1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

[Journal] manastroman - A la recherche du lâcher prise

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par manastroman, 7 Novembre 2011.

  1. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Longtemps je me suis torturé l'esprit.

    Aussi longtemps que je m'en souvienne, tout cela à du commencer vers l'âge de 12ans. Aujourd'hui j'en ai 32.

    20 ans à souffrir inutilement. Je me suis tout fait subir.

    Un coup je devenais totalement insomniaque à ne plus savoir comment on pouvait bien dormir. Je marchais le soir vers 3 ou 4 heures du matin complètement effondré à me dire que j'avais purement et simplement désappris à dormir. J'étais seul et j'errais dans les rues noires, apeuré, je ne savais plus m'endormir.

    Un coup je ne savais plus prendre le métro, pourtant pris pendant si longtemps. Je ne pouvais plus rester plus de 2 stations dans la même rame, tout m'oppressait. Marcher 2 ou 3 minutes dans les longs couloir du métro châtelet pouvait devenir un supplice. Pourtant je l'avais fait auparavant pendant de longues années sans même y penser. Mais j'avais désappris à marcher dans le métro!

    J'ai aussi eu des acouphènes. Vous savez ces bruits sourds qui nous empêche de dormir. Pourtant après examen, j'avais une audition si parfaite qui n'était pas du tout endommagée, mais je vous assure que je me les imaginais très bien ces bruits, sourds, intérieurs, qui n'existaient pas....


    Et puis j'en passe et des meilleurs, j'ai eu, pêle-mêle, tous les cancers du monde, le sida, le vertige, la phobies de l'avion ou de conduire sur autoroute, la peur d'être seul, la paralysie, la peur des femmes, la peur des hommes, la peur des chiens....


    Las, un jour j'ai consulté, je fondais en larme. Le constat fut sans appel, "angoisse généralisée, il vous faut un traitement de 6 mois à 1 an d'antidépresseur, et une psychanalyse orientée sur les troubles du comportement"....
     
  2. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    J'ai pris une semaine de traitement, c’était il y'a 2ans, mais j'ai arrêté, car mon seul problème c'était moi-même.

    Sur un instinct, sur un présentement, j'ai pris un rendez vous chez un hypno-thérapeute. je n'y connaissais rien en hypnose, mais je voyais bien qu'il y avait des noeuds à démêler, que je passais mon temps à me conditionner négativement.
     
  3. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
  4. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    C’était donc il y'a 2ans, j'ai pris rendez-vous chez un hypno-thérapeute choisis complètement au hasard.

    J'avais un peu le trac en rentrant, il ne savait pas, mais je lui confiais beaucoup.

    Quand je lui expliqua mes multiples maux, il sourit. Il avait l'air ravi pour moi!

    "Vous savez, vous avez une chance inouï. Vous avez une telle capacité à vous auto conditionner! Certes aujourd'hui ce sont des conditionnements négatifs, mais imaginez-vous un peu avec la capacité de le faire en positif. Ça serait bien non?"


    Je ne crois pas dans ma vie avec entendu quelque chose qui m'a fait autant de bien. Et je l'ai cru dès les premières secondes.

    Je buvais un verre d'eau mise à disposition dans la salle de consultation. L'eau avait un nouveau gout. L'odeur avait un nouveau gout. Tout était nouveau et frais.

    Je n'avais même pas commencé la séance, que toutes mes règles et pensées limitantes commençaient déjà à s'effriter...
     
  5. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Je voulais du concret, je voulais bien m'assurer, me rassurer, que tout ceci allait marcher.

    Comme je devais prendre l'avion pour aller en Espagne dans les quelques semaines qui suivent, on est donc partie sur cette phobie.

    La transe hypnotique fut construite en position debout, alors que je pensais rester assis dans le canapé en cuir.

    J'étais debout, pas si confortable que ça, en train de fixer un point au loin pendant que l'hypnothérapeute me suggérait de me détendre, et d'utiliser ma vision périphérique pour observer les couleurs, de sentir comment mes bras s'engourdissaient et mes mains devenaient de plus en plus moites.

    Puis j'écoutais les sons qui m'entouraient, et petit à petit j'avais cette impression de localiser ma conscience uniquement au niveau du visage, mon corps physique ne m'appartenait déjà plus.

    J'ai très tôt fermé les yeux, et mon corps suivait un basculement léger et flottant.

    Toute la séance je me suis demandé si c'était bien ça un état de "conscience modifié". J'avais envie d'ouvrir grands les yeux, ou de bouger, d'aller à l'encontre de cet état. Peut-être un peu comme une opération chirurgicale de la myopie, on nous dit de ne pas bouger les yeux, et on voit le laser faire du bruit et s'avancer "qu'est-ce qu'il va se passer si je bouge les yeux?".

