Maintenant la fac !

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par HypnoseBinbin, 24 Avril 2010.

  1. HypnoseBinbin

    HypnoseBinbin Membre

    Inscrit:
    20 Avril 2009
    Messages:
    136
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1620
    Localité:
    Chartres
    Me revoilà, comme vous devez le savoir, je souhaite devenir hypnothérapeute et j'ai donc choisi la voie "fac de psycho".
    Je viens donc vous demander conseils sur les choix de ma fac : proximité, enseignement, débouchés ...

    Je voudrais donc savoir si vous connaissez une bonne fac près de Chartres.
    Combien de temps durent ces études ?
    Le prix d'une fac ... ?
    En quelles matières me faut-il persévérer pour pouvoir être admis dans une fac ? (ou peut-être est-ce sur dossiers ?)
    Merci de vos réponses.
    Stargatement, Robin !
     
  2. BlasfM

    BlasfM Membre

    Inscrit:
    3 Décembre 2005
    Messages:
    6
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    960
    Localité:
    33
    Salut,

    Pour la fac il faut juste avoir le Bac :)
    Surtout en fac de psy.

    Tu veux être hypnothérapeute ou psy ?

    Faire psy pour être hypnothérapeute peut être un moyen de t'apprendre des choses qui peuvent te servir si tu veux faire un peu de thérapie cognitive.

    Pour ma part j'en ai fait 2 ans :)

    Il faut en faire 5 pour être psy ;)

    Il faut surtout choisir une bonne formation pour être un bon hypnothérapeute.

    Evite les formations de 4 jours pour être praticien c'est de l'attrape couillon.

    C'est pourquoi je te conseil l'IFHE ou l'A.R.C.H.E ou d'autres qui ont au moins 15 jours de formations à temps plein.

    Par ailleurs j'ai commencé l'hypnose à 17 ans et j'ai commencé avec l'hypnose classique.

    Pratique un maximum, lis beaucoup (erickson...) observe les gens qui t'entourent et aussi les gens que tu croises...

    Le prix de la fac 350 € à l'année (hors bourses)

    Si tu as des questions n'hésites pas :)
     
  3. HypnoseBinbin

    HypnoseBinbin Membre

    Inscrit:
    20 Avril 2009
    Messages:
    136
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1620
    Localité:
    Chartres
    Désolé pour le temps de réponse, je ne pensais pas que quelqu'un avait répondu ici.
    Oui c'est pour devenir Hypnothérapeute, je veux faire psy pour avoir seulement quelques bases, et gagner un peu d'année pour ne pas arrivé hypnothérapeute a 21 ans ... Ce qui serait pas très bon je pense.
    Vous me dites de pratiquer ? Pratiquer sur qui ? Et surtout quoi faire ? Oublier un nombre ... genre spectacle ? Ou vraiment essayer de régler des problèmes ? Dois-je faire ceci qu'après ma formation d'hypnose ?
    Quelles sont les matières en fac de psycho ?
    Encore pleins de questions, auxquelles j'ai hâte que vous-y repondiez !
     
  4. MAGILIUS

    MAGILIUS Membre

    Inscrit:
    25 Février 2010
    Messages:
    161
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1560
    Localité:
    Au centre du Sud.
    Pour être psychothérapeute il faut :

    " L'inscription sur le registre national des psychothérapeutes mentionné à l'article 52 de la loi du 9 août 2004 susvisée est subordonnée à la validation d'une formation en
    psychopathologie clinique de 400 heures minimum et d'un stage pratique d'une durée minimale correspondant à cinq mois
    effectué dans les conditions prévues à l'article 4.
    L'accès à cette formation est réservé aux titulaires d'un diplôme de niveau doctorat donnant le droit d'exercer la médecine en France ou d'un diplôme de niveau master dont la
    spécialité ou la mention est la psychologie ou la psychanalyse. "


    Bon courage.
     
  5. Métaphore

    Métaphore Invité

    Stargaterobin souhaite être hypnothérapeute et non psychologue ou psychanalyste, donc pas inscrit en tant que psychothérapeute mais hypnothérapeute qui ne demande pas de diplômes universitaires...

    Néanmoins l'exercice de ce métier dans l'hypnose médicale requiert un peu même beaucoup de maturité et de thérapie personnelle, à moins qu'il souhaite faire de l'hypnose de spectacle...
     
