Hypnose et Mémoire

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par DracJuan, 12 Août 2017.

  1. DracJuan

    DracJuan

    Inscrit:
    5 Août 2017
    Hello !

    Mon premier post, et accessoirement la question qui me tient le plus à cœur pour le moment.

    Comme précisé dans ma présentation, je suis étudiant en médecine. Au vu de la quantité phénoménale de connaissances à ingurgiter, cela fait à peu près un an et demi que j’essaie de trouver un moyen efficace de booster ma mémoire avec l’hypnose. J’adore la médecine, mais la charge de travail me fait parfois perdre pied. J’ai en outre une vie sociale chargée et pas mal de loisirs en dehors de mes études. En cherchant à mieux mémoriser, je suis persuadé que cela me permettrait à la fois d’avoir plus de plaisir à étudier, et de maintenir un équilibre sain entre mes études et le reste.

    Ce n’est pas la première fois que je travaille sur ce sujet, dont je vous présente brièvement l’historique :

    - Janvier 2016 : Tentative de suggestion pour développer une hypermnésie (mieux vaut viser trop haut que trop bas). Echec complet
    - Contact d’un hypnothérapeute de ma connaissance, qui me fait comprendre que ce n’est pas l’hypermnésie que je recherche. En effet, je ne cherche pas à me perdre dans les détails de mes livres.
    - Mars 2016 : Tentative de suggestion pour « être plus efficace »
    o Succès => je découvre et développe des techniques (mnémotechnique, palais mentaux etc) qui me permettent de réduire drastiquement mon temps de travail. Ma mémoire « brute » n’en est cependant pas améliorée
    - Aout 2016 : En relançant la même suggestion, je trouve et adapte deux nouveaux outils, qui me permettent, encore une fois, d’accroitre mon efficacité. Cependant, ma mémoire brute n’en est toujours pas améliorée
    - De Septembre 2016 à Mai 2017 : Je commence à me rendre compte qu’en dépit de toutes les astuces que j’utilise, qui me permettent d’être plus efficace que la majorité des étudiants de ma promo, certains ont une mémoire « brute » phénoménale comparée à la mienne. (pour placer le contexte, je suis rentré en médecine sans avoir à faire une première année (PACES). C’est normalement lors de la PACES que le tri est fait et que seuls subsistent les étudiants avec une excellente mémoire).

    - L’idée de recommencer à travailler sur ma mémoire « brute » me revient en tête. En visant moins haut cette fois (étant donné que ma suggestion sur l’hypermnésie n’avait rien donné). Je cherche sur internet et feuillète quelques livres, mais rien de flagrant. La plupart de ce que l’on y trouve est vise plutôt à favoriser la concentration, ou améliorer sa mémoire pour ses révisions du baccalauréat etc.

    D’où ma question :

    Est-ce que certains de vous ont déjà essayé de travailler sur leur mémoire ?

    Avez-vous connaissance de bouquins d’hypnose/auto-hypnose spécialisés sur ce sujet ?

    Comment-vous y prendriez-vous à ma place ?


    Dans l’attente de vous lire,
    Bon samedi !

    Drac
     
  2. Deasuda

    Deasuda

    Inscrit:
    11 Décembre 2011
    Intéressant !

    Je suis en train de développer un programme axé sur la mémoire pour les étudiants. Ce qui me semble capital c est surtout de comprendre comment le cerveau mémorise, et ensuite de travailler les conditions qui permettent la bonne mémorisation (gestion du stress, meilleur sommeil...). Et puis pourquoi pas se créer des méthodes d ancrage du contenu et d accession à ce contenu ?

    Au plaisir de lire les retours sur ce sujet !
     
  3. bentivegnamichel

    bentivegnamichel

    Inscrit:
    25 Novembre 2007
    la PNL peut t'aider surtout situ as sous la main qui excelle dans ses études demande lui les sous modalité qu'il utilise lorsque qu'il étudie en utilisant les même sous modalité tu arrivera aux mêmes résultat . Pour la procédure tu en trouvera sur internet;La PNL peux certainement t'aider!
     
