L' hypnose éricksonienne en alcoologie

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par surderien, 9 Août 2011.

  1. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Un résumé de présentation de congrès sur l'hypnose éricksonienne en alcoologie :

    un tantinet un peu hypno-analytique et qui comme d'hab ne conviendra sûrement pas à tout le monde sur ce forum...

    :roll:


    L'état hypnotique est un état modifié de conscience naturel, caractérisé par la dissociation entre activités consciente et inconsciente, et convoqué ici à des fins thérapeutiques.

    L'hypnothérapie ericksonienne mobilise les ressources de la personne en puisant dans le « réservoir de ressources » qu'est « l'inconscient éricksonnien » -lieu de stockage des souvenirs, expériences, apprentissages- et favorise un renouveau de la créativité.

    La thérapie éricksonienne parle le langage du patient et utilise la métaphore.Le thérapeute est facilitateur de contexte.

    L'approche éricksonienne s'avère particulièrement performante en alcoologie-addictologie.

    L'alcoolodépendant recherche un état de transe hypnotique et se montre très réceptif à l'hypnose éricksonienne qui permet de faire basculer le problème du côté des ressources.

    L'hypnose éricksonienne a vocation à traiter l'alexithymie en stimulant la mémoire et l'imaginaire, en faisant éprouver les sensations et les émotions par une relecture mobilisatrice introspective. Ainsi les masques se fissurent et l'on voit apparaître l'estime de soi et la confiance.

    Elle est aussi un outil de choix dans la pathologie addictive post traumatique de par la juxtaposition dissociative et la capacité à réassocier en dynamisant la créativité, en respectant la perméabilité des frontières internes et la solidité des frontières externes.

    La philosophie éricksonienne, promouvant l'individualité du sujet, va à l'inverse du discours normatif habituellement porté par les alcooliques. Il n'y a d'hypnose qu'auto-hypnose, la personne pouvant l'utiliser pour répondre à son besoin de repos, de bien-être et de changement de niveau de fonctionnement

    Des modalités d'application clinique ainsi qu'une ouverture sur la thérapie centrée sur la solution, autre facette de l'approche éricksonienne orientée sur la construction de l'avenir, qui s'appuie sur les succès et compétences du patient considéré comme expert de son histoire.


    .
     
  2. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Intéressant. Ça ressemble à l'idée que je me fais de l'éricksonnien en général.
     
  3. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    oui il serait temps qu'on abandonne cet adjectif ridicule----eriksonien--- qui ne veut plus dire grand chose!

    ce rapport est interressant pour les pros qui saurons lire entre les lignes ..... et qui ne manquerons pas de rigoler!
    m'enfin soyons polis! et respectueux..... n'est ce pas!

    la metaphore pour l'alcoolique...je veux bien.... et j'attends leur resultas avec impatience!
    nous les non- eriksonniens choisssisons une therapie plus directive qui semble etre plus efficace au vu des statistiques!

    les alcooliques souvent ne sont pas des tendres! et les traiter par l'hallucination metaphorique.... ne peut etre valide que par une minorité de cas.....
    pour moi.... la majeur partie des cas ne peuvent etre " traités " que par une therapie en profondeur, et une refonte de l'environement.... en beton armé!

    le reste c'est de la littérature!
    avez vous ete dans les chambres, les dortoirs de gens qui souffrent de ce mal? moi si..... car quand j'etais jeune j'y faisait regulierement des sejours..... quand j'avais des crises d'epilepsie!
    et je peut vous dire que ces gens la.... on besoin de therapie de "choc"....pas de guimauve ici!
     
  4. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    humm,

    en effet je trouve cette déclaration synthétique
    l'auteur de ce texte devrais faire de la politique.
    il obtiendrais bien plus de résultats qu'il prêtant en alcoologie.

    surderien conviendra certainement avec moi que en alcoologie, hypnose c'est pas nouveau, avant même le Balcofène®

    en dicutant avec de médecins et des thérapeutes, je constate une croyance répandue, un alcoolique, le reste quoi qu'il arrive.

    ces propos optimistes, voir dithyrambiques contredisent la réalité des chiffres.
    même avec l'hypnose, et dernièrement le balcofène, la morbidité due a la consommation d'alcool ne baisse plus depuis quelques années.
    la consommation ne baisse plus non plus .

    je trouve même ces propos dangereux.

    j'attire l'attention aussi sur plusieurs phénomènes inquiétant :
    l'ajonction de plus en plus de sucre dans les préparation alcoolisée = augmentation de phénomène addictifs et... que vas penser le pancréas de tout cela ?
    on vois naître aussi une consommation qui s'approche su shoot on vois des abstinent descendre des bouteilles d'alcool fort en un minimum de temps.

    et puis il y a encore plus grave, très grave!
    depuis 3-4 ans ici tout les week ends 30 à 40 enfants ( 8-15 ans ) sont hospitalisé en coma éthylique, un nombre non négligeable en meure .

    vous avez le même phénomène en France ?
    (un urgentiste peu répondre a cette question ?)

    je ne nie pas ici que l'hypnose c'est un plus, je tiens juste faire part de mon incompréhension face a des propos si optimistes de personnes aidantes constamment surchargées qui travaillent avec des moyens totalement insuffisants, dans des services complètement surchargé.

    je trouve ce texte un peu étonnant !
    je vous demande pardon, j'arrive pas a entrer en raisonnante avec un texte aussi spécifiquement vague, si langue de bois qui émane pourtant de spécialistes de terrain
     
  5. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Ce topo m'a également géné, par sa tentative d' explication analytique de l'irrationnel éricksonnien...


    La défonce des ados oui, et interpellant, moins de 15 ans et en réa pour çà...

    Ils sont peu accessibles à l'entretien psycho et aux contes de fée...

    Mais que veulent ils au fond ?

    :roll:
     
  6. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    La biture express, peut on la voir comme un rite d'initiation ?

    Ou l'image dune société en manque de sensations, de recherche de l'extrême, d'être plus ?

    Et que proposer en remplacement à ces jeunes ou moins jeunes ?

    Peut être que justement, ils ne rêvent plus assez ?
     
  7. Je ne vois rien d'analytique, hum... bof... rien de concluant pour moi... :?
     
  8. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    dans l'ordre de vos questions... des réponses qui posent d'autres question?

    1. oui un rite si faite accompagnée (social) non pour le solitaire
    2. en manque? c'est plus complexe....il y a le vide aussi!
    3.l'education des parents+legalisation+ repenser les valeurs societales= tout un programe en profondeur....
    sinon a l'individu....une therapie en profondeur+une extraction du milieu social/parental ( est ce possible?)
    4. parce que le reve est maintenant etatisé , mediatisé!
     
  9. Kamou

    Kamou

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    chez moi on descend 2 litres de wisky a 4 sans soucis en une soirée, 2l de rosé chacun a été la dernière grosse mine. On est d'accord que ça n'a aucun sens. A quoi c'est dû? quelle importance...

    On boit et on s'habitue, et le corps gère mieux les effets, et c'est tellement marrant d'être bourrés, et au fil des années bah on s'aperçoit qu'on peut prendre plusieurs verres de vodka avant de se sentir pompette.

    On s'est demandé avec un pote si on est alcooliques. Je sais que je peux passer plusieurs semaines sans boire sans aucune sorte de manque. Lui il dit qu'au bout de quelques jours l'idée de verre devient de plus en plus agréable.
    C'est surtout la fête qu'on aime...et le laisser aller.
     
  10. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    votre message m'interroge....
    1.sur le rapport avec le sujet
    2.sur ce que vous attendez comme réponse: voulez vous savoir si vous êtes alcoolique?
     
  11. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Merci, kamou(r) pour ta franchise.

    vu nos inéractions, je ne vais pas te cacher que cela me remue.
    serais tu ok pour en parler ?

    je t'avoue un truc,
    depuis le mois de mars je suis devant ce tableau tous les week-ends,
    je me sens si impuissant, démunis, sans compter comme une frontière entre générations.

    comment faire sans tomber dans la moralisation,
    quand je rentre contact avec des personnes le week end c'est qu'ils sont venu pour s'amuser...

    je me sens si con...
     
  12. papusza

    papusza

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    S'amuser, c'est boire

    Se biturer, c'est s'exploser

    Comment ça pourrait être marrant sans boire ? Est ce possible, Kamou, d'envisager une soirée "marrante" sans alcool ?

    Finalement une envie de rire, de se lacher, de lacher prise, de passer un moment fun, quoi de plus naturel.

    Peut être qu'il y a des moyens encore plus funs de passer une soirée géniale, excitante, s'eclater ?
     
  13. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Se défoncer...c'est foncer dans la dé....pendance(pendu dans la danse )de la dé...sespérance ?

    Comme j'ai aimé me dé/foncer, comme j'aimais voir les limites du possible, de l'impossible....

    Comme j'aimais à ressentir cette ivresse qui fait que plus rien existe que le rire, l'irresponsabilité, le pouvoir du "mal" qui te dit que rien ne peut t'arriver, que tu te fou de tout à cet instant là, que rien ne peut t'arrêter, que tu n'as plus peur de rien, que tu ne réfléchis plus à rien, que tu te sent invincible, que tu envois tout foutre en l'air.....qu'il n'y a plus rien....plus rien que le rien....ce rien " nécessaire" pour faire le vide de tout ce qu'il y a dans la tête et dont tout ce que l'on voit nous révolte....


    Comment ne pas céder quand on voit ses adultes si "bien "pensant aussi irresponsables envers toute forme de vie nous dire: fait ce que je te dis mais surtout pas ce que je fais !!! une belle hypocrisie....

    Je comprends ces djeuns plus que jamais, ils nous montrent par l'image de la dé/chéance et violence de plus en plus jeunes notre irresponsabilité ,ce que nous sommes....ce que nous leur montrons ...
     
  14. Kamou

    Kamou

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Non non je demandais pas une sorte d'analyse, c'était un juste un constat et je me permettais de le faire parce que autour de moi c'est au moins 50% des jeunes qui sont dans ce cas.

    Après les pourquoi je crois que c'est surtout l'habitude, une histoire de contexte aussi, je sais pas, un apprentissage. A bien y réfléchir ça n'a aucun sens, d'ailleurs on ne le fait pas tout le temps non plus.

    Biensur que je peux passer une très bonne soirée sans alcool, c'est juste un plus sans parler du fait que c'est un catalyseur d'égrégores. S'éclater le crâne seulement ne suffit pas.

    Oui Jean je veux bien en parler mais j'ai rien de très novateur sur le sujet...
     
  15. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    L'alcool, la cloppe, la drogue c'est comme un suicide...et je me rends compte que le grand gourou à qui nous avons donné notre pouvoir en a décider de faire son beurre en jouant sur notre irresposabilité et créer un suicide collectif.

    Nous avons l'impression d'être seul face à cette / ces dépendance (s)et n'avons aps l'impression de faire du mal a autrui, ni même à nous même pour certains, mais celà n'est pas le cas .


    Et cette dépendance autodestructrice se manifeste aussi chez certains sportifs !! quine peuvent plus s'empecher de courir par ex....et aussi dans le sexe...certains ne peuvent faire autrement...et au final, même autodestruction !

    Un suicide collectif ,une envie de pas vivre comme ça, dans ce monde, avec ces mentalités là qui nous fument et nous enivrent à petit feu et que nous laissons faire, voir adhérer à leur jeu parce que dans l'impossibilité pour l'instant de voir, de pouvoir faire autrement :(
     
  16. frederique.nepveux

    frederique.nepveux

    Inscrit:
    18 Mars 2009
    Bonsoir,
    En ce qui me concerne, j'ai un Master en hypnose ericksonienne et humaniste, mais j'ai aussi fais un cursus d'hypnose classique.
    J'ai dernièrement traité un patient alcoolique depuis de très nombreuses années et cocaïnomane (alcool entrainant la prise de cocaïne) - les deux problèmes ont été très nettement améliorés en deux séances (1 seule prise en 10 jours) et définitivement stoppées la troisième ! Bluffant non ?
    Je ne pourrais vous donner le détail de mes interventions car jen e les enregistre pas, néanmoins la première chose que nous avons travaillé ensemble était le "début " de l'addiction, puis sa relation au père, le recadrage hypnotique bien sûr et la futurisation !
     
  17. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Bonsoir Frédérique,

    Depuis combien de temps cette personne a-t-elle arrêté la consommation de ces produits? Faites-vous un suivi?
     
Chargement...