Formation Hypnose

La méditation de pleine conscience

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
La méditation de pleine conscience. Cerveau et psycho

http://s3.e-monsite.com/2010/10/18/9402 ... 10-pdf.pdf

8)
 
M

Métaphore

Invité
surderien a dit:
La méditation de pleine conscience. Cerveau et psycho

http://s3.e-monsite.com/2010/10/18/9402 ... 10-pdf.pdf

8)

:4:
(Améliorer la lutte contre certaines maladies, c'est reparti pour un tour... :lol: )
 
J'ai pratiqué cette forme de méditation avant d'en venir à l'hypnose, on va dire sur une période de 3 mois, dans une application quotidienne au travail.

Ceci consistait à être complètement focalisée sur sa tâche, dans l'instant présent et dans cette tâche précise. Al'arrivée de pensées parasites (il y en avait plein, ce pourquoi je pratiquais cela), je les regardais simplement passer sans y préter attention...

Il y a eu nette amélioration et une plus grande éfficacité au travail et moins de fatigue (du à des pensées génératrices de tension continuelle), à mieux supporter une pénibilité existante.

Par contre au bout de 2h je n'arrivais plus à maintenir le flot de pensées, et ça me submergeait à nouveau.

Je suis passée à l'auto hypnose, dont les résultats sont plus rapides.

Par contre cette attitude mentale est vraiment bénéfique, réductrice de tensions (on sort moins fatigué de son travail, vision plus positive des choses) et quand on parvient à la mettre en pratique, on sent une différence de perception de ce que l'on est entrain de faire immédiatement.

Le bémol, c'est une pratique venue de l'orient, on n'est pas familiarisé à cela, et l'acquisition de cette forme d'état d'être peut mettre du temps.

Je l'utilise parfois quand le mental part trop à la dérive, en imagination, et qu'il faut se recentrer sur la tache. Ca reste dans les pratiques qui font du bien.

Sans doute d'autres personnes auront beaucoup plus d'expérience dans ce domaine et pourront mieux en parler...
 

corfinas

Membre
Très bon article de l'incontournable Christophe André. Merci Surderien !

J'ai un score à un peu plus de 6 aujourd'hui. Je pense que ce score devait être bien plus faible il y a qques années et j'espère le faire monter dans l'avenir, c'est pas loin d'un indicateur de bien-être à mon avis.

Cela me fait penser à ce que j'appelle les exercices de développement du cerveau droit (apparemment c'est plus précis que ça dans les zones du cerveau activées mais bon), par exemple regarder un objet comme si c'était la seule fois qu'on le voyait, à la fois la première et la dernière fois, proche à mon avis de l'extrait poétique de l'article. Quand on m'avait expliqué ça, en 2006, j'avais trouvé ça révolutionnaire.
Je vous laisse faire l'extension sur vivre chaque jour comme si c'était le seul jour, à la fois le premier et le dernier jour ...

a+
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
la plasticité du mental c'est de s'adapter à ce qui était hier, à ce qui sera demain, et à ce qu'on est aujourd'hui...

certains préférent encore être hier et surtout pas demain...


l'hypnose peut les aider à comprendre çà, là maintenant...

que chaque instant peut-être une nouvelle naissance car on en a tous la plasticité !

8)
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Pourquoi préfère-t-on ce qu'on connaît d'hier ?

Principalement parce que la mémoire travaille par comparaison :

Dans le cerveau, l'hippocampe compare en miroir ce qu'on est entrain de voir par rapport à ce qui est déjà en mémoire,

déjà connu, déjà maîtrisé, déjà sous contrôle : que l'on connaît déjà et qui rassure parce que cela ne nous est pas inconnu !


On s’accroche ainsi aux images sécurisantes déjà connues...et celles-ci sont donc repérées préférentiellement dans

l’environnement par le mental, mais le piège c’est lorsqu’elles deviennent exclusives et qu’on n'arrive plus à en sortir


ce n'est alors pas de la plasticité, mais de la fixation !

et c’est là que l’hypnose peut nous rappeler à cette plasticité !

