1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Les 7 lois spirituelles du docteurd deepack chopra

Discussion dans 'Esotérisme - Philosophie - Spiritualité - Arts' créé par xorguina, 9 Décembre 2011.

  1. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Un petit cadeau pour ses fêtes :D



    1ÈRE LOI : LOI DE PURE POTENTIALITÉ


    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Prendre l'habitude de méditer seul au moins deux fois par jour pendant 30 minutes à chaque fois.

    ■Prendre le temps chaque jour de communiquer avec la Nature et de témoigner silencieusement de l'intelligence présente en toute chose vivante.

    ■Pratiquer le non-jugement. Commencer la journée par cette résolution : "Aujourd'hui, je ne jugerai rien de ce qui arrivera" et s'y tenir.


    2ÈME LOI : LOI DU DON

    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Prendre l'habitude de donner quelque chose à toutes les personnes que l'on rencontre. Ce peut être un don matériel (objet, argent...) ou spirituel (sourire, prière...).

    ■Accepter avec gratitude tous les dons que l'on reçoit. Il peut s'agir de ceux de la Nature (lumière du soleil, chant des oiseaux, pluie d'automne) mais aussi des présents que d'autres personnes nous offrent, que ceux-ci aient une forme matérielle comme l'argent ou spirituelle comme un compliment ou une prière.

    ■Prendre l'habitude de protéger la circulation de la richesse dans sa vie en donnant et en recevant les biens les plus précieux de l'existence : l'attention, l'affection, le respect et l'amour.


    3ÈME LOI : LOI DU KARMA OU LOI DE CAUSE À EFFET

    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Prendre l'habitude d'être témoin de ses choix. Le meilleur moyen de préparer le futur est en effet d'être totalement conscient du présent.

    ■Chaque fois que l'on doit prendre une décision se poser les deux questions suivantes : "Quelles sont les conséquences du choix que je suis en train de faire ?" et "Apportera t-il satisfaction et bonheur à moi-même comme à tous ceux qui en seront affectés ?"

    ■Ecouter les réactions de son corps. Si le choix que l'on s'apprête à faire apporte du confort alors on pourra s'y abandonner. Dans le cas contraire, il est nécessaire de réexaminer les conséquences de son action.


    4ÈME LOI : LOI DU MOINDRE EFFORT

    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Pratiquer l'abandon. Prendre l'habitude d'accepter les personnes, les évènements, les circonstances et les situations comme elles se présentent. Accepter les choses comme elles sont et non comme nous voudrions qu'elles soient.

    ■Assumer la responsabilité de notre situation en face de tous les évènements que nous considérons comme des problèmes. Ne blâmer personne, y compris nous-mêmes. Prendre conscience que tout problème constitue une opportunité déguisée.

    ■Abandonner notre besoin de défendre notre point de vue. Rester ouvert à tous les points de vue sans chercher à s'attacher à un d'entre eux.


    5ÈME LOI : LOI DE L'INTENTION ET DU DÉSIR

    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Etablir une liste de tous ses désirs et se la remémorer régulièrement, notamment le soir avant de se coucher et le matin au réveil.

    ■Confier ses désirs à la matrice de la création. Prendre conscience que si les choses ne se présentent pas comme prévu, c'est qu'il y a une raison à cela.

    ■Prendre l'habitude de pratiquer la conscience du moment présent. Accepter ce présent comme il vient et créer la manifestation du futur par son attention et ses désirs les plus profonds et les plus chers.


    6ÈME LOI : LOI DU DÉTACHEMENT


    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Prendre l'habitude d'offrir à soi-même comme à autrui la liberté d'être ce que l'on est. En ne cherchant pas à tout prix une solution à ses problèmes, on évitera de s'en créer d'autres. Participer à tout avec un engagement détaché.

    ■Accepter l'incertain parce que c'est le seul chemin vers la liberté.

    ■Prendre l'habitude d'entrer dans le champ de tous les possibles et anticiper le bonheur de rester ouvert à une infinité de choix.