  4. Deasuda

    Deasuda

    Inscrit:
    11 Décembre 2011
    Moui... mais ce serait dommage de passer à côté de ses propres forces et ressources en cherchant à copier quelqu un de différent non ? efficace à court terme, mais dommage pour le développement de soi :)
     
  5. bentivegnamichel

    bentivegnamichel

    Inscrit:
    25 Novembre 2007
    accepter que d'autres fasse mieux nous, c'est humilité et réel progression, nous ne pouvons être bon en tout nous le sommes dans certain domaines et nous pouvons apprendre race a d'autre certains autre domaine
     
  6. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    le mind Mapping mais je pense que tu dois connaître...
    pas facile de trouver une suggestion pour développer sa mémoire....
     
  7. jumb

    jumb

    Inscrit:
    11 Mai 2016
    J'avais une copine au lycée, elle lisait un texte d'une page deux fois tranquillement, elle l'avait mémorisé (au mot et date près). Elle n'avait même jamais travaillé sa mémoire, c'était juste comme cela.

    Déterminer sa ou ses façons principales de mémoriser aide déjà beaucoup à être plus efficace. Par exemple êrso, je ne connais même pas les 4 chiffres de mon code de CB. Je connais le mouvement à faire, une fois devant la machine pour payer. J'ai retenu le mouvement. Si les chiffres étaient déplacés, je serai alors en grande difficulté. Alors si je veux mieux retenir, il est nécessaire qu'il y ait un mouvement.
     
  8. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    oui ce n'est pas donné à tout le monde cette facilité...
    Perso j'ai beaucoup de mal à croire que l'on puisse demander à l'IC une extension de ce potentiel, d'ailleurs d'après le premier post....
     
  9. DracJuan

    DracJuan

    Inscrit:
    5 Août 2017
    @Deasuda Gestion du Stress et Sommeil sont des points importants, naturellement. Mais aussi, il faut savoir rester concentré un laps de temps suffisant, et travailler en alternant les pauses pour ne pas perdre cette concentration (une étude norvégienne préconise d'ailleurs des sessions de 52 min de travail suivie de 17 minutes de pause. Chiffres probablement personne-dépendants, à prendre avec des pincettes).
    Outres ces conditions, qui sont généralement constantes chez les bons élèves, comment imagines-tu un ancrage du contenu ainsi que son accession ? Il s'agirait par exemple de travailler un chapitre avec une musique donnée, et ancrer la musique au chapitre ?

    @dide70 oui le mind-mapping je connais, c'est une des techniques que j'ai expérimenté. La représentations des éléments dans l'espace permet en effet de mieux mémoriser : "Je me souviens plus => c'était en bas à gauche sur ma fiche, en bleu => ah oui je sais". C'est un plus, mais ce n'est pas suffisant en soi, et les fiches sont longues à faire, c'est pourquoi je ne l'utilise que partiellement. En revanche, pour dégager une synthèse d'un texte complexe (publi scientifique etc), je n'ai pas trouvé mieux

    Pour ton deuxième post, @dide70, ce n'est pas parce que je n'y suis pas arrivé que ce n'est pas possible. Je n'étais peut-être pas mûr à ce moment là pour ça, ou peut-être m'y suis-je simplement mal pris. C'est pour ça que je viens vers vous. Pour d'autres retours. Peut-être aussi dans un démarche de désamorcer d'éventuelles croyances limitantes.

    @jumb Oui, il y a 50% d'aliens de ce style dans ma promotion :) Quand on les voit, on a envie de se taper la tête contre les murs. Mais si on creuse un peu, certains (une minorité hein) ne comprennent pas un mot de ce qu'ils apprennent. Ca reste en tout cas assez impressionnant, et c'est un peu ce que j'aimerais pouvoir développer (ou du moins tendre vers ça).
    C'est très intéressant ce que tu dis sur la manière de mémoriser. De manière générale, même si tu as un sens prédominant dans ta mémorisation (plutôt le visuel pour la majorité des gens, et parfois auditifs pour les musiciens, les mélomanes etc), l'association de plusieurs sens est la meilleure des choses à faire. Ici tu associes le visuel, et le kinesthésique => Tu mémorises facilement ton code de carte bleu.
    En ce qui me concerne, c'est déjà ce que je fais, et j'utilise ma mémoire visuelle aux limites de ce qui est possible (ou de ce que je crois être possible) déjà (mind-mapping, palais mentaux, visualisation etc).

    @bentivegnamichel Encore faudrait-il avoir quelqu'un sous la main qui utilise la PNL. Kevin Finel propose quelque chose qui va dans ce sens là : Retrouver un moment de sa vie qui est restée profondément marqué dans sa mémoire (et non traumatique si possible), enlever le contenu pour ne garder que le cadre (=> les submodalités), et remplir ce cadre avec ce que l'on doit mémoriser. L'avantage par rapport aux submodalités qu'utilise autrui, c'est que ce sont les submodalités qui marchent sur toi que tu utilises.
     