8)
 

xorguina

Membre
Oui, c'est ce que j'exprimai ce matin sur le fil du karma

Le karma sous entends le lien de cause à effêt et tant que nous considèrerons la cause, l'arrière plan, le conditionnement, comme étant sans lien avec l'effêt, il y aura forcement conflit entre la pensée et cet arrière plan .

La question est donc comment agir ?

L'action peut 'elle jamais nous liberer de cet enchainement de causes et d'effêts ?

J'ai fait certaines choses dans le passé; j'ai vécu des expériences, et tout celà conditionne évidement mon mode de réponse actuel.; or la réponse d'hier conditionne celle de demain.
C'est tout le processus du karma: la cause et l'effêt, même si ce mécanisme est susceptible d'être une source de plaisir, ène en fin de compte à la douleur.

Le véritable noeud de la question est: la pensée peut elle être libre ?

Toute pensée, action vraiment libre n'est ni cause de douleur, ni source de conditionnement .

Le point crucial de la question est donc:

peut 'il donc y avoir une action qui soit sans aucne connection avec le passé ?
peut 'il y avoir une action qui ne soit pas fondée sur l'idée ?

L'idée c'est la continuation d'hier sous une forme modifiée, et cette continuation va conditionner demain, ce qui signifie que toute action fonde sur l'idée ne peut être jamais libre.
Tant que l'action aura pour fondement l'idée, elle engendrera inévitablement des conflits ultérieurs.

peut 'il y avoir une action déconnectée du passé ?
Une action qui ne soit pas plombé par le fardeau de l'expérience , par le savoir d'hier ?

Tant que l'action est le fruit du passé, elle ne peut jamais être libre, or ce n'est que dans la liberté que l'on peut découvrir la vérité.

Ce qui se passe en fait, c'est que l'esprit , n'étant pas libre, ne peut pas agir: il ne peut que réagir, et c'est la réaction qui est la base de nos actions, ne sont que le prolongement de réactions, car elles sont l'expression de la mémoire, de l'expériences des réponses d'hier.

Donc la question qui se pose à nouveau est donc celle çi:

L'esprit peut 'il se liberer de son conditionnement ?


Nous nous sommes compris....une fois de plus 8)

En fait celà peut revenir aussi à dire si tu permets que la cause est donc effêt, et l'effêt devient cause, c'est un mvt continu.....sans cause fixe, ni effêt fixe. S'il y avait une cause fixe et un effêt fixe, il y aurait alors spécialisation, et la spécialisation n'est 'elle pas la mort ?

Toute espèce qui se spécialise finit par disapraître, c'est une évidence.
La grandeur de l'homme, c'est qu'il ne peut pas se psécialiser.
Certes, il peut se spécialiser techniquement, mais dans sa structure, c'est impossible.

Un gland est une semence spécialisé, qui ne peut être rien d'autre que ce qu'elle est . :lol:
Mais l'être humain n'est pas définitevement achevé.
Il n'est pas LIMITE par la spécialisation, par conséquent un rebouvellement cosntant lui est possible !!

Tant que nous considèrerons la cause, l'arrière plan, le conditionnement, comme étant sans liens avec l'effêt, il y aura forcément conflit entre la pensée et cet arrière plan.

La suite...revenir plus haut dans la recherche d'autres questions

La question est donc comment agir ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Quand je dis "je pense" cela me fait retomber dans la dualité : je pense ou je ne pense pas ? Je pense bien ou je pense mal ?


Quand je le ressens intuitivement, je ne pense pas, et je ne le pense pas : je le vis spontanément

Les autres me diront que je vis mal, que je pense mal et que j’ai mal agi...

ils me feront revenir dans la dualité qui est leur réalité à eux…

qui sera aussi la mienne par obligation dualiste...

que c’est de ma faute de l’avoir pensé et de l’avoir écrit ici.


Il faut le vivre sans chercher à l'expliquer

car c’est inexplicable en mode dualiste.

8)
 

xorguina

Membre
Oui, c'est sacré.....

Jamais on ne s'approche d'un précipice: il faut déséquilibré ou fou, pour en franchir le bord; si on est sain de corps et d'esprit, on ressent à distance.

Le geste d'évitement ne prends pas de temps, il est instantané, parce qu'on sait ce qui se passerait en cas de chute.

De même, il suffit de voir la fausseté de tout ce mvt de la pensée, de tout ce processus d'analyse,d'acceptation du temps, etc, pour que se déclenche une action instantanée de la pensée qui déclenche à son tour l'effacement du " moi ".

Une vie authentiquement religieuse est donc une vie de méditation, d'où est exclue toute activité de la part de l'égo.

C'est de la vigilance, une attention de chaque instant ou l'esprit reste aux aguets et observe l'égo en mvt.

De cette observation se nourit le silence, et non d'apriori

l'esprit qui a observé les agissements de l'égo et vu les faussetés est devenu extraordinairement sensitif et silencieux

La religion, c'est la cessation du " moi " et l'action née du silence.
Cette vie là est une vie sacré, pleine de sens.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Une vie authentiquement religieuse est donc une vie de méditation, d'où est exclue toute activité de la part de l'égo.


Une vie strictement "laïque" totalement areligieuse permet d'accèder à une transcendance libre d'égo

Dans une vie tout à fait désintéressée de toute croyance de croyance : en pleine conscience que toute religion serait attachement sectaire à un dieu égotique.

La confiance que tout se passe comme cela doit se passer sans chercher d'explication.

simplement que de vivre en toute liberté, d'être ou de ne pas être libre, rend libre.

:roll:


croire qu'on s'en sort alors qu'on s'en sort pas mais comme on a crû qu'on s'en sortait on s'en sort.

8)
 

xorguina

Membre
Toutes les religions organisées ne sont que mises en oeuvre de la pensée, qui bâtit une structure, une légende, autour d'une personne, dune idée ou d'une théorie;

Celà n'a rien de religieux, la religion est une existence pleinement vécue, intégralement vévue, c'est une vie non fragmentée.
 

laurenzo

Membre
Désolé de te le faire remarquer xorguina et j'espère que tu le prendras comme une remarque constructive mais même si tu prétends le contraire, ton discours est rempli de croyances (on en a tous), tu ne t'en rends pas compte? :?
 

xorguina

Membre
Le truc c'est que ce ne sont pas des croyances, c'est du vécus, de l'apprentissage....pas du vent, de l'illusion, mais bien des actes tournés vers l'intérieur et pas l'extérieur.....et ça c'est toi qui ne le voit pas :wink:
 

laurenzo

Membre
Un peu présomptueux de penser que l'on détient la vérité et que les autres se trompent... :?

Surtout quand tu nous parles de vécu, d'apprentissage; tu auras noté que l'apprentissage et le vécu ont justement démontré que le cancer se traitait mieux par petites pilules que par placebo. Désolé de te dire que tu es dans la croyance xorguina, tu disais que l'on avait tous besoin de regarder les choses sous un autre angle, profite d'en avoir un autre ici on ne sait jamais. :wink:
 

xorguina

Membre
Non, je ne tiens pas a casser quoi que ce soit, car même si je ne pratique pas l'hypnose, j'aime a échanger avec les autres.

J'aime surtout me voir aujourd'hui à travers mon moi qui est vu par projection de l'autre parfois, parfois pas du tout et dans ce cas là, voir pourquoi on reste dans une situation qui nous descends vers le bas et s'en défaire :lol:

J'aime apprendre aujourd'hui m'aime la douceur, l'éthique, l'intégrité, la patience, le pardon.....le vrai amour :D la partie féminine.

J'aime sentir "devenir androgyne", cette fusion qu'indique la carte du monde du tarot La 21 et qui évoluera vers le mat :D sachant que si j'évolue vers une ouverture de conscience unitaire c'est que celà se verra aussi à travers le miroir d'un autre et d'un autre etc..... :D
 

jeangeneve

Membre
croire qu'on s'en sort alors qu'on s'en sort pas mais comme on a crû qu'on s'en sortait on s'en sort.

tiens, ca c'est pas une croyance ?

je sait que tu crois que j'y crois, d'y croire

ou prédiction réalisante ?

en tous cas une belle joute épistolaire
 

xorguina

Membre
La Trecena de la Collaboration

12 novembre – 24 novembre 2010

Tandis que nous entrons dans cette Trecena, la Trecena d'Oc, ou 'Tz'i' en Kiche Maya, il est temps de penser à notre famille au sens large. Non seulement à notre famille biologique, mais à notre famille humaine. Toutes les personnes avec lesquelles vous entrez en contact régulier, à la maison, au travail, dans votre vie sociale ou communautaire. Quelle est votre relation avec ces personnes ? Vos relations sont-elles épanouissantes, solidaires, aimantes, vous propulsent-elles -vous et les personnes en question – vers l'avant et vers le haut, ou est-ce qu'elles vous freinent, est-ce qu'elles nourrissent la colère, le ressentiment, l'insécurité, la peur ? N'oubliez pas que dans la vie vous avez toujours le choix et que si vous restez dans une relation par nécessité ou par peur ou simplement "parce qu'il n'y a personne de mieux", il vaut mieux y réfléchir à deux fois.

La collaboration est généralement comprise comme une étant une relation interconnectée avec une ou plusieurs personnes dans laquelle toutes les parties travaillent ou interagissent étroitement ensemble dans un but ou un objectif positif. Mais cela n'est pas forcément lié au travail ou à la carrière et ne nécessite pas de but précis. La collaboration peut signifier simplement vivre une relation positive. Mais cela commence par VOUS. Vos relations collaboratives reflètent où vous en êtes dans votre vie, votre vision et votre attitude. Et peu importe où vous êtes, vous pouvez faire le choix d'aller de l'avant ou de revenir en arrière.
Pourquoi ? Parce que vous attirez ou repoussez de façon naturelle certains types d'énergies en fonction de votre évolution personnelle. Si vous êtes déprimés, quelque chose à l'intérieur de vous désire être heureux mais préfère être abattu. Si vous êtes psychiquement fort et libéré des émotions toxiques, vous ne pourrez tout simplement pas être capables de coexister ou collaborer avec des gens qui vous tirent vers le bas. Les énergies s'équilibrent en fonction de leur nature propre. Il n'y a pas de jugement de valeur dans l'univers - seulement l'équilibre. Et cela exige une maturité affective, la paix intérieure, et l'intégration des qualités les plus fortes et les plus saines qui font de nous des êtres humains : la loyauté, l'intégrité, l'honneur, l'amour. C'est le défi de 'Oc'.

Donc, faites pencher la balance en votre faveur. Soyez un joueur d'équipe –d'abord avec vous-même. Et cela émanera naturellement extérieurement vers les personnes de votre entourage.

The Mayan Calendar Portal


Tiens tiens tiens , pour la syncro, j'ai voulu vous faire partager:D
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
jeangeneve a dit:
croire qu'on s'en sort alors qu'on s'en sort pas mais comme on a crû qu'on s'en sortait on s'en sort.

tiens, ca c'est pas une croyance ?

je sait que tu crois que j'y crois, d'y croire

ou prédiction réalisante ?

en tous cas une belle joute épistolaire


Allez disons que c'est une métacroyance qui permet de sortir d'une mégacroyance bloquante...



:)



Allez et qui trouvera la joute suivante pour me remettre encore une fois en mégacroyance bloquante ?


:twisted:
 

jeangeneve

Membre
@ surderien,

ha pardon j'avais pas pensé a cela, mon SOI égoïste probablement
c'est plutot métabloquant car l'essentiel s'est d'y croire.
c'est cela l'essence.
dont on brûle des années durant...


@ xorguina,

j' ai comme une impression oui plus un ressenti qu'une croyance.
je sait ca vas pas te faire plaisir.
je ressens comme en quelque sorte un trouble autistique...
quelque chose qui tourne en boucle, je ne sait pas trop quoi
un truc que j' ai pris pour du prosélytisme au début.
maintenant je me dit que c'est pas ca...
mon SOI qui serais décalé ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Et si la vie c'était une énorme arnaque de s'y prendre au piège ?

Je ne sais plus qui avait dit que nous étions sur terre comme rats de laboratoire, observés dans nos réactions et nos comportements !

:roll:
 
C'est un auteur de science-fiction, americain qui a du ecrire cela.... enfin il y a des fictions qui s'en rapprochent où l'homme est pour un extra-terrestre un mini laboratoire comme sont pour nous des fourmilières dans un musée.

L'idée est assez plaisante à vrai dire...
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
katia (zoulouk) a dit:
C'est un auteur de science-fiction, americain qui a du ecrire cela.... enfin il y a des fictions qui s'en rapprochent où l'homme est pour un extra-terrestre un mini laboratoire comme sont pour nous des fourmilières dans un musée.

L'idée est assez plaisante à vrai dire...

oui mais qui est l'observateur ?

Je ne sais plus qui avait dit que nous étions sur terre comme rats de laboratoire, observés dans nos réactions et nos comportements !

Ce qui est plaisant c'est l'idée qu'on est nous mêmes observateur et observé !

et là on est en pleine conscience

et le cerveau est juste un outil de réalisation

et tout se passe donc comme cela doit se passer sans chercher, puisqu'on l'est, puisque soi-même on est, le processus

lui-même...

:idea:
 

xorguina

Membre
Je crois qu'il y a plus loin à l'intérieur encore que l'obervateur et l'observé :wink:

Si l'esprit est capable d'observer ce qui est, sans la nommer, sans l'enfermer dasn un cadre ou une catégorie, sans s'épuiser à le fuir, si on peut regarder ce qui est sans l'observateur, qui est le passé, et sans que le regard soit celui du passé, alors on est totalement libéré du passé :D

Car si on remarque qu'il y a tjrs en nous l'observateur et l'objet observé, il y a d'une part nous qui sommes entrain de regarder, et d'autre part ce qu'on regarde, de sorte quil y a une dissociation entre nous et l'objet qu'on regarde......c'est l'histoire de l'arbre !! c'est l'histoire de la division 8)
 

xorguina

Membre
Je ne le prends pas mal Jean :D

t'inquiète, içi sur ce forum, j'ai été qualifié de bien d'autres adjectifs :twisted: Autiste ? tu es le premier. :lol:

les jugements , je m'en fou :D
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
xorguina a dit:
Je crois qu'il y a plus loin à l'intérieur encore que l'obervateur et l'observé :wink:

Si l'esprit est capable d'observer ce qui est, sans la nommer, sans l'enfermer dasn un cadre ou une catégorie, sans s'épuiser à le fuir, si on peut regarder ce qui est sans l'observateur, qui est le passé, et sans que le regard soit celui du passé, alors on est totalement libéré du passé :D

Car si on remarque qu'il y a tjrs en nous l'observateur et l'objet observé, il y a d'une part nous qui sommes entrain de regarder, et d'autre part ce qu'on regarde, de sorte quil y a une dissociation entre nous et l'objet qu'on regarde......c'est l'histoire de l'arbre !! c'est l'histoire de la division 8)
En étant conscient d'être soi-même l'infini processus, on sort de la dualité... dans la concience d' Etre infini...

En revenir à la dissociation et à l'arbre edenique...nous rebloque dans le monde terrestre cartésien mortel.

alea jacta est...

:roll:
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Haut