hypnothérapeute en 30jours attention !!!!!!!!

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Magikstarlight, 12 Août 2006.

  1. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Je m'insurge contre tous ceux ici et ailleurs qui prônent cette croyance, (certes utile aux bidouilleurs qui pratiquent l'hypnose) qui présuppose qu'il n'est pas utile de comprendre pour guérir !!
    Je sais que certaines formations à l'hypnose enseignent cela "pas besoin de tout comprendre pour que ça marche" mais bon sang on ne s'improvise pas psychothérapeute !!!!!!
    Combien de temps est t'on guéri par la magie de l'hypnose ? A votre avis au bout de combien de temps notre conscience vient enfin se poser des questions sur le comment du pourquoi de ce changement ,de cette immense force qui nous a permis de dépasser telle épreuve, guérir de tel symptôme ou phobie ? Les humains sont des êtres de conscience et non des machines à reprogrammer !!!!
    Je sais pertinemment que beaucoup "ne cherche pas loin", mais sachez que ce n'est pas le cas de tous, lorsque je reçois une personne en thérapie, je fais en sorte qu'elle ressorte en ayant trouvé ce qu'elle est venue chercher et qu'elle soit plus consciente, qu'elle donne du sens aux épreuves de sa vie !! Je trouve honteux que des bricoleurs d'hypnose de comptoirs osent faire payer si cher des séances alors qu'il ne sont vraiment pas qualifiés !! Utilisant pour excuses des croyances limitantes reçues dans des formations incomplètes !!
    C'est à chacun d'éveiller son esprit critique, certes il est facile de croire que l'on peut pratiquer l'hypnose sans avoir aucune qualification dans le domaine de la psyché !!
    Personnellement je trouve cela dangereux et vraiment mauvais et surtout malhonnête vis à vis des consultants !!!
    Par contre je reste persuadée que de nombreux hypnothérapeutes sortant des formations en 30jours continuent d’apprendre, d’agrandir constamment l’étendue de leurs outils thérapeutiques ce qui me permet d’équilibrer mon jugement quand aux formations « trop » rapides.
     
  2. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Re: hypnothérapeute attention !!!!!!!!

    bonjour Magicstarlight, je voudrais te répondre sur plusieurs points que tu as cités (et qui sont fort différents)
    je crois que tout le monde sera d'accord avec toi. mais ceci dit nous n'avons pas de test magique qui ferait le tri entre les bons et les mauvais :?

    là tu poses une question que tous mes amis psychanalystes m'ont posée. ils me disent : "ne comprends-tu pas que tu ne peux que déplacer un symptôme (vers un autre) mais que tu ne peux pas le guérir ?"
    je pense que de nombreuses personnes, placées dans une situation disons "identique" (enfin, comparable !) développeront des symptomes différents ou - surtout - pas de symptome du tout ; d'après moi "il faudrait plusieurs causes de désordre, pour pouvoir réussir à créer un déséquilibre"
    et donc un symptome n'est pas inconditionnellement lié à UNE causalité, et l'hypnose pourrait en modifiant des "liaisons" voir disparaître le symptome sans déséquilibrer le patient dans un autre sens. et sans avoir touché au "traumatisme initial" évidemment.

    je ne vois pas de moyen de te démontrer ce que je viens d'avancer :D
     
  3. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    voilà, je voudrais répondre encore à un thème de ton message : tu évoques deux idées
    :arrow: cette affirmation est claire : tu penses qu'il faut être qualifié, expérimenté en psychothérapie, pour pratiquer une hypnose compétente (et efficace).
    personnellement je constate, avec un peu de surprise, que certaines personnes bien gênées par de vrais symptomes, se déclarent mieux après hypnothérapie (et durablement) sans que le thérapeute n'ait tout compris des problématiques du patient, bien loin de là !

    :?: pourrais-tu par ailleurs préciser une autre partie de ton message ?
    stp, veux-tu dire que le thérapeute doit comprendre ce qui se trame, ou bien que le patient lui-même doit comprendre les enjeux pour guérir ?
    merci de préciser :wink:
     
  4. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Bonsoir Castorix !!