  6. HypnoseBinbin

    HypnoseBinbin Membre

    Inscrit:
    20 Avril 2009
    Messages:
    136
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1620
    Localité:
    Chartres
    Je souhaite en effet devenir hypnothérapeute, mais je passe par la case "psychologie", pour pas arriver a 18 ans en tant qu'hypnothérapeute ... soucis de reconnaissance (même si c'est débile).
    Je veux donc passer mes trois prochaines années après le bac dans une fac psy, pour y passer ma license, avoir les bases. Est-ce difficile ? quelles sont les matières enseignées (fac psy) ? Entre Rouen et Paris, que choisir? Quels spécialités y pendre ? Tant de questions ....

    Ce sont un peu les mêmes questions que plus haut, je résume pour que quelqu'un puisse y repondre sans avoir trop a chercher.
     
  7. Métaphore

    Métaphore Invité

    Je vais être directe, ne crois pas être hypnothérapeute à 25 ans...
    Je te laisse découvrir tout ce que tu as besoin de découvrir sur la complexité de l'être humain...
     
  8. HypnoseBinbin

    HypnoseBinbin Membre

    Inscrit:
    20 Avril 2009
    Messages:
    136
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1620
    Localité:
    Chartres
    QU'est ce qu'il pourrait m'en empêcher ? La pratique ? Donnez vos arguments ! =) Et n'avez vous pas réponses aux autres questions ?
     
  9. Métaphore

    Métaphore Invité

    Désolée, :roll: je ne fais pas de cours, parcours le forum...
     
  10. HypnoseBinbin

    HypnoseBinbin Membre

    Inscrit:
    20 Avril 2009
    Messages:
    136
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1620
    Localité:
    Chartres
    Seulement le forum ne donne pas d'indication, j'esperais pouvoir être aidé par vos propres cursus, vos idées, vos conseils. De plus internet n'aide pas beaucoup non plus. Et sur ce sujet, google n'est pas notre ami.
     
  11. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Être hypnothérapeute à 25ans. Ça me fait penser à une citation: "Il y a des patrons de gauche - - Il y a aussi des poissons volants, mais qui ne constituent pas la majorité du genre." (c'est de Michel Audiard).

    a+
     
  12. apo77

    apo77 Membre

    Inscrit:
    13 Juin 2009
    Messages:
    152
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360
    Biensur que tu peut etre hypnothérapeut a 25 ans si c'est ce que tu veu,

    Si j'ai bien saisi tu est dans tes 18 ans la, donc si tu passe ces 7 anné a temps casi plein dans l'hypnose, a lire, pratiquer, rencontrer des personnes, a 25 ans tu aura vraiment de quoi etre hypnotherapeute. Tu sera méme meilleur que certin hypno qui apres avoir claquer 5000 euro sur quelque moi ce dise hypno confirmer..

    Biensur tout dépend de tes objectif et de ta motivation, biensur 25 ans n'est pas une date clée, tu continura de t'ameliorer, de decouvrir, de rencontrer, d'experimenter, d'inventer, durant toute ta vie. Cependant tu aura déja un niveau qui te permetra de te considérer en tant que tels et de commencer a te fere un nom dans le millieu si tu est vraiment bon et qur tu t'en donne les moyens.

    Bien a toi
     
  13. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonjour,

    Je réchauffe le sujet. Lisez mieux ce qu'avait écrit Magilius, c'est lui qui cite le texte qui fait loi !

    StargateRobin, être hypnothérapeute c'est d'abord être psychothérapeute ; et encore je me permets de commenter : avant de choisir parmi ses meilleures recettes, un cuisinier doit d'abord apprendre à cuisiner en général, et si possible devenir génial et réputé !
    (c'est pourquoi je crois que la formation de psycho est tout simplement incontournable si on suit la direction que tu dis vouloir prendre).

    Allez, je cite le Quotidien du médecin, pour en remettre une couche :
    Bonne lecture et
    faites-en votre profit ! surtout si vous avez cinq ans d'installation et voulez être assimilé, ou du moins essayer.

    Le décret relatif à l’usage du titre de psychothérapeute, tant attendu depuis l’amendement Accoyer du 9 avril 2004, modifié par la loi du 21 juillet 2009, est enfin paru au « Journal officiel » (décret n° 2010-534 du 20 mai 2010).
    À partir du 1er juillet 2010, l’inscription sur le registre national des psychothérapeutes « est subordonnée à la validation d’une formation en psychopathologie clinique de 400 heures minimum et d’un stage pratique d’une durée minimale correspondant à cinq mois ». L’accès à la formation est « réservé aux titulaires d’un diplôme de niveau doctorat donnant le droit d’exercer la médecine en France ou d’un diplôme de niveau master dont la spécialité ou la mention est la psychologie ou la psychanalyse ».
    La formation doit permettre d’acquérir et de valider des connaissances relatives au développement, fonctionnement et processus psychiques ; aux critères de discernement des grandes pathologies psychiatriques ; aux différentes théories se rapportant à la psychopathologie et aux principales approches utilisées en psychothérapie. Les établissements autorisés à délivrer la formation « sont agréés pour quatre ans » par les ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur.
    Avant toute utilisation du titre de psychothérapeute, le professionnel devra s’inscrire sur la liste départementale du registre national des psychothérapeutes. Le texte précise par ailleurs, les dispositions transitoires pour les professionnels justifiant d’au moins cinq ans de pratique à la date de publication du décret. Une dérogation d’inscription peut leur être accordée par le préfet du département de leur résidence professionnelle. Ces professionnels devront présenter leur dossier d’inscription dans le délai d’un an à compter de la publication du décret.
    Ce décret « participera plus efficacement à la lutte contre le charlatanisme et les dérives sectaires », souligne Georges Fenech. Le président de la MIVILUDES* estime qu’environ 2 millions sur les 12 millions de Français qui ont recours à la psychothérapie, étaient exposés à un risque d’emprise mentale et d’abandon de soins conventionnels. « En effet, assure-t-il, sur les 15 000 praticiens de la psychothérapie, environ 4 500 ne justifiaient d’aucune formation reconnue. »
    › Dr L. A.
    * Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires
    Quotimed.com, le 26/05/2010
     
  14. Métaphore

    Métaphore Invité

    Cela n'empêchera pas grand chose par rapport à ce decret, les personnes s'installeront en tant qu'hypnothérapeute et non psychothérapeute, c'est tout... c'est juste le titre qui change...

    Hum... je ne suis pas très convaincu de tout ça, mais bon faut essayer de limiter les dégâts... après chacun choisit sa voie, mais si on regarde la dernière demande de Coockie, un an de suivi avec un psychiatre n'a rien donné, puis avec un autre non plus, donc on peut se poser des questions... :roll:
     
  15. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Castorix,
    Euh pas que je sache, pour moi, justement le titre de psychothérapeute est maintenant protégé mais pas celui d'hypnothérapeute.
    Si cela change (ou a changé) faites un post spécial, je pense que ça intéressera qques personnes sur le forum !
    a+
     
  16. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonjour,

    Métaphore et Corfinas, je pense que je ne me fais pas bien comprendre.

    Je crois qu'aux yeux d'un juriste, un hypnothérapeute peut appartenir à l'une des deux catégories suivantes :

    - psychothérapeute (et notamment s'il reçoit une personne venue parce qu'elle souffre de troubles anxieux ou de déprime etc)

    - professionnel pratiquant un exercice illégal de la médecine (et c'est le cas pour une personne venue parce qu'elle a des maux de ventre depuis que son supérieur hiérarchique a changé, etc.)

    Pour sortir de ces deux cas, il me semble nécessaire de supprimer le suffixe -Thérapeute.

    Et dans ce cas bien des choses restent possibles pour un hypnologue (si l'on choisit ce terme).
    Les possibilités de pratique sont assez faciles à catégoriser :
    - vous vendez un produit ? Vous êtes un commerçant (DVD d'auto-hypnose etc)
    - vous organisez des séances de relaxation, de sophrologie, etc. : vous travaillez dans le développement personnel

    ce dernier cas de figure exclut tout diagnostic, toute influence sur les choix thérapeutiques du client (exemple : il est inenvisageable de dire au client que l'on pense qu'il serait bien pour lui de ne pas prendre de médicament).

    En résumé le professionnel en hypnose :
    - est déjà, soit un psychothérapeute soit un professionnel de santé diplômé et reconnu
    - ou bien est un formateur (pour un apprentissage collectif plus souvent qu'individuel).

    Les propositions que j'avance tiennent compte de ce que je comprends de l'arsenal législatif.

    A présent je souhaiterais bien avoir votre avis à ce sujet, naturellement !
     
  17. Métaphore

    Métaphore Invité

    Castorix,

    A vrai dire je ne comprends pas trop votre argumentation et je suis comme Corfinas, pour moi c'est le titre de "psychothérapeute" qui est maintenant protégé par cette nouvelle législation et non "hypnothérapeute" qui n'a pas de réglémentation particulière.

    Voici la définition de Wikipédia pour le terme "thérapeute"

    :arrow: Un thérapeute est une personne qui soigne un malade à l'aide d'une thérapie. Anciennement, le terme thérapeute pouvait désigner un médecin. Aujourd'hui, il est le plus souvent employé avec un préfixe.

    Ce n'est donc pas le suffixe qui change mais le préfixe...

    Donc un hypnothérapeute n'a pas d'obligation de formation complémentaire en psychopathologie pour exercer légalement, contrairement au titre de psychothérapeute avec cette nouvelle Législation.

    D'autre part, je pense que prenez la situation à l'envers, un hypnothérapeute pour moi est celui qui soigne à travers l'hypnose, donc une hypnose thérapeutique, à partir de là, tout membre de la fonction médicale, ayant suivi une formation appropriée peut porter ce titre, du médecin généraliste au kiné, en passant par des infirmières, mais il est évident que pour un kiné ou infirmière ou même un dentiste, c'est la gestion de la douleur par l'hypnoanalgésie qui sera le plus intéressant pour eux, ce qui veut dire qu'en général ces personnes se forment uniquement sur un protocole, et non sur le cycle complet de l'hypnothérapie, et ne peuvent donc pas présenter le titre d'hypnothérapeute.

    NB
    Un hynothérapeute est loin d'être forcément un médecin. Donc l'hypnothérapeute ne doit pas faire de diagnostic médical et/ou suspendre la prise d'un médicament de son client. Ce n'est pas son rôle. D'ailleurs l'hypnothérapeute à travers l'ananmèse se renseigne sur le suivi médical du client et de ses antécédents uniquement pour comprendre ce qui amène ce client chez lui.

    Voilà donc ce que j'en pense...
     
  18. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2361
    J'aime reçus:
    23
    Points:
    2930
    Localité:
    lyon
    ce que castorix veut probablement dire, c'est que
    -dès que vous revendiquez une pratique de soin, quelqu'elle soit, vous risquez de tomber dans l'exercice illégal de la médecine... verouillage légal en cours donc pour "le bien" des personnes; (il cite la loi, ce n'est pas son opinion)
    -qu'on ne peut être bon hypnothérapeute dans sa pratique ou bon machin-thérapeute que si l'on est d'abord psychothérapeute... au moins en pratique si ce n'est légalement...

    ce en quoi je partage ses points de vue.

    par ailleurs, j'ai déjà entendue des opinions de psychothérapeutes, de psychologues, de psychiatre qui laisse à penser que leur pratique de psychothérapie est loin de ce qu'il faudrait de mon point de vue.
     
  19. laurenzo

    laurenzo Membre

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Messages:
    1625
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    2190
    Bonjour,

    Petite question pour Castorix et pour ceux qui ont un peu lu sur l'aspect juridique du titre de psychothérapeute/hypnothérapeute.

    Si un patient se rend chez un hypnothérapeute en lui disant qu'il souffre de SEP ou d'un cancer et que le thérapeute lui affirme que cette maladie est due à un conflit inconscient, ce type d'affirmation est-il condamnable juridiquement?

    Merci d'avance pour vos réponses
     
  20. Métaphore

    Métaphore Invité

    Vous êtes psychothérapeute M. Valikor ? (avec vos 500 clients ou je ne ne sais combien par an...)

    Même si la question ne m'est pas posée, je donne mon avis. :D

    Déjà je trouve votre question surprenante, un hypnothérapeute ne devrait jamais avoir ce type de réponse, ça ne veut rien dire. Demander déjà le motif de sa consultation chez un hypnothérapeute, étant donné qu'il doit être suivi médicalement parlant.
     
  21. laurenzo

    laurenzo Membre

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Messages:
    1625
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    2190
    Dans mon exemple, la personne a été diagnostiquée souffrant d'une SEP ou d'un cancer par un médecin et elle va consulter un hypnothérapeute qui lui dit que sa SEP ou que son cancer est psychosomatique et qu'il faut donc traiter ses conflits inconscients (cad une affirmation et pas un "je peux p-e vous aider"). La question serait alors: l'hypnothérapeute est-il condamnable juridiquement en lançant des contre-vérités médicales?

    ps: je précise que ma question ne porte pas sur le fait de déterminer si la SEP ou le cancer est une maladie psychosomatique mais sur les éventuelles conséquences juridiques auxquelles s'exposerait un psychothérapeute/hypnothérapeute qui lancerait une affirmation contraire aux connaissances médicales actuelles.
     
  22. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    2058
    J'aime reçus:
    49
    Points:
    3480
    Localité:
    là bas,
    forum d'hypnose ou d'avocats ? :shock:
     
  23. Métaphore

    Métaphore Invité

    J'ai bien compris Laurenzo, même si ce genre de propos ne devraient pas être tenus par l'hypnothérapeute, je ne vois pas en quoi c'est condamnable... :roll: , peut être que sa thérapie sera quand même efficace. Et puis au pire c'est sa parole contre celle du client...qui peut dire je ne vous ai jamais dit ça...

    Mais dit comme ça, on peut aller loin... certains médecins généralistes font pire dès fois, j'ai une amie qui m'a raconté qu'en l'absence de son généraliste elle a été voir son remplaçant, elle n'était vraiment pas bien (dépression) et elle est ressortie en pleurs de chez le médecin à cause de son accueil verbal agressif et accusateur, trop long à raconter, mais au vu de tout ce qu'elle m'a dit et bien là c'est bien plus grave je vous le dit... :?
     
  24. laurenzo

    laurenzo Membre

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Messages:
    1625
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    2190
    Etre hypnothérapeute c'est aussi savoir quelles sont les limites législatives de l'exercice de son métier je pense.
     
  25. laurenzo

    laurenzo Membre

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Messages:
    1625
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    2190
    Je posais cette question par rapport à la reflexion de Castorix:

    Si le thérapeute dit à la personne que sa maladie est psychosomatique et que la psychothérapie est donc une solution évidente, il influencera potentiellement les choix thérapeutiques de son patient. La question était alors de savoir si sa responsabilité juridique était engagée. (pour le 'parole contre parole', imaginons que plusieurs patients soient concernés, qu'il y ait une trace écrite, une preuve indiscutable).
     
  26. Métaphore

    Métaphore Invité

    Mouais... c'est pas de mon registre ça... mais je doute qu'on puisse mettre des preuves écrites sur tout ça...

    Ca me rappelle un dentiste qui faisait des couronnes à tour de bras, alors que parfois un simple plombage suffisait, le client acceptait car il savait qu'il allait être rembousé par sa mutuelle, finalité, le dentiste était un escroc qui arnaquait la sécu... vous trouvez ça correct vous ?... alors tout se discute... un exemple parmis des tonnes..

    Comme celui qui est la mouise sentimentale et qui se laisse ruiner par des voyants, marabouts, et je ne sais quoi...

    Chacun est responsable de sa vie, chacun a le pouvoir de dire NON.


    Mais Castorix sera certainement plus à même de vous répondre sur cette question précise, quoique...
     
  27. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    2058
    J'aime reçus:
    49
    Points:
    3480
    Localité:
    là bas,
    oui, bon non mon intervention c'est juste que c'est des questions a poser a un juriste.
    j'en ai pas forcément vu sur ce forum


    je note que je but de la loi est d'éviter les dérives sectaires.
    (seul l'état a le droit de dériver)
     
  28. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2361
    J'aime reçus:
    23
    Points:
    2930
    Localité:
    lyon
    s'il n'est pas médecin, il est condamnable pour excercice illégal de la médecine. Et ce, même s'il a raison.
    il est impossible de prouver la coté psychosomatique, mais de dire qu'il y a une corrélation oui.
    attendu que le cerveau et l'esprit restent des "boites noires", on ne peut mettre en évidence de causalité directement.
    si le thérapeute, psy ou autre, qui n'est pas médecin, commence à vous dire ce qu'il faut faire au niveau médical.... il sort de ce qu'il est possible de faire et de dire pour lui.

    Valikor
     
  29. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2361
    J'aime reçus:
    23
    Points:
    2930
    Localité:
    lyon
    si une personne vient pour une problématique physique, il vaut mieux commencer par vérifier ce qu'elle a fait coté médical déjà, et ce, même si la réponse vous paraît évidente.
    si la personne commence à dire : les médecins n'y arrivent pas, j'en ai vu plusieurs, ils ne savent pas pourquoi je suis comme cela.
    il vaut mieux lui dire, de mon point de vue : continuez les traitements, on va voir ce qu'on peut faire coté émotionnel et si cela se résoud, retournez vers eux pour gérer cette évolution coté médical.

    un thérapeute qui ne ferait pas cela, prend de grands risques.
     
  30. Métaphore

    Métaphore Invité

    Qu'est ce qui l'est fort le Valikor... en reprenant tout ce que je viens de dire... vous avez un besoin existentiel Valikor, il devient urgent de faire qqchose... :lol:


    PS : :arrow: s'il n'est pas médecin, il est condamnable pour excercice illégal de la médecine...

    Je n'y crois pas un seul instant, où est le texte où s'est écrit ? comment peut-on prouver les dires de ce thérapeute ?...
     
Chargement...