    7ÈME LOI : LOI DU DHARMA OU BUT DE LA VIE


    Cette Loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes :

    ■Prendre l'habitude de nourrir avec amour le ou la déesse qui vit au plus profond de son âme.

    ■Etablir une liste de ses talents particuliers, ce que l'on aime faire.

    ■Se poser chaque jour les deux questions suivantes : "Comment puis-je aider ?" "Comment puis-je servir ?"


    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
     
  2. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6101
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Paradoxe d'associer "lois" et "spiritualité"


    le spirituel accède à l'universel

    il n'y a pas de lois, pas de questionnement, tout est comme cela et-doit-être

    l'un-dividu concient d'être tous à l'uni-son



    :)
     
  3. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    :D
     
  4. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Pas mal de choses intéressantes, mais j'ai envie de rebondir sur une contradiction :
    D'ailleurs, je suis fatigué d'entendre dire qu'il "ne faut pas juger" et voir sans cesse qu'on pratique exactement l'inverse.
    Qu'on en finisse une fois pour toutes et que l'on apprenne aux gens à juger intelligemment plutôt que leur demander d'essayer de faire l'autruche...
     
  5. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque

    Bonjour Ivan,

    Je ne vois pas de contradiction dans ce que tu transcrit, au contraire j'y voit un complément , comme quoi !

    Je te donne ma façon de penser...

    Le jugement fait partie , pour moi, de croyances érronées sur une ou plusieurs situations.

    Le jugement est posé un bien ou un mal sur une situation alors qu'avec du recul on peut bien souvent s'appercevoir que le mal n'est était pas un, et vive et verça, d'où un jugement un peu trop hatif .

    Par contre se poser une question sur une décision n'est pas porter un jugement mais une réflexion.

    Perso, aujourd'hui j'évite tout jugement sans pour autant faire l'autruche sur quoi que ce soit....mais jévite de juger et surtout de me juger en me disait que de toute façon, si j'ai pris cette décision c'est que celà était mon mieux a cet instant précis et que ce mieux évolue ...

    Avec ça, je me dis que de toute façon, ca sert a quoi de me juger sur quelque chose que j'ai fait ou dit puisque c'est fait ?

    Il y a donc cette 3eme solution...réflechir a une décision ou a ses paroles, en ne les jugeant pas puisque elles sont un mieux qui évoluera encore....c'est réflachie a une situation sans pour autant lui afficher une étiquette vu la réalité de l'imperménance seule chose dont lequel je peux être sûre .
     
  6. Intemporelle

    Intemporelle Invité

    Xorguina vous l'avez lu le bouquin que vous citez ?

    Ivan je suis d'accord avec ce que vous dites, ce n'est pas dans le jugement qu'il faut penser mais dans un sens critique constructif, certain font encore l'amalgame, et c'est bien dommage...
     
  7. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Bon, en fait, tout dépend de ce que l'on comprend par le terme de jugement. Un aperçu de la définition dans le Robert, coupe court à mon envie de la recopier vue la longueur. Toujours est-il que « jugement » renvoi à « juger » et que ces termes sont souvent utilisés dans le vocabulaire juridique (donc en vue de rendre la justice, de trancher, d'arrêter une décision) ou encore : cela s'oppose à la notion « d'avoir des préjugés ».
    Donc Xorg, pour reprendre ce que tu disais :

    Le jugement, est normalement tout le contraire d'une croyance erronée. C'est normalement, une croyance très juste ; du moins, la plus juste possible. Ce qui ne plait pas aux gens, habituellement, dans l'acte de juger, c'est la peur de mal juger les autres et par dessus tout, d'être soi-même mal jugé. Mais, à mon sens, mal juger, découle forcément d’un mauvais jugement... tandis que bien juger est un vrai problème (!!!). Donc comme tu le dis, un bon jugement tiens compte du fait « qu'un mal peut être un bien » (et inversement d'ailleurs). Aussi, jamais un bon jugement ne sera hâtif (sauf pour quelques classes de surdoués qui croient juger rapidement et intelligemment d'une situation... sauf quand ils se trompent). Du coup, nécessairement, on ne peut plus bien analyser une situation sans faire appel à nos facultés de jugement (juger = aussi discerner, analyser etc...)
    D'on la contradiction que je soulignais.

