Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 31 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

intention positive de l'inconscient et métaphore...

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par maggie, 19 Juillet 2018.

  1. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Alors je suis contente que tu parles des histoires emboîtées,car dans ma formations elles nous servent à placer au centre un message qui passera inaperçu par le patient(message qui serait trop douloureux pour lui par exemple,comme pour un viol)
    J'ai rencontrée une personne formée récemment qui l'a utilisée pour son examen de fin de formation d'hypnose :la demande était"maigrir"
    Peux tu m'en dire plus,si tu veux on pourra créer un autre post?
     
  2. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Le principe est simple hein, tu commences une première métaphore dont l'analogie est évidente, ça rassure le sens critique qui se dit "mwais, s'il pense qu'il va m'avoir avec ça"...puis à un moment tu mets une charnière et tu commence ta deuxième histoire avec une analogie plus indirecte puis à nouveau une charnière et tu racontes la métaphore thérapeutique qui va coller le plus possible au besoin du client/patient, un peu comme celle que tu as préparée en utilisant Stromae, tu la termines, puis tu termines ta deuxième histoire et enfin tu termines ta première histoire... en principe ça suffit mais tu peux aussi induire une amnésie avant la sortie de transe
     
  3. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    oui je sais comment on les monte,mais dis moi l'utilisation que tu en fais....

    Donc à Maggie on lui conseille nos trois histoires emboîtée,malin le lynx!
     
  4. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    la bonne idée, les 3 histoires emboitées!!! ça me plait beaucoup :) pas peu fière et heureuse d'être à l'origine de ce brain storming fusionnant ;)
     
  5. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Il y a une métaphore que j'aime beaucoup et qui est très puissante parce que assez non spécifique pour le travail de deuil, c'est la maison des petits cubes.
    Ce que je fais dans ce cas là, c'est induction, approfondissement, je commence à mettre en place un protocole de deuil; la première partie du travail, puis la métaphore de la maisons des petits cubes et puis je termine mon protocole de deuil... On pourrait là au milieu imaginer de mettre une métaphore très personnalisée le plus au fond possible
    Je peux vous partager aussi la maison des petits cubes mais c'est une métaphore qui est assez longue... et à adapter aussi en fonction du client/ patient
     
  6. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    volontiers Christophe! elle élargira mon champs de connaissance sans aucun doutes
     
  7. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    LA MAISON DES PETITS CUBES ((nettoyage intérieur)
    J’aimerais vous raconter l’histoire d’un vieil homme, qui vivait dans une maison pas comme les autres, dans un village pas comme les autres. Car ce village était inondé et chaque année, le niveau de l’eau montait. Ce qui obligeait les habitants à construire une autre maison sur le toit de celles qu’ils avaient.
    Cet homme vivait là depuis toujours, et il ne voulait pas déménager… Il avait peur de l’eau et craignait de se noyer s’il s’évadait en bateau… Après tout, il avait tout ce qu’il lui fallait ici… Par exemple dans son salon, il avait une trappe par laquelle il pouvait pêcher des poissons… Sur son toit, il avait un poulailler et même un jardin potager. Si quelque chose lui manquait, un bateau le lui apportait…
    Il avait tout ce qui lui fallait, sauf un petit quelque chose… Quelque chose qu’il n’arrivait pas à nommer, comme un vide à l’intérieur de lui, qu’il n’arrivait pas à combler… Pourtant il avait essayé… En consacrant beaucoup de temps à son travail, pour ses enfants, en multipliant les activités, il avait l’impression qu’en étant toujours occupé, ce vide disparaitrait... Mais ça n’avait pas marché.
    Alors il avait essayé de remplir son chariot… Quand il était plein de nourriture, d’objets, il avait cette fugace impression, d’être rempli aussi…
    Mais ce vide réapparaissait presque aussitôt… Alors il avait essayé de remplir son ventre de gâteaux, de sucreries, de nourriture de toute sorte, ses poumons de nicotine et son foie d’alcool, mais ce vide réapparaissait instantanément… Il avait prié chaque soir, pour que le lendemain ce vide ait disparu… Mais chaque matin quand il se réveillait, ce vide était toujours là…un petit peu plus grand… Et il s’y était habitué…
    Cette année là alors que nous étions au mois de janvier, le niveau de l’eau avait encore monté. Il n’avait pas réalisé que l’eau lui arrivait déjà jusqu’aux chevilles, et s’il ne voulait pas se noyer, il lui fallait réagir.
    Il attrapa donc sa caisse à outils... Il faut dire qu’il était plutôt dégourdi… Depuis qu’il était tout petit, il s’était souvent débrouillé tout seul. Il faut dire qu’il avait passé beaucoup de temps dans l’atelier de son père, il voulait lui montrer tout ce qu’il était capable de faire même si son père avait toujours voulu une fille. Il voulait diminuer l’immense déception de son père de ne pas avoir eu une fille. Mais quoi qu’il fasse, ce n’était jamais assez bien pour lui de toute façon.
    Il attrapa donc sa caisse à outils… mais celle-ci, trop lourde, lui échappa des mains et dégringola par la trappe du salon, plusieurs étages plus bas… Il n’eut donc pas d’autre choix que de descendre la chercher en empruntant l’ascenseur de verre qu’il avait fait installer.
    Il descendait à l’étage en dessous, lorsqu’il aperçut tous les meubles tels qu’il les avait laissés… Il n’aimait pas revenir ici… C’était plein de mauvais souvenirs, surtout quand il revoyait une pièce en particulier …Car c’est ici que son père était décédé, et il n’avait rien pu faire pour le sauver… Si vous saviez comme il s’en voulait, de n’avoir pas pu empêcher la mort de venir le chercher…
    Surtout qu’il n’était pas là au moment où ça s’était passé…Il s’était absenté pour aller à la pharmacie, et lui ramener les médicaments qu’on lui avait prescrits… C’est si fréquent de se sentir coupable quand on est victime, car c’est tellement dur d’être impuissant… Cela voudrait dire qu’on n’a aucun impact sur les événements… Alors que si on est coupable, on est alors un peu responsable, et on va peut-être pouvoir empêcher que ce drame se reproduise avec un autre être cher… Mais comme la caisse à outils n’était pas ici, il décida de plonger plus bas, dans la maison d’avant…
    Dans cette maison là, il se rappelait de bons moments, des repas de famille avec les gens qu’il aimait… Mais à y regarder de plus près, c’est comme s’il avait toujours porté un masque dans ces moments là… Pour cacher l’homme sensible… Trop sensible, qu’il était… Il fallait qu’il soit fort, qu’il garde la tête haute, il n’avait pas le droit de craquer… La caisse à outils n’étant pas ici, il décida de plonger plus bas dans la maison d’avant…
    Dans cette maison là, il avait eu son premier enfant : une fille. Il espérait ainsi offrir à son père, la fille qu’il n’avait pas eu… Il espérait que sa fille allait pouvoir vivre la vie qu’il n’avait pas pu vivre, qu’elle allait pouvoir ôter de son chemin les souffrances qu’il avait lui-même rencontrées…Il avait tellement espéré être un père parfait… Mais ça n’existe pas les parents parfaits... Il n’y a que des gens qui font de leur mieux avec les ressources qu’ils possèdent… Et comme la caisse à outils n’était pas ici, il décida de ne pas s’attarder et de plonger profondément dans la maison d’avant.
    Dans la maison juste en dessous, il s’était marié… Il avait choisi une femme pour rapidement s’éloigner de son mère… Mais à y regarder de plus près, avec le temps, il avait réalisé que les deux femmes de sa vie avaient pas mal de traits communs… Comme s’il avait essayé de se faire aimer à tout prix d’une femme qui aurait pu être sa mère…La caisse à outils n’étant pas ici, il décida de plonger plus bas, dans la maison d’avant…
    C’était la maison de son enfance... A l’époque, le village n’était pas inondé. Tout autour de la maison, il y avait des forêts dans lesquelles il construisait des cabanes et s’amusait avec les gamins du quartier…
    La caisse à outils était forcément ici…Et il allait la trouver… Il redécouvrit ainsi, la chambre qu’il avait quand il était petit... Il y avait la même tapisserie, les draps sur le lit, et sur le lit justement, il y avait le petit qu’il avait été, allongé sur le lit, la tête dans l’oreiller en train de pleurer…Mais bien sûr…C’étaient ses larmes, qui avaient tout inondé…Comme le robinet d’une baignoire resté ouvert toutes ces années…Une hémorragie de tristesse qui ne s’arrêtait jamais…
    Le vieil homme ferma le robinet et pris dans ses bras le petit garçon qu’il avait été, en lui demandant pourquoi il pleurait…
    -Je pleure à cause de mon placard…
    -Ah bon mais qu’est-ce qu’il a ton placard ?
    -D’après toi, qu’est-ce qu’il doit y avoir dans le placard d’un petit garçon ?
    -Il doit y avoir…des jeux, des rires, des rêves et des joies…
    -Y’a pas tout ça dans mon placard à moi… Y’a pas tout ça…
    Le vieil homme se leva, ouvrit le placard et constata, qu’effectivement, il n’y avait ni jeux, ni rires, ni rêves, ni joies… Il ya avait des cartons…
    Avec marqué dessus : tristesse de maman, colère de papa, peurs de mamans, perfection de papa, problèmes de ma famille, décès de mon frère… Mais qu’est-ce que c’est que tout ça…Qu’est ce que cela fait dans ton placard à toi ?
    C’est parce que j’ai vu ma famille si malheureuse…J’aurai tellement voulu les aider… Ils étaient tellement aveuglés par leurs chagrins qu’ils ne voyaient pas que j’existais… Je me suis dit que si je prenais sur moi leurs souffrances, si je me sacrifiais, ils allaient se rendre compte de tout ce que je faisais pour eux, et ils allaient pouvoir m’aimer un peu… J’ai que 7 ans, mais je suis déjà grand….
    Je suis un peu devenu le papa de mes parents, ils peuvent compter sur moi, mais c’est drôlement fatiguant d’être responsable de la vie de ses parents quand on n’a que 7 ans... Mon seul plaisir c’est de leur faire plaisir…
    Mais regarde toi, tu ne te ressembles plus… Tu étais leur rayon de soleil… Ttu es devenu leur nuage de tristesse qui pleure sans arrêt…Tu n’as fait que dédoubler la souffrance, et tu as renoncé à tous est rêves… Il y a toujours autant de souffrance dans leurs placards à eux… Tu dois leur rendre et leur apprendre à s’en débarrasser…
    Le petit garçon réfléchit toute la nuit… Et le lendemain matin, il alla voir ses parents en leur disant :
    Papa, maman, parce que je vous aime de tout mon coeur, je vous rends toute la souffrance qui vous appartient… C’est trop lourd et trop chargé d’angoisses, je ne peux plus continuer à la porter sur moi. A cet instant le petit garçon récupéra un sourire… Cela faisait des mois que ses parents ne l’avaient pas vu ainsi, et ça leur fit un bien fou... Quant au vieux monsieur, il sentit que le vide à l’intérieur de lui était en train de se combler, de tous ses rires, de toutes ses joies, de tous ses jeux et de ses rêves du passé… Il put remonter à la surface avec sa caisse outils, et décida de construire une passerelle pour réaliser les rêves de sa nouvelle vie…
    Auteurs : Kenya Hirata et Kunio Katô
     
  8. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Attention, ça décape
     
  9. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Merci Christophe, j'aime beaucoup!
     
  10. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    en effet, c'est puissant, merci beaucoup!
     
  11. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Avec plaisir :)
     
  12. celinemily

    celinemily

    Inscrit:
    15 Juin 2017
    Merci Christophe pour ce partage, magnifique !!!
     
  13. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    @Christophe Godfriaux
    "c'est induction, approfondissement, je commence à mettre en place un protocole de deuil"
    est-ce que tu peux m'en dire plus, j'ai fait mes recherches mais je ne suis pas sûre de moi, cela me semble très délicat... j'ai trouvé plusieurs façons de faire ce "protocole de deuil" mais sans grande conviction...
     
  14. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Tu demandes à la personne de se représenter les liens qui la relie à la personne, à la situation en étant le moins inductive possible sur la nature, le caractère ou la matière des liens. Ensuite tu demandes à l'inconscient de trouver un moyen pour faire disparaitre ces liens (là encore le moins inductif possible) et puis s'il y a lieu guerrir les plaies ou les blessures laissées par la destruction de ces liens... d'expérience, je propose parfois à la personne (ça c'est en fonction de l'anamnèse) de demander à son inconscient de faire la différence entre les liens qui ne sont pas bons pour elle et les autres et de détruire uniquement ceux qui ne sont pas bons... (tout le monde n'est pas prêt, par fidelité, par loyauté, à laisser partir une personne qu'il aimait...
     
  15. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    oui c'est très juste encore une fois et je trouve ta méthode beaucoup moins directive et intrusive que tout ce que j'ai pu trouver jusqu'ici... cela me parait plus pertinent de solliciter l'inconscient plutôt que de tenter de planter un décor ou de parler au nom du défunt ou bien encore de faire traverser des portes pour aller à la rencontre du disparu...
     
  16. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Disons que plus tu laisses ton client libre par rapport à la mise en place de la solution et plus la probabilité que la solution convienne est élevée :)
    Position basse, position basse, position basse...C'est l'inconscient qui résoud les problèmes...pas le praticien...
     
  17. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    je vois ça comme la meilleure approche en effet, merci pour ces précieux conseils Christophe, c'est la meilleure source d'inspiration que tu me donnes ;)
     
  18. Christophe Godfriaux

    Christophe Godfriaux

    Inscrit:
    9 Juillet 2016
    Avec plaisir :)
     
  19. dide70

    dide70

    Inscrit:
    16 Mars 2016
    l'intention positive, comment la démasquer ? C'est l'IC qui doit nous la faire remonter dans tous les cas ?
    perso derrière un comportement, parfois je vois une évidence sans toute fois en être sûr, parfois je ne retrouve rien ?
     
  20. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    @dide70 : oui je suis d'accord, c'est une notion pas facile à appréhender... autant dans un cas de compulsion alimentaire, il semble souvent évident (toujours au regard de l'anamnèse bien sûr) que l'inconscient cherche à combler un vide affectif par exemple ou une culpabilité de ne pouvoir satisfaire à toutes ses obligations, c'est comme une sorte de protection... mais pour d'autres troubles, cela est souvent bien moins évident, surtout lorsqu'on est débutant et que l'on manque par le fait de diversité de cas de figures et d'expérience évidemment...
     
  21. herveg

    herveg

    Inscrit:
    5 Septembre 2015
    je n'ai pas le temps de tout lire maintenant malheureusement... donc je me suis arrêté en gros à ce message de maggie pour dire tout ce qui m'est venu :
    D'abord : moi je rêverais d'être comme lui !! ;) j'ai déjà la même taille, mais pas son poids, je suis déjà musicien guitariste mais certainement pas à son niveau et j'en rêve depuis toujours mais on fait des choix dans la vie...
    Je commencerait par bien vérifier que son hygiène de vie est normale (au cas ou il s'auto-limiterait dans son alimentation) et donc le rassurer sur sa normalité.
    Son père : sûrement un traumatisme effectivement, à travailler et bien noter qu'apparemment il avait reconnu toute sa richesse et sa valeur lui. Et qu'un homme comme son père ne peut pas se tromper. La valeur et la richesse d'une personne n'ai jamais flagrante, toujours cachée...
    Les recadrages me semblent effectivement s'imposer, avec parcimonie car à trop prendre le contre pied de qq1 qui est trop dans l'autocritique on fini par le braquer.
    Je creuserais aussi dans l'histoire de famille, les secrets... intuitivement je pense que la solution est là. La psychogénéalogie ou le psycho-geno-sociogramme (terme employé dans les enseignements du milieu médical) commencent à être pris au sérieux. Cette non prise de poids pourrait bien être une tentative de résolution d'un problème familial...

    Au passage un lien vers un article sur les conséquences de notre éducation visant à faire de nous "des hommes" :
    Lien invalide

    Je ne sais si c'est fait exprès ou si c'est un lapsus mais à la fin du message tu utilises beaucoup "poids" "pèse"... ce champ lexical pourrait être utilisé en transe pour justement compenser ...

    Une autre petite métaphore dans le même genre que celle de Christophe (à adapter, je ne sais plus ou je l'ai trouvée)
    ---
    Un sapin se plaignait de ses piquants, de ne pas avoir des belles feuilles. Un génie entend ses plaintes et va le voir. L’arbre lui dit qu'il aimerait avec des belles feuilles d'or et non pas ses piquants que personne n'ose approcher. Le génie transforme l'arbre et lui donne des feuilles d'or. Un homme découvre l'arbre et lui arrache toutes les feuilles qu'il peut atteindre. L'arbre se plaint alors au génie et lui demande des belles feuilles de verre. Le génie opère la transformation. Dans la nuit un orage éclate et toutes les feuilles de l'arbre sont brisées. Il comprend que ces ornements ne sont pas faits pour lui et demande au génie de belles feuilles odorantes. Le lendemain de nombreux animaux viennent manger ses feuilles. Il dit au génie qu'il regrettait ses anciens piquants et le génie lui permit de les retrouver pour le plus grand bonheur du sapin.
    ---
    Voilà en vrac.
     
  22. maggie

    maggie

    Inscrit:
    15 Juin 2018
    merci beaucoup @herveg pour ton message, en effet, ce serait très intéressant de pouvoir creuser la psychogénéalogie et très bien vu cet article de Slate... la métaphore du sapin me servira très certainement aussi, merci pour ton aide. Chaque pierre est précieuse à cette re-construction :)
     
Chargement...