Formation Hypnose

Vers une interdiction de l'hypnose en Europe ?

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Top Posteur du mois
:twisted: Vers la fin de l’hypnose en Europe ?

:shock: Ou un trés bon exemple pratique de thérapie provocative ?



Une pétition lancée suite aux mesures sécuritaires de psychiatrie future :


Après le discours du 2 décembre 2008

Politique de la peur

Les annonces de Nicolas Sarkozy le 2 décembre au centre hospitalier
spécialisé Erasme à Antony sont dans une remarquable continuité avec
ses différentes décisions prises depuis l'époque où il était ministre
de l'intérieur : loi sur la prévention de la délinquance, amputée de
ses articles portant sur les malades mentaux, mais finalement
réintroduits dans leur essence dans la loi de rétention de sûreté[1],
le fichier Edvige, et maintenant dans une loi sur l'hospitalisation
psychiatrique. L'amalgame organisé depuis la loi du 30 juin 1838 entre
ordre public et obligation de soins trouve aujourd'hui son achèvement
en une identification du soin à la seule mesure d'ordre public au nom
d'une dangerosité potentielle, et s'inscrit dans un ensemble
liberticide.


Depuis environ 3 ans, à chaque victime exemplairement médiatisée
répond une nouvelle loi répressive. Logique démagogique qui ose avec
arrogance déclarer ne connaître que les droits de l'homme pour la
victime et subordonner les droits des « autres » à leur dangerosité.
Logique de juriste besogneux qui se doit d'étalonner le droit à une
justice d'élimination. Logique de violence sociale qui condamne la
psychiatrie à repérer, contrôler et parquer à vie les marginaux,
déviants, malades, désignés potentiellement dangereux. Logique de
l'abus rendu légal, enfin, puisque cette dangerosité n'est ni définie,
ni précisément limitée, ouvrant la voie à une extension indéfinie des
mesures qui la visent. Obsession qui transforme tout accident en
événement intolérable, la moindre erreur en défaillance monstrueuse,
légitimant des précautions sans cesse durcies et toujours condamnées à
se durcir car on ne supprimera jamais la possibilité d'un risque. A
terme, nous ne serions même pas dans la mise en place d'un système de
défense sociale -historiquement institué et toujours présent dans de
nombreux pays européens (Allemagne, Belgique, Italie, Pays Bas, .)- à
côté d'un système de soins psychiatriques « civil », mais dans le
formatage d'une flic-iatrie dans les murs d'un asile d'aliénés post-
moderne comme dans la ville.


Sur ce point, nous tenons à alerter du danger les familles et leurs
associations, les associations de patients et ex-patients. Le projet
du président de la République n'est pas une obligation de soins
ambulatoire, mais bel et bien une détention ambulatoire qui au plan
des soins se résumerait à l'injection bimensuelle ou mensuelle d'un
neuroleptique à action prolongée ou à la prise forcée d'un
thymorégulateur, et qui au plan de la liberté individuelle placerait
le sujet sous un régime de la liberté surveillée : tutelle à la
personne, assignation à résidence, bracelet électronique, . ; tout
cela sous l'égide des services préfectoraux, des services de
psychiatrie publique . et de la famille. Pourquoi alors pour les
soignants rechercher et travailler le consentement libre et éclairé ?
Pourquoi pour les services de psychiatrie se mettre dans l'obligation
(pour lui et son entourage) d'accueillir, d'écouter, de prendre soin,
de soigner, d'accompagner un sujet souffrant, c'est-à-dire de le
considérer dans sa dignité et sa singularité de personne, d'individu
social, et de sujet de droit ? Disons aussi clairement aux usagers et
à tous les citoyens que le soutien affiché par le chef de l'Etat à sa
ministre de la santé pour son projet de loi HSPT (hôpital, santé,
patients et territoire), son chantage public au soutien à ses
réformes, confirme qu'il n'y a pas contradiction entre politique
sécuritaire et politique de réduction des moyens pour la santé et le
social. De plus, il semble aussi mettre fin à la psychiatrie de
secteur comme psychiatrie généraliste dans la communauté comme les
textes sur la nouvelle gouvernance le laissaient prévoir.

Que de vigilance obligée, que d'énergie perdue pour défendre les
moyens existants face au bulldozer administratif et comptable. Pour
les internés, nous savons : des moyens pour des cellules d'isolement,
des unités pour malades difficiles, des vigiles et des caméras de
surveillance. Pour les personnes qui seront soumises au traitement
psychiatrique ambulatoire contraint (et elles seront beaucoup plus
nombreuses que l es « sorties d'essai » prévues par la loi du 27 juin
1990) : Pour faire quoi et comment en dehors de la contrainte à la
compliance des patients et d'une carcéralité ambulatoire, y compris
pour des personnes n'ayant jamais fait l'objet d'une mesure de
placement? Quels seraient les critères pour prendre une telle mesure ?
La question de la levée d'une telle mesure fait également problème :
la guérison ?


