Formation Hypnose

Maintenant la fac !

  • Initiateur de la discussion HypnoseBinbin
  • Date de début
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
humm, Métaphore, je crois que c'est un problème purement légal
en lisant l'arrêté, je pense que castorix et valikor on raison.

il ne s'agirais pas d'une interprétation abusive ou empreinte d'un quelconque
problème d'ego ou affectif.

c'est dorénavant la loi.

voici une petite anecdote cette réflexion m' a fait réfléchir

pourquoi chez moi pas d'hypnose a la TV, de spétacle et tant de tabouts le mot hypnose semble proscrit bien que assé largement pratiquée
on laisse les gens dans l'ignorance.

pour deux raisons une pratique et l'autre historique .

au début du 20em siècle un nombre non négligeable d'hypnotiseurs
on fait des spectacles dans la rue et se fesais payer au chapeaux
la plus part du temps les sujets qittais l'hypnotiseur en étant encore en transe et se cassais la cheville au trottoir suivant !

durant cette période l'Europe était victime d'un mal très répandu appelé tuberculose des milliers de patients convergeais dans des sanatoriums
90% y mourais !

plus tard au moment ou on a découvert la péliciline des hypnotizeurs on vu le bon filon et on exercé conte se mal en prétendant sortir ce mal du corps et, renvoyé les patient chez eux !
ils on alors contaminé le reste de leurs famille .


depuis l'hypnose est tout simplement interdite sauf pratiquée par un docteur en médecine !

alors on pratique sans prononcer son nom, d'ou un succès de la PNL.
depuis un peu plus de 5 ans il y a une tolérance pour les ériksoniens...

toutefois la pression du crop médical et très forte et on ne prononce pas le mot hypnose, on la pratique, mais on ne le dit pas,
peux de gens savent qu'il sont en EMC quand ils consultent pour un problème d'alcool, ou si ils consultent un psy.

cette situation arrange tout le monde et chacun garde son "pouvoir"

parfois l'histoire joue des tours a l'hypnose....
 
corfinas
corfinas
Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
Je suis d'accord avec le bon sens de Valikor: l'hypno aura intérêt à bien garder une position "basse" sur le lien entre les émotions et le physique et préciser que son champ d'action n'est pas le physique, sinon effectivement il me semble qu'il pourrai être dans la case "exercice illégal de la médecine".

Laurenzo evoquait des pathologies lourdes mais je pense qu'on est déjà sur la même problématique pour les allergies ...

a+
 
M
Métaphore
Invité
corfinas à dit:
Je suis d'accord avec le bon sens de Valikor: l'hypno aura intérêt à bien garder une position "basse" sur le lien entre les émotions et le physique et préciser que son champ d'action n'est pas le physique, sinon effectivement il me semble qu'il pourrai être dans la case "exercice illégal de la médecine".

Laurenzo evoquait des pathologies lourdes mais je pense qu'on est déjà sur la même problématique pour les allergies ...

a+
Décidément pour des hypnos, vous ne savez pas lire entre les lignes... :?

:arrow: l'hypno aura intérêt à bien garder une position "basse"
Faites attention de ne pas y rester trop longtemps quand même, vous allez attraper des crampes... :lol:


Et pour Jeangenève, je ne retiens que cette phrase qui m'apparaît des plus pertinentes à ce jour...
"cette situation arrange tout le monde et chacun garde son "pouvoir"

Bon dimanche à tous et soignez vous bien... :lol:
 
corfinas
corfinas
Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
Métaphore à dit:
Bon dimanche à tous et soignez vous bien... :lol:
Merci et de même ... :wink:
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
corfinas à dit:
Je suis d'accord avec le bon sens de Valikor: l'hypno aura intérêt à bien garder une position "basse" sur le lien entre les émotions et le physique et préciser que son champ d'action n'est pas le physique, sinon effectivement il me semble qu'il pourrai être dans la case "exercice illégal de la médecine".

Laurenzo evoquait des pathologies lourdes mais je pense qu'on est déjà sur la même problématique pour les allergies ...

a+
les ostéopathes ont eu de sacrés problèmes par le passé ainsi que les instituts de massages où il n'y a pas de kiné.
exemple :
à lyon l'institut mille et un massages s'est renommé mille et un bien-être...

le soin est réservé à la médecine....
 