  10. Deasuda

    Deasuda

    Inscrit:
    11 Décembre 2011
    Xactement !
    Ou alors de souligner les chapitres dans différentes couleurs et se souvenir des couleurs.
    Ou alors d imaginer de stocker l information de manière dispersée dans un lieu intérieur (ou un livre intérieur) sous la forme que tu veux (image, son...) et aller la chercher au moment où tu en as besoin.

    Et sinon concentration aussi ca se travaille en hypnose :) Tu te mets dans un grand état de concentration et tu fais un ancrage pour le retrouver quand tu en as besoin.

    Pour la PNL la solution Finel me semble chouette, et faisable par soi même !
     
  11. jumb

    jumb

    Inscrit:
    11 Mai 2016
    Ma copine "alien", elle avait une fonction "photocopieur". Quand elle lisait, elle "scannait le document". En l'observant, j'ai remarqué comme une forme d'hyperconcentration. En gros, elle condensait son effort sur un temps très court.

    Est ce que le fait d'escamoter la compréhension ne permettrait pas de mieux mémoriser des trucs qui n'ont pas vraiment de sens au départ ( ex des dates, certains chiffres ou noms qui ne viennent de nulle part) ?
    Perso, je mémorise plus facilement quand je comprends, mais au fond, ce n'est pas une "mémoire brute". C'est la logique qui me permet de revenir à ma mémorisation.

    Il y a en quelque sorte deux aspects :
    - le temps qu'on met à retenir
    - les méthodes pour consolider ces nouvelles connaissances pour qu'elle deviennent pérennes
     
  12. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    solution Finel en PNL ? Il suffit de remplacer le contenu d'un souvenir par ce que l'on veut apprendre et ainsi de suite avec d'autres souvenir ?
    Comment étendre efficacement sa concentration pour pouvoir l'ancrer ? On se met en AH est on satures tout ses sens ? en Pleine conscience ?
     
    Dernière édition: 13 Août 2017
  13. DracJuan

    DracJuan

    Inscrit:
    5 Août 2017
    @dide70 Non pas exactement. Imaginons, j'ai ce souvenir d'une sortie de lycée en une belle fin d'après midi, je suis avec une jolie fille qui me plait bien, elle me raconte sa vie. Evidemment, mémoire sélective oblige, je retiens quasiment mot pour mot tout ce qu'elle me dit, comme gravé dans du marbre.
    Je reprend ce souvenir, j'efface le contenu (ie la fille, la discussion en question), et je garde le cadre (les couleurs, les sensations que j'ai à ce moment etc). Je m'en imprègne, je le garde "en moi", et ensuite je vais travailler, en profitant de cette "ambiance" particulière qui facilite la mémorisation.

    C'est une méthode que je trouvais intéressante, mais qui n'est pas optimale pour moi cependant. Même si ça marche (disons que je sens que ça améliore "un peu" ma mémoire), j'ai le ressenti que ce n'est pas EXACTEMENT ce qu'il me faut. Tu vois ce genre d'impression ? Comme si l'on essayait de faire rentrer une pièce de puzzle dans un cadre pas exactement fait pour elle.

    Au vu de vos réponses (à tous), qui présentent des éléments intéressants, je me demande depuis quelques jours pourquoi ça ne me convient pas.
    Je pense que la réponse, c'est que je demande quelque chose que j'estime "extraordinaire" = une mémoire de compétition, aussi efficace que je vois chez les Aliens de ma promotion.
    Et inconsciemment, je pense qu'il me faut une métaphore beaucoup plus puissante que "changer le cadre d'un souvenir" ou "jouer sur les submodalités" en PNL. Je trouve ça trop léger, j'ai du mal à "croire" qu'il puisse s'agir d'outils assez puissants pour l'ambition que j'ai de la réussite de la suggestion.

