il sait bien qu'il a des torts (qu'il a soigneusement cachés au T), le P peut parfois décider de lui-même d'y changer qqe chose, histoire d'inverser le déséquilibre de la balance des torts ; car le prétendu "conseil" donné par le T a obligé le P a "essayer" en pensée de tester l'hypothèse de placer les torts du côté de sa femme, mais n'y est pas parvenu... (alors que lors de leurs disputes il prétend très facilement le contraire, pendant qu'il vit le conflit dans l'action).