    Intemporelle : pourquoi le jugement et la critique constructive ne tiendrait-ils pas du même processus ? Je ne suis pas persuadé qu’on puisse faire l’un sans l’autre…. Je crois que l’amalgame le plus fréquemment réalisé c’est juger = mal juger quelqu’un. A croire qu’on cherche à nous maintenir dans l’ignorance tellement la notion de jugement est présentée comme malsaine !

    Et vraiment, ce que je voulais dire, c’est : jugeons ! Mais jugeons bien, juste, vrai. Jugeons sans fainéantise intellectuelle et surtout avec une profonde compréhension, une profonde empathie, parce qu’on ne peut juger sans comprendre….
     
  8. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Et puis tiens, je ne résiste pas à l'envie de partager avec vous un petit texte que je j'avais rédigé pour introduire un débat consacré à aux sciences humaines et politiques

    Obscurantisme

    [align=justify]L’histoire de la psychiatrie et donc, plus généralement, celle de la médecine, de la philosophie et de la psychothérapie, est constellée de nombreux soubresauts. De brillants chercheurs découvraient parfois un brin de vérité ; ce faisant, ils formulaient parfois deux milles ans avant notre ère des idées qui, aujourd’hui, sont unanimement acceptées tant elles tiennent presque du bon sens. Galien, dans le domaine de la médecine à l’époque gréco romaine pratiquait déjà des trépanations afin d’intervenir chirurgicalement sur des tumeurs du cerveau. Les outils qu’il utilisait, à s’y méprendre, ressemblaient mêmes à ceux de nos chirurgiens modernes ! Une pratique qui, avec d’autres en psychologie, eu son temps de gloire, parfois juste pour une centaine d’année, avant qu’on en reviennent à la pseudo lumière des Anciens (avec un grand « A ») : « la philosophie est dangereuse, revenons-en à Dieu ! » (Et n’en parlons plus !) Et puis, c’était reparti, pour un siècle ou deux d’obscurantisme, avant de redécouvrir ce qu’on aurait du savoir depuis longtemps. C’est terrible.

    J’ai grandi dans un milieu rural ou la psychologie n’était qu’un mot. Le développement personnel n’avait pas plus de signification et la science faisait mieux peur qu’elle ne rassurait. « Pas d’élucubration ; soyons concret » me disait-on ! Bien. Concret, pragmatique, pratique : je le suis devenu et d’ailleurs, je n’avais guère d’autre choix.

    Comment faire pour reconnaître la vérité ? Qu’est-ce que la justice ? Mes amis, pour être pratique et concret, allons donc un peu plus au fond des choses. Comment ? Cela ne vous intéresse pas ? Mais comment faites-vous alors pour savoir que vous avez mieux raison que moi, si le sujet de la vérité ne retient pas votre attention ? Qu’est-ce qui vous permet d’en juger, si vous ne cherchez pas à être juste ? Comment faites-vous pour continuer de clamer toutes vos affirmations alors que vous ne cherchez pas à savoir quels sont leurs degrés de fondement ?

    J’ai beau me montrer bon psy, ouvert, communicatif, et, au besoin, tenter de contourner les résistances ; j’ai beau essayer de distinguer la personne qui exprime, à voix basse, une opinion – c'est-à-dire un ensemble d’idées structurées et cohérentes – de celle qui hurle son avis, superficiel et finalement entaché de méconnaissances : j’ai toujours des difficultés à accepter l’obscurantisme ! C’est plus fort que moi ! Je ne comprends pas qu’on puisse clamer des erreurs et refuser dans le même temps d’en discuter. Je ne comprends pas qu’on puisse s’accrocher avec une telle obstination à ses propres pensés comme s’ils s’agissaient de bouées de sauvetages évitant le naufrage de l’égo tout entier ! Je ne comprends pas, enfin, qu’on puisse si peu se préoccuper d’entraîner avec soi, dans l’erreur, jusqu’à ses amis de confiance, et en particulier ses propres enfants !

    Bon sang, ça vous intéresse la vérité ? Ou pas ?
    Et la justice, est-ce que c’est une valeur que nous partageons, ou non ?
    Alors il serait décidemment temps de s’en faire une opinion ! Parce que, parler de science, réfléchir, c’est essayer de se rapprocher d’une vérité, quand bien même on ne la trouvera jamais. Comprendre les hommes, ce qui les rapproches ou les éloignes les uns des autres, tout cela implique, nécessairement, à un moment ou un autre, de se poser la question de la justice ! On ne peut pas dire - quand bien même certains spécialistes prétendent encore le contraire - « exprime ton agressivité, ça te soulagera ! » parce que c’est profondément injuste ! On ne peut pas, comme d’autres le font, imaginer que : « si je le ressens, c’est que j’ai raison ! Si ça vient de moi, de ma subjectivité profonde, c’est que ça a de la valeur… » parce que les émotions, les « idées profondes ou mystiques », et plus spécialement encore, la subjectivité, est autant source d’erreur que les pensées raisonnables et rationnelles.

    Et je ne peux pas renier l’amour que je porte pour la recherche de la vérité et pour la recherche de la justice car autrement, j’aurais vraiment l’impression, de prêcher l’obscurantisme.

    Et, parfois, je crois que j’ai juste peur de comprendre.



    « Si l’on doit prendre soin de ne jamais omettre ni négliger aucune hypothèse, en dernière analyse, une théorie, une pensée, une idée n’a que peu d’intérêt tant qu’elle n’a pas trouvé une valeur prédictive, expérimentale ou utile : c’est ce qui distingue la science de l’obscurantisme ».
     
  9. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Bonjour Ivan ,

    Quand je te dis que c'est une croyance erronée c'est que , pour moi, juger est comme une croyance...qui parrâit juste mais qui ne l'ai pas forcément,d'où qu'on peut se tromper sur une situation négative qui est au final positive et vice et verça et d'où erronée :wink:


    Donc oui, pour moi juger une situation, que ce soit dans l'analyse ou l'émotion restera un jugement qui reste dans la dualité du bien ou du mal .

    C'est pourquoi, une critique constructive a pour moi la même valeur de jugement...c'est aps parce qu'on rajoute un adjectif soi disant positif (constuctif) que ça l'est . Au final celà reste une critique dualiste , bien, mal .

    La justice.....un mot qui a résonné chez moi très fortement et que j'ai retrouvé "comme par hasard "dans mon signe..je suis la justice dans le signe maya .

    Là, j'ai pu comprendre , un euréka , que la justice était partout, même là ou elle parraissait injuste....(un mal peut être un bien et vice et verça) c'est la même chose...c'est nous qui encore dnas ces pensées dualistes jugeons une situation injuste alors qu'elle ne l'est pas .

    Plus de paradoxe, euréka !......un bien qui est un mal ne l'est pas, celà ne sera pas injuste...tout est juste et là serait la vérité .

    Difficile a croire pour certains, car tout découle d'une acceptation que tout est juste et même les jugements dualistes que nous en faisons .


    Qu'est ce qui me fait soutenir que dans la vérité ou tout est juste ?

    l'intuition .


    C'est la seule chose que j'ai trouvé dans ma quête de la vérité, de la justice et qui a abolit, dépassé le paradoxe de la dualité (bien, mal, jugement, critique, analyse ect)



     
  10. Intemporelle

    Intemporelle Invité

    C'est bien dans ce sens là que je l'entends également. Désolée pas le temps de développer plus... Mais je suis d'accord avec vous globalement. :D
     
Chargement...