    (Après il n'est là question que de représentations et croyances (limitantes) personnelles. Je pourrais agir là-dessus pour en changer mon ressenti, mais je préfère trouver "le bon outil" plutôt que de changer le câblage de ma façon de voir les choses)

    J'avais lu quelque chose un jour, sur internet ou dans un livre. Un gars qui parlait de la métaphore de l'ordinateur en hypnose. Imaginer son inconscient comme un ordinateur, et au lieu d'effectuer une suggestion, le mec imaginait par exemple télécharger un programme sur internet (de confiance en soir, d'anti-stress etc), et l'installer sur son ordinateur mental. Cette métaphore me plaisait beaucoup, je la trouvais "puissante", concrète !
    Sans trop savoir pourquoi cependant, elle ne m'a pas donné de résultats aussi efficace pour mes sessions qu'une bonne séance avec suggestion.

    Mais je sens ici que c'est quelque chose du même style dont j'ai besoin. Une bonne métaphore bien concrète qui fasse un "déclic" dans mon esprit.

    @Deasuda Oui je fais déjà des ancrages pour la concentration. D'ailleurs, j'ai une méthode d'ancrage que j'ai crée, qui je trouve personnellement très efficace. Je vais vous en parler très prochainement dans un autre sujet, juste que je trouve le temps de l'écrire.
     
  14. neuneutrinos

    neuneutrinos

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Il existe des personnes ayant une grande capacité de mémorisation... sans avoir aucun don ! (et je n'ai pas vu un cas ayant eu recours à l'hypnose)
    La mémoire s'entraine.
    Ces techniques ne sont pas des secrets, et tu en trouves pleins d'exemple en charchant "mentalisme booster mémoire" sur google j'ai eu de bons résultats.
    Une vidéo de Fabien Olicard (mentaliste mais qui fait partager sa passion ;) ) en parle aussi.

    J'ai déjà fais une courte (malheureusement) experience d'hypnose et mémorisation.
    Le but étant de booster ces techniques. Exemple, créer des associations marquante sur une information à retenir.
    On arrive à de bon résultats.
     
  15. Deasuda

    Deasuda

    Inscrit:
    11 Décembre 2011
    Je pense que travailler sur la mémoire impose de déterminer déjà ce que tu veux travailler : retenir le sens, le mot à mot, une liste de mots ?
    Le mentalisme permet, de ce que j en ai vu (mais je serai ravi d être contredit), de mémoriser une quantité limitée d information en un temps très court.

    Or les études de médecine, si tu es bien en première année, nécessitent de mémoriser du mot à mot en grande quantité. A voir donc si ces outils peuvent être mis à grande échelle pour les cours...

    Perso pour mes cours j imaginais une bibliothèque où je rangeais un livre par matière. Et pendant mon apprentissage je copiais le contenu de mes cours dans chaque livre de ma bibliothèque. Et à l examen j allais juste chercher celui dont j avais besoin. Il faut dire que j encode facilement en visuel.

    Pour les auditifs ce serait une collection de vinyle par exemple, ou des fichiers audio dans un ordinateur.

    Pour les kinesthésiques un ancrage dans une partie du corps peut être ?

    Si ça peut aider...
     
  16. neuneutrinos

    neuneutrinos

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Le mentalisme utilisent des techniques de mémorisation. Le temps de mémorisation ça dépendre de la fréquence de sollicitation ( réviser régulièrement )
    et de l'intensité de ce souvenir en mémoire. ( ce qui est la technique qu'explique les mentalistes et ceux ayant une excellente mémoire. )

    en tout c'est ce quil me vient pour le long terme. ..

    Et oublier la PNL ici.
    Un souvenir fort fait intervenir tout le champ sensoriel...

    ou alors il faudrait proposer un "mnémo-model" plus propre à ce genre de tâche
     
  17. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    tu arrivais à retrouver ce qu'il de fallait bibliothèque imaginaire...
    je dois vraiment manquer d'imagination moi...
     
  18. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Bonjour
    Comme vous devez déjà le savoir il existe plusieurs mémoires,des exercices pour les développer et les affiner.
    Ensuite vous avez choisi un enseignement qui demande un grand nombre de connaissances
    Un jour j'ai demandé au médecin avec qui je travaille,comment il faisait pour apprendre ses cours
    Il m'a répondu, à ma plus grande surprise ,qu'il ne les apprenait pas,mais de les écouter lui suffisait pour les connaitre
    Sa fille est devenue avocate à 24 ans
    Peut être il existe aussi une prédisposition génétique?
    Quant à moi,je les lis avec attention ,les relis une deuxième fois pour compléter mes connaissances et me fais des schémas et des questions pour savoir si j'arrive à restituer mes connaissances.Mais je ne suis pas un "bon" modèle car je suis dyslexique et j'ai du m'adapter toute ma vie pour arriver au même niveau que les autres.
    Bon courage pour vos études
    En hypnose j'ai appris à visualiser le moment de l'obtention du diplôme,car notre inconscient fait tout pour nous faire arriver là où l'on veut aller.Voyez le comme votre amis et qui ne risque rien n'a rien,alors ce petit exercice peut vous rapporter gros!
     
  19. Deasuda

    Deasuda

    Inscrit:
    11 Décembre 2011
    Je faisais simple : je mettais tout dans la bibliothèque et ensuite je prenais un bouquin en pensant à la matière que je cherchais, et hop c était la bonne. Je n avais pas besoin d un bouquin par cours. Comme quoi ça peut être très simple !
     
  20. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    Il est certaine très auditif ton médecin...
    Mais oui, je pense que déjà bien concentré avec une bonne forme l'apprentissage est bien meilleurs sans parler techniques...
     
  21. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    Et même avec le temps ça reste ???
    En ce qui me concerne tout ce que j'ai appris, je n'ai jamais chercher à le ranger où que ce soit, et la vérité est que j'ai beaucoup de mal à retrouver une grande partie de cette information.
     
  22. oim

    oim

    Inscrit:
    7 Août 2016
    Bonjour à tous.
    Je souhaiterai intervenir dans votre débat pour changer d'angle.
    La mémorisation prend du temps (si les circuits de synapses ne sont pas câblés comme pour les aliens). Il faut peut-être chercher du côté de l'entraînement, comme pour un sportif doué qui ne s'entraînerai pas. Mais qu'advient-il d'un sportif non doté de qualité hors du commun qui s'entraîne régulièrement.

    S'améliorer avec ses propres ressources pour progresser est une piste qui doit sans doute être explorée.
    Le choix de la métaphore semble pertinente. Préférez l'hypnose à l'autohypnose car se suivre est difficile lorsqu'on se guide.
    BBonne journée
     
  23. neuneutrinos

    neuneutrinos

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Les pros de la mémoire n'ont pas de don. C'est effectivement un entraînement.
    Il y a des états d'esprit plus propice pour mémoriser.

    hypnose ou auto-hypnose ?
    hmmm bonne question...
     
  24. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Oui, je pense qu'un état d'esprit ouvert aux associations d'idées permet d'avoir un vécu adaptatif et projectif

    Il fut un temps où l'humanisme prédominait, notamment dans les études médicales et para médicales et on profitait de ce temps de relation en s'épanouissant.

    Actuellement, on est dans le technologique et le vite : apprendre des référentiels, des standards et faire du copier coller expert.
    Piloté par l'informatique.

    Ce n'est plus une adaptation à l'histoire d'une personne mais le placage d'une procédure requise, à une situation précise, selon la norme la plus récente.

    On ne rend plus sa copie, on case le bon élément dans la case.

    Dans une discussion récente concernant l'éducation, un enseignant disait avoir l'impression de ne plus inviter ses élèves à l'observation, l'analyse, la logique, mais de chercher à plaquer des solutions toutes faites qu'on a en stock en mémoire.

    On supprime les cours en live au profit de formation virtuelle et de simulation sur robots.

    Apprendre à stocker du tout prêt pour le caser sans réfléchir.

    Du bourrage de crâne mode robot.

    Le savoir faire ne s'apprend plus en première année de médecine.

    Elle ne sert qu'à sélectionner les robots les plus rapides.

    Des Aliens très standardisés.

    Programmés à ne pas être humains ?

    Ça prend trop de temps et c'est plus rentable, l'humanisme.

    Cf. Même la sélection par les sciences humaines c'est devenu aussi du "par cœur". Drôle d'expression !

    On ne pratique plus, on applique, on case bêtement.

    Et on gagne.

    :D


    Pas besoin d'hypnose, sauf pour se re-cohérencer cordialement .

    :rolleyes:
     
  25. DracJuan

    DracJuan

    Inscrit:
    5 Août 2017
    @neuneutrinos
    Oui bien sur la mémoire s’entraine. Enfin, en tout cas la mémoire « brute » s’entraine. Et étant en 4ème année de médecine, ma mémoire a déjà eu l’occasion de s’améliorer.
    Mais ce n’est pas parce que qu’elle peut s’améliorer avec l’entrainement qu’il n’est pas possible d’aller encore plus loin avec certaines techniques.
    Par exemple le mentalisme dont tu parles (que je qualifierais plus d’astuces de mémorisation), et dont j’utilise déjà certaines (associations chiffrées pour retenir les chiffres, méthode des locis/palais mentaux, mnémotechniques en tout genre etc)).
    Mais aussi l’hypnose, en tout cas j’espère !
    Sur ton deuxième message : je suis tout à fait d’accord qu’un bonne rétention vient d’une utilisation du champ sensoriel. Cela se retrouve sous l’acronyme SMASHIN SCOPE inventé par Tony Buzan
    En cela, je pense au contraire qu’un jeu sur les submodalités du souvenir à mémoriser (donc de la PNL), peut se révéler assez efficace ! Qu’entends-tu par « mnémo-model » ?

    @Deasuda
    Oui, en fait tu as raison, c’est par là qu’il faut commencer, sur quoi je veux travailler :
    Même si je ne suis plus en première année, j’ai quand même une énorme quantité de matériel à mémoriser sur le très long terme.

    Par exemple, j’ai un cours sur une maladie à retenir. Sommairement, ce cours présente une mise en contexte de la maladie en question, puis les symptômes et traitements (le cœur du cours), et enfin quelques précisions supplémentaires.
    Une fois le cœur du cour correctement appris béton (à grand renfort d’astuce, de mnémotechnique etc), je compte sur ma mémoire brute pour retenir par ci par là des détails sur le reste. En effet, tout apprendre par cœur serait trop long (et donc impossible).

    - Je cherche donc à améliorer ma mémoire brute sur ce point. Avec une métaphore, je dirais que si cette mémoire brute était un filet, et mon cours, un banc de poisson, j’aimerais soit resserrer les mailles du filet, ou agrandir ce dernier (pour accrocher plus de détails).

    - Deuxièmement, je veux améliorer la qualité et la durabilité de ma rétention sur le long terme (afin d’avoir moins de révisions, et donc moins de travail). De plus, j’adore apprendre, mais je n’aime pas réviser. C’est donc un point important à mes yeux, qui me permettrait de prendre encore plus de plaisir à apprendre.

    Ta métaphore de la bibliothèque est intéressante. Je l’essayerais.

    Ta question m’a permis en tout cas de cerner mon objectif. Merci de me faire revenir sur quelque chose d’aussi simple que je n’avais pas aussi bien cerné jusqu’à maintenant !

    @moune
    Tu peux me tutoyer. Oui, chaque étudiant/médecin a ses propres stratégies mentales. Ton médecin est probablement très auditif ! Mais nous sommes soumis à beaucoup de stress et de compétitions. Durant la première année, c’est l’hécatombe, les étudiants arrivent, ou non, à trouver une méthode de travail qui leur correspond. Ceux qui n’y arrivent pas quittent médecine. Avec ce modèle qui marche (formidablement pour certains, et beaucoup moins pour d’autres), peu d’entre eux ont envie de prendre le risque de remettre en question cette méthode. Ils ne cherchent pas l’optimum. Des gens de ma promo compensent le manque d’efficacité de leur méthode par énormément de travail. Moi, je cherche à être efficace, à avoir tu temps pour moi à côté de mes études. Merci pour ton retour en tout cas !

    @surderien
    On sort un peu du sujet, et je sens que cette déshumanisation te touche personnellement. Je me permets de te donner mon point de vue en quelques lignes :

    - Oui en médecine il faut apprendre énormément de choses. Mais ça a toujours été ainsi, n’est-ce pas ? La médecine, c’est ENORMEMENT de choses à apprendre, et des patients toujours différents des cas idéaux. Dans 90% des cas, « coller » des situations cliniques à un patient, même s’il ne présente pas l’archétype des syndromes, ça marche, ça soigne rapidement, tout le monde est content. Quand ça ne marche pas, l’on vous redirige vers les services de médecine interne, qui eux prennent les patients au cas par cas.

    - Les cours en live sont supprimés à cause du sureffectif et des amphis pleins à craquer. Les cours sont disponibles en ligne, et tout le monde peut s’adapter. Personnellement, je suis efficace la nuit, et je trouve ça bien de pouvoir travailler quand je veux ! J'écoute mes vidéos et je fais des pauses quand j'en ai envie.

    - Simulation sur robot : les patients préfèrent que les étudiants apprennent à faire leurs premiers toucher rectaux/vaginaux sur un robot, plutôt que sur eux. Je ne peux que les comprendre J Pour nous étudiants, c’est l’occasion de prendre plus de temps pour comprendre ces procédures délicates.

    - Je suis d’accord que la sélection en médecine manque du critère « humain ». Cependant :

    - Avant d’être le bon médecin humain dont tout le monde rêve, un médecin, c’est des connaissances. Je préfère un médecin compétent mais pas ultra sympa que l’inverse.

    - Deuxièmement, nous sommes quotidiennement au contact des patients lors de notre formation. Ceux qui n’aiment pas ce côté social peuvent s’orienter vers des spécialités de laboratoire. La sélection par l’humanisme se fait donc dans la suite du cursus (post-1ère année)

    - Pour conclure : Oui ce n’est pas un monde idéal, il y a des défauts, mais il y a aussi des qualités à ce système. Moi, j’aime bien regarder les qualités, et me dire qu’apprendre des tonnes de référentiels, certes c’est chiant, mais ça me permet de toucher à tout, d’être plus polyvalent, plus réactif en cas d’urgence, et plus à même de choisir ma spécialité future pour être le meilleur médecin possible.


    Si tu veux réagir à mon propos, peut-être est-il mieux de me faire un MP ou de créer une nouvelle discussion, sinon on risque de noyer celle-là ne penses-tu pas ?


    Drac
     
  26. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Je préfére une tête bien faite qu'une tête bien pleine
    L'idéal c'est un juste équilibre
    Intuitivement, j'ai le plus souvent fonctionné en mémoire associative, ce qui paraît le plus adapté selon la conception actuelle du "connectome" comme on appelle actuellement le cerveau en neurosciences
    Associer la mémoire sensorielle
    -visuelle
    -auditive en lisant à haute voix ses cours et réécouter des enregistrements des cours et/ ou dans une ambiance de musique douce agréable
    - musicale en "chantant" en relisant
    - lexicale à partir d'un mot identifier une famille de mot s'y rapportant: base de la méthode heuristique
    -émotionnelle en se souvenant du ressenti de "cas" précis rencontrés en pratique dans un contexte mémorable
    - odorat pour les odeurs spécifiques : gaz, sepsis, infection pyocyanique, infection clostridium...
    Odeur de méléna, de sang...
    - kinesthésiques par le toucher, le palper, la thermie, la souplesse saine et l'infiltration tumorale ou fibreuse...
    Tout cela s'apprend en clinique "au lit du malade"
    - échanges avec des collègues de promo pour discuter de nos techniques d'acquisitions de mémoire, perso et mutuelles, les perfectionner, en imaginer d'autres...s'associer pour évoluer...
    - les psychos et les orthophonistes savent comment bouster sa physiologie neuro fonctionnelle
    Dommage que çà ne s'apprenne pas en première année et qu'on en prend conscience que bien des années après...
    Si on ne l'a pas oublié avant...
    ;)
     
  27. bentivegnamichel

    bentivegnamichel

    Inscrit:
    25 Novembre 2007
    association et apprentissage cela est utiliser en pnl en jouant avec les sous modalités
     
  28. jumb

    jumb

    Inscrit:
    11 Mai 2016
    Perso, j'y rajouterai le mouvement.. c'est à dire que souvent pour la mémorisation, on est en position assise, parfois des heures. Apprendre en se déplaçant, faire des pauses toutes les 50 minutes avec un peu d'exercice physique afin de faire circuler le sang, oxygénée cerveau.

    Egalement associer certains gestes (ancres) avec un cours particulier ou une thématique. C'est comme une sorte de bibliothèque inscrite dans le corps. Par exemple, je frôle mon nez, et ce sont les cours sur toutes les maladies orl qui reviennent à la surface.
     
  29. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    Meilleure Réponse
    L'hypnose pourrait-elle faire retrouver à quelqu'un un savoir faire oublié, comme jouer du piano ?
    J'ai eu l'occasion de voir cette démonstration, mais es-ce du spectacle ou du domaine du possible ?
     
  30. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    L'hypnose permet d'accéder à d'anciennes réserves poussiéreuses du fond du mental, si on aime chiner dans l'ancien.
    Mais certains préfèrent le neuf et les nouveautés et sont devenus allergiques à la poussière du passé.

    Et ils préfèrent oublier leurs réserves.

    Ils sont très réservés à l'idée même qu'on puisse avoir des réserves en réserve.

    :rolleyes:
     
Chargement...