    Merci à toi de partager ta visison des choses !!

    Je pense que cela repose sur les valeurs éthiques de chaque praticiens, valeurs qui devraient etres davantage prises en compte lors la remise des « diplomes » aux formations....

    Je n'aime pas beaucoup cette manière insidieuse de me mettre dans le sac des psychanalystes, ce qui premièrement n'est absolument pas le cas et qui, deuxièmement aurait pour effet de discréditer mes propos aux yeux de beaucoup !!! (la psychanalyse étant la bête noire de bons nombres d'hypnothérapeutes, coach et autres praticiens).
    Je suis ouverte à toute les pistes d’observation, d’exploration et d’action de /sur l’esprit humain et non enfermée dans des théories moyen-ageuses !!

    Je suis bien loin de cette croyance ! :D
    Je suis pour déplacer l’énergie anciennement utilisée par un symptôme vers une résolution, la mise en action de la solution contenue dans le symptôme…Et encore faut il amener la personne a la compréhension consciente ou non de la demande du symptôme !!

    Alors expliques moi comment apparaissent les symptômes sans causalité ? Quelle est donc ta théorie à ce sujet ?
    Je pense qu’il est bon de nettoyer en utilisant la puissance du « traumatisme initial » pour réveiller l’énergie de la personne en la canalisant dans la solution dont le but est le changement souhaité par la personne, soit déterminer l’objectif,une fois en transe activer l’énergie du symptôme, créer le passage,le canal de transformation d'énergie, ce qui amène ensuite la personne au but...
    Bien sur je sais qu’il est possible de toucher au symptôme sans remonter aussi loin (traumatisme de départ) mais alors l’énergie du changement sera t'elle aussi puissante ?
     
  5. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    En effet je n’ai pas suffisament développer ma pensée, ce qui apparemment prête à confusion !! Ma position à ce sujet est très nuancée car je constate qu’il n’est pas nécessaire de passer par le chemin des études classiques (diplôme d’état…) pour devenir un thérapeute efficace. J’ai rencontré bons nombres de soignants, thérapeutes (hypno ou non) qui ont pris un tout autre chemin et qui obtiennent d’impressionnants résultats et tous ils continuent sans cesse d’apprendre, d’évoluer, de dépasser le savoir qui leur a été transmis, de se mettre au courant de toutes les découvertes dans leurs domaines, ils se réactualisent sans cesse !! Et ainsi peuvent entamer la chemin de la recherche, expérimenter l’inconnu.C’est tout autre chose que de rester prisonnier des croyances faciles transmises par certains formateurs, du prêt à penser qu’il est tout de même judicieux de remettre en question !!

    J’entends par comprendre le fait de donner du sens (ce qui passe par le mental et qui offre donc des clefs de compréhension), que se soit hyper rationnel ou complètement symbolique peu importe, le tout est que la personne prenne conscience, élargisse sa conscience, prenne conscience de son pouvoir et donc se réapproprie son autorité intérieure :wink:
     
  6. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    échanges

    bonjour Magikstarlight, merci de tes réponses détaillées !

    je te réponds en sucissonnant cela dans plusieurs messages ce sera plus digeste.

    je ne pensais pas t'enfermer dans le sac des psychanalystes :roll: , et qui plus est insidieusement ; mais tu sembles t'être sentie trop assimilée à eux dans mon message. sois plus sympa, ne me taxe pas de ruse ou de tromperie (sens de "insidieux")sans vérifier mes intentions ! :wink:
    ce n'était pas mon :twisted: intention, désolé...
    ça s'arrêtait là.
    et j'observe que tu n'es pas tendre avec eux, lorsque tu sembles les situer ... au Moyen-âge...??! :D (je ris parce que j'ai quand même de bons amis psychanalystes, et qui écrivent des ouvrages très très actuels sur des sujets très actuels, pour lesquels ils proposent des axes de solutions très actuels et intéressants ; je pense à leur tête s'ils te lisaient...)
    mais tu me rassures en écrivant "Je suis ouverte à toutes les pistes ".
    donc tout va bien et nous pouvons continuer à échanger des idées ; ce ne serait pas nécessairement plus intéressant si nous arrivions avec les mêmes...

    ce sur quoi j'aimerais revenir, est l'idée suivante :
    je comprends bien, mais je ne saisis pas ce que tu entends par : amener à une compréhension non consciente de la demande du symptome

    non non, je voulais dire que pour moi il y a conjonction de causalités pour déterminer un symptome ; que (tjrs d'après moi) le thérapeute agit (s'il réussit à favoriser chez le patient la mise en action de processus rééquilibrateurs jusqu'à obtention des objectifs visés) mais qu'il ne réussit pas forcément à tout libérer sous prétexte qu'il a permis la disparition du symptome.
     
  7. Magikstarlight

    Magikstarlight Membre

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    96
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Bonjour Castorix,

    Personnellement je ne trouve pas notre discussion indigeste, cela dit je conçois que se soit le cas pour certains donc peut être ton saucissonnage aura son utilité….

    Bien je ne vais pas développer davantage sur mon ressenti face à la tournure de phrase que tu as employé puisque tu démens l’intention de m’étiqueter de manière stratégique… Je suis sûre que certains psychanalystes évoluent et fort heureusement, je me dégageais juste de l’image populaire du freudien de base…


    En effet je trouve fort intéressant d’enrichir ce débat de nos différents points de vues avec un fond commun qui reste le même, soit l’efficacité du thérapeute…



    Simplement j’exprimais par la que je n’ai pas la prétention de pouvoir affirmer que la personne qui se présente à nous avec un gros nœud ( ce que tu nommes la conjonction de causalité…)sortira de la séance en ayant complètement démystifié consciemment les épreuves qu’elle a traversé . Donc durant la séance, c’est lors de la transe, donc de façon inconsciente qu’elle dégagera la demande du symptôme, et ensuite au fil des jours elle pourra commencer à donner du sens à toutes les causes qui avaient créé un problème, comprendre qu’il n’y a pas de hasard et enfin accepter tous cela grâce au fait que ça l’a mené a grandir, à changer…


    Enfin je garde en moi la question et je la pose à tous, si un symptôme réapparaît d’une autre manière (ou de la même façon) n’est-ce pas du au fait qu’il reste des nœuds qui bloquent l’énergie qui maintient le symptôme et que justement le thérapeute n’a pas su amener le personne a créer ce canal depuis la source jusqu’à la cible ? Donc à libérer toute l'énergie....
     
  8. tojema

    tojema Membre

    Inscrit:
    15 Août 2006
    Messages:
    2
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    860
    Je pense qu'il suffit de lire les "Whites Papers", ainsi que d'autres ouvrages de M.H. Erickon pour se rendre compte qu'il n'avait pas besoin dans la plupart des cas d'une compréhension totale de la causalité pour arriver à
    guérir des patients.


    Jean Marie.
     
  9. heinziwalavie

    heinziwalavie Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2006
    Messages:
    54
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1660
    Localité:
    montpellier
    Il suffit de parcourir ce forum pour ce rendre compte que le niveau des connaissances de chacun, la possibilité de les exprimer par écrit et de les relier à une pratique thérapeutique correspond à un grand bazard ou le hazard bouscule les esprits rigoureux. :shock:
    Nous sommes tous d'accord qu'il n'est pas très difficile d'apprendre les bases pratiques et qu'à ce niveau, obtenir un examen n'écrémera pas beaucoup la déception pour les "tout et n'importe quoi." :x
    Il me semble que l'exigence d'un cursus professionnel adapté comme l'exige certaines écoles est rassurant. :roll:
    Maintenant, la pratique très réguliére de l'hypnose est vraisemblablement indispensable pour faire la différence. Quant aux résultats ils sont, il me semble toujours reliés et correllés à un lâcher prise qui ne mérite pas obligatoirement le regard indiscret du thérapeute sur la plaie pour s'inscrire dans la durée.
    Le prochain colloque de l'IFH en novembre est sur le thème "Hypnose et pensée magique" peut-être pour qu'on ne s'enferme pas dans "régles et techniques?" :wink:
     
  10. Armand

    Armand Membre

    Inscrit:
    21 Octobre 2005
    Messages:
    17
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1090
    En passant, pour reprendre la critique initiale de Magikstarlight, "inutile de comprendre pour changer" est une idée émise en PNL, issue de la pratique d'Erickson, pour qui comprendre était plus une entrave, voire une perte de temps...

    Il n'était toutefois question que des patients... pas des thérapeutes, qui doivent bien évidemment comprendre ce qu'ils font !

    Le débat ci-dessus semble donc être hors sujet, traitant d'une idée qui ne s'applique pas à qui l'on pense.

    La pratique de l'hypnose est infiniment plus complexe et "demandeuse" de connaissances en psychologie que bon nombre d'autres approches. C'est un outil avec lequel on ne peut pas se tromper... Les formations (officielles), genre IFH, IFHE ou Institut Erickson sont suffisamment complètes, a priori, pour former les professionnels (censés avoir déjà les bases pro, donc : médecins, psychologues, psychothérapeutes, coach, etc.).

    Je le répète, l'idée s'adressait aux patients, non au praticien. Comme quoi, souvent, avant de l'ouvrir il vaudrait mieux réfléchir et s'informer ! ;)

    Armand
     
  11. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    aider sans tout comprendre

    bonjour Armand

    la thématique de ce sujet étant assez intéressante, je souhaite... la rouvrir...
    j'ai une opinion différente sur la question
    en effet, s'il me semble à moi aussi indispensable de savoir "où l'on va" lorsque l'on est thérapeute, cela ne signifie pas que je me sente forcément détenteur d'une compréhension des problèmes de mon patient, meilleure que celle qu'il a (de lui-même).
    - je veux bien concéder que parfois ou même souvent j'ai repéré une problématique familiale, générationnelle, ou encore un axe de préoccupation que je relie au symptôme alors même que mon patient ne fait pas le lien -
    mais d'une part ce n'est pas toujours le cas
    d'autre part je serais (me paraît-il) un peu prétentieux de croire qu'une seule clef peut ouvrir la boîte des améliorations !! autrement dit je crois qu'il y aurait nécessairement d'autres voies possibles pour avoir du bon résultat, que celle que j'emploie !
    car je crois qu'il faut plusieurs causes conjointes pour créer le désordre.

    (là je vais oser une présentation faussement scientifique, mais je vous avertis : pour moi c'est une métaphore...)


    certes je ne peux pas réellement prouver cela mais je dirai simplement que par exemple :
    sur une centaine de jeunes femmes dont le mari n'est pas encore prêt à avoir un enfant alors qu'elles le désirent ardemment, et qui se sont dans le passé disputées avec leur mère autoritaire à tendance infantilisante, il pourrait y en avoir dix ou vingt qui souffrent de douleurs abdominales chroniques sur un fond de constipation
    mais si cela se trouve, certaines ont aussi un employeur harceleur, une autre un amant qui l'a abandonnée, d'autres encore ne font pas assez de sport, une pourrait avoir un calcul dans la vésicule, une dernière peut avoir subi des abus sexuels durant l'enfance...
    et à ce moment là ma conviction est : personne ne peut prédire qu'un hypnothérapeute qui aurait compris pas mal de choses de sa patiente, mais ignorerait encore AU MOINS UN élément (celui que vous jugeriez le plus important, et peut-être un autre encore, comme une petite anomalie héréditaire de la longueur du colon), personne ne peut prédire que ce thérapeute intuitif et prudent ne pourrait pas améliorer sa patiente.

    (car) les solutions ne sont pas forcément du même ordre que la cause du problème !!

    (la croyance contraire m'a tenu longtemps enfermé dans un univers trop étroit, où un raisonnement linéaire me tenait lieu de solution unique et... trop souvent inaccessible évidemment)

    je fais partie de ces gens là (à "base pro"), même si je n'ai pas la prétention (ou la faiblesse) de croire que le nombre d'années d'études est un gage obligatoire de qualité
    mais pas pour moi ! je peux l'écrire : ce n'est pas que je n'ai rien compris, c'est ce que je pense.
    et je n'interdis à personne de penser différemment


    ceci dit j'avoue qu'il y a encore 3 ans je n'avais pas compris cela...

    bonsoir à tous
    Castorix
     
  12. Armand

    Armand Membre

    Inscrit:
    21 Octobre 2005
    Messages:
    17
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1090
    Nous sommes d'accord : bien répondu :)

    Armand
     
  13. heinziwalavie

    heinziwalavie Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2006
    Messages:
    54
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1660
    Localité:
    montpellier
    Bonsoir,
    j'ai lu avec intéret la démonstration sur les causes multi-factorielles qui peuvent amener le même symptome chez une patiente, mais je ne suis pas sur de la conclusion que tu en as tiré Castorix! il y a une suptilité qui m'échappe, pourrais tu reformuler? Merci.
     
  14. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    prise de tête

    bonjour W. Heinziwalavie,

    tu es dur avec moi...

    disons (en attendant de savoir si cela répond à ton interrogation) que :

    le symptome est gênant c'est pourquoi on nous consulte, mais il n'est pas l'expression directe d'une seule et unique cause.
    on peut donc imaginer qu'une "intervention" sur un mode hypnotique, travaille sur un levier correspondant à une cause A ; mais (pour le même patient, le même symptome) une autre intervention pourrait travailler sur une cause B et néanmoins chacune de ces 2 approches A et B pourrait être efficace (pour voir le symptome disparaître).

    En effet (je reprends une question de Magikstarlight) l'énergie qui a favorisé la production du symptome peut être redirigée par le patient et être ainsi utilisée en produisant autre chose qu'un symptome

    à moins que quelqu'un puisse me convaincre que l'énergie d'un symptome ne soit déplaçable que vers un autre symptome...

    dans ce cas il faudrait m'expliquer comment il se fait que tous les humains qui ont, par exemple subi un traumatisme ancien, refoulé depuis, ne développent pas obligatoirement une pathologie ???


    là je suis un peu provocateur, non ?
    mais c'est une opinion, pas la certitude d'une Vérité unique...
     
  15. heinziwalavie

    heinziwalavie Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2006
    Messages:
    54
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1660
    Localité:
    montpellier
    Ouf, je crois avoir compris! :lol:
    Et donc j'ajouterais qu'il est impossible de ne pas tenir compte du désir sincére de quitter le symptôme. :?
    Ce qui crédibilise la possibilité des différants leviers. :wink:
    Il y a des jours propices aux avalanches. :idea:
     
  16. Armand

    Armand Membre

    Inscrit:
    21 Octobre 2005
    Messages:
    17
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1090
    Il y a aussi qu'un hypnothérapeute compétent ne se contente pas de "taper" dans une seule voie de solution... d'où la communication multi-niveau en Hypnose Ericksonienne.

    Je lisais l'autre jour les métaphores isomorphiques sur 7 niveaux de communication simultanées, donc 7 solutions potentielles envoyées à la personne... en 1 seule phrase. C'est dans le livre Métaphores, de Lockert (sorti il n'y a pas longtemps).

    Donc, même si le thérapeute se plante de voie, il en tente plusieurs autres en même temps, et provoque même en la personne la possible "auto-résolution" du problème, par l'Inconscient lui-même.

    Comme quoi : une seule technique (l'hypnose) et de multiples voies explorées ;)

    Bonne journée
    Armand
     
  17. mama

    mama Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2006
    Messages:
    4
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    860
    30jours

    salut
    bien ok avec toi,ne pas confondre thérapie brève et formation brève
    Quand Erickson dit que lorsqu'il commence une séance,il ne sait pas encore trop ce qu'il va faire et il fait confiance en son inconscient,il a énormément de connaissances,expériences,théories...dans lequelles il pioche.AU sommet de son art;mais au début,il n'y a que l"apparence de la spontaneité car il y a un gros travail ,comme pour le tango,salsa....ou par la suite on peut ce laiiser aller à l'improvisation
    ne pas croire que l'on peut commencer une séance sans trop avoir de stratégie thérapeutique et de bonne connaissance en psycho,n'est ce pas?
    CORDIALEMENT
     
  18. Purple

    Purple Membre

    Inscrit:
    13 Octobre 2005
    Messages:
    90
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1690
    Encore pire que hypnothérapeute en 30 jours serait quelque chose du genre---Tu as 30 ans tu sais pas trop quoi faire de ta vie, t'es un peu perdu--->

    Deviens hypnothérapeute !!!!
     
  19. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    N'empêche que je vois mal comment quelqu'un qui n'aurait connu ni l'indécision ni l'échec pourrai devenir un bon thérapeute, ne serai ce que pour avoir dans ses souvenirs des souffrances comparables à celles de ses patients.

    Donc je dirai volontiers : "si t'as 30ans et que t'es un peu paumé, soigne toi avec l'hypnothérapie et ensuite tu verra si hypnothérapeute est un métier pour toi".
     
  20. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonjour,
    :roll: heu je n'ai sans doute pas tout bien compris

    ou alors, il n'y aurait pas beaucoup de cancérologues :?

    Bon OK je force un peu la provoc' ...
    quelqu'un qui a souffert de sérieux troubles, et va mieux, peut éventuellement devenir un bon thérapeute, mais de là à affirmer que c'est un passage obligé... (des souffrances comparables...)
    :?: :!:
     
  21. Anonymous

    Anonymous Invité

    Bonjour,

    La formation que je délivre dure 6 demi-journées, c'est encore moins que celles auxquelles vous faites allusion.

    Durant cette formation, les différentes phases de l'Hypnothérapie (Anamnèse, Induction/Confusion/Ratification/Dissociation, Approfondissement de la transe, Phase de travail, Réassociation, Prescriptions de tâches...) sont enseignées de façon progressive aux participants. Ces derniers ont l'occasion, au moins une fois par demi-journée, de mettre en pratique leurs nouveaux apprentissages.

    Cette formation constitue une première démarche vers la pratique de l'Hypnothérapie mais ne suffit pas elle seule. L'obtention de la Certification que nous délivrons dépend autant de la projection que nous pouvons nous faire concernant "l'après formation" que des résultats aux tests théoriques et pratiques. Ladite formation et toutes celles proposées dans ce domaine nécessitent d'être suivies (autres stages, lectures, échanges) et de précédées d'une démarche thérapeutique personnelle.
     
  22. Anonymous

    Anonymous Invité

    Comme je le précisais, les différentes phases de l'Hypnothérapie sont passées en revue; c'est en cela que cette formation est dite "complète" ou "de Praticien". "Il faut bien commencer par quelque chose" dit-on :) Aucune formation à elle seule ne fera de vous un Hypnothérapeute, l'univers de l'Hypnose est bien trop vaste; il en résulte que c'est à vous d'APPRENDRE tout au long de votre Vie en vous laissant guider par votre passion et votre curiosité et par différents supports (stages, livres, supervision, travail continuel sur soi-même...).
     
  23. Anonymous

    Anonymous Invité

    C'est à un moment, CE moment, que vous déciderez EN CONSCIENCE de mettre vos compétences au service des autres.
     
  24. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    bonjour castorix,

    pour revenir a ta remarque:

    MessagePosté le: Dim Aoû 12, 2007 11:17 pm Sujet du message:
    Bonjour,
    « corfinas » a écrit:
    je vois mal comment quelqu'un qui n'aurait connu ni l'indécision ni l'échec pourrai devenir un bon thérapeute, ne serai ce que pour avoir dans ses souvenirs des souffrances comparables à celles de ses patients.


    Rolling Eyes heu je n'ai sans doute pas tout bien compris

    ou alors, il n'y aurait pas beaucoup de cancérologues Confused

    Bon OK je force un peu la provoc' ...
    quelqu'un qui a souffert de sérieux troubles, et va mieux, peut éventuellement devenir un bon thérapeute, mais de là à affirmer que c'est un passage obligé... (des souffrances comparables...) Question Exclamation

    Attention, je n'ai pas affirmé qu'un thérapeute devait avais avoir subi, et s'être remis, des pires agressions pour pouvoir aider une victime d'attentat par exemple.

    Cependant, un hypnothérapeute (à la différence des cancerologues ou des mécaniciens autos ...) n'agit que par la communication qu'il établit avec son patient et pour établir une bonne communication il faut, me semble t il, de la confiance et cette confiance, du patient envers son thérapeute, vient, pour moi, du fait que le patient doit avoir l'impression que son thérapeute comprend son problème, il "sait ce que ce c'est".

    Et il "sait ce que c'est", pas seulement par des livres, il le sait parce qu'il l'a vécu, au moins en partie, il le sait avec sa tête, avec son coeur et son corps, il le sait avec son inconscient, il le sent.

    Bien évidement aucun thérapeute ne "saura" jamais tous les éléments d'un problème d'un autre humain mais, à mon avis, il doit en avoir une idée et une émotion.

    Imaginez une conversation entre un bisounours et un réfugié rwandais ... à mon avis c'est pas gagné.

    Pour illustrer encore mon propos de "souffrances comparables" je vais citer mon prof de théâtre : "si tu veux jouer un tueur froid, t'es pas obligé d'avoir déjà tuer un homme mais tu dois prendre les émotions que tu peux avoir quand tu tues une mouche et les multiplier ...".

    Voilà, j'espère avoir fait avancer le schmilblick
    salutations
     
  25. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    PS: excusez moi pour la mise en forme de la citation, j'ai encore un peu de mal avec les manips sur forums.
     
  26. Anonymous

    Anonymous Invité

    Bonjour,

    Je suis d'accord avec CORFINAS qui, oui, a fait avancer le schmilblick :)

    Personnellement j'ai été obèse, puis anorexique-boulimique. Je pesais plus de 125 Kilos et j'en ai perdu une cinquantaine. Il y a cinq ans. Je dois beaucoup à l'Hypnose qui m'a tant donné pour ne pas dire sauvé. Bien que j'intervienne sur différentes problématiques, les T.C.A. sont, comment dirais-je, "l'une de mes principales spécialités".
     
  27. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonsoir,

    D'accord pour tout cela, sauf "parce qu'il l'a vécu", parce qu'il peut avoir une expérience par personne interposée, une expérience par répétition des situations et une bonne conscience professionnelle.
    Au passage la confiance c'est très important avec un cancérologue, à qui l'on a vraiment le sentiment de confier sa vie, ou un accoucheur-homme (et pour ce qui est d'avoir accouché... :wink: )
    Et je ne récuse pas non plus l'exemple du prof de théatre, parce qu'il défend justement mon point de vue : en psychothérapie l'empathie est nécessaire ou indispensable (on comprend et on accepte l'autre dans son expérience) ; c'est la différence avec la sympathie, où l'on partage le vécu du patient.

    Mais bon,tout ça ne fait sans doute pas de quoi être en désaccord.

    Tout de même en clin d'oeil final : des personnes ont affaire à moi, qui souffrent de symptomes psychotiques, de schizophrénie, de dépression sévère, de retard de développement mental avec troubles du comportement (du genre : je m'énerve dès que je ne comprends pas tout, si le voisin rigole alors que moi je suis triste...) etc,
    et ils ne trouveraient pas forcément mieux que je partage leur vécu ; mais il leur est sans doute plus favorable que j'accepte de les écouter (vraiment) et de comprendre ce qu'ils vivent, au lieu de leur dire "ces voix que vous entendez n'existent pas, ce sont des hallucinations, c'est la maladie, je vais vous prescrire le médicament Truc et ça devrait aller mieux"... :?
     
Chargement...