Schakine
Schakine
Membre
messages
14
Points
2 190
Localisation
Bièvres (91)
laisse tomber les avis oiseux..
tu peux être hypnothérapeute à n'importe quel âge..
je te conseille de te former à la psychopathologie à la Fac
(niveau licence)et d'éviter absolument l'IFHE pour une formation beaucoup plus pro comme l'IFH ou Xtrema..
mais bon,ce que j'en dis hein???!!!
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Le ménage est entrain de se faire officiellement dans les milieux des thérapies

le mieux est d'avoir le (les) diplome(s) ad hoc et de faire partie d'une société ou confédération reconnue qui vous défendra au cas où...

Sinon le risque est la plainte en justice :

D'un malade estimant avoir été " mal soigné"

D'une famille ( en cas de dérive sectaire notamment)

Par repérage par des instances légales ( ordre des médecins) s'il y a eu signalement ou plainte pour faute par pratique illégale de la médecine

Pour "concurrence déloyale"...dénonciation par un thérapeute "officiel"


Donc utiliser le mot thérapie quand on fait de la vraie thérapie !

Et pas pour du simple développement personnel ou de la confort-thérapie bricolage !


8)
 
M
malava
Membre
messages
1
Points
1 060
Bonsoir,

pour en revenir aux infos demandées par stargaterobin, je suis en première année de psycho à Rouen et je peux te dire que les cours sont vraiment très interessants.
J'ai des cours de psycho clinique, psycho cognitive, psycho du travail, psychopathologie, psychologie sociale, psychobiologie des neurosciences cognitives... ceux là en amphi à raison de 1 à 2h par semaine.
Puis il y a des cours en TD, donc en groupe comme la psychologie de l'enfant, quelques cours de psychologie sociale, et de psychobio. Ainsi que des cours de rédaction, accompagnement dans notre projet professionnel...
Pour avoir plus d'infos quant au contenu des cours je t'invite à aller sur le site de la fac (celle de rouen, pourquoi pas, de toute façon je pense que le programme ne doit pas être bien différent selon les facs) que voici
http://www.univ-rouen.fr/jsp/fiche_page ... 3&LANGUE=0

ou bien cherche la description de chaque matière sur wikipedia qui résume assez bien le contenu des cours.


Je suis sur ce forum pas du fait que je veuille devenir hypnothérapeute, mais j'ai simplement un petit exposé à rédiger sur cette profession.
Bref, de ce que l'on nous a informé à la fac, pour atteindre le titre de psychothérapeute il faut avoir obtenu son master de psychologie spécialisation psychothérapeute. Un hypnothérapeute n'est qu'un psychologue spécialisé dans une certaine thérapie (il est donc psychothérapeute -ce terme étant très large et imprécis) et si cette thérapie est l'hypnose il est donc hypnothérapeute. Quant à la formation sur l'hypnose, il me semble qu'elle s'acquiert en faisant des sortes de formations payantes afin d'avoir un certain diplôme non ? Je ne suis vraiment pas sûre et j'essaie d'ailleurs d'obtenir des informations sur ce point.

Voilà stargaterobin, j'espère t'avoir un peu éclairé sur la formation!
Bonne soirée
 
Magikstarlight
Magikstarlight
Membre
messages
96
Points
1 490
Bonjour Stargaterobin,

Il y a fort longtemps que je n'étais pas revenue sur ce forum et je suis heureuse de trouver ton message à mon arrive ici ! :)

Pourquoi ? Simplement car je me posais à peu près la même question que toi il y a quelques années.
Une formation en 30 jours à l'âge de 20 ans, plein de projet, de rêves...Quelques tentatives...Puis je me suis heurtée à un obstacle prévisible : manque de confiance en moi. Malgré mon attrait pour la psyché humaine, ma curiosité, mes lectures diverses et variées, la formation, les "séances" enthousiasmantes...J'avais besoin d'assises théoriques plus solides pour rassurer mon hémisphère gauche, et d'une pratique agrémentée de feed back "grandissants" pour avancer vers la maitrise de l'outil et ainsi naviguer sereine avec mon hémisphère droit.