Que nous soyons contraints de répéter une fois de plus qu'il n'y a pas
à assimiler crime ou délinquance et « maladie mentale », dangerosité
et « maladie mentale », nous blesse professionnellement et
politiquement au regard des décades de luttes et de pratiques de
progrès dans le champ de la santé mentale. Que nous soyons contraints
de répéter qu'il n'y a pas de risque zéro, que les politiques dites de
« tolérance zéro » (pas davantage que les politiques de « défense
sociale ») n'éliminent la dangerosité sociale, nous fait craindre que
nous tendions -loi d'attaque sociale après loi d'élimination,
outrances policières ou politiques après outrances policières ou
politiques- au système décrit et dénoncé par Hannah Arendt : Le
totalitarisme ne tend pas à soumettre les hommes à des règles
despotiques, mais à un système dans lequel les hommes sont superflus
(in Les origines du totalitarisme). Le type de pouvoir exécutif à
l'ouvre ne laisse rien échapper, intervient sans cesse sur les
professionnels pour les sanctionner et les corriger au moindre
accident. Il conduit ceux-ci à l'excès de zèle pour prévenir les
risques de ce qui n'est même plus excusé en tant que « bavures » ; au
mieux, nous avons droit aux phrases compassionnelles du chef de
l'Etat. La banalité du mal s'installe en même temps que les scandales
s'accumulent : pour les « sans papiers », il faut faire du chiffre ;
pour éduquer les collégiens contre la drogue, il faut faire une
descente musclée de gendarmes ; pour que « justice soit faite », il
faut l'affaire consternante du journaliste de Libération ou encore la
menace de centres de rétention pour sdf récalcitrants.

Il ne s'agit donc guère de sagesse populaire et de vertu
républicaine, mais bien d'une idéologie populiste et d'une politique
sécuritaire dangereuses, qui dans le même temps poursuivent au pas de
course la démolition des services publics et une politique de santé
entrepreneuriale et de paupérisation.


Nous nous déclarons opposants résolus à cette idéologie et à cette
politique. Nous déclarons que nous continuerons d'y résister
concrètement et solidairement. Nous appelons tous ceux qui agissent à
élaborer un manifeste constituant d'un front du refus.

Contact : cedep.paris@wanadoo.fr
 

Paul Elie

Membre
non je ne crois pas pour moi simplement
creer un evenement pour cacher le vrai problème et faire assumer sa propre responsabilité par d'autres!
bien sur c'est de la provocation qui occupes les esprit et noircis les pages des nouvelles de façon a ce qu'on ne parles pas du problème de fond....
une strategie employée par nombres de personne au pouvoir depuis longtemps pour nous distraire des problemes actuels beaucoup plus pressants et dont on ne parles pas...
ce qui m'interreserai c'est votre opinion sur le sujet!
pour moi la réponse est d'ignorer le question et de codifier légalement une certaine éthique pour la profession a fin de ne pas prêter le flanc a ce genre d'attaques ,a ce que vous semblez impliquer comme résultante:
l'interdiction de l'hypnose en europe!
engagez vous un peu plus car envoyer une question c'est bien ...apporter une réponse c'est peut être plus constructif et plus positif.
a moins que vous vouliez choisir jouer la carte de la provocation?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Top Posteur du mois
:twisted: A moins que vous vouliez choisir jouer la carte de la provocation?


:shock: oui, c'est précisément de la thérapie provocative !


Où commence l’hypnose ?

Où commence la suggestion ?

Où commence la manipulation ?



Dès que l’on ouvre un de ses canaux sensoriels

On s’ouvre…

Avec tous les bénéfices et les risques cela comporte



Et quand on s’ouvre au monde on peut se faire avoir…

On vient sur ce forum

Et là on s’est tous fait avoir : ce forum d’hypnose fourmille de virus mentaux

Ce forum est une celui d’une secte hypnomanipulatrice très puissante



Dont on est tous addicts, surtout ceux qui simplement lisent sans intervenir !

Il y en a même qui payent cher des bouquins à s’endormir debout

et des pour des formations de week end qui les coupent du réel



:twisted: Le piège !


Mais heureusement que l’hypnose permet de s’en sortir !

Car si seule l’hypnose permet de se sortir du piège

Alors Il ne faut surtout pas ne pas revenir sur ce forum


:twisted: Le piège !