    J'avais envie de bouger, et de sortir de cette état pour m'assurer qu'il existait! Mais je ne l'ai pas fait, en me demandant, continuellement, si je contrôlais toujours bien mon corps. Qui au juste m’empêchait de bouger?
     
  6. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Il m'a fait m'imaginer prendre l'avion, prendre l'avion dans une bulle, aller au cinéma me regarder prendre l'avion. Prendre l'avion de loin, ou prendre l'avion de près.... Il me pilotait en suivant un script, un scénario, bien établie. Il avait l'air de savoir ce qu'il faisait alors j'étais bien assis dans mon fauteuil d'avion cette fois-ci.


    A l’atterrissage, j'ouvris les yeux. Sur une échelle de 1 à 10, j'avais une peur à 2, donc faible.

    J'ai passé les semaines à attendre le vol, à me demander si ça allait fonctionner.

    A l'attente dans l'aéroport j'avais encore peur. A la vue de l'avion j'avais encore plus peur.
    Au décollage j'ai suffoqué, puis petit à petit je me suis détendu. J'ai pu lire un livre, ce qui autrefois n’était juste pas possible à 10 000 mètres du sol. A l’atterrissage j'étais de mieux en mieux. A vol retour, je n'ai carrément plus eu peur.

    C’était donc vrai, je pouvais me conditionner dans le négatif, mais je pouvais aussi me déconditionner et revenir à une certaine normalité "neutre".
    Donc implacablement, j'avais, en moi, cette capacité à accepter le changement. Je pourrai dès lors travailler sur moi pour enfin vivre ma vie d'une manière positive.
     
  7. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Je me suis dès lors intéresser à l'auto-hypnose en ingurgitant tous les livres traitant du sujet. Je voulais, par moi-même, réexperimenter cette sensation d'état de "conscience modifié".

    J'avais l'impression d'avoir tous les droits. D'avoir le droit de ne plus avoir peur, d'avoir le droit de parler devant une dizaine de personne en réunion.

    D'avoir le droit de me maîtriser pour mieux m'aimer.
     
  8. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    tant mieux, je suis ravis que cela a marché pour vous.
     
  9. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Dans les premiers mois qui ont suivi, je me suis évertué à la pratique de l'auto-hypnose.
    Je faisais ça le soir en général, quand j'étais sûr que l'on n'allait pas me déranger.

    J'utilisais toutes sortes de techniques que je mélangeais dans une sorte de "patchwork" improvisé.

    Plus en détail, je regardais un point au loin, les yeux ouverts, en fixant jusqu'à ressentir un trouble et du vague.
    Je détachais mon regard, et tout en fixant cet horizon, j'essayais de deviner les périphéries de ma vision. Puis j'écoutais les petits bruits et les sons qui m'entourent. Et je comptais à reculons en m'imaginant descendre des escaliers.

    Je mettais aussi de la musique hypnotique/cyclique : *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***

    J'ai toujours utilisé ce morceau, au point qu'aujourd'hui, si je me laisse allé, j'arrive à atteindre un état de conscience modifié dès les premiers secondes du morceau. Ce fut mon meilleur ancrage pour l'auto-hypnose.


    Je faisais ça 10 minutes, où parfois 30. Bien sûr je me suis longtemps demandé si c'était suffisant ou non, et si mes techniques étaient valides ou non, si la profondeur de la transe était suffisante ou non, mais j'avais surtout l'impression d'avoir toujours connu ça.

    Aujourd'hui, avec un tout petit peu de recul, je pense que la durée ou la profondeur de la transe hypnotique n'a pas de conséquence. Non, ce qui compte le plus, c'est l'intensité du conditionnement. A vrai dire, se mettre dans un état hypnotique n'a aucune importance, c'est juste un outil qui permet de mettre plus d'intensité dans son propre conditionnement.

    Tout est dans l'acceptation du changement.
     
  10. manastroman

    manastroman Membre

    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Messages:
    18
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Les premières fois, je n'ai pas essayer de changer quoi que ce soit. J'étais juste bien, là, à savourer cet état.

    D'une manière ludique, j'ai par contre beaucoup joué avec la lévitation du bras et apprécier cet état cotonneux ou l'on a l'impression de ne contrôler plus que son cerveau.

    J'ai fais cela pendant 1 an, sans rien demander. Je n'ai plus déprimé, je n'ai plus eu d'angoisse, je n'avais rien à changer. La pratique de ces exercices de temps en temps me soutenait et me maintenait dans une paisible stabilité psychologique.