De ce constat, j'atterris quelques temps plus tard sur les bancs de la fac, 22ans, reprise d'études, fac de psycho.
Je suis tout d'abord surprise par certaines matières enseignées : statistiques, neurobiologie, génétique. Auxquelles s'ajoutent un tour d'horizon des dimensions parrallèles de la psycho : clinique, cognitive, du développement, du travail, psychopatho....

Première année : super intéressante, je me prends au jeu malgré mes réticences vis à vis du système éducatif.

Seconde année : un léger approfondissement de la première, beaucoup de redondances (répétition, effet bourrage de crane)...Moins enthousiasmante que la première mais je persévère... Je commence à fatiguer. Peu de lien avec mon projet initial (psychothérapeute) et peu de temps pour travailler correctement l'hypnose à côté.

J'ai commencé ici à entrer en résistance (c'est une longue histoire, qui n'a pas lieu d'être précisée ici). Je suis pourtant d'un naturel curieux et explorateur, mais cette sensation de formatage m'a progressivement retiré le goût d'apprendre...Et c'est ainsi que j'ai finis ma Licence, sur les rotules, écoeurée !!

J'ai donc pris une bonne année sabbatique en septembre 2009...Ne voulant plus entendre parler de psycho, de fac, de commerce du bien-être...Plus rien...Juste de l'espace, me recentrer, refaire liberté là où le gavage d'infos était venu me saturer.

Une année extraordinaire, d'abord extraordinairement difficile mais qui débouche aujourd'hui sur le "cadeau" : le retour à l'hypnose en parallèle au retour à soi...Ça c'est une expérience profonde, intime, extraordinaire...

Je peux maintenant constater que l'université m'a permis de mettre en place une méthodologie de travail, base solide sur laquelle je parviens à présent à mettre en oeuvre une autodiscipline. J'y ai développé la confiance en mes capacités intellectuelles également, acquis un petit bagage culturel sur l'histoire de la psychologie. Les stages m'ont aussi apporté beaucoup : l'expérience réelle des institutions (Hôpital spécialisé Alzheimer, hôpital psychiatrique, CMP (centre médico psychologique), hôpital service gastro-entérologie), l'occasion d'observer beaucoup, d'accueillir les patients, de pratiquer l'entretien clinique, la passation de tests...Et de porter la blouse blanche aussi :lol:
Bref beaucoup d'éléments essentiels à l'heure où mon projet reprend vie...Transmuté !

Un peu long, je livre ici un peu plus qu'un concentré de cette expérience mais si je ne devais t'en dire qu'une seule chose c'est :
-Prendre en considération que c'est un cursus chargé qui demande un énorme investissement (exit l'image d'Épinal de l'étudiant psycho qui glandouille, car il dépasse rarement la première année )
- Il y a un climat de compétition, instillé progressivement par la forme pyramidale du parcours : 500 au départ, 20 à la sortie. La solidarité et la coopération sont partout où tu les sèmes mais tu baignes dans un climat sombre où la pression est grandissante (voir les effets des périodes d'exams, des préparations de dossiers et de leurs présentations orales via Power point... )
-Les examens sont souvent dénués de sens et frustrant : remplir des phrases à trous, cocher les cases de QCM....Tu dévores des bouquins et des articles à la pelle et tu n'as pas souvent la joie de pouvoir animer ce qu'ils t'inspirent en de libre dissertation...Tout ce que tu apprends c'est pour toi mais tu ne peux pas passer à côté du gavage pré-exam où tu overdoses de détails que tu t'impatientes déjà de pouvoir oublier.
-Trop peu de pratique : tu attends la 3ème année pour un stage de 100h ( tu as des conventions de stages non obligatoires mais restent à trouver le temps et l'énergie pour les mettre en place)
-Si tu as des tendances "rebelles", un esprit d'indépendance...Tu te heurtes aux aberrations des grands engrenages sociaux...Savoir passer outre demande une certaine maturité/sagesse, une philosophie de vie et une capacité à maintenir un niveau vibratoire élevé.


Voilà Star, tu constateras que mes "infos" sont loin d'être neutres mais peut être pourront-elles t'apporter quelques questions à bien considérer avant de s'engager. ( Suis pas très loin si tu as d'autres questions ;) )

Je te souhaite une belle continuation,

MSL ( qui songe sérieusement à changer ce pseudo d'un autre temps ;) )
 
M
Métaphore
Invité
Magikstarlight, je voulais vous dire bravo pour ce topo, je le trouve intelligent, sage, mature, un texte qui a du sens et une grande valeur à mes yeux...