C’est pour çà que vous lisez cela

C’est pour çà

Qu’on vous l’inter dira …


:roll:
 

Paul Elie

Membre
je m'y attendais encore une réponse évasive ou vous ne répondez pas a ma question:
quel est votre opinion?
quelles sont vos reponses?
vous ne semblez même pas avoir lu ce que je vous reponds, parce que vous n'y répondez que par des questions ce que j'ai eu la courtoisie de dire en essayant d'établir un dialogue...
mais qui semble avoir le seul but de me faire passer pour un idiot non initié!
pire nous sommes tous malades car comme vous dites c'est precisement de la therapie provocatrice!
parce que ne jouant pas selon vos règles...
 

Paul Elie

Membre
christophe delaigue à dit:
les réponses m'ont parrues claires à moi pourtant..

Christophe
mais on s'en fout que vous ayiez compris ce que l'on aimerait savoir c'est ce que vous en pensez!
est ce que parce qu'elle vous ont parues claires que je suis un retardé...
mais qu'est ce cela veut dire?
j'ai remarqué que vous aviez une tendance a vouloir dire le dernier mot sans rajouter quel que chose d'interressant...d'une façon assez systematique...
dites moi quel est l'avantage de dire le dernier mot?
est ce une maladie ...ou vous avez peur qu'on ne vous remarque pas ou de vous sentir seul?
je ne comprends pas ce qui vous motive....
 

apula

Membre
est ce que parce qu'elle vous ont parues claires que je suis un retardé
==> Je vous propose "attardé" plutôt, car retardé c'est au niveau de votre montre.


==> je vous propose donc d'établir le dernier mot afin de valider ce sujet.

Amicalement,
Christophe
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Top Posteur du mois
:roll:

ce qui m'intéresserai c'est votre opinion sur le sujet!

pour moi la réponse est d'ignorer le question et de codifier légalement une certaine éthique pour la profession

a fin de ne pas prêter le flanc a ce genre d'attaques ,a ce que vous semblez impliquer comme résultante:

l'interdiction de l'hypnose en europe!

engagez vous un peu plus car envoyer une question c'est bien ...

apporter une réponse c'est peut être plus constructif et plus positif.




1°) la solution de facilité c'est de signer purement et simplement une pétition

2°) Une solution aussi solidaire c’est d’informer pour que le « public » puisse s’exprimer

3°) Je m’engage ici en commentant une des phrases clefs pour moi de cette problématique :



L'amalgame organisé depuis la loi du 30 juin 1838

entre ordre public et obligation de soins

trouve aujourd'hui son achèvement

en une identification du soin à la seule mesure d'ordre public

au nom d'une dangerosité potentielle,

et s'inscrit dans un ensemble liberticide.




8)

Je pense personnellement que l’hypnose est un outil thérapeutique qu’il faut vulgariser largement

Vulgariser dans le sens d’ en faciliter l’accés aux plus démunis (de l’hypnose) en l’enseignant peut-être un jour à l’école

comme on le fait déjà sur internet sur les forum !

S’il faut interner en hôpital-prison et aliéner ces patients au double sens du terme

et au final les tuer doublement ( physiquement et mentalement )

on peut par contre les aider "spirituellement"

par l’utilisation de l’hypnose et des outils dérivés de l’hypnose

dans ces structures de soin

comme on commence déjà à le faire dans les cliniques et les hopitaux y compris psychiatriques !


et en formant les personnels soignants à ces techniques




Aller au delà du bien et du mal

permet d’être en concordance au delà des deux

Mais là c’est une autre histoire...



:roll:
 

Paul Elie

Membre
je suis ravi de découvrir derrière surderien...
un humain qui pense et de plus que je rejoint dans le raisonnement
merci...
et la ou je suis tout a fait d'accord est dans votre description de la vulgarisation....et de sa nécessité
a propos de l'efficacité éducative de l'internet forum...
j'ai plus de doutes car il semble que les inepties et fausses rumeurs
font règles en opposition a la sagesse qui se tait(sans doute avec raison
et je m'interroge pour les rejoindre) dans un combat plus constructif...

si vous êtes libre le 7 et 8 février j'aimerai vous inviter a une petite conference a bordeaux avec des praticiens pros...et étudiants en med...(mais je n'ai pas les détails sur qui va participer chadoc s'occupe de l'organisation...)et que je vais donner et qui en fait est une couverture pour connaitre et organiser
ce dont vous parlez...
ce sera totalement démocratique en dehors de la conférence ou nous pourrons
discuter des moyens de passer a l'action et peut être d'établir un consensus et un plan...c'est une proposition (suggestion)et en aucun cas une position de leader que je prends!
je serai heureux de vous rencontrer en chair et en os!
la partie que je ferai sera un exposé et demo sur la méthode que j'ai apprise au US.... pendant les repas et le temps entre ma conférence ...
toutes les questions /réponses /plans pourront être discutés...
si interresé faites moi savoir et je demanderai a chadoc de vous contacter...
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut