1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

objectif hypnotherapie

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Anonymous, 3 Octobre 2005.

  1. Anonymous

    Anonymous Invité

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Pourquoi ne pas faire de l'hypnothérapie une discipline véritablement hors du commun, dans le sens où le patient paierait, un certain montant déterminé lors de la 1ere séance suivant l'objectif à atteindre, qu'en fin de thérapie et à la seule condition d'avoir atteint l'objectif fixé?
     
  2. Anonymous

    Anonymous Invité

    C'est une idée qui mérite reflexion.
    Il faudrait l'avis de nombreux thérapeutes, et aussi une volonté de se remettre en question.
    Pourquoi pas?

    Le débat est lancé :!:
     
  3. hippopo24

    hippopo24 Membre

    Inscrit:
    16 Octobre 2005
    Messages:
    3
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    960
    Localité:
    Bretagne
    Ce n'est pas possible , car une séance d'hypnose, dure au moins 45 mn . Il faut bien payer le praticien pendant ce temps
     
  4. SponTeX

    SponTeX Membre

    Inscrit:
    10 Janvier 2006
    Messages:
    26
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1060
    Localité:
    Hendaye
    Ce n'est pas la notion de temps qui doit être rétribué mais la notion de réussite. nous pourrions payer notre médecin aussi quand nous sommes en pleine forme.
     
  5. Anonymous

    Anonymous Invité

    répondre

    Je trouve que s`est un peu facile, car l`hypnose thérapeutique, un rdv chez le médecin, ou chez un kinesiologue, doit être une collaboration entre le patient et le cilent et à ce moment les patients se décharge de leurs responsabilités et ne compte plus que sur le praticien afin de guérir. Le praticien vient apporter son aide, au patient à ce demander pourquoi il ne guérit pas ?
     
  6. dominique_nancy

    dominique_nancy Membre

    Inscrit:
    17 Janvier 2006
    Messages:
    52
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Localité:
    Nancy
    C'est vrai que vu du côté du client c'est plutôt interessant, pas de risque, pas d'implication.

    Pour ma part je pense que ça ne pourrait pas fonctionner pour plusieurs raisons :

    - la personne qui vient en thérapie doit être motivée sur un laps de temps plus ou moins long, comment écarter les curieux qui ne feront que faire perdre du temps (et de l'argent en l'occurence) au praticien ?
    - comment fixer un nombre limité de séance sachant que le client est seul artisant de son changement ? on peut et on doit donner une fourchette certes... il faut savoir que le thérapeute recadre tout au long des séances sa stratégie avec ce que lui apporte la personne. Une procédure ou technique ne s'applique pas forcement au même type de cas à traiter. Ce n'est pas si simple que ça.
    Certaines personnes réagissent trés vite, d'autres plus lentement.
    - comment vit le thérapeute dans les cas où la durée de la thérapie s'étale sur 4 mois ? car contrairement à ce qui se dit, tout ne se régle pas en 2 séances loin de là. Si c'était le cas, nous l'aurions trouvé notre panacée et cela se saurait :)
    - comment controler que les résultats ont été ou non obtenus ? Le client peut bien dire ce qu'il veut. Les gens de mauvaises foi existent (les gens honnêtes aussi bien sûr). Mais au moment de payer sa thérapie, le client peut être tenté. Il n'y a pas de garantie.
    - en fin de thérapie la somme à régler peut être importante... si en plus le thérapeute doit proposer un système de crédit la dessus, ouf ! pour bénéficier du fruit de son travail il en aura fallu du temps... (pour comparer, les grosses entreprises n'accordent d'encours que sur 90 jours maxi en général...).
    - le résultat peut aussi être mitigé c'est à dire que l'objectif n'est pas atteint dans le temps imparti mais qu'il y a des améliorations significatives. Comment se passe alors la rétribution ?

    Voilà en gros les premières pensées qui me viennent sur ce sujet.

    Pour SponTex : en ce qui concerne notre médecin je dirais qu'on le paie surtout quand on est en bonne santé ;) via la sécu à qui l'on verse notre "obole" périodiquement :)
     
  7. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    mmmhh, pour ma part j'avais pris le premier message pour une boutade, mais bon ?!

    (je me suis trompé ! :oops: je crois)

    Michel, la thérapie n'est pas une prestation si facile que cela à définir sur un devis :roll: comme l'a bien expliqué Dominique (de Nancy...) d'autant que, et c'est peut-être un peu prétentieux, il peut arriver que l'objectif soit intéressant à laisser glisser au second plan... :?:

    je m'explique.
    - une jeune maman vient me consulter pour des maux de ventre terribles. au lieu de me contenter de lui prescrire des médicaments pour cela (ce que je fais tout de même !) je la conduis à évoquer quelques problèmes qui tournaient autour d'elle en ce moment : un employeur à la limite du harcèlement, un conjoint avec qui ça colle moins bien depuis que bébé est né, bref une prise de réalité pénible dans plusieurs domaines.
    - je lui propose une séance :shock: présentée comme une forme de relaxation
    - lorsque cette séance prend place, je fais mon petit travail et m'arrange pour que la patiente n'ait pas de souvenir de la séance (je lui fais juste remarquer la durée car sinon elle pourrait penser qu'il n'y a eu que quelques minutes d'écoulées !! :wink: )
    - lorsque je la revois, pour autre chose, je lui demande avec un air innocent 8) ce qu'il en est des maux de ventre "de l'autre-fois"...
    elle m'indique : "ah je ne sais pour qui, pourquoi, mais je n'ai plus rien. je n'ai même pas été chercher vos médicaments à la pharmacie." (! :) )

    - d'autres fois c'est bien moins facile et on soulève un lièvre, il faudra beaucoup plus de travail pour que le patient progresse... est bien fou qui se risquera à chiffrer cela !! ce qui briserait d'ailleurs la possibilité pour ma patiente, de réussir à surmonter ses difficultés SANS QUE JE LUI DISE que je pense qu'il y a un lien entre son conjoint, son employeur, et les maux de ventre... (sinon j'en ferais du dégât ! et si je me plante sur l'une des deux explications ?!! :( ) oui mais alors comment expliquer un devis ??

    non décidément la thérapie c'est plutôt libéral, comme un avocat qui te défend, condamné ou non tu vas recevoir :twisted: sa note d'honoraires...

    et merci à Dominique de souligner qu'au prix fixé pour les honoraires du médecin de base en France, c'est plutôt quand on est bien portant qu'on paie...
     
  8. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Spontex permets-moi de glisser une remarque, si l'on applique ce principe jusqu'à son terme on va vite voir les soignants sélectionner soigneusement les soignés... pour la rentabilité du soin, et non la réalité du besoin...

    je crois savoir de quoi je parle, et ceux qui connaissent le mode de calcul du service rendu d'un service hospitalier me comprendront...
    pour les autres, il suffit de savoir que certaines maladies sont mieux cotées que d'autres, ce qui donne plus de points au service (à durée d'hospitalisation égale) et que certains malades peuvent être moins "intéressants" à reconvoquer que d'autres...

    c'est pourquoi je suis intéressé par une réussite rapide, mais si ce n'est pas le cas faut-il pénaliser le thérapeute qui a le courage de se confronter à de la patho plus ardue ??

    alors Michel je ne pense pas que cela soit l'intérêt du patient en fait.

    votre avis ?
     
  9. Paul Elie

    Paul Elie Membre

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    Messages:
    4347
    J'aime reçus:
    21
    Points:
    3530
    Localité:
    lacaune
    l'argent dans notre societee a une valeur motivante...
    que l'on soit daccord ou pas!
    elle a aussi une valeur therapeutique.
     
Chargement...