J'espère que ce jeune homme en demande sera mettre à profit ces précieux conseils.
 
HypnoseBinbin
HypnoseBinbin
Membre
messages
136
Points
2 550
Localisation
Chartres
Je vais copier le texte de malava et de MSL et les garder en réserve, car ce sont ceux qui ont repondu le mieux à mes questions ou plutôt a mes attentes. Malava, si tu es encore ici, je voudrais avoir plus ample informations sur la fac de rouen. On m'a dit que les différents pôle (3?) étaient vraiment dispersé dans la ville. est-ce vrai ?
Si MSL et malava avait msn ou facebook pourriez vous me les donner ? Celà serait mieux pour parler avec plus de fluidité.
Merci ^^
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
si son messqqge pouvait passer en FAQ ainsi que d'autres, ca serait bien....
 
castorix
castorix
Membre
messages
1 179
Points
4 860
Bonsoir,

Je me permets une synthèse.
En repassant ici je constate que Valikor a utilement complété par sa réponse, le point de vue que je donnais :


Valikor à dit:
(...) si le thérapeute, psy ou autre, qui n'est pas médecin, commence à vous dire ce qu'il faut faire au niveau médical.... il sort de ce qu'il est possible de faire et de dire pour lui.
La question de Laurenzo à propos d'un "hypnothérapeute" qui tient des propos très tranchés et donne des conseils à propos d'une maladie grave, trouve une réponse simple :
Laurenzo à dit:
(...) La question était alors de savoir si sa responsabilité juridique était engagée.
Eh bien oui, si le client porte plainte, alors le dossier sera instruit et s'il y a des preuves d'exercice illégal de la médecine il pourra y avoir condamnation. Mais les plaintes multiples sont très rares (il faut beaucoup de dégâts pour que les victimes trouvent le courage de porter cela en justice, elles ont assez de leurs ennuis de santé souvent).

MagicStarlight (dont je salue le passage...) nous fait part de sa démarche, à l'évidence elle a construit son parcours visant à devenir hypnothérapeute, en passant par une formation "ordinaire" (je veux dire : normale, exigeante, conscienscieuse) de psychologue psychothérapeute.

Malava vient également confirmer notre idée de plus en plus communément construite :


Malava à dit:
de ce que l'on nous a informé à la fac, pour atteindre le titre de psychothérapeute il faut avoir obtenu son master de psychologie spécialisation psychothérapeute. Un hypnothérapeute n'est qu'un psychologue spécialisé dans une certaine thérapie (il est donc psychothérapeute -ce terme étant très large et imprécis) et si cette thérapie est l'hypnose il est donc hypnothérapeute.
Bon, voilà nous sommes tous d'accord.

Ah, non, c'est vrai, j'oubliais quelqu'un :


Métaphore à dit:
(... le 10/10) Cela n'empêchera pas grand chose par rapport à ce decret, les personnes s'installeront en tant qu'hypnothérapeute et non psychothérapeute, c'est tout... c'est juste le titre qui change...
(... le 16/10) pour moi c'est le titre de "psychothérapeute" qui est maintenant protégé par cette nouvelle législation et non "hypnothérapeute" qui n'a pas de réglémentation particulière.
(...) même si ce genre de propos ne devraient pas être tenus par l'hypnothérapeute, je ne vois pas en quoi c'est condamnable...
Donc StargateRobin je pense que votre démarche d'orientation vers la filière reconnue de formation de psychologue, est la bonne, et est la seule valide (sauf si vous étiez déjà en exercice depuis 5 ans, voir mon message page 2) compte tenu de la législation en vigueur.

Et même si Métaphore a une position un peu floue (d'accord pour les limites à se donner dans l'exercice d'hypnothérapeute, mais pas d'accord sur l'appartenance de tout "hypnothérapeute" à la classe des psychothérapeutes) n'en doutez pas, l'exemple de MSL renforce cette idée, une expérience bien plus large qu'une simple (! :roll: !) formation en hypnothérapie, est indispensable pour exercer sérieusement. Et sera la seule voie autorisée, donc pour tout exercice en institution ce sera évidemment imposé, et pour un exercice libéral ce serait un gros risque.
Sauf à se cantonner à ce que recommande Valikor : laisser le client voir avec ses médecins etc, et l'accompagner pour "voir ce qu'on peut faire coté émotionnel" en complément des soins plus "classiques" (ce qui n'est pas, dans mon idée, négligeable du tout, le plus souvent).
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
de toutes les façons, du flou et des possibilités, il en restera toujours, malheureusement ou heureusement, c'est selon les point de vue....
Pourquoi?

parce qu'une société qui réglerait tout et qui imposerait de ne pas sortir de ce qui est permis, ressemblerait à big brother.

on passerait de "tout ce qui n'est pas interdit par la loi, est permis"
à "tout ce qui n'est pas autorisé, est interdit"

en tout cas, vu l'orientation de la société et si on en a la possibilité, mieux vaut passer par une formation qui donne une crédibilité aux yeux de la société.

note : crédibilité ne veut pas dire compétence...

ce qui est sûr, c'est que la société française devient beaucoup anxieuse et qu'elle risque de poursuivre cette spirale infernale jusqu'à ce que cela casse...
Valikor
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Magikstarlight à dit:
Il y a un climat de compétition, instillé progressivement par la forme pyramidale du parcours :

500 au départ, 20 à la sortie.
on peut donc se poser la question du "formatage" assuré par une sélection aussi drastique !

Mais c'est comme pour toutes les sélections actuelles qui vont vers une hyperspécialisation déformante

pour mieux former l'esprit...


:roll:
 
M
Métaphore
Invité
castorix à dit:
Et même si Métaphore a une position un peu floue (d'accord pour les limites à se donner dans l'exercice d'hypnothérapeute, mais pas d'accord sur l'appartenance de tout "hypnothérapeute" à la classe des psychothérapeutes) n'en doutez pas, l'exemple de MSL renforce cette idée, une expérience bien plus large qu'une simple (! :roll: !) formation en hypnothérapie, est indispensable pour exercer sérieusement. Et sera la seule voie autorisée, donc pour tout exercice en institution ce sera évidemment imposé, et pour un exercice libéral ce serait un gros risque.
Sauf à se cantonner à ce que recommande Valikor : laisser le client voir avec ses médecins etc, et l'accompagner pour "voir ce qu'on peut faire coté émotionnel" en complément des soins plus "classiques" (ce qui n'est pas, dans mon idée, négligeable du tout, le plus souvent).
[/color]
Bonjour Castorix,

Je peux comprendre que vous défendez votre corps de métier, même si ne je ne sais pas exactement ce que vous faites, mais je me doute un peu... et même si je suis dans l'ensemble d'accord avec ce que vous dites, il reste néanmoins la possibilité d'exercer ce métier d'hynothérapeute tout à fait convenablement et humainement sans être passé par la case formatage de départ.

En matière de psychiatre par exemple qui demandent de longues études on le sait, et bien j'ai toujours été surprise de leur maque d'intérêt pour leurs patients...parfois moins qu'un généraliste.



:arrow: Sauf à se cantonner à ce que recommande Valikor : laisser le client voir avec ses médecins etc, et l'accompagner pour "voir ce qu'on peut faire coté émotionnel" en complément des soins plus "classiques" (ce qui n'est pas, dans mon idée, négligeable du tout, le plus souvent).

Sauf que, si le client vient voir un hypnothérapeute, c'est que souvent pendant des années il n'y a eu aucune rémission de ses souffrances à travers un traitement médicamenteux et/ou un suivi par un psy classique.

Alors personnellement je préfère accompagner un client vers une libération émotionnelle et ne pas jouer au docteur...


Et au final, je me demande celui qui exerce ce métier avec le plus d'humanité, d'empathie, etc... vous savez dans une salle d'attente de médecins généralistes ou à hôpital, j'ai rarement vu un accueil très humain, c'est le chiffre d'affaires qui compte, et oui!!! l'industrie de la maladie, de la souffrance... On supprime même des hôpitaux, car ça ne rapporte pas assez ou des services, etc... alors on peut se poser des questions sur l'intégrité de la relation humaine!!!
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Si il n’y avait que des accueils super, très humains et intègres…

Il n’y en aurait plus d’accueils mal adaptés

Donc plus de comparaison possible !

La courbe statistique de Gauss : supprimée !

Aucune variance possible autour de la normale.


Que des accueils formatés, robotisés, standardisés.

Top du top du pyramidal !

Et chiants finalement d’être trop parfaits !


La perfection standardisée est très frustrante et déshumanisante…


Il faut de tout pour faire un monde

Pour diversifier les libertés !

Pour s’adapter aux libertés diversifiées !


:roll:
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Là j’ai enfin compris tout le caractère sectaire et formatif de la Démarche d’Assurance Qualité !

Intégriste dans son essence en se croyant intégrative !



Et c’est ce qui a désorganisé le système en voulant le ré-organiser ( notamment dans le domaine politique de la santé ! )


Putain d'Assurance Qualité qui a même envahi les facs et les masters !


Donc après la normalisation référentielle accréditante AQ 2010….

On passera à quoi en nouvelle utopie formative ?

J’aimerais bien en être in-formé, avant tout le monde…

Pour y faire face, avant tout le monde, hypnotiquement parlant !

8)


Ben oui, car il va forcément falloir être formaté en psychothérapie pour être accrédité psychothérapeute !

et donc en hypnothérapie pour être hypnothérapeute !

Tout en sachant garder son originalité...hypnotique...

:roll:
 
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
:!: Et chiants finalement d’être trop parfaits ! :!:

du clean langage a la surderien :?:

merci pour cette conclusion hypno-juridico-éclairo/obcsuro-normal-AQ
ne seriez vous pas trop bien synchronisé avec un consultant pas encore dégrisé ?

Et quel genre d'utopie formative est ce référentielle ?
Et où à peu près ?
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
jeangeneve à dit:
:!: Et chiants finalement d’être trop parfaits ! :!:

du clean langage a la surderien :?:

merci pour cette conclusion hypno-juridico-éclairo/obcsuro-normal-AQ
ne seriez vous pas trop bien synchronisé avec un consultant pas encore dégrisé ?

Et quel genre d'utopie formative est ce référentielle ?
Et où à peu près ?

Traduction :


" Si tout est parfait, il n'y a plus de place pour l'évolution et on en crève ! "


" Trop de sécurité tue la sécurité "


:roll:
 
jeangeneve
jeangeneve
Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
oui, bien, vois là

ne vous énervez pas, j'avais compris... ce coup-ci
en fait j'était tellement sycro que j'ai décidé de m'en amuser
désolé si cela vous a fait sortir de transe .
et ai-je bien tout sous entendu ?

d'ailleurs j'ai pas compris pourquoi il y avais pas encore de secrétariat d'état à la normalité au ministère de l'intérieur, ha mais si c'est pas a ca que sa sert les RG ?

en fait du hors sujet, n'est t'il pas ?
 
corfinas
corfinas
Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
Hello Castorix,

La fac de psycho pour un jeune qui a la vocation, je trouve ça très bien.

Cependant je voudrai avoir votre avis sur une réalité partagée par plusieurs sources:

"Dans la quasi-totalité des cas, le psychothérapeute a déjà pratiqué un premier métier avant celui de psychothérapeute — qu’il a commencé à l’âge de 38 ans ..." http://www.ff2p.fr/fichiers_site/regist ... stats.html

Ou encore :
"On ne soulignera jamais assez qu’en France, les personnes qui entrent en formation pour se préparer à devenir psychothérapeute ont déjà exercé au préalable un autre métier. Leur âge moyen est de 35 ans (de 30 à 45 ans)" ; ce qui exclue les "jeunes étudiants sortant de l’université qui n’ont pas encore une expérience suffisante de la vie et du monde du travail". http://www.psy-brignais.fr/pages/affili ... apeute.php

Ou encore :
"L’âge moyen habituel du début de la formation de psychothérapeute se situe ainsi, en France, entre 35 et 45 ans. Comme cette profession n’est pas enseignée à l'université, on ne trouve guère de jeunes étudiants. De toute manière, une expérience suffisante de la vie est souhaitée, et il est donc rare de rencontrer des candidats de moins de 30 ans. " http://www.psycho-ressources.com/bibli/ ... r-psy.html

Que vous pensez de tous ces psychothérapeutes, d'après reconversion et qui ne sont pas passés par la fac mais par des formations "courtes" (en tous cas bcp plus courtes en volume de jours qu'un master de psycho à temps complet en 4ans) ? Tous ceux là, qui constituent le gros du peloton, prennent ils de gros risques selon vous ?

a+
 
Ptipolo83
Ptipolo83
Membre
messages
81
Points
2 290
Localisation
Trans-en-Provence et Nice
Bonjour à tous,

Je sais que cette discussion à été créé il y a longtemps mais je me permet d'y ajouter un petit commentaire. J'ai 21 ans et je suis en deuxième année de fac de psychologie, cela fait presque trois années que je pratique l'hypnose et me demande toujours quelle formation est la plus accessible pour mon âge (financier, intéressante, professionalisante...), on entend parler de l'IFHE, l'ARCHE, l'IFH, Xtrema.

Je pense effectivement que passer par la fac de psycho ne peut qu'être enrichissante et complémentaire avec l'hypnose, attention je ne dis pas quun hypnothérapeut qui n'a pas suivi une licence voir un master en psycho est incompétant. Il y a des hypnotherapeutes qui ont des tas de formations mais qui ne sont pas bons, et inversement.

En psycho, les matières enseignées sont intéressantes, seulement ne te décourage pas aux examens, moi je bosse beaucoup et malgré cela les examens sont traitres dans le sens ou les professeurs nous évaluent grâce à des QCM.

Bonne continuation à tous.
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Ptipolo83 à dit:
Bonjour à tous,

Je sais que cette discussion à été créé il y a longtemps mais je me permet d'y ajouter un petit commentaire. J'ai 21 ans et je suis en deuxième année de fac de psychologie, cela fait presque trois années que je pratique l'hypnose et me demande toujours quelle formation est la plus accessible pour mon âge (financier, intéressante, professionalisante...), on entend parler de l'IFHE, l'ARCHE, l'IFH, Xtrema.

Je pense effectivement que passer par la fac de psycho ne peut qu'être enrichissante et complémentaire avec l'hypnose, attention je ne dis pas quun hypnothérapeut qui n'a pas suivi une licence voir un master en psycho est incompétant. Il y a des hypnotherapeutes qui ont des tas de formations mais qui ne sont pas bons, et inversement.

En psycho, les matières enseignées sont intéressantes, seulement ne te décourage pas aux examens, moi je bosse beaucoup et malgré cela les examens sont traitres dans le sens ou les professeurs nous évaluent grâce à des QCM.

Bonne continuation à tous.
Si les examens sont traitres, eux ils n'y sont pour rien !

Il faut chercher la traitrise ailleurs...

Là où se trouve toute l'hypnose du système...

:roll:
 
Paul Elie
Paul Elie
Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
Stargaterobin à dit:
Je souhaite en effet devenir hypnothérapeute, mais je passe par la case "psychologie", pour pas arriver a 18 ans en tant qu'hypnothérapeute ... soucis de reconnaissance (même si c'est débile).
Je veux donc passer mes trois prochaines années après le bac dans une fac psy, pour y passer ma license, avoir les bases. Est-ce difficile ? quelles sont les matières enseignées (fac psy) ? Entre Rouen et Paris, que choisir? Quels spécialités y pendre ? Tant de questions ....

Ce sont un peu les mêmes questions que plus haut, je résume pour que quelqu'un puisse y repondre sans avoir trop a chercher.
c'est comme meme bizarre que quelqu'un qui veuilles clairement devenir hypno se sente obligé de passer par la case psycho!
alors que le modele hypno, si il s'inspire de temps en temps de la psy.... va souvent rentrer en contradiction avec l'hyp!

les questions qui faut te poser, plus serieusement:
:D
1. a tu du temps a perdre?
car si la psy est utile, l'approfondir c'est se perdre!
2. faut il savoir la medecine , la psychologie, pour pratiquer l'hypnothérapie?
3. ta jeunesse est un atout pas un boulet! pense tu que les vieux cons....peuvent t'apporter quelque chose, surtout si c'est des conneries?

je sais c'est brutal et coloré ( comme dirai castorix!) mais vas a l'essentiel
 
M
mindy
Membre
messages
563
Points
1 790
Pour ma part je trouve qu'il est important d'avoir un minimum de connaissances en psychopathologie par exemple voire en médecine. Si vous confondez trouble bipolaire et schizophrénie c'est pas top, pareil si vous n'avez aucune notion sur l'hypothyroïdie et que vous voulez traiter les troubles liés avec de l'hypnose alors que ça n'est pas de votre domaine.
Ptipolo83, si ces études vous intéressent je ne peux que vous encourager à continuer.

Bien à vous
 
Leo Lavoie
Leo Lavoie
Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Légalement c'est un peu semblable ici sauf qu'y a pas de législation encore sur le terme ni la pratique de la psychothérapie. J'ai vu les projets de loi et le mot "thérapeute" restera légal dans le sens d'un vide juridique. Et hypnothérapeute, donc, ne sera pas touché.

On peut aussi légalement faire de la "relation d'aide"...bref, il faut faire gaffe mais c'est assez simple de pratiquer dans les lois sans les "titres de noblesse" des universités et des grands ordres.

À date je ne suis pas sur de ce que nous ont apporté, en tant que société, les législations existantes.

Mais bon... C'est assez simple de savoir qu'il faut travailler dans le sens de la loi, c'est à dire de ne pas diagnostiquer et de ne pas interférer avec un traitement médical. D'y aller en complément comme un ami; un "aidant naturel" du patient; un associé du côté du patient. Informer sous réserves clairement exprimées de nos limites légales.

On peut dire au patient d'aller sur une page web qui explique en quoi est constitué le médicament qu'il prend par exemple. On peut dire qu'on ne le prendrais pas ce médicament s'il nous était prescrit tout en disant au patient que nous n'avons aucune compétence pour lui dire quoi que ce soit en terme de médication... Voyez? Surtout répéter au patient que nous ne sommes pas qualifié pour donner une opinion médicale ou pharmaceutique. Mais trouver le moyen pour que le patient lise entre les lignes et connaisse la vérité et fasse de véritables choix.
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
paulelie à dit:
Stargaterobin à dit:
Je souhaite en effet devenir hypnothérapeute, mais je passe par la case "psychologie", pour pas arriver a 18 ans en tant qu'hypnothérapeute ... soucis de reconnaissance (même si c'est débile).
Je veux donc passer mes trois prochaines années après le bac dans une fac psy, pour y passer ma license, avoir les bases. Est-ce difficile ? quelles sont les matières enseignées (fac psy) ? Entre Rouen et Paris, que choisir? Quels spécialités y pendre ? Tant de questions ....

Ce sont un peu les mêmes questions que plus haut, je résume pour que quelqu'un puisse y repondre sans avoir trop a chercher.
c'est comme meme bizarre que quelqu'un qui veuilles clairement devenir hypno se sente obligé de passer par la case psycho!
alors que le modele hypno, si il s'inspire de temps en temps de la psy.... va souvent rentrer en contradiction avec l'hyp!

les questions qui faut te poser, plus serieusement:
:D
1. a tu du temps a perdre?
car si la psy est utile, l'approfondir c'est se perdre!
2. faut il savoir la medecine , la psychologie, pour pratiquer l'hypnothérapie?
3. ta jeunesse est un atout pas un boulet! pense tu que les vieux cons....peuvent t'apporter quelque chose, surtout si c'est des conneries?

je sais c'est brutal et coloré ( comme dirai castorix!) mais vas a l'essentiel
L'essentiel en hypnose, n'est il pas de savoir s'y perdre pour réussir à s'y retrouver encore et encore ?

:roll:
 
Paul Elie
Paul Elie
Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
L'essentiel en hypnose, n'est il pas de savoir s'y perdre pour réussir à s'y retrouver encore et encore ?
peut être seulement y trouver l'harmonie?
 
Ptipolo83
Ptipolo83
Membre
messages
81
Points
2 290
Localisation
Trans-en-Provence et Nice
bonjour à tous à nouveau!

juste pour un t'informer mister que j'ai réussi ma deuxième année de psycho que je passe donc ma licence à la rentrée, et sincèrement la psycho me semble très enrichissantes et t'ouvrira la voie à d'autres choses. Si tu ne fais qu'une simple formation en hypnose libre à toi, car beaucoup sont devenu bons en ne faisant que ça mais étant donné ton jeune âge, rien ne t'empêche de faire et de la psycho et de l'hypnose. Pour ma part j'ouvre mon cabinet à la rentrée :)

bien cordialement à